Mongo (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mongo.

Mongo

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Une famille mongo

Populations significatives par région
Drapeau de la République démocratique du Congo RD Congo ~ 12 000 000
Autres
Langues

lomongo, lingala

Religions

Christianisme, religion traditionnelle

Ethnies liées

Nkundu, Bangalas

Les Mongo sont un peuple d’Afrique centrale, que l'on retrouve dans le Sud des province de l’Équateur et de l'orientale, le Nord des provinces du Bandundu et du kasai oriental (sankuru) ainsi que dans le maniema en République démocratique du Congo (RDC).

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources on observe plusieurs variantes : Balolo, Bolongo, Lomongo, Mongos[1].

Langues[modifier | modifier le code]

Ils parlent le lomongo ou ses dialectes, mais le lingala est couramment utilisé et remplace parfois le lomongo comme langue maternelle dans les centres urbains. Avec les Lubas et les Kongos, ils composent l'un des plus grands groupes de langue bantoue de la RDC.

Histoire[modifier | modifier le code]

Femme mongo (phot. antérieure à 1928)

Selon Georges van der Kerken, les Mongo seraient originaires d'un pays du nord-est du Haut-Nil, dans les régions du Lac Albert, Lac Édouard et du Lac Victoria, en Afrique de l'est. D'autres seraient venus des régions plus au nord entre 1300 et 1500 de l'ère chrétienne. Par la suite ils atteignent la région du Haut-Uélé, puis l'Équateur.

Clans[modifier | modifier le code]

Le peuple mongo comprend plusieurs clans : Bolia, Bokote, Bongandu, Ekondas, Mbole, Ndengese, Nkutu, Ntomba, Kole, Sengele, Songomeno, Iyasa, Bakutu, Kusu, Iyadjima (Iyaelima), Boyela et les Batetela. Tous se réclament d'un ancêtre commun Mongo, ils se nomment Anamongo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Rosemarie Eggert, Das Wirtschaftssystem der Mongo (Äquatorregion, Zaire) am Vorabend der Kolonisation : eine Rekonstruktion, D. Reimer, Berlin, 1987, 350 p. (ISBN 3-496-00873-3) (version remaniée d’une thèse soutenue à la Johannes Gutenberg-Universität de Mayence en 1984)
  • (en) Brunhilde Biebuyck, Nkundo Mongo tales : analysis of form and content, Indiana University, 1980, 282 p. (thèse)
  • (en) Hélène Pagezy, « Fatness and culture among the Southern Mongo (Zaire) : the case of the primiparous nursing woman », in African study monographs (Kyoto), 12 (3), octobre 1991, p. 149-160
  • (fr) Joseph Baambe a Mboyo, Un mode d'inculturation de l'État au Zaïre : la réinstrumentalisation contemporaine de l'organisation sous-politique des classes d'âge dans le système Inongo chez les Mongo, Université de Paris 1, 1997 (thèse)
  • (fr) Louis Bamala, Les ancêtres de Lianja : prolégomènes à l'épopée des Mongo (traduction française par Gustaaf Hulstaert), Centre Aequatoria Bamanya-Mbandaka, 1988, 59 p.
  • (fr) Joseph Bongango, L'organisation sociale chez les Mongo de Basankusu et sa transformation, Éditions Publibook, Paris, 2008, 247 p. (ISBN 9782748340891)
  • (fr) François Bontinck, « L'ethnonyme Mongo », in Annales aequatoria (Mbandaka), no 12, 1991, p. 462-470
  • (fr) Rosemarie Eggert, « Le rôle joué par la monnaie précoloniale et moderne dans les transactions matrimoniales chez les Mongo de la région équatoriale de la R. D. Congo », in Annales aequatoria (Bamanya-Mbandaka), 21, 2000, p. 41-51
  • (fr) Albert Jozef de Rop, La littérature orale Mongo : synthèse et bibliographie, CEDAF, 1974, 72 p.
  • (fr) Gustave E. Hulstaert, Contes mongo, Académie royale des sciences d'Outre-mer, Bruxelles, 1965, 653 p.
  • (fr) Gustave E. Hulstaert, Proverbes mongo, Musée royal du Congo belge, Tervuren, 1958, 827 p.
  • (fr) G. Hulstaert, Éléments pour l'histoire mongo ancienne, Académie royale des sciences d'outre-mer, Bruxelles, 1984, 83 p.
  • (fr) Frédéric Ingetsi Imongya, Les effets juridico-canoniques du lien matrimonial en relation avec la culture mongo de la rép. Dem. du Congo : synthèse historique et actualité du problème, Pontificia Universitas Urbaniana, Rome, 2000, 155 p.
  • (fr) Piet Korse, « La forge chez les Mongo de Basankusu », in Annales aequatoria (Mbandaka), no 9, 1988, p. 23-35
  • (fr) Piet Korse, Lokonga Mondjulu et Bonje wa Mpay Bongondo, Jebola : textes, rites et signification d'une thérapie traditionnelle mongo, Centre Aequatoria, Bamanya-Mbandaka, 1990, 135 p.
  • (fr) B. Nkombe, « Divination et médecine traditionnelle chez les Mongo : cas d'Is'Ifeko de Lilangi », in Africa (Rome), 1983, vol. 38, no 3, p. 396-414
  • (fr) Georges van der Kerken, L'ethnie mongo : histoire, groupements, sous-groupements, origines ; visions, représentations et explications du monde ; sociologie, économie, ergologie, langues et arts des peuples mongo, politique indigène, contacts avec peuples voisins, Falk, Bruxelles, 1944
  • (fr) Jan Vansina, « Vers une histoire des sociétés Mongo », in Annales aequatoria (Mbandaka), 8, 1987, p. 9-57.
  • (fr) Honoré Vinck, « Les débuts d'un musée de la culture Mongo au Centre Aequatoria de Bamanya (Bamanya, Zaïre) », in Bulletin of the West African Museums Project, Dakar, no 1, 1990, p. 17
  • (nl) Mongo cultuur : tentoonstelling, 26 augustus tot 21 oktober 1984, georganiseerd door het Stadsbestuur van Sint-Niklaas en het Gemeentekrediet van Belgie, Gemeentekrediet, Bruxelles, 1984, 174 p. (exposition)
  • (nl) Thomas van Langendonck, De invloed van de Missionarissen van het H. Hart op het ethnisch bewustzijn van de Mongo (1925-1965), Université de Gand, 1992, 207 p. (mémoire)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :