Paul-Élie Ranson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ranson.

Paul-Élie Ranson

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de Paul-Élie Ranson en tenue nabique (1890), par Paul Sérusier, musée d'Orsay, Paris.

Naissance 29 mars 1861
Limoges
Décès 20 février 1909 (à 47 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Artiste peintre
Formation École des beaux-arts appliqués à l'industrie de Limoges
École nationale supérieure des arts décoratifs
Académie Julian
Mouvement artistique Nabi
Art nouveau
Influencé par Paul Gauguin

Paul-Élie Ranson, né à Limoges le 29 mars 1861, et mort à Paris le 20 février 1909, est un artiste peintre et graveur nabi français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hippogriffe (1891), non localisé
Pommier aux fruits rouges (1902), non localisé

Orphelin de mère à sa naissance, Paul-Élie Ranson est élevé par son père, Louis Casimir Ranson (1828-1898), personnalité politique, maire de Limoges de 1870 à 1871, puis de 1881 à 1885 et député républicain radical de la Haute-Vienne de 1885 à 1889, et ses grands-parents. Il est initié au dessin par son grand-père Jean-Jacques Maquart et intègre en 1877, l'École des beaux-arts appliqués à l'industrie de Limoges.

En 1884, il épouse sa cousine germaine, France Rousseau, et étudie quelque temps à l'École nationale supérieure des arts décoratifs, qu'il quitte pour entrer à l'Académie Julian en 1886-1891. Il fait partie des cinq membres fondateurs du groupe des Nabis créé en 1888. Ils se réunissent en dans un premier temps au café restaurant L'Os à Moëlle, passage Brady, puis à partir de 1889 dans son atelier au-dessus de l'appartement familial rebaptisé Le Temple pour l'occasion, situé au 25, boulevard du Montparnasse. On y trouve Paul Sérusier, Henri-Gabriel Ibels, Pierre Bonnard, et Maurice Denis. Passionné de marionnettes depuis son plus jeune âge, il communique sa passion à tout le groupe.

En 1891, il participe aux représentations symboliques du Théâtre d'Art, où les nabis ont été appelés par Paul Fort pour organiser un spectacle symbolique au profit de Paul Verlaine et de Paul Gauguin. On y joue Chérubin de Charles Morice et l' Intruse de Maeterlinck. En 1892, il participe à la représentation d'un spectacle de Maurice Maeterlinck, Sept princesses, chez Georges Coulon, conseiller d'État. Il réalise la mise en scène d'Ubu roi d'Alfred Jarry au Théâtre des Pantins de Claude Terrasse.

Il participe aux expositions du groupe organisées par Le Barc de Boutteville dans sa galerie de la rue Le Peletier de 1891 à 1895, ainsi qu'au Salon des indépendants et au Salon de la Libre Esthétique à Bruxelles à partir de 1894. Cette année là, il crée son théâtre de marionnettes au Temple , Maurice Denis et Georges Lacombe fabriquent les marionnettes, France Ranson réalise les costumes. Les deux années suivantes vont être pour Ranson des années de difficultés, la mort de son beau-père, Charles Rousseau, l'oblige à déménager. Il s'installe rue d'Alençon à deux pas de son atelier.

Son intérêt pour la théosophie, le spiritisme, la magie, l'occultisme le distingue des autres nabis. Ses activités fort nombreuses le conduisent surtout vers les arts décoratifs (panneaux décoratifs, papiers peints, tapisseries, vitraux). À ce titre, il travaille pour l'ouverture de l’« exposition permanente et internationale », titrée l'Art nouveau, prévue pour le premier octobre 1895 dans la galerie de Samuel Bing, dite après les travaux Maison de l'Art nouveau, au 19 rue Chauchat[1], avec des panneaux accompagnant le mobilier de Henry Van de Velde et des vitraux réalisés par le maître verrier américain Louis Comfort Tiffany[2].

Il dessine des décors de théâtre comme pour Le Bateau ivre d'après Arthur Rimbaud avec Paul Sérusier, monte son propre théâtre de marionnettes, dessine des programmes, collabore au Théâtre des Pantins avec les autres nabis à la fin de 1897, brosse des vignettes bouffonnes et anticléricales, dessine des motifs pour une boîte à cigare. En 1898, son épouse attend son fils Michel : cet événement va transformer la vie de Paul Ranson qui a du mal à accepter cette maternité, le privant de son modèle et de sa collaboratrice dans la réalisation des travaux de tapisseries.

À partir de 1899, sa santé se dégrade et sa peinture évolue. Il se rend chez son ami Georges Lacombe dont il contribue à décorer la maison L'Ermitage ' près d'Alençon. En 1905, il retourne dans son foyer et organise à nouveau des réunions avec ses compagnons nabis. À la fin de sa vie il associe des sujets mythologiques, bibliques, anticléricaux et de sorcellerie.

En 1908, il devient officier d'Académie. Devant ses difficultés financière et son état de santé, le groupe des nabis décident de fonder une académie dans la rue Henry-Monnier au nom de leur ami en lui en confiant la direction. L'ouverture a lieu en octobre 1908, avec un nombre non négligeable d'inscriptions. Après sa mort sa femme continuera le projet de l'Académie Ranson, en la transférant rue Joseph-Bara.

Il meurt de la fièvre typhoïde le 20 février 1909.

Parallèlement à son appartenance aux nabis, il laisse une œuvre qui va de la peinture de chevalet aux arts décoratifs essentiellement régie par le sens du décor qui fait de lui un des promoteurs de l'Art nouveau.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Dessins[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Christ et Bouddha, 1890, Gooreind-Wuustwezel, Triton Foundation
  • Lustral,1891, tempéra sur toile, Paris, musée d'Orsay
  • Les Sorcières autour du feu, 1891, Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
  • Femme au chien qui saute, 1895, tempéra sur toile, Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
  • Cinq Femmes à la récolte, 1895[3], peinture à la colle, Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
  • Quatre Femmes à la fontaine, 1895[4], peinture à la colle, Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
  • Trois Femmes à la récolte, 1895, peinture à la colle, Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
  • Femme à la cruche, 1895, Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
  • L'Explication, 1896, pastel sur toile, Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice-Denis « Le Prieuré »
  • Le Petit Poucet, vers 1900, huile sur toile, musée de l'Évêché de Limoges
  • Baigneuses ou Le Lotus, 1906, Paris, musée d'Orsay
  • L'Abbé Prout aux palmes, 1907, fait par dérision à la suite de sa nomination comme officier d'Académie[5], catalogue raisonné p. 740.

Estampes[modifier | modifier le code]

  • La Liseuse étendue, dite aussi La Lecture, 1894, lithographie, monogramme vers le bas sur le côté gauche, dim; h: 15,9 cm × l: 24,5 cm (vente professionnel sur le net, et un exemplaire au musée des beaux-arts de Pont-Aven)
  • Femme couchée, 1895, publiée dans la Revue blanche, lithographie, National Gallery, Australie
  • Alchimie ou Femme accoudée, lithographie, musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye
  • Tristesse' ou Jalousie, estampe, musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye

Œuvres décoratives[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Livre de la Vierge, 1895
  • L'Abbé Prout, manuscrit original 6 cahiers, comprenant deux gouaches représentant l'abbé et 45 dessins reproduits dans la première publication, 1902
  • Programme de la représentation de L'abbé Prout, dans un médaillon, le profil de l'abbé surmonté d'une estrade de guignol encadrée de deux musiciennes nues, 1903
  • Le Moutardier du Pape, opéra bouffe en trois actes d'Alfred Jarry, six vignettes, 1907

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Exposition universelle de 1889 au café Volponi, « Groupe impressionniste et synthétiste »
  • 1889, expose avec les Nabis[Où ?]
  • 1890, expose avec les Nabis[Où ?]
  • 1891, expose avec les Nabis[Où ?]
  • 1891, Le Barc de Boutteville dans sa galerie de la rue Le Peletier à Paris
  • 1892, Le Barc de Boutteville dans sa galerie de la rue Le Peletier
  • 1893, Le Barc de Boutteville dans sa galerie de la rue Le Peletier
  • 1894, Le Barc de Boutteville dans sa galerie de la rue Le Peletier
  • 1894, exposition des beaux-arts : Femmes en blanc (tapisserie)
  • 1895, Le Barc de Boutteville dans sa galerie de la rue Le Peletier
  • 1906, Galerie Druet à Paris
  • 1997, exposition au musée du Prieuré de Saint-Germain-en-Laye
  • Musée de Valence, du 20 juin au 7 octobre 2004
  • « Fantasmes et sortilèges », Paul Ranson au musée Maurice Denis, du 24 octobre 2009 au 24 janvier 2010
  • « Fantasmes et sortilèges », Paul Ranson au musée des beaux-arts de Pont-Aven du 5 juin au 3 octobre 2010
  • Musée d'art moderne de Strasbourg, « L'Europe des Esprits », exposition collective, 2011

Décorations[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Brigitte Ranson-Bitker, « Paul-Élie Ranson (1861-1909), le Nabi plus japonard que le japonard », dans les Nouvelles de l'estampe, no 129, août 1993, p. 11-33.
  • Brigitte Ranson-Bitker, Gilles Genty, Catalogue Raisonné du peintre Paul-Élie Ranson (1861-1909), 1999.
  • Geneviève Aitken, « Les Nabis, un foyer au théâtre », dans Nabis, 1888-1900, Paris, éditions de la Réunion des musées nationaux, 1993.
  • Agnès Humbert, Les Nabis et leur époque, Genève, Pierre Cailler, 1954.
  • Maurice Malingue, « Petits et grands Nabis », dans L'Œil, février 1960, no 62, p. 40.
  • Alfred Jarry, « Les Livres. Paul Ranson : L'abbé Prout », dans La Revue blanche décembre 1902, t.XXIX, p. 627-628.
  • Gilles Genty, Hélène Moulin-Stanislas, Brigitte Ranson-Bitker, Janine Méry, Marc-Olivier Bitker, Catalogue de l'exposition Paul Ranson, 174 p., 125 illustrations, musée de Valence, Paris, coédition musée de Valence - Somogy 2004.(ISBN 2-85056-788-4).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. avec une adresse postale au 22, rue de Provence.
  2. Affiche de l’exposition.
  3. [1]
  4. [2]
  5. Jérémie Cerman, L'Abbé Prout de Paul Ranson, satire et théâtres de marionnettes chez les Nabis, texte en ligne
  6. François Luneau, Félix Gaudin peintre verrier et mosaiste 1851-1930, Presses Universitaires Blaise Pascal, janvier 2006, p.525/624.pp.
  7. [3]
  8. Jérémie Cerman, L'Abbé Prout de Paul Ranson, satire et théâtre de marionnettes chez les Nabis