Louis Spohr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Louis Spohr

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait de Louis Spohr.

Nom de naissance Ludwig Spohr
Naissance 5 avril 1784
Brunswick, Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Décès 22 octobre 1859 (à 75 ans)
Kassel, Drapeau de la Confédération germanique Confédération germanique
Activité principale Compositeur, violoniste

Louis Spohr, né Ludwig Spohr le 5 avril 1784 à Brunswick dans le duché de Brunswick-Lüneburg au Nord de l'Allemagne et mort le 22 octobre 1859 à Cassel, est un compositeur, violoniste, chef d'orchestre et pédagogue allemand. Il a toujours signé ses œuvres avec la forme française de son prénom, comme il était courant à l'époque (par exemple Beethoven) et, contrairement à ce dernier, c'est cette dernière qui est aujourd'hui reconnue mondialement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maison natale de Spohr (Adr.)
Braunschweig Brunswick Spohr-Haus Detail (2006).JPG

Louis Spohr est issu d'une famille cultivée et musicienne. Son père, Karl Heinrich (1756-1843), médecin est aussi flûtiste ; sa mère, Ernestine Henke (1763-1840) est chanteuse et pianiste amateur. Tous deux poussent l'enfant dans l'étude du violon, dès l'âge de cinq ans. Il est d'abord l'élève d'obscurs professeurs : du français Dufour, puis de Kunisch et de Maucourt[1]. Il étudiera également l'orgue. Spohr cultive aussi la peinture. Il eut six frères et une sœur.

Brunswick[modifier | modifier le code]

À 15 ans, il entre dans l'orchestre ducal du duc Charles-Guillaume-Ferdinand de Brunswick, puis, avec le soutien du duc, poursuit ses études avec le virtuose Franz Anton Eck (1774-1804) dans un voyage d'étude d'une année à Saint-Pétersbourg, lieu très prisé à l'époque par les compositeurs. Il y fait la connaissance de John Field[2] et de Muzio Clementi (1802).

À partir de 1800, il écoute les opéras français issus de la Révolution, notamment Les deux journées ou le porteur d'eau de Cherubini[3], œuvre au succès constant jusqu'en 1830 ou 40. Toute cette musique, née pendant la révolution et La Terreur, contient nombres d'accents proto-romantiques important pour la formation du courant musical en devenir à l'époque.

Il découvre aussi parmi les violonistes de son époque, dont il adopte les principes, Viotti ainsi que ses élèves Kreutzer et surtout le français Pierre Rode qui est à l'origine de sa vocation. Spohr compose sa première œuvre importante, le concerto pour violon opus 1 (1803).

Il entreprend alors une tournée à travers toute l'Allemagne (Berlin, Dresde, Hambourg) où il est acclamé en tant que violoniste (1804), notamment à Leipzig le 10 décembre 1804 par le très influent critique de la revue La Grande Aveugle (Allgemeine Musikalische Zeitung), Johann Friedrich Rochlitz (1769-1842). Ce dernier commente en ces termes la venue du virtuose-compositeur :

« Monsieur Spohr fait sans aucun doute partie des plus remarquables violonistes de notre temps, et particulièrement lorsqu'on considère sa jeunesse, ce qu'il réalise susciterait l'étonnement s'il était possible de passer du ravissement au froid étonnement (...) Ses concertos comptent parmi les plus beaux qui existent et aucun ne surpasse celui en ré mineur[4], que ce soit au niveau de l'invention, de l'âme et du charme, ou au niveau du sérieux et de la profondeur. Il penche avant tout vers la grandeur et l'exaltation dans une douce mélancolie. »

Gotha (1805-1812)[modifier | modifier le code]

Dorette Scheidler(Karl Gottlob Schmeidler)

De 1805 à 1812, Spohr occupe les postes de maître de chapelle à la cour ducale de Gotha, et de premier solo à l'Orchestre de Vienne. Le 2 février 1806 à Gotha, il épouse la harpiste (Dorothea Henriette dite) Dorette Scheidler (1787 - 20 novembre 1834), fille d'un chanteur de la cour, dont il aura trois filles - et un garçon mort en bas âge. Dès leur union, il voyage (et se produit en concert) avec elle à travers l'Europe en Italie (1816-1817), en Angleterre (1820) puis à Paris (1821), où il rencontre Cherubini.

C'est l'époque de la composition de sa Première symphonie opus 20 (1811) qui reçut l'éloge de E.T.A. Hoffmann.

Vienne (1813-1815)[modifier | modifier le code]

Louis Spohr en 1815 (gravure anonyme)

De 1813 à 1815, Spohr devient chef de l'orchestre du prestigieux Theater an der Wien à Vienne. C'est l'époque de ses liens personnels avec Ludwig van Beethoven. Il participe notamment à la création de la Septième symphonie et de La Victoire de Wellington (concert du 8 décembre 1813 conduit par Beethoven[5]). Spohr, dans son autobiographie rapporte le concert :

« C'est à ce concert que je vis pour la première fois Beethoven diriger, et j'en fut très surpris. Il avait l'habitude d'indiquer à l'orchestre les nuances qu'il désirait obtenir, par de curieux mouvement de tout son corps. Ainsi pour un sforzando, il écartait violemment les bras qu'il tenait auparavant croisés sur sa poitrine. Pour un piano, il abaissait parfois jusqu'à disparaître sous le pupitre. À un crescendo, il remontait graduellement jusqu'à atteindre le forte où il se tenait debout sur toute sa hauteur ; et sans s'en rendre compte, il lui arrivait parfois de crier !... Le malheur, c'est que sa surdité mettait souvent ses gestes en contradiction avec les nuances de l'exécution. Lorsqu'il s'en apercevait, il tâchait de deviner aux mouvements de l'archet de Schuppanzigh l'endroit où l'on était. »

C'est à cette époque qu'il compose quatre quatuors, ses deux premiers quintettes à cordes opus 33, son octuor et une cantate, Das befreite Deutschland (« L’Allemagne libérée »). Les œuvres sont commandées par Johann Tost, ancien violoniste de l'orchestre d'Esterháza où travaillait Joseph Haydn. Pour lui, Haydn écrivit ses quatuors op. 54, 55 & 64. Mozart lui-même avait reçu commande des quintettes Kv 593 et Kv 614.

Quand il composait une œuvre, Spohr, ne jouant que passablement du piano, allait immanquablement chez son ami Meyerbeer qui, au clavier, interprétait la partition à vue, tandis que Spohr chantait ou sifflait les parties chantées.

Faust[modifier | modifier le code]

Son Faust, composé trois ans auparavant (mai à mi-septembre 1813), sur un livret de Joseph Karl Bernard (1780-1850), fut créé le 1er septembre 1816 par son ami Carl Maria von Weber au théâtre des États de Prague. Le Singspiel avait été refusé à Vienne l'année précédente par le directeur du théâtre, le comte Ferdinand Pálffy von Erdöd ce qui entraîna la démission de Spohr du Theater an der Wien.

On le considère comme le modèle de l'opéra romantique (avec ceux de Weber) et il eut lui-même pour modèle le Don Giovanni de Mozart (créé à Prague lui aussi) qui passait pour « l'œuvre d'art romantique la plus parfaite ». L'œuvre n'est pas tirée de la pièce de Gœthe dont la première partie seulement n'était parue qu'en 1808 (et la seconde en 1832), mais d'un livret inspiré du roman Faust Leben, Taten, Höllenfahrt (Vie, actions et descente en enfer de Faust) paru en 1791, du poète Friedrich Maximilian Klinger, lui-même soutenu par le grand Gœthe. Klinger ne s'est inspiré de Gœthe que pour la scène des sorcières du Blocksberg.

La partition dresse un portrait sensible des émotions, et le chant autant que le drame sont passionnants. Certaines scènes (Blocksberg) inspirent à Spohr des sonorités féériques qui seront reprises par Carl Loewe, Mendelssohn dans Le Songe d’une nuit d’été ou la Nuit de Walpurgis, et Weber dans Le Freischütz.

L'opéra ne connut que quelques représentations, le public viennois n'appréciant guère l'opéra allemand. L'œuvre fut jouée à Berlin en 1829, à Paris l'année suivante, et fit sa carrière surtout dans les pays germanophones.

Louis Spohr

À la demande de la reine d'Angleterre en 1852, Spohr remaniera sa partition en italien, transformera les dialogues en récitatifs et restructurera l'œuvre en trois actes au lieu de deux à l'origine. Ainsi remanié, il fut présenté comme grand opéra au Royal Italian Opera House Goven Garden.

Faust est resté au répertoire jusqu'en 1883, parfois repris ponctuellement en concert par la suite.

Francfort (1817-1822)[modifier | modifier le code]

Après avoir démissionné de son poste viennois, il fut nommé à l'opéra de Francfort dont il assura la direction de 1817 à 1819. À cette occasion il reprit ses opéras, dont Faust (15 mars 1818) y ajoutant, au premier acte, un récitatif et une aria pour Faust.

Il monte aussi des opéras de Rossini. Si Spohr avoue ne pas aimer les italiens, il intègre quelques italianismes à ses productions vocales de l'époque, notamment Zémire et Azor sur un livret de Marmontel qu'avait déjà mis en musique Grétry[6]., Il en rend compte dans ses Mémoires :

« Si peu que j'admire la musique de Rossini, le succès que Tancrède avait remporté à Francfort ne fut pas tout à fait sans influencer le style de mon nouvel opéra... C'est ce qui explique que la musique de Zémire et Azor ait tant de coloratures et d'ornements vocaux[7]. »

En 1820 il se produisit à Londres, lors de la première de ses six visites en Angleterre, en tant que chef d'orchestre et soliste. Durant les quatre mois de son séjour, il écrivit sa Seconde symphonie opus 49, à l'influence haydnienne.

Cassel (1822-1859)[modifier | modifier le code]

Louis Spohr en 1824 à Cassel. Huile sur toile du peintre Suisse Johann August Nahl le jeune (1752–1825).

Entre 1822 à 1857, il fut nommé Hofkapellmeister à vie, à la cour de l'Électeur de Hesse-Cassel, sur la recommandation de Weber qui avait refusé ce poste. Il y dirigea, entre autres, des œuvres de Richard Wagner, monta Le Vaisseau fantôme en 1843, et Tannhäuser en 1853[8]. Avec un chœur spécialisé dans l'interprétation de la musique ancienne « Cäcilien-Ver-ein » (La Société Sainte-Cécile), que Spohr avait constitué dès son arrivée à Cassel, il se livra à une étude systématique des œuvres de Bach, donnant la Passion selon saint Matthieu à de multiples reprises[9], ainsi que des œuvres à plusieurs chœurs de Leonardo Leo (1694-1744), Gregorio Allegri (1582-1652) et Antonio Lotti.

Pendant toute cette période de Cassel, jusqu'à la fin de sa vie, chaque hiver, il organisa un festival de concerts de musique de chambre où se jouèrent ses propres quatuors et quintettes, les grands classiques, et ceux de Fesca et de George Onslow.

« Jessonda »[modifier | modifier le code]

C'est à Cassel pour le 46e anniversaire du prince Guillaume, en 1823, que fut créé Jessonda dont l'action se situe à Malabar. L'opéra est créé à Leipzig l'année suivante. L'œuvre, inaugurant une mise en musique continue, comme à la même époque, l’Euryanthe de Weber, peut être considérée comme son chef d'œuvre dramatique. Elle fut admirée par Wagner[10], Johannes Brahms ou Antonin Dvořák et resta au répertoire jusqu'en 1914[11].

Spohr est toujours inspiré par Mozart : on retrouve notamment des éléments de l'Enlèvement au Sérail. La création fut accompagnée d'un article-manifeste « où il appela ses confrères à cultiver la forme « durchkomponiert » (intégration de l'architecture musico-dramatique). »[12] terme qui désigne l'orchestration entière de l'opéra.

L'air de l'Héroïne au premier acte, Bald bin ich ein Geist geworden, alors qu'elle attend la mort sur le bûcher est empreint de renoncement et de paix intérieure, et est sans doute un des moments les plus pathétiques de l'opéra romantique naissant.

Maturité et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Après la mort de Carl Maria von Weber en 1826, et de Ludwig van Beethoven en 1827, Spohr devint pour ses contemporains le compositeur le plus important du moment. C'est alors qu'il renoua avec le genre symphonique avec la composition de sa Troisième symphonie opus 78, l'une des œuvres les plus appréciées et jouées de son temps, mais vite oubliée ensuite. Le mouvement lent est « l'un des plus grands moments du romantisme musical[13] ».

Louis Spohr, daguerréotype

Ayant perdu sa femme Dorette en 1834 après vingt-deux ans de mariage[14], il épousa la pianiste Marianne Pfeiffer (1807-1892), âgée de vingt-neuf ans, le 3 janvier 1836 à Cassel. En juin 1838, il perdit Thérese, une de ses filles, âgée de dix-neuf ans. Ces évènements tragiques entraînèrent un ralentissement de sa production, sauf dans le domaine du lied. Son remariage favorisera la naissance d'œuvres de chambre avec piano[15]. De la même année (1838) date sa rencontre avec Robert Schumann à Leipzig.

En 1844, à Brunswick un festival lui est dédié, et pour sa vingt-cinquième année de travail à la cour, il est fait Generalmusikdirector.

En 1847, il compose pour Londres sa Huitième symphonie opus 137 et en avril 1850, âgé de 66 ans, il achève sa dernière Symphonie, intitulée Les Saisons opus 143. Une dixième restera inachevée.

Spohr était un démocrate convaincu, à l'esprit républicain. Il avait salué la révolution de 1848 sur ses manuscrits ou son catalogue : Au temps de la glorieuse révolution populaire, pour le réveil de la liberté, de l'union et de la grandeur de l'Allemagne, dit-il en face de son grand sextuor à cordes opus 140. En 1848, il se rendit à Cassel et Francfort pour discuter avec les députés de l'Assemblée Nationale notamment le poète Ernst Moritz Arndt et le président du Parlement Heinrich von Gargen. Mais toute sa vie, il s'était engagé en faveur des droits des citoyens et contre le despotisme des souverains.

C'est contre son gré qu'en décembre 1857 il est mis à la retraite par le Prince Électeur de Hesse en raison de ses constants litiges avec la cour. À la même époque, une fracture du bras gauche l'empêche de jouer.

Vers 1857-59, il reçoit la visite d'un compositeur nommé Johannes Brahms alors en séjour à Detmold.

Il meurt le 22 octobre 1859 à Cassel.

En 1860 et 1861 paraissent, à titre posthume, les deux volumes de son Selbstbiographie (Autobiographie), laquelle fut traduite en anglais et publiée dès 1865. L'auteur n'hésite pas à critiquer tout ce qu'il a entendu, et à rapporter nombre de tableaux de la société musicale de l'époque, et notamment le dernier Beethoven qu'il ne comprend pas.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Pédagogique[modifier | modifier le code]

Spohr eut une vie pédagogique intense puisqu'on lui a dénombré, paraît-il, cent quatre-vingt-sept élèves[16], provenant du monde entier, dont Ferdinand David (1810-1873), Bernhard Molique (1802-1869), Ole Bull (1810-1880), Norbert Burgmüller[17], Moritz Hauptmann (1792-1868)[18], Johann Peter Emilius Hartmann, Fredrik Pacius, et August Wihelmj (1845-1908)[19].

Ses principes étaient issus de la branche dite « Philanthropistes » ou aussi réforme pédagogique de Basedow, qui insistait sur la nécessité pour les élèves de s'ouvrir, non seulement sur la pratique de l'instrument ou la connaissance de la musique, mais aussi s'adonner à l'apprentissage des langues, pratiquer la culture physique, visiter les expositions d'art...

Il publia une méthode de violon, Violinschule [L'École du violon] (éd. Tobias Haslinger, Vienne 1832), traduite en France par Heller vers 1840.

On peut le considérer comme une sorte d'antithèse de Niccolo Paganini pour qui il avait une grande admiration. Il a cependant parfois joué en duo avec lui, contrairement à nombre de ses contemporains [réf. nécessaire]. Dans ses compositions, il refusa les excès de virtuosité, renonçant par exemple au rebond de l'archet sur les cordes.

Vers 1819, il inventa la mentonnière pour répondre aux exigences de la virtuosité croissante du répertoire. La main gauche étant plus libre de ses mouvements et l'instrument plus stable.

Spohr a aussi légué à la postérité les lettres de repères sur les partitions pour faciliter les répétitions d'orchestre, ainsi que la baguette de direction moderne. Dans son autobiographie on peut lire la découverte de l'innovante technique de direction, qu'il imposa en 1820, lors de son premier voyage à Londres[20] :

« Il était alors encore d'usage pour le pianiste, dans les symphonies et les ouvertures, d'avoir la partition devant lui, non pas pour diriger à partir d'elle, mais seulement pour suivre et pour jouer à son gré avec l'orchestre, ce qui lorsqu'on l'entendait, était d'un effet tout à fait déplorable. Le chef véritable était le premier violon, qui donnait les tempos et qui, de temps à autre, lorsque l'orchestre commençait à fléchir, indiquait la mesure avec l'archet. J'étais décidé lorsque ce serait mon tour de diriger, à essayer de remédier à cette situation navrante. Je me plaçai avec la partition sur un pupitre spécial devant l'orchestre, tirai ma baguette de la poche et fis signe de commencer. Très effrayés par une telle innovation, certains des directeurs voulurent protester là contre ; mais lorsque je les priai de m'accorder au moins un essai, ils se calmèrent. Contraints ainsi à une attention inhabituelle, et dirigés avec assurance au moyen d'une battue visible, tous jouèrent avec une fougue et une exactitude qu'on ne leur avait jamais entendues. Surpris et enflammé par ce succès, l'orchestre fit connaître aussitôt après la première partie de la symphonie son assentiment collectif à ce nouveau mode de direction. Le triomphe de la baguette fut incontestable[21], et depuis lors on ne voit plus personne assis au piano pendant les symphonies et les ouvertures. »

Musicale[modifier | modifier le code]

Autographe et signature de Spohr

Spohr est l'un des principaux représentant de la tradition classique finissante. Malgré un conservatisme dans la forme et un style somme toute très proche de Mendelssohn, il s'avéra très fécond, doué et habile dans tous les domaines. Il cultiva une tendance aux expérimentations de combinaisons rares d'instruments : lieder avec violon ou clarinette, doubles quatuors, une symphonie pour deux orchestres, et même un concerto pour quatuor à cordes... Ses recherches sur le chromatisme, dont il abusa dans la dernière partie de sa vie furent critiquées par les plus grands de ses contemporains, dont Beethoven et Schumann qui résument leur sentiment sur cette tendance :

« Spohr est trop riche dans ses dissonances; le plaisir qu'on prend à sa musique est gâché par sa mélodie chromatique. »

— (Beethoven)

« Spohr est un mollusque, mais c'est un noble mollusque ! »

— (Schumann)

Ami de Weber, côtoyant Wagner, Liszt et Berlioz, il ne possédait toutefois pas leur énergie, leur inventivité ni leur inspiration. Jouissant de son vivant de notoriété dans toute l'Europe (mais pas en France), aussi bien en tant que virtuose, pédagogue ou compositeur, il restera néanmoins aux limites d'un discours d'expression mélodique, davantage que la description romantique des sentiments. Ceci le classe comme représentant musical du style Biedermeier.

Son modèle reste d'abord celui du Wolfgang Amadeus Mozart de la Flûte, puis de Franz Schubert et des premières œuvres de Ludwig van Beethoven. Il rejettera ce dernier dès le Quatuor op. 59, les 5e et 7e Symphonie bien qu'il ait continué à interpréter et à diriger ces œuvres. Il n'hésita pas à écrire dans ses Mémoires :

« Dans la Neuvième Symphonie, je vois une nouvelle preuve à l’appui de cette idée, qu'il manquait à Beethoven, une imagination esthétique et le sens de la beauté. »

Compositeur des plus adulés et célébrés de son vivant, il est presque entièrement délaissé après sa disparition, balayé par les nouvelles idées du romantisme, sauf en Angleterre : pendant tout le XIXe siècle il y est si populaire que Gilbert & Sullivan[22] le citent à l'instar de Bach et de Beethoven dans l'acte 2 du Mikado (1885)... Même si à la même époque, l'écrivain et critique musical Bernard Shaw rend compte d'une critique corrosive :

« Tout allait pour le mieux, jusqu'au moment où l'on offrit un sacrifice au pseudo-classicisme sous la forme d'un insipide trio de Spohr — du Mozart allongé d'eau, comme d'habitude[23]. »

Nous pouvons apprécier la richesse émotionnelle et l'infaillible qualité technique de cette musique, qui fut certes éclipsée par d'autres génies de son temps (Paganini, Berlioz, Liszt, Mendelssohn, Wagner...), mais résiste fort bien à une quête d'originalité; Spohr, profondément personnel, n'est en rien un épigone. Sans doute lui manque-t-il un rien d'intensité spirituelle et d'émotion, mais sa musique est brillante, pleine de charme et d'invention mélodique.

Depuis 1954, il existe un prix Spohr (Louis Spohr Musikpreis) décerné à des compositeurs de tous pays. Il est doté de 10 000 €[24].

Media[modifier | modifier le code]

6 Lieder allemands, op. 103, pour voix, clarinette & piano (1837).

1. Sei Still Mein Herz
2. Zwiegesang
3. Sehnsucht
4. Wiegenlied
5. Das Heimliche Lied
6. Wach auf!
Circle question mark.png
Des difficultés à utiliser ces médias?

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Concertos

  • Concertos pour violon & Orchestre n° 7 & n°12 - Nishizaki, violon / Orchestre Philharmonique de Chambre de Bratislava, Dir. Libor Pesek (1985 - Naxos)
  • Concerto pour violon & Orchestre n° 8 « In modo di scena cantate » (1816) - Hilary Hahn, violon / Orchestre Symphonique de la Radio suédoise, Dir. Eijo Oue (2006 - DGG 477 623-2)
  • Concerto pour violon & Orchestre n° 8 « In modo di scena cantate » (1816) + Symphonie Concertante pour Violon, Harpe et orchestre + Sonate pour Violoncelle et Harpe - Pierre Amoyal, violon Marielle Nordmann, harpe / Orchestre de Chambre de Lausanne, Dir. Armin Jordan (1979 & 1967 - APEX)
  • Intégrale des 15 concertos pour violon - Ulf Hoelscher, violon / Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, Dir. Christian Fröhlich (CPO 6CD)
  • Intégrale des 4 Concertos pour clarinette - Leister, clarinette / Dir. Frübeck de Burgos (Orfeo)
  • Intégrale des 4 Concertos pour clarinette, Pot-pourri op. 80, Fantaisie & Variations Danzi op. 81 - Ernest Ottensamer, clarinette / Dir. Wildner (1994, 2CD Naxos)


Musique pour orchestre

  • Symphonies n° 1 & 2 (1811 & 1820), Grande ouverture de concert en fa majeur, WoO 1 (1819) - Orchestre de la Suisse Italienne, dir. Howard Shelley (2006, Hyperion CDA 67616)
  • Symphonies n° 3 (1828), Ouverture de Jessonda - Orchestre symphonique de la Radio de Berlin, dir. Gerd Albrecht (1983, Schwann CD 11620)
  • Symphonies n° 3 (1828) & 10 (1857), Ouverture en fa (1819) - Orchestre philharmonique de la NDR, dir. Howard Griffiths (2006/07, CPO 777 177-2)
  • Symphonies n° 6 « Historique » (1839) & 9 « Les saisons » (1850) - Orchestre symphonique de la Radio Bavaroise, dir. Richenbacher (1984, Orfeo C 094-841 A)
  • Ouverture op. 12 & Concerto avec quatuor à cordes op. 131 (et Nonette op. 31) Leipziger Kammerorchester, dir. Weigle (1998, MDG)


Musique de chambre

  • Duos pour 2 violons op. 39 - Péter Csaba & Vilmos Szabadi, violons (1999 hungaroton HCD31866)
  • Duos pour 2 violons op. 9 & 153 - Péter Csaba & Vilmos Szabadi, violons (2002/05 hungaroton HCD32356)
  • 4 Doubles Quatuors à cordes - The Academy of St Martin-in-the-Fields Chamber Ensemble (1998, Hyperion CDD 22014)
  • Duos Concertants pour 2 violons op. 67 - Heinz Schunk & Ulrike Petersen, violons (1996, CPO)
  • Trios avec piano n° 3 & 4 - Trio Borodine (1994, Chandos CHAN-9372)
  • Trios avec piano (intégrale) - Trio Beethoven de Ravensgurg (1993/94, CPO 999 246-2 / 3CD)
  • Double Quatuor en ré mineur, op. 65 (1823) - Melos Ensemble (1967, Emi "Matrix 30" 5 65995 2)
  • Double Quatuor en ré mineur, op. 65 (1823), Sextuor en ut majeur, op. 140 (1848), Quintette en sol majeur, op. 33 n° 2 (1813) - L'Achibudelli & Smithsonian Chamber Players, avec Anner Bylsma (1993 - Sony SK 53370)[25]
  • Quintette op. 91, Sextuor op. 140, Pot-pourri sur des thèmes de Mozart op. 22 - Academy of St Martin-in-the-Fields Chamber Ensemble (1996, Chandos)
  • Septuor op. 147, Quintette avec piano op. 130 - Ensemble Villa Musica (1993, MDG)
  • Nonet op. 31, Octuor op. 32 - Berliner Oktett (1982, Berlin Classics 492 048)
  • Sonates pour Harpe et Violon ; Variations op.36 & Fantaisie op.35 pour Harpe - Ursula Holliger, harpe & Thomas Füri, violon (1982 - Jecklin)
  • Variations pour Harpe op.36 sur un thème de Méhul "Je suis encore dans mon printemps" - Nicanor Zabaleta, harpe (1964 - DG)
  • Variations pour Harpe op.36 sur un thème de Méhul "Je suis encore dans mon printemps" - Emmanuel Ceysson, harpe (2012 - Naïve)
  • Musique pour Violon et Harpe - Sophie Langdon, violon & Hugh Webb, harpe (1998 & 2000 - 2 CD Naxos)


Lieder

  • 6 lieder op. 103, 6 lieder allemands op. 154, 6 autres lieder (op. 25 n° 2 & 5, 37 n° 6, 41 n° 3 & 6, 72 n° 6) - Dietrich Fischer-Dieskau (Baryton), Julia Varady (Soprano), H. Holl (Piano), D. Sitkovesky (violon), H. Schöneberger (clarinette) (1984, Orfeo)
  • 6 lieder allemands op. 154 - Anne Sofie von Otter (mezzo), Nils-Erik Sparf (violon), Melvyn Tan (pianoforte) (2001, DGG 469 074-2)

Chœur a cappella

  • Messe op. 54 pour 5 solistes et deux chœurs à cinq voix, 3 Psaumes op. 85 pour solistes et deux chœurs à quatre voix - Rundfunkchor Berlin, Dir. M. Gläzer & D. Knothe (1993, CPO 999 149-2)
  • Messe op. 54 pour 5 solistes et deux chœurs à cinq voix, 3 Psaumes op. 85 pour solistes et deux chœurs à quatre voix - Solistes et chœur Philharmonique de Prague, Dir. Jaroslav Brych (1998, Praga + Mendelssohn)


Musique Sacrée

  • Le Jugement Dernier, oratorio de 1826 - Shirai, Lipovsek, Protschka, Hölle, chœurs et Orchestre de la Radio de Stuttgart, Dir. Gustav Kuhn (1984, Philips)


Opéras

  • Faust, opéra en 2 actes (première version, Vienne 1813), Boje Skovhus (Faust), Franz Hawlata (Mephistopheles), Robert Swensen (Graf Hugo), Hellevi Mintinpelto (Kunigunde), Brigitte Wohlfarth (Röschen), Alfred Reiter (Gulf & Kaylinger), Rodrigo Orrego (Wohlhaldt), Martina Borst (Sycorax), Ulrich Wand (Wagner), Dir. Klaus Arp (Enregistrement public, Bad Urach Festival, 2 octobre 1993, Capriccio 60 049-2)
  • Faust, opéra en 3 actes (version 1852), Jennings, Taha, Vier, von Jordis, Chor der Oper Bielefeld, Bielefelder Philharmoniker, Dir. Geoffrey Moull (CPO)
  • Jessonda, opéra en 3 actes (1823), Julia Varady (Jessonda), Renate Behle (Amazili), Thomas Moser (Nadori), Kurt Moll (Daudau), Dietrich Fischer-Dieskau (Tristan d'Acunha), Peter Haage (Pedro Lopes), Dir. Gerd Albrecht (1990, Orfeo)
  • L'Alchimiste, opéra en 3 actes (1832), Solistes, chœurs et Orchestre Braunschweig, Dir. Christian Fröhlich (2009, Oehms Classics)

Catalogue des œuvres[modifier | modifier le code]

Spohr a composé plus de 270 œuvres, réparties dans un catalogue d'opus (plus de 150) et un catalogue d'œuvres sans numéro WoO.

Concertos ou œuvres concertantes[modifier | modifier le code]

Concertos pour violon[modifier | modifier le code]

  • 18 concertos pour violon et orchestre
    • Concerto pour violon en sol majeur, WoO 9 (vers 1899)
    • Concerto pour violon en mi mineur, WoO 10 (1803)
    • Concerto pour violon n° 1 en la majeur, op. 1 (1802, pub. 1803)
    • Concerto pour violon en la majeur, WoO 12 (1804, pub. 1955) - (I. Adagio-Allegro, II. Adagio, III. Rondo)
    • Concerto pour violon n° 2 en ré mineur, op. 2 (1804, pub. 1805) - (I. Allegro moderato, II. Adagio, III. Alla Polacca)
    • Concerto pour violon n° 3 en do majeur, op. 7 (début 1806, pub. 1806) - (I. Adagio-Allegro, II. Siciliano. Andante, III. Rondo. Alla polacca)
    • Concerto pour violon n° 4en si mineur, op. 10 (1805, pub. 1808)
    • Concerto pour violon n° 5 en mi bémol majeur, op. 17 (1807, pub. 1810) - (I. Allegro moderato, II. Adagio ma non troppo, III. Rondo. Allegretto)
    • Concerto pour violon n° 6 en sol mineur, op. 28 (1808/09, pub. 1813) - (I. Allegro, II. Recitativo. Andante-Allegro molto-Adagio, III. Alla spagnuola. Tempo di polacca) Ce concerto pourrait être appelé l'espagnol puisque le Rondo est fondé sur d'authentiques mélodies espagnoles. Voyez aussi le quatrième concerto pour clarinette WoO 20.
    • Concerto pour violon n° 7 en mi mineur, op. 38 (1814, pub. 1816) - (I. Allegro, II. Adagio, III. Rondo. Allegretto)
    • Concerto pour violon n° 8 en la mineur "In Form einer Gesangszene" ou "In modo di scena cantate" (avril-mai 1816, pub. 1820) - (un seul mouvement. On y distingue tout de même : Allegro molto - Adagio - Allegro moderato) L'ouvrage a été écrit en prévision d'une tournée en Italie. La partie de violon est conçue en pensant aux prouesses des prima donna. Il voulut une partie d'accompagnement des plus simples parce que les orchestres italiens de l'époque avait une réputation exécrable. Le concerto fut un triomphe à Milan et Venise, puis en 1820 à Leipzig[26].
    • Concerto pour violon n° 9 en ré mineur, op. 55 (été 1820, pub. 1822) - (I. Allegro, II. Adagio, III. Rondo. Allegretto)
    • Concerto pour violon n° 10 en la majeur, op. 62 (été 1810, pub. 1824) - (I. Adagio-Allegro, II. Adagio, III. Rondo. Vivace)
    • Concerto pour violon n° 11 en sol majeur, op. 70 (été 1825, pub. 1827)
    • Concerto pour violon n° 12 en la majeur (Concertino n° 1) op. 79 (avril-mai 1828, pub. 1829) - (Andante grave - Larghetto con moto - Alla polacca)
    • Concerto pour violon n° 13 en mi majeur, op.92, (mai-juin 1835, pub. 1837)
    • Concerto pour violon n° 14 en la mineur "Sonst und jetzt", op. 110 (février 1839, pub. 1840)
    • Concerto pour violon n° 15 en la mineur, op. 128 (juin-novembre 1844, pub. 1846)[27]

Autres œuvres avec violon[modifier | modifier le code]

  • Pot-pourri pour violon et orchestre, op. 23
  • Grande Polonaise pour violon et orchestre, op. 40 (1817)
  • Pot-pourri über irische Volkslieder pour violon et orchestre, op. 59 (1823)
  • Mouvement de concerto pour violon en ré majeur [Konzertsatz], WoO 16
  • 2 Concertante pour 2 violons et orchestre
    • n° 1 Concertante pour 2 violons, op. 48 (1808)
    • n° 2 Concertante pour 2 violons, op. 88 (1833)
  • Concerto pour violon, violoncelle et orchestre, en ut majeur (1803)
  • Pot-pourri pour violon, violoncelle et orchestre, op. 64
  • Concertante pour violon et harpe en sol majeur, WoO 13 (1806)
  • Concerto avec quatuor à cordes en la mineur, op. 131 (1845) (I. Allegro moderato - II. Attacca, Adagio - III. attacca, Rondo. Allegretto)

Concertos pour clarinette[modifier | modifier le code]

  • 4 concertos pour clarinette[28]
    • Concerto pour clarinette n° 1 en ut mineur, op. 26 (I. Adagio-Allegro, II. Adagio, III. Rondo. Vivace) (1808)
    • Concerto pour clarinette n° 2 en mi bémol majeur, op. 57 (1810) (I. Allegro, II. Adagio, III. Rondo alla Polacca)
    • Concerto pour clarinette n° 3 en fa mineur, WoO 19 (I. Allegro moderato, II. Adagio, III. Vivace non troppo) (1821)
    • Concerto pour clarinette n° 4 en mi mineur, WoO 20 (I. Allegro vivace, II. Larghetto, III. Rondo al Espagnol) (1828)

Autres œuvres avec clarinette[modifier | modifier le code]

  • Variations sur une thème d'« Alruna » pour clarinette et orchestre en si bémol majeur, WoO 15 (1809)
  • Pot-Pourri en fa majeur, sur des thèmes de l'opéra Das unterbrochene Opferfest [Le Sacrifice interrompu] de Peter von Winter[29] pour clarinette et orchestre, op. 80 (1811) (I. Larghetto, II. Allegro-Allegretto)

Œuvres pour orchestre[modifier | modifier le code]

Symphonies[modifier | modifier le code]

  • 10 symphonies (la dernière inachevée)
    • Symphonie n° 1 en mi bémol majeur, op. 20 (1811) - (I. Adagio. Allegro, II. Larghetto con moto, III. Scherzo. Allegro, IV. Finale. Allegretto)
    • Symphonie n° 2 en ré mineur, op. 49 (Londres, mars 1820) - (I. Allegro, II. Larghetto, III. Scherzo. Presto, IV. Finale. Vivace)
    • Symphonie n° 3 en ut mineur, op. 78 (1827-mars 1828, création Kassel, avril 1828 - éd. Bärenreiter, Kassel) - (I. Andante - Grave. Allegro, II. Larghetto, III. Scherzo - Trio, IV. Finale. Allegro)
    • Symphonie n° 4 "Die Weihe der Töne" [La consécration du son] (1832) - (I. Largo - Allegro, II. Andantino - Allegro, III. Tempo di Marcia - Andante maestoso - (Ambrosian Ode), IV. Larghetto - Allegretto)
    • Symphonie n° 5 en ut mineur, op. 102 (1837) - (I. Andante. Allegro, II. Larghetto, III. Scherzo, IV. Presto)
    • Symphonie n° 6 en sol majeur "Historische Sinfonie im Stil und Geschmack vier verschiedener Zeitabschnitte" [Symphonie Historique], op. 116 (1839) - Chacun des mouvements est dédié à l'imitation des styles de musiques passées : I. Bach - Handel'sche Periode, 1720 Largo - Grave, II. Haydn - Mozart'sche Periode, 1780 Larghetto, III. Beethoven'sche Periode, 1810 Scherzo, IV. Allerneueste Periode, 1840 Allegro vivace. - Dans le premier mouvement Spohr utilise la fugue en ut mineur du Clavier bien Tempéré et une atmosphère proche de la Pastorale du Messie. Dans le second, les modèles sont les symphonies 38 et 39 de Mozart. Dans le troisième, le modèle est emprunté à la Septième symphonie de Beeethoven. Enfin, le style du dernier tourne à la satyre d'Adam ou Auber et notamment l'ouverture de La Muette de Portici que Spohr dirigea de nombreuses fois à Cassel. On peut se demander pourquoi Spohr a recherché ce Finale incongru et bizarre.
    • Symphonie n° 7 "Irdisches und Göttliches im Menschenleben" [Le terrestre et le divin dans la vie humaine] pour 2 orchestres (1841) - (I. "Kinderwelt". Adagio - Allegro, II. "Zeit der Leidenschaften". Larghetto - Allegro moderato, III. "Endilcher Sieg des Gottlichen". Presto)
    • Symphonie n° 8, op. 137 (1847) - (I. Adagio, II. Poco Adagio, III. Scherzo. Allegretto, IV. Finale. Allegro)
    • Symphonie n° 9 "Die Jahreszeiten" [Les Saisons] si mineur, op. 143 (1849/50) - (I. "Der Winter" (L'hiver). Allegro maestoso, II. "Der Ubergang zum Fruhling" (Transition vers le printemps). L'istesso tem, III. "Der Fruhling" (Le printemps). Moderato, IV. "Der sommer" (L'été). Largo, II. "Einleitung zum Herbst" (Prélude à l'automne). Allegro vivace, III. "Der Herbst" (L'automne). L'istesso tempo)
    • Symphonie n° 10 en mi bémol majeur, WoO 8 (achevé en 1857, mais retiré) - (I. Allegro, II. Larghetto, III. Scherzo. Allegretto, IV. Finale. Allegro).

Marches et ouvertures[modifier | modifier le code]

  • Ouverture, op. 12 (1807)
  • Grande ouverture de concert en fa majeur, WoO 1 (1819)
  • Festmarsch (1825)
  • Valse pour orchestre en la majeur "Erinnerung an Marienbad", op. 89 (1833)
  • Ouverture de concert "im ernsten Stil", op. 126 (1842)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

Harpe seule[modifier | modifier le code]

  • Fantaisie en ut mineur pour harpe, op. 35 (1807)[30]
  • Variations sur "Je suis encore dans mon printemps" de Méhul, pour harpe, en fa majeur, op. 36 (1807)
  • Fantaisie en ut mineur pour harpe, op. 53

Duos violon et harpe[modifier | modifier le code]

  • 6 Sonates pour violon et harpe (ou violoncelle et harpe ou piano)
    • Sonate pour violon et harpe en si bémol majeur, op. 16 (1806) (I. Allegro, II. Adagio, III. Rondo. Allegretto)
    • Sonate concertante pour violon et harpe n° 1 en ut mineur, WoO 23 (vers 1805) - (I. Adagio - Allegro vivace, II. Andante - Allegro)
    • Sonate concertante pour violon et harpe n° 2 en mi bémol majeur, op. 113 (1806)
    • Sonate concertante pour violon et harpe n° 3 en ré majeur, op. 114 (1811) - (I. Allegro vivace, II. Andante. Pot-pourri sur des thèmes de "La Flûte enchantée")
    • Sonate concertante pour violon et harpe n° 4 en ré majeur, op. 115 (1809) - (I. Allegro brillante, II. Adagio, III. Rondo. Allegretto)
  • Duos violon et harpe (ou flûte et harpe ou piano)
    • Pot-pourri sur des thèmes de la "Flûte enchantée" de Mozart, en fa dièse mineur, op. 50 (1820)
    • Fantaisie sur des airs de "Der Alchymist", op. 117
    • Fantaisie sur des thèmes de Haendel et Vogler, op. 118 (1814)
    • 6 Duettino, op. 127 (1843)
    • 6 Pièces, op. 135

Trio avec harpe[modifier | modifier le code]

  • Trio pour harpe en mi mineur, violon et violoncelle, WoO 28 (1806) (I. Allegro - II. Andante con moto - III. Rondo. Allegretto)

Duos avec violon[modifier | modifier le code]

  • 18 Duos pour 2 violons
    • 3 Duos WoO 21 (1796)
    • Duo WoO 22
    • Duos op. 3 (1802/05)
    • 2 Duos concertants, op. 9 (1807) : n° 1 en ut majeur (I. Allegro, II. Poco Adagio, III. Allegro) et n° 2 en la majeur (I. Allegro vivace, II. Rondo. Allegretto)
    • 3 Grands Duos op. 39 (1816) : n° 1 en ré mineur, n° 2 en mi bémol majeur, n° 3 en mi majeur.
    • 3 Duos concertants, op. 67 (1824) : n° 1 en la mineur (I. Allegro, II. Andante, III. Rondo. Vivace), n° 2 en ré majeur (I. Allegro, II. Larghetto, III. Rondo. Vivace), n° 3 en sol mineur (I. Allegro, II. Tempo di menuetto et variations)
    • Grands Duos en fa majeur, op. 148 - Cahier de variations sur l'air "Je suis encore dans mon printemps" op. 36 (1856)
    • Grands Duos en ré majeur, op. 150 (1856)
    • Grands Duos en ut majeur, op. 153 (I. Allegro, II. Andante, III. Menuet, IV. Rondo. Allegretto)
  • Grand Duo pour violon et alto en mi mineur, op. 13 (1808)
  • Sonate pour violon avec accompagnement de contrebasse

Duos violon et piano[modifier | modifier le code]

  • 3 Duos Concertants
    • Duo concertant pour violon et piano en sol mineur, op. 95 (1836)
    • Duo concertant pour violon et piano en fa majeur "Échos d'un voyage à Dresde et en Suisse saxonne", op. 96 (1836)
    • Duo concertant pour violon et piano en mi majeur, op. 112 (1837)

Trios[modifier | modifier le code]

  • 5 Trios avec piano
    • n° 1 en mi mineur, op. 119 (1841) - (I. Moderato, II. Larghetto, III. Scherzo, IV. Finale. Vivace)
    • n° 2 en fa majeur, op. 123 (1842) - (I. Allegro moderato, II. Larghetto, III. Scherzo, IV. Finale. Vivace)
    • n° 3 en la mineur, op. 124 (automne 1842, éd. Schuberth 1843) - (I. Allegro moderato, II. Andante con variazioni, III. Scherzo, IV. Finale. Presto)
    • n° 4 en si bémol majeur, op. 133 (été 1846) - (I. Allegro, II. Menuetto, III. Poco adagio, IV. Finale. Presto)
    • n° 5 en sol mineur, op. 142 (octobre 1849, éd. Schuberth 1852) - (I. Allegro vivace, II. Adagio, III. Scherzo, IV. Finale. Allegro molto)

Violon et trio à cordes[modifier | modifier le code]

  • Variations en la majeur pour violon et trio à cordes, op. 6 (1805) (I. Introduction. Adagio - Thème. Andante più Allegretto - II. Variations 1-4)
  • Variations en ré mineur pour violon et trio à cordes, op. 8 (1806) (I. Introduction. Adagio - Thème. Andante - Var. 1 : Più Allegro - Var. 2 : Più lento - Var. 3 : Minore Adagio - Var. 4 : Tempo I)

Quatuors à cordes[modifier | modifier le code]

  • 34 quatuors à cordes
    • 2 Quatuors, op. 4 (1807)
      • Quatuor n° 1 en ut majeur (I. Allegro spiritoso, II. Menuetto. Allegretto, III. Adagio, IV. Allegro)
      • Quatuor n° 2 en ut mineur (I. Allegro moderato, II. Poco adagio, III. Scherzo. Allegro, IV. Finale : Rondo. Vivace)
    • Quatuor n° 3 "Brillant" en ré mineur, op. 11 (1807) - (I. Allegro moderato, II. Adagio, III. Rondo)
    • 2 Quartuors op. 15 (1808)
      • Quatuor n° 4 en mi bémol majeur (I. Allegro vivace, II. Andante, III. Menuetto. Allegretto, IV. Rondo. Presto)
      • Quatuor n° 5 en ré majeur (I. Allegro moderato, II. Scherzo. Allegro vivace, III. Finale : Largo - Allegro molto)
    • Quatuor n° 6 en sol mineur, op. 27 (1812). Avec contrebasse. (I. Allegro moderato, II. Adagio, III. Menuetto. Allegretto, IV. Finale. Vivace)
    • 2 Quatuors, op. 29 (1813/15)
      • Quatuor n° 7 (I. Allegro, II. Andante con Variazioni, III. Scherzo. Moderato, IV. Finale. Vivace)
      • Quatuor n° 8 (I. Allegro, II. Adagio, III. Menuetto. Un poco Allegretto, IV. Finale. Vivace)
    • Quatuor n° 10, op. 33 (1815)
    • Quatuor n° 11 en mi majeur "Brillant", op. 43 (1817) - (I. Allegro, II. Adagio, III. Tempo di minuetto. Un poco vivace)
    • 3 quatuors, op. 45 (1818)
      • Quatuor n° 12 en ut mineur (I. Allegro, II. Scherzo. Vivace, III. Andante Grazioso, IV. Finale. Presto)
      • Quatuor n° 13 en mi mineur (I. Allegro vivace, II. Larghetto, III. Menuetto. Moderato, IV. Finale. Vivace)
      • Quatuor n° 14 fa mineur (I. Adagio - Allegro vivace, II. Adagio, III. Scherzo. Presto, IV. Finale. Vivace)
    • 3 quatuors, op. 58 (1821)
      • Quatuor n° 16 en mi bémol majeur (I. Allegro vivace, II. Adagio, III. Scherzo, IV. Rondo. Vivace)
      • Quatuor n° 17 la mineur (I. Moderato, II. Andante con variazioni, III. Scherzo vivace, IV. Rondo all 'Espagnola)
      • Quatuor n° 18 sol majeur
    • Quatuor n° 19 en la majeur "Brillant", op. 68
    • 3 quatuors, op. 74 (1826)
      • Quatuor n° 20 en la mineur (I. Allegro vivace, II. Larghetto con moto, III. Scherzo, IV. Rondo. Allegretto)
      • Quatuor n° 21 en si bémol majeur (I. Allegro vivace, II. Larghetto, III. Allegretto con variazioni, IV. Finale. Allegretto)
      • Quatuor n° 22 en ré mineur
    • 3 quatuors, op. 82 (1828/29)
      • Quatuor n° 24 en mi majeur (I. Allegro, II. Adagio, III. Alla Polacca. Moderato, IV. Finale. Allegro)
      • Quatuor n° 25 en sol majeur (I. Allegro, II. Andante, III. Scherzo. Vivace, IV. Finale. Andante - Allegro)
      • Quatuor n° 26 en la mineur
    • Quatuor n° 26 en mi bémol majeur "Brillant", op. 83
    • 3 Quatuors op. 84 (1832)
      • Quatuor n° 27 en ré mineur (I. Allegro vivace, II. Larghetto, III. Scherzo, IV. Finale. Allegro)
      • Quatuor n° 28 en la majeur (I. Allegro, II. Adagio, III. Scherzo, IV. Rondo. Allegretto)
      • Quatuor n° 29 en si mineur (I. Allegro, II. Menuetto. Moderato, III. Adagio, IV. Finale. Allegretto)
    • Quatuor n° 30 "Brillant" en la majeur, op. 93 (I. Andante - Allegro, II. Larghetto, III. Rondo. Allegretto)
    • Quatuor n° 31 en la majeur, op. 132
    • Quatuor n° 32 en ut majeur, op. 141 (I. Allegro moderato, II. Larghetto, III. Scherzo. Allegro, IV. Finale. Presto)
    • Quatuor n° 33 en sol majeur, op. 146
    • Quatuor n° 34 en mi bémol majeur, op. 152 (été 1857) - (I. Adagio - Allegro, II. Larghetto con moto, III. Menuetto, IV. Finale. Allegro)

Quintettes à cordes[modifier | modifier le code]

  • 7 Quintettes à cordes pour 2 violons, 2 altos et violoncelle
    • Quintette n° 1 en mi bémol majeur, op. 33 n° 1 (août 1814) - (I. Allegro, II. Larghetto, III. Minuetto - Moderato, IV. Finale. Allegretto)
    • Quintette n° 2 en sol majeur, op. 33 n° 2 (fin 1813) - (I. Allegro, II. Scherzo, III. Andante con Variazioni, IV. Finale. Allegro)
    • Quintette n° 3 en si mineur, op. 69 (1826) - (I. Allegro, II. Scherzo, III. Adagio, IV. Rondo)
    • Quintette n° 4 en sol mineur, op. 91 (1834) - (I. Allegro - II. Larghetto - III. Menuetto - Scherzo. Presto - IV. Finale. Presto)
    • Quintette n° 5 en sol mineur, op. 106 (1838) - (I. Allegro moderato, II. Larghetto, III. Scherzo, IV. Finale pastorale. Allegro molto)
    • Quintette n° 6 en mi mineur, op. 129 (février/mars 1845) - (I. Allegro, II. Scherzo. Vivace, III. Adagio, IV. Finale. Presto)
    • Quintette n° 7 en en sol mineur, op. 144 (1854) - (I. Allegro moderato, II. Larghetto, III. Menuetto, IV. Finale. Allegro moderato)

Autres œuvres de chambre[modifier | modifier le code]

  • Quintette avec piano en ut mineur, op. 130 (I. Allegro moderato, II. Scherzo, III. Adagio, IV. Finale. Vivace)
  • Quintette en ut mineur, pour flûte, clarinette, cor, basson et piano, op. 52 (1820)
  • Quintette en ut mineur, pour piano et quatuor à cordes, op. 53 (transcription de l'opus précédant par Spohr lui-même)
  • Fantaisie et variations sur une thème de Danzi en si bémol majeur, pour clarinette, quatuor à cordes et contrebasse, op. 81
  • Pot-pourri sur des thèmes de Mozart en si bémol majeur, pour violon, quatuors à cordes et contrebasse, op. 22 (1807) (I. Adagio con espressione - II. Allegretto - III. Andante con espressione - IV. Allegretto - V. Allegretto)
  • Septuor en ut majeur, pour 2 violons, 2 altos et 2 violoncelles, op. 140 (1848) (I. Allegro moderato - II. Larghetto - III. Scherzo. Moderato - IV. Finale. Presto - Scherzo. Moderato - Presto - Scherzo. Moderato - Prestissimo)
  • Septuor en la mineur, pour flûte, clarinette, basson, cor, violon et violoncelle et piano, op. 147 (1853)
  • Octuor en mi majeur, pour quintette à cordes, contrebasse, clarinette et 2 cors, op. 32 (1814). Les parties pour les 2 cors sont fort virtuoses. L'Andante, en forme de variations, utilise de thème de Haendel le joyeux forgeron. - (I. Adagio - Allegro, II. Menuetto. Allegro, III. Andante con Variazioni, IV. Finale. Allegretto)
  • 4 Double Quatuors à cordes
    • n° 1 en ré mineur, op. 65 (1823) - (I. Allegro, II. Scherzo. Vivace, III. Larghetto, IV. Allegretto molto)
    • n° 2 en mi bémol majeur, op. 77 (1827) - (I. Allegro vivace, II. Menuetto - Trio, III. Larghetto con moto, IV. Allegretto)
    • n° 3 en mi mineur, op. 87 (1833) - (I. Adagio – Allegro, II. Andante con variazioni, III. Scherzo. Allegro, IV. Finale. Allegro molto)
    • n° 4 en sol mineur, op. 136 (1847) - (I. Allegro, II. Larghetto, III. Scherzo. Moderato - Trio, IV. Finale. Vivace)
  • Nonette en fa majeur pour violon, alto, violoncelle, contrebasse, flûte, hautbois, clarinette, cor et basson, op. 31 (1813). Une des œuvres les plus connues du répertoire. (I. Allegro, II. Scherzo. Allegro - Trio. Adagio, IV. Finale. Vivace)
  • Notturno für Harmonie und Janitscharenmusik [Notturno pour vents et janissaire] en ut majeur, op. 34 (1815) (I. Marcia. Moderato - II. Menuetto. Allegro - III. Andante con variazioni - IV. Polacca - V. Adagio - VI. Finale. Vivace)

Lieder[modifier | modifier le code]

Spohr a composé environ cent lieder. Pour les textes voyez www.recmusic.org

Avec opus[modifier | modifier le code]

  • 6 Lieder op. 25 (1809)
    • n° 1 Wiegenlied ("Eya popeya, so leise, so lind, wieg dich in Schlummer") (Karl Emil Konstantin von Goechhausen)
    • n° 2 Schottisch Lied ("Mir ist, als müßt' ich dir was sagen") (chant populaire)
    • n° 3 Gretchen ("Meine Ruh' ist hin") (Goethe) - C'est sur le même poème que Schubert composera son lied cinq ans plus tard.
    • n° 4 Lied der Freude
    • n° 5 Zigeunerlied ("Im Nebelgeriesel, im tiefen Schnee") (Goethe)
    • n° 6 Das Schiffermadchen
  • 6 Lieder op. 37 (1815/16)
    • n° 1 Mignons Lied ("Kennst du das Land, wo die Zitronen blühn") (Goethe)
    • n° 2 Lebenslied ("Schnell geniesst die schnellen Stunden") (Heinrich Schmidt)
    • n° 4 Getrennte Liebe ("Der Liebe bangen Sorgen erbleicht der Freude Strahl!") (Heinrich Schmidt)
    • n° 5 Liebesschwarmerei
    • n° 6 Lied beim Rundetanz [Chant de ronde] ("Auf! es dunkelt; silbern funkelt") (Johann Gaudenz Freiherr von Salis-Seewis)
  • 6 Lieder op. 41 (1815/16)
    • n° 1 Des Mädchens Sehnsucht ("Das Herz ist gewachsen. Es pocht in der Brust") (Johann Friedrich Kind)
    • n° 2 Lied aus Aslauga de Ritter ("Ach, wär' ich nur ein Vögelein!") (La Motte-Fouqué)
    • n° 3 An Mignon ("Über Tal und Fluss getragen zieht rein der Sonne Wagen!") - L'un des plus beaux lied de Spohr.
    • n° 4 Klagelied von den drei Rosen ("Drei Rosen hielt ich in Händen") (Christian Karl Ernst Wilhelm Buri)
    • n° 5 Der erste Kuss
    • n° 6 Vanitas! Vanitatum Vanitas ("Ich hab' meine Sach' auf nichts gestellt, juchhe!") (Goethe)
  • 6 Lieder op. 72 (1826)
    • n° 1 Frühlingsglaube [Foi printanière] ("Die linden Lüfte sind erwacht") (Johann Ludwig Uhland)
    • n° 2 Schifferlied der Wasserfee
    • n° 3 Ghasel ("Wer hätte sie gesehn und nicht auch sie geliebt?") (Adil)
    • n° 4 Beruhigung [Apaisement] ("Du armes Herz") (Anonyme)
    • n° 5 An Rosa Maria ("Du gabst mir längst dein schönes Herz") (Amalia)
    • n° 6 Schlaflied [Berceuse] ("Ruhe, Süßliebchen, im Schatten") (Johann Ludwig Tieck)
  • op. 92 (1835/36)
    • n° 2 Bitte, bitte! ("Bitte, bitte! einen Blick aus den holden blauen Augen") (Heinrich Schmidt)
  • op. 94 (1835/36)
    • n° 3 Der Bleicherin Nachtlied ("Wellen blinkten durch die Nacht") (Robert Reinick)
    • n° 4 Ungeduld ("Ich schnitt es gern in alle Rinden ein") (Wilhelm Müller)
    • n° 5 Schwermut ("Als mein Leben voll Blumen hing") (Siegfried August Mahlmann)
  • op. 101 pour voix et piano à quatre mains (1837)
    • n° 1 Frühlingsglocken ("Schneeglöckchen tut läuten!") (Robert Reinick)
    • n° 2 Sangeslust ("Das Vöglein singt den ganzen Tag") (Julius Eberwein)
    • n° 3 Nichts Schöneres ("Als ich zuerst dich hab' gesehn") (Robert Reinick)
    • n° 4 Trostlos ("Der Regen rasselt, es saust der Sturm") (Alb. vom Hochwald)
    • n° 5 Schweigen ist ein schönes Ding (Robert Reinick)
  • Sechs deutsche Lieder für eine Singstimme, Klarinette und Klavier, op. 103 [6 Lieder allemands pour voix, clarinette et piano] (1837) (Voyez Media). - On ignore si Spohr a eu connaissance du "Pâtre sur le Rocher" de Schubert, publié à Vienne en 1830, mais le recueil est sans doute le plus abouti du compositeur.
    • n° 1 Sei still mein Herz [Calme-toi, mon cœur] ("Ich wahrte die Hoffnung tief in der Brust") (Schweitzer)
    • n° 2 Zwiegesang [Duo] ("Im Fliederbusch ein Vöglein saß") (Robert Reinick)
    • n° 3 Sehnsucht [Ardent désir] ("Ich blick in mein Herz und ich blick in die Welt") (Emanuel von Geibel)
    • n° 4 Wiegenlied [Berceuse] ("Alles still in süßer Ruh") (Hoffmann von Fellersleben)
    • n° 5 Das heimliche Lied [Le chagrin secret] ("Es gibt geheime Schmerzen") (Ernst Koch)
    • n° 6 Wach auf ! [Eveille toi !] ("Was stehst du lange und sinnest nach?") (anonyme)
  • op. 105 pour soprano, ténor et piano (1838)
    • n° 1 Zu Augsburg steht ein hohes Haus (Andreas Christian Kerner, dit Justinus Kerner)
    • n° 2 Der Rosenstrauch ("Das Kind schläft unter dem Rosenstrauch") (Edouard Ferrand)
    • n° 3 Das Ständchen ("Was wecken aus dem Schlummer mich") (Johann Ludwig Uhland)
    • n° 5 Des Mädchens Klang ("Ich bin so bleich, du bist so rot") (Karl Friedrich, Freiherr von Schweitzer) (Christoph August Tiedge)
  • op. 107 pour soprano, ténor et piano
    • n° 1 Liebesfragen ("Sag wie kann man Lieb' erkennen?") (H. Schulz) (1838)
    • n° 2 Wechselgesang ("Wer lässt hier so lieblich, wer lässt so allein")
  • op. 108 pour deux soparano et piano (1838)
    • n° 1 Abendlied "Die stille Nacht heisst niedre Sorgen schweigen" (Johann Friedrich Rochlitz)
    • n° 3 Ruhe ("Wenn im letzten Dämmrungsstrahle") (Gottl. von Deuern)
  • An Sie am Klavier ("Pulse, höret auf zu schlagen"), op. 138 (Karl Johann Ritter Braun von Braunthal)
  • op. 139 (1848)
    • n° 4 Lied aus dem Mährlein von der Wasserfee ("Über die Wellen zieht zagend und trauernd") (Mathilde Beckmann-Raven)
    • n° 5 Was mir wohl übrig bliebe (August Heinrich Hoffmann von Fallersleben)
  • Sechs Lieder für Bariton mit Begleitung von Violine und Klavier, op. 154 [6 Lieder pour voix et accompagnement de violon et piano] (1856)
    • n° 1 Abend-Feier [Soir de fête] "Leise schleich' ich mich am Abend" (H. Mahn)
    • n° 2 Jagdleid [Chant de chasse] "Seht ihr's dort funkeln in rötlicher Pracht?" (Friedrich Spohr, 1776-1840[31])
    • n° 3 Töne [Harmonie des sons] « Worte hab' ich nicht, um dir zu sagen » (R. Otto)
    • n° 4 Erlkönig [Le Roi des aulnes] « Wer reitet so spät durch Nacht und Wind? » (Goethe)
    • n° 5 Der Spielmann und deine Geige [Le ménestrel et son violon] « Vor Gottes Aug', dem Abendrot, » (Höppe)
    • n° 6 Abendstille [Le calme du soir] « Der Tag hat sich zur Ruh' gelegt » (Johann Koch)

Lieder sans opus[modifier | modifier le code]

  • Lied des verlassen Madchens, WoO 90
  • Nachgefühl ("Wenn die Reben wieder blühen") (Goethe), WoO 91 (1819)
  • Der Erbvertrag : Was treibt den Waidmann in den Wald, pour soprano, cor et harpe ("Lied der Emma"), WoO 92 (1825)
  • Das Wirsthaus zu ("Im Wirsthaus geht es aus und ein") (Adolf von Marées), WoO 93 (1836)
  • Mitternacht ("Die Wolken ziehen schwarz und hoch") (Franz Ferdinand von Dingelstedt), WoO 97 (1838)
  • Jenseits ("Wo blüht das Tal wo Liebe sich ew'ge Kränze flicht?") (F. Bobrich) pour soprano, ténor et piano, WoO 98 (1838)
  • Unterwegs ("In die blaue Luft hinaus einen stillen Gruss nach Haus"), WoO 101 (1839)
  • Lied ("Singet die Nachtigall im dunkeln Wald") (Joseph Christian Freiherrn von Zedlitz), WoO 105 (1841)
  • Wolle Keiner mich fragen (Emanuel von Geibel), WoO 106 (1842)
  • Tränen ("Was ist's, o Vater, was ich verbrach") (Adelbert von Chamisso), WoO 108 (1842)
  • Gruss ("Immortelle! bring' mein "gute nacht" ihr hin") (Karl Johann Ritter Braun von Braunthal), WoO 110 (1843)
  • Mein Vaterland ("Treue Liebe bis zum Grabe schwör' ich dir mit Herz und Hand") (August Heinrich Hoffmann von Fallersleben), WoO 111 (1844)
  • Ermutigung ("Freudig zum Himmel auf blicke mein Herz!") (Karl Friedrich, Freiherr von Schweitzer), WoO 112 (1845)
  • Sehnsucht ("Überall in dem All, mag ich liegen oder stehen") (Daniel E. Meier), WoO 114 (1845)
  • Mein Heimatland ("Wo reiner Liebe gold'ne Strahlen") pour 2 sopranos et piano, WoO 116 (1847)
  • WoO 117 pour 2 soprano et piano (1849)
    • n° 1 Ermunterung ("Der Vogel steigt, ein verkörpertes Lied") (Karl Egon Ebert)
    • n° 2 Sonntagsfrühe ("Feierlicher Glockenklang hallet durch die stillen Felder") (Adolph Lange)
  • WoO 119 (1850)
    • n° 1 Zuleikha ("Nicht mit Engeln im blauem Himmelszelt") (Friedrich Martin von Bodenstedt, d'après Mirza Shafi Vazeh)
    • n° 2 Trinklied ("Füllt mir das Trinkhorn! reicht es herum!") (Friedrich Martin von Bodenstedt)
    • n° 3 Fatima beim Saitenspiel ("Deine Finger rühren die Saiten") (Friedrich Martin von Bodenstedt)
  • Erwartung ("Komm in den Garten! Ich harre dein") (Karl Johann Friedrich Franz Bassewitz), WoO 121 (1853)
  • Die verschwiegene Nachtigall ("Unter den Linden") (Walther von der Vogelweide), WoO 126
  • Neue Liebe, neues Leben ("Herz, mein Herz, was soll das geben?") (Goethe), WoO 127 (1858)

Œuvres pour la scène[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Faust (1813, Créations : Prague 1er septembre 1816 et Covent Garden de Londres 15 juillet 1852 - Opéra en 2 actes, livret de Joseph Carl Bernard d'après Vie, actions et descente en enfer de Faust (1792) de Friedrich Maximilian Klinger, 1752-1831) WoO 51. L'ouverture a été publiée comme op. 60 en 1823. La révision de 1852 découpe l'œuvre en 3 actes et remplace les dialogues par des récitatifs.
  • Zémire et Azor (Francfort, 4 avril 1819 - opera en 2 actes, livret de Johann Jakob Ihlée d'après Jean-François Marmontel) WoO 52
  • Jessonda (1821 - création : Cassel, 28 juillet 1823 - Opéra en 3 actes, livret de Eduard Heinricht Gehe d'après d'une tragédie de Antoine-Marin Lemierre (1723-1793) La veuve du Malabar, ou l'Empire des coutumes de 1780) WoO 53. L'ouverture a été publiée comme op. 63 en 1824.
  • Die Prüfung [L'examen] (Gotha 1806, opérette en 1 acte, d'après Eduard Henke), WoO 48. L'ouverture est publiée sous l'op. 15 en 1809.
  • Alruna die Eulenkönigin [Alruna, la Reine des chouettes] (Weimar 1808 - opéra en 3 actes) WoO 49. L'ouverture est publiée sous l'op. 21.
  • Die Kreuzfahrer [Les Croisés] (1845 - Opéra en 3 actes livret de Johann Friedrich Schink d'après Kotzebue), WoO 50
  • Der Berggeist [L'Esprit de la montagne] (Cassel, 24 mars 1825 - Opéra en 3 actes, livret de Georg Chr. W. A. Döring d'après Karl August Musäus) WoO 54 (Ouverture op. 73).
  • Pietro von Abano (Cassel, 13 octobre 1827 - Opéra en 2 actes, livret de Karl Pfeiffer d'après Ludwig Tieck), WoO 56 (Ouverture, op. 76).
  • Der Alchymist (Cassel, 28 juillet 1830 - Opéra en 3 actes, livret de Karl Pfeiffer d'après Washington Irving), WoO 57
  • Der Zweikampf mit der Geliebten [Le Duel avec l'aimée] (Hambourg, 1811, Singspiel en 3 actes)
  • Der Sturm von Missolunghi (1826).
  • Der Matrose (1838)

Autres œuvres pour le théâtre[modifier | modifier le code]

  • "O neu Gefühl [...] O Welt", Aria de Amazili de Jessonda, WoO 79 (vers 1825). L'orchestration a été perdue.
  • Lied zum Schauspiel Die beiden Galeerensklaven (Karl Gottfried Theodor Winkler) pour soprano, chœur et orchestre, WoO 66 (1824)
  • Ouverture et 8 numéros pour le Macbeth de Shakespeare, WoO 55. L'ouverture est publiée sous l'op. 75 (1825)
  • "Gebet vor der Schlacht" pour le drame de von Missolunghi pour 5 Männerstimmen, WoO 83 (vers 1826)
  • Ouverture, Der schwarze Jäger, WoO 152 (1818)

Oratorios[modifier | modifier le code]

  • Das jüngste Gericht [Le Jugement dernier], WoO 60 (14 août 1812). Commandé par le Gouverneur français de Erfurt pour l'anniversaire de Napoléon. Avant d'écrire cette œuvre Spohr a longuement étudié le Traité de la fugue et du contrepoint (1753) de Marpurg (1718-1795), puisqu'il était d'usage à l'époque que les oratorios comportassent une fugue. Spohr jugeant l'œuvre trop impersonnelle en a refusé la publication.
  • Die Letzten Dinge [L'Apocalypse] pour quatuor de solistes, chœur et orchestre, WoO 61 (1826) - Le livret est de Friedrich Rochlitz sur des textes de St Jean et d'Ezéchiel.
  • Des Heilands letzte Stunden [Les Dernières Heures du Sauveur], WoO 62 (1834) - Le livret est un poème de Rochlitz publié en 1806.
  • Der Fall Babylons [La Chute de Babylone], WoO 63 (1840 - création : Festival de Nowich, 1842) - Texte de Daniel. L'œuvre est le fruit d'une commande passée lors d'une tournée du musicien en Angleterre en 1839.

Psaumes - Hymnes[modifier | modifier le code]

  • 3 Psaumes pour solistes et double chœur a cappella, op. 85 (1832) - Psaumes 8, 23 et 130.
  • Hymne pour soprano, chœur et orgue, op. 97 (22 novembre 1823)
  • Gott, du bist Gross [Dieu, tu es grand], op. 98 pour solistes, chœur et orchestre (1836/38)
  • Vater Unser, cantate pour soli, chœur et orchestre (mai 1829)

Messe[modifier | modifier le code]

  • Messe pour 5 solistes et 2 chœurs a cappella en ut mineur, op. 54 (1821)

Arrangements[modifier | modifier le code]

  • Vincenz Schuzter, Tempo di Polacca en la majeur pour guitare-violoncelle[32] (ou violon ou flûte) et guitare, extrait de l'opéra Faust, acte II (Danse pantomime).

Œuvres perdues[modifier | modifier le code]

  • Introduction en ré mineur, pour la tragédie en trois actes "Helden Missolunghis" de Wilhelm Ehlers, WoO 4 (1830)

Œuvres d'autres compositeurs inspirés par Spohr[modifier | modifier le code]

  • Beethoven, Kurz Ist Der Schmerz canon à 3 voix, en fa majeur, pour Louis Spohr, WoO 166 (1815)
  • Liszt, Die Rose, Romance d'après l'Opéra Zémir et Azor, pour piano S. 571 (1876)
  • Busoni, Introduction & Elegie, B 110 (1879/81)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Clive Brown, Louis Spohr, a Critical Biography, Cambridge University Press, 1987, 364 p.
  • Hélène Cao, Louis Spohr ou le don d’être heureux, Éditions Papillon, Collection « Mélophiles », Suisse, 2007, 180 p., (ISBN 2-940310-28-9). Cet ouvrage est le premier consacré au compositeur dans notre langue et comporte un catalogue des œuvres. (Une chronique du livre)
  • Pour la bibliographie en allemand, la plus complète, consultez l'article Louis Spohr en allemand.
  • Sur la période 1815-1848 dite Biedermeier, voyez le livre de William M. Johnson, Vienne impériale 1815-1914, Fernand Nathan, 1982, p. 15-24. (ISBN 2092845764), ainsi que le chapitre Du baroque au Biedermeier p. 19 sqq, in L'Esprit Viennois du même auteur : PUF, 1985 et les références de la note 18, p. 473.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Clive Brown (établie par), Selected Works of Louis Spohr, Garland Publishing, New York,‎ 1987-90, 10 volumes[33].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Pincherle, Le Violon, PUF Que sais-je ? n° 1196 p. 95.
  2. Cette rencontre se situe dans les premiers mois de son voyage à Saint-Pétersbourg. Dans son autobiographie il donne de jolis détails sur le compositeur irlandais (qui s'installa dans la capitale russe ensuite, et pour ses trente dernières années) : « Je garde encore en mémoire l'image d'un jeune homme pâle, qui aurait trop grandi et que je n'ai jamais revu. Lorsque Field, qui portait des vêtements devenus trop petits, étendait ses longs bras vers le clavier de sorte que ses manches lui remontaient presque jusqu'au coude, alors tout le personnage paraissait d'une gaucherie très anglaise ; mais dès qu'on entendait son jeu inspiré, on oubliait cela et on était tout ouïe. »
  3. Le librettiste de l'opéra de Cherubini, Jean-Nicolas Bouilly (1763-1842), donna un autre texte a succès : Léonore, ou l'amour conjugal qu'adapta Beethoven pour son Fidelio. Beethoven et Goethe lui-même qualifiait Les deux journées comme l'un des meilleurs livrets jamais écrits.
  4. Il s'agit du deuxième concerto composé en 1804.
  5. Donné dans la salle de l'université de Vienne, ce concert fut exceptionnel, puisque les meilleurs musiciens de la capitale avaient été réquisitionnés : Salieri dirigeait les percussions et les canons, Moscheles les timbales et Meyerbeer (1791-1864) jouait la caisse clair, Hummel battait le tambour, Domenico Dragonetti (1763-1846) était première contrebasse, Schuppanzigh tenait le premier pupitre des violons et Andreas Romberg (1767-1821) y était aussi... Le concert comprenait aussi deux marches de Dussek et de Pleyel pour orgue mécanique. L' allegretto de la symphonie fut bissé et le concert redonné plusieurs fois le 12 décembre et en janvier et février 1814.
  6. Une œuvre éponyme, sous-titrée Opéra-féerie en quatre actes, avait été portée à la scène par Grétry en 1771. On le considère comme le chef d'œuvre du compositeur liégeois. L'opéra de Grétry a été joué dans l'Europe entière, rencontrant un grand succès, et parfois donné en trois langues, successivement le même jour (flamand, allemand, français). À Londres l'œuvre fut jouée en italien... Mozart lui-même en possédait une copie. Le livret de Marmontel, très en vogue en Allemagne, fut repris par cinq autres compositeurs avant Spohr (1819) : Baumgarten (1775), Thomas Linley l'Ancien (1776), Meefe (1778), Tozzi (1792) et Seyfried (1818).
  7. Mémoires vol. II p. 62, cité in Léon Plantiga, La musique romantique Jean-Claude Lattès, 1989 p. 177.
  8. Plus tard il voulut monter Lohengrin, mais il en fut empêché.
  9. Après avoir été refusé par la cour en 1827, suivent les exécutions en 1832, 1833, 1836, 1843 et 1851. Mendelssohn avait dirigé la Passion pour la première fois, en 1835 à Leipzig.
  10. Wagner - qui avait entendu Jessonda à Dresde sous la direction de Weber - jouait souvent l'ouverture au piano et admirait le compositeur. Sa Fantaisie en fa mineur, composition de jeunesse pour piano dont il n'était pas mécontent, fut qualifiée plus tard par l'auteur de la Tétralogie, digne « d'un élève de Spohr »... (Lettre à Cosima, 18 janvier 1878).
  11. Les nazis quant à eux mirent l'œuvre à l'index parce que le héros aime une princesse indienne...
  12. Piotr Kaminski, Mille et un opéra, Fayard, 2003 p. 1432.
  13. Michel Parouty
  14. Pendant la composition des dernières heures du Sauveur. La partition originale porte la date du 20 novembre 1834.
  15. À noter tout de même que, souffrante, Dorette avait été obligée d'interrompre sa carrière dès 1820 et qu'elle s'était produite à Gotha en 1810, au clavier dans les trois premiers concertos pour piano de Beethoven (Spohr y était premier violon), ce qui donne une idée de la virtuosité dont Dorette était capable... Le Quintette avec piano opus 52, de 1820, est sans doute la première œuvre de chambre avec piano née de cette situation.
  16. Article Encyclopédie Universalis et Marc Pincherle, Le Violon, PUF Que sais-je ? n° 1196 p. 119.
  17. À partir de 1826 pour des leçons de composition.
  18. Violoniste compositeur et théoricien de l'harmonie, Moritz Hauptmann fut nommé Cantor de l'église Saint-Thomas de Leipzig sous la double recommandation de Spohr et de Mendelssohn. Il fit partie des membres fondateurs de la Bach Gesellschaft et en resta président jusqu'à sa mort.
  19. Comme élèves moins connus, on citera : Karl Ludvig Bargheer (1831-1902), Henry-Gambe Blagrove (1811-1872), Henry Holmes (1839-1905), Elise Mayer-Filippowicz (1794-1841), Hubert Ries (1802-1886) et Léon de Saint-Lubin (1805-1850). Source : Marc Pincherle, Le Violon, PUF "Que sais-je ?" n° 1196, Paris, 2e éd. 1974.
  20. On peut trouver dans l'ouvrage de Clive Brown, cité en bibliographie (p. 131), une lettre du 17 avril 1820 à Wilhelm Speyer (1790-1878), où il décrit avec le même esprit l'impasse dans laquelle se trouvait l'orchestre lorsque dépourvu direction (en français, consultez L'Art du chef d'orchestre, préface p. LI à LIII, hachette "Pluriel", 1988). Spohr raisonne sur le sujet presque cinquante ans avant Wagner Sur la direction (1869), premier ouvrage entièrement consacré au sujet, mais il faut convenir qu'une atmosphère de recherches communes régnait à l'époque (Berlioz, Liszt, Mendelssohn, etc.) l'effectif des orchestres augmentant autant que la complexité des œuvres.
  21. Cependant, si Spohr utilisa bien la baguette en répétition, ce qui fit sensation, violon sous le bras, il utilisa son archet pour diriger le concert...
  22. Voir aussi l'article en anglais en:Gilbert & Sullivan
  23. Bernard Shaw, The World, 9 juillet 1890, in Écrits sur la musique, Robert Laffont p. 474.
  24. Page du Louis Spohr Musikpreis
  25. Tous les instruments joués sont des Stradivarius. Pour l'anecdote, Spohr posséda pas moins de six Stradivarius. Un violon de 1718 qui porte son nom. Les deux Koempel de 1700 & 1718, le Bennett de 1718, le d'abord nommé "Cambridge" de 1725, rebaptisé ensuite du nom d'un des élèves de Spohr, Jean Joseph Bott (1826-1895) et le Tom Taylor de 1732, du nom de l'époux d'une soliste anglaise, Patricia Travers.
  26. Plus proche de nous, il était très souvent joué par Jascha Heifetz et fut la première œuvre dirigée par Charles Munch (cf. "Je suis chef d'orchestre", 1954).
  27. Ce dernier opus naît la même année que le concerto op. 64 de Mendelssohn...
  28. Les concertos étaient écrit pour le grand soliste Johann Simon Hermstedt (1778-1846)
  29. Peter von Winter est maître de chapelle de l'Électeur de Bavière Charles-Théodore de 1776 à 1825. Das unterbrochene Opferfest fut un opéra très célèbre en son temps.
  30. Rappelons que sa femme était harpiste.
  31. Friedrich Spohr, sauf erreur est un oncle de Spohr. Voyez l'arbre généalogique de la famille.
  32. C'est-à-dire l'arpeggione, pour lequel Schubert écrivit en 1824 sa célèbre sonate à l'invitation de Schuzter. Voyez le disque Cavalli-Records CCD 242, qu'interprète Gerhart Darmstadt et Björn Colell et qui contient trois pièces de Schuzter.
  33. School of Music, University of Leeds