Crozets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crozet.
Crozet
Image illustrative de l'article Crozets
Crozets de Savoie, crus

Lieu d'origine Savoie
Place dans le service accompagnement
Ingrédients blé
Mets similaires Crouzet
Classification Pates alimentaires

Les crozets sont une variété de féculents spécifiques à la Savoie. Ce sont de petits morceaux de pâte alimentaire, aplatie au rouleau et coupée en carrés à l'aide d'un couteau-hachoir spécifique, autrefois plutôt fabriqués à la maison.

Préparation[modifier | modifier le code]

L'ingrédient principal est traditionnellement la farine de sarrasin, mais elles sont également fabriquées à base de farine de blé dur. Très populaires en Tarentaise, la légende raconte qu'ils ont été développés dans la vallée de Celliers. Aussi, cette tradition culinaire est très développée en Tarentaise. Sa production est d'ailleurs faite à Moutiers-Tarentaise

La recette traditionnelle savoyarde consiste à incorporer aux pâtes égouttées des lamelles de Beaufort.

Le nom viendrait du franco-provençal savoyard croé qui signifie petit[1], d'autres pensent qu'il proviendrait du bas latin crux, qui signifie croix et qui a donné le savoyard crwê, mais on trouve aussi différents termes comme croêze, croêju (Albertville), croezu (Annecy), croezet (Thônes), krozè (Oisans).

Il existe aussi une croyance populaire comme quoi le nom de crozet est dérivé du patronyme d'un certain docteur B.Croizat, qui se trouvait démuni face à une de ses patientes possédant une tendance hypocondriaque. Pour la soulager de ses douleurs, il décida de lui mentir en lui présentant ce nouveau met tout en lui assurant qu'il s'agissait d'un remède puissant si l'on en mangeait en quantité raisonnable. Cette légende ne fait toutefois pas consensus et on lui préfère souvent l'explication du précédent paragraphe.

Ce plat s'est ensuite répandu et il est difficile d'en déterminer l'origine exacte puisque chaque vallée connaissait des formes, des saveurs et des recettes originales accompagnées des produits de saison.

Au pays d'Allevard, à la frontière du Dauphiné et de la Savoie, la soupe de crozets constituaient la nourriture exclusive des mineurs de fer selon le témoignage du minéralogiste Barthélemy Faujas de Saint-Fond. Peu auparavant une première recette de la soupe dite "touble" avait été publiée par Louis Lémery dans son "Traité des aliments" (réédité en 1755). Au moment de la fête des Morts, selon certains rites décrits par Arnold Van Gennep, des assiettes de soupe de crozets étaient portées dans les cimetières sur les tombes des disparus. Ces dernières portent une croix en guise de label.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvianne Léveillé, Les recettes savoyardes, Éditions Jean-paul Gisserot,‎ 2005, 31 p. (ISBN 978-2-8420-6315-3), p. 18

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Jeudy, Les mots pour dire la Savoie : Et demain, j'aurai autre chose à vous raconter, La Fontaine de Siloé,‎ 2006, 540 p. (ISBN 978-2-8420-6315-3), p. 162-163

Articles connexes[modifier | modifier le code]