Doctor Atomic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Doctor Atomic
Image décrite ci-après

Genre Opéra
Nbre d'actes Deux actes
Musique John Adams
Livret Peter Sellars
Langue
originale
Anglais
Durée
approximative
environ 160 min
Création 1er octobre 2005
San Francisco Opera Drapeau des États-Unis États-Unis

Doctor Atomic est un opéra de John Adams, livret de Peter Sellars, créé le1er octobre 2005 au San Francisco Opera sous la direction de Donald Runnicles dans une mise en scène de Peter Sellars sur une chorégraphie de Lucinda Childs.

Historique[modifier | modifier le code]

L'argument de l'opéra Doctor Atomic est basé sur l'histoire du Projet Manhattan au moment de l'essai Trinity et en particulier de son acteur scientifique principal que fut Robert Oppenheimer. Le livret écrit par Peter Sellars est basé sur des textes de Charles Baudelaire, John Donne, et Muriel Rukeyser, ainsi que sur une poème indien traditionnel intitulé Bhagavad Gita.

Deux ans plus tard, John Adams a tiré de son opéra la matière musicale d'une symphonie en un seul mouvement intitulée Doctor Atomic Symphony, et créée en 2007 sous la direction du compositeur.

Distribution à la création[modifier | modifier le code]

Un opéra « faustien » ?[modifier | modifier le code]

Le caractère faustien de l'œuvre est assez discuté. Emmanuel Reibel qui lui consacre une notice importante dans son Faust, la musique au défi du mythe le qualifie ainsi de « Faust malgré lui »[1].

Initialement, il devait s'agir, sans ambiguïté, d'un Faust américain. John Adams répond en effet à une commande assez précise de l'Opéra de San Francisco, qui programmait toute une série d'opéras « faustiens » depuis 2002. Les commanditaires vont même jusqu'à formaliser leurs desiderata dans une question assez concrète : « Qu'est-ce que le mythe de Faust a en rapport avec la culture américaine actuelle ? »[1]. Adams s'est finalement émancipé de ce cadre thématique assez déterminé. Comme le souligne Reibel « Il est bien question d'un savant, mais tout donne l'impression que John Adams évacue le sujet imposé »[1]. Le compositeur lui-même se refuse d'ailleurs à cette grille de lecture, trop réductrice selon lui : « Je n'ai pas voulu que ce Doctor Atomic soit présenté comme un Faust américain »[2].

Emmanuel Reibel remarque pourtant certaines analogies troublantes avec le mythe de Faust. Le personnage de Kitty rappelle ainsi, dans une certaine mesure, la figure de l'« éternel féminin » dans le Faust de Goethe. En outre, il n'est sans doute pas anodin que l'œuvre soit créée alors même que, sous l'administration Bush, l'Amérique paraît céder à une tentation toute faustienne de domination mondiale[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Reibel 2008, p. 257
  2. Reibel 2008, p. 258
  3. Reibel 2008, p. 259

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]