Seyssel (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seyssel.
Seyssel
Vin de Seyssel (AOC).JPG
Panneau garantissant l'AOC du vin de Seyssel.
Désignation(s) Seyssel
Appellation(s) principale(s) seyssel,
seyssel molette
seyssel mousseux[N 1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1942
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignobles de Savoie et du Bugey
Localisation Ain et Savoie
Climat tempéré continental à influence montagnarde
Cépages dominants altesse B[N 2]
Vins produits blancs et mousseux
Production 2 500 hectolitres
Pieds à l'hectare minimum 6 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 58 à 62 hectolitres par hectare en blanc,
75 à 78 hectolitres par hectare en mousseux

Le seyssel[N 1], ou vin de Seyssel, est un vin blanc français d'appellation d'origine contrôlée produit à cheval sur le vignoble du Bugey et celui de Savoie. Il s'agit d'un vin soit tranquille et sec soit mousseux, qui bénéficie d'une AOC communale (seyssel) depuis le 11 février 1942 (c'est la plus ancienne appellation pour un vin de Savoie). Il représente environ 5 % de la production du vignoble de Savoie avec environ 2 500 hectolitres annuels.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce vignoble remonterait au XIe siècle. Par contre sa renommée date du début du XXe siècle, grâce à l'élaboration de vins mousseux. Ce sont eux qui vont faire connaître le vignoble hors de sa région[1].

Vignoble de Seyssel au début du XXe siècle

Le premier acte faisant mention de vins à Seyssel est daté de 1145. Au début du XIVe siècle, les moines d’Arvières développent ce vignoble. Deux siècles plus tard, les contrats de vente ou de mariage mentionnent toujours des vignes, qui atteignent leur développement maximum au XVIIIe siècle. En effet, une statistique de 1782, notifie que la vigne est « une culture importante sur les bords du Rhône et sur le versant droit de la vallée des Usses (affluent du fleuve) »[2].

Les documents du début du XIXe siècle indiquent que des vins mousseux sont élaborés à Seyssel et qu'ils enthousiasment les chroniqueurs de l'époque. En 1927, les producteurs de Seyssel et de Corbonod forment un syndicat pour obtenir une délimitation judiciaire et légale de leur vignoble. L'AOC « Seyssel » et « Seyssel mousseux » sont reconnues en 1942. Un décret du 27 octobre 2009 confirme celui du 11 février 1942[2].

L'homologation en AOC de la Molette est effective depuis le 24 septembre 2011. Ce cépage est idéal pour obtenir un vin blanc sec d'après les experts de l'INAO dont le décret a été publié au Journal officiel[3]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce toponyme peut avoir son origine dans l'anthroponyme germanique Saxoinus [Nègre 1990] ou provenir du latin saxum, désignant une roche, un rocher ou un roc, avec le suffixe -o-ialum (clairière)[4]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le vignoble implanté de part et d’autre du Rhône, en Haute-Savoie et dans l'Ain, couvre 80 hectares[5].

Orographie[modifier | modifier le code]

Cône d'éboulis des falaises du Grand-Colombier

Les vignes ont été plantées sur un terroir bien spécifique dont le sol est constitué de roches anguleuses reliquat des éboulis des falaises du Grand-Colombier. Ce décrochement a constitué un substrat calcaire d'une épaisseur variant entre 15 et 20 mètres, et d'une altitude comprise 200 et 380 mètres[5].

Géologie[modifier | modifier le code]

Ce terroir viticole est installé sur les plissements sédimentaires du Jurassique, comblés par des molasses provenant de l'érosion du massif alpin à l'ère Tertiaire. Elles sont constituées de grès à ciment calcaire ou de marnes (calcaire argileux). Elles sont souvent couvertes de moraines, d'origine glaciaire, datant du Quaternaire qui sont composées d'un mélange de sables argileux, de graviers et de blocs[2].

Les éboulis calcaires des pentes du Grand Colombier, à la déclivité importante et où la roche mère affleure, se situent dans des cônes de déjection délimité par des coteaux au sous sol profond. Cette montagne calcaire est caractérisée par d'importantes formations karstiques qui ont provoqué ces éboulis[6].

Le vignoble a été implanté sur ces deux types de sols. Le premier comprenant des terres squelettiques, légères et filtrantes sur molasse sableuse, le second des terres brunes argileuses et lourdes, sur formations glaciaires. L'importance des remaniements, dus au colluvionnements et aux glissements a provoqué la présence de sols de type intermédiaire[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Dans cette partie haute de la vallée du Rhône, au climat de type continental de l'Ain se mêlent les influences océaniques issues de Haute-Savoie. Compromis qui convient particulièrement à la vigne qui jouit d'une exposition Sud–Sud-Est qui favorise la maturité des raisins[5].

Graphique des températures mensuelles à Seyssel.
Relevés météorologiques de Seyssel
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −2,3 −1,2 0,3 3,5 7,1 10,3 11,8 11,3 9 5,4 1,8 −1,1
Température maximale moyenne (°C) 3,5 5,3 9,2 13,5 17,6 21,8 24,6 23,7 20,3 13,9 8 4,2
Source : [7]

Vignoble[modifier | modifier le code]

Vignoble de Corbonod taillé en cordon de Royat

Présentation[modifier | modifier le code]

Le vignoble est situé sur les communes de Seyssel (Ain), Seyssel (Haute-Savoie) et Corbonod (Ain).

Encépagement[modifier | modifier le code]

Pour les vins tranquilles, les cépages blancs sont la roussette (aussi appelé altesse) et la molette, pour les vins mousseux altesse B, chasselas B et molette B[8].

Méthodes culturales et règlementaires[modifier | modifier le code]

Les vignes présentent une densité minimale de 6 000 pieds à l'hectare avec un écartement n'excédant pas 2 mètres et un écartement entre pieds sur un même rang inférieur à 80 centimètres. Les vignes sont menées en taille courte et conduite en gobelet, éventail, ou cordon de Royat simple ou double. Le maximum de coursons par pied ne doit pas excéder 6, chaque courson portant un maximum de 2 yeux. Le rendement maximum est de 58 à 62 hectolitres par hectare en blanc, et de 75 à 78 hectolitres par hectare en mousseux[8].

Vinification et élevage[modifier | modifier le code]

Vinification en blanc[modifier | modifier le code]

Dans la vinification en blanc la fermentation se déroule en dehors de tout contact avec les parties solides de la vendange (pépins, peaux du raisin, rafles). Le but de cette vinification est de faire ressortir le maximum des arômes contenus d'abord dans le raisin, ensuite en cours de fermentation, enfin lors du vieillissement[9].

L'extraction du jus et sa séparation des partie solides peuvent être précédés par un éraflage, un foulage et un égouttage, pour passer ensuite au pressurage. Mais ces phases sont évités par nombre de vinificateurs pour éviter l'augmentation des bourbes[9]. Le choix se porte sur une extraction progressive du jus puis un débourbage qui permet d'éliminer toute particule en suspension. Là aussi, encore plus que pour une vinification en rouge, s'impose la maîtrise des températures lors de la fermentation alcoolique. Elle se déroule entre 18 et 20° et dure entre 8 et 30 jours selon le type de vin désiré[10].

Vinification des vins effervescents[modifier | modifier le code]

La vinification des vins effervescents a pour but de permettre d'embouteiller un vin dont les sucres et les levures vont déclencher une seconde fermentation en bouteilles. Celle-ci et son bouchon doivent pouvoir résister au gaz carbonique qui se forme sous pression. C'est lui au débouchage qui provoquera la formation de mousse[11].

Le seyssel « méthode traditionnelle » est élaboré avec un minimum de 10 % d'altesse. Ce mousseux est le fleuron de l'appellation seyssel depuis 1901. On utilise un vin tranquille auquel est ajouté une liqueur de tirage, constituée de levures, d'adjuvants de remuage (pour faciliter la récupération et l'éjection du dépôt au dégorgement) et de sucre (de 15 à 24 g/l) selon la pression désirée au final. La bouteille est rebouchée hermétiquement et déposée sur des clayettes afin que les levures transforment le sucre en alcool et en gaz carbonique[12].

Article détaillé : Prise de mousse.

Terroir et vins[modifier | modifier le code]

Les vins blancs de Seyssel dégagent des arômes de violette, d'iris et de fruits à chair blanche. Ceci serait lié au fait qu'une variété d'iris très aromatique utilisée par les parfumeurs de Grasse était cultivée autrefois sur ce vignoble[13].

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Il y a 14 domaines viticoles, dont 12 situés sur la commune de Corbonod[14]. Les propriétaires sont à la tête de petites parcelles de vignes, ce qui ne les empêche point de posséder chai de vinification et caveau de dégustation pour leurs clients. Une partie des producteurs ont recours au négoce local[2].

Posséder un chai de vinification représente un investissement lourd mais obligatoire. Réglementairement, il doit posséder d'une cuverie de vinification équivalent en volume aux apports de ses vendanges. La maîtrise des températures de vinification est nécessaire et les cuves de vinification sont dotées d'un dispositif de suivi[2].

Il existe une CUMA d'embouteillage dont la majorité des coopérateurs sont des jeunes agriculteurs[15].

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

AOC Seyssel sur entrecôte, pommes-frites et sauce camembert
AOC Seyssel en accompagnement de desserts : crème brûlée et mousse au chocolat à l'orange

Le vin blanc sec, qui doit être servi à une température idéale entre 8 à 10 °C pour l'apprécier, se marie parfaitement avec le boudin blanc, les diots, les fondues au fromage, la soupe savoyarde, les makis d'anguilles et de saumon, les écrevisses, les viandes blanches, la raclette, la tartiflette, les poissons de mer et de rivière, les fromages locaux (Comté, Emmental de Savoie, Morbier, Ramequin, Chevret, etc.) et les desserts[16].

Le mousseux, qui se caractérise par un nez fleuri et des arômes de fruits à chair blanche, est plus corsé que le vin blanc sec[5]. Selon Patrick Dussert-Gerbert, rédacteur de l'encyclopédie des vins, vignerons et vignobles du monde entier « C'est un vin cristallin, digeste et très lèger, l'un des meilleurs vins de mousse de France, à boire pour lui-même »[17]. Ce qui ne l'empêche pas de s'imposer sur les desserts et en particulier le gâteau aux mirabelles et un Saint-Honoré[18].

Ces vins se gardent de 2 à 3 ans, le mousseux peut être dégusté dès que produit.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

La mise en marché du millésime 2011 est marquée par un bilan positif. Depuis le début 2012, il a été noté un équilibre entre la production et la commercialisation. Celui-ci est dû aux opérations promotionnelles des vins de Savoie et de Seyssel, tant au niveau régional que national. Les volumes produits sont estimés à 2 376 hectolitres de Seyssel, 1 305 hectolitres de Seyssel mousseux et 52 hectolitres de Seyssel Molette, la nouvelle AOC[3]. La vente directe à la propriété représente 60 % des volumes. Il existe deux entreprises de négoce local qui commercialisent les vins de Seyssel au niveau régional[2].

Les producteurs de L'AOC[modifier | modifier le code]

Panneau indicateur d'un domaine à l'entrée de Seyssel

Ils sont au nombre de quatorze[14] :

  • Émilienne Chappuis, Corbonod
  • GAEC Bernard Aimé et Fils, Corbonod
  • GAEC Gallice, Corbonod
  • GAEC Goux et fils, Corbonod
  • Léon Fagot, Corbonod
  • Bernard Favre, Corbonod
  • Pierre-Alain Vionnet, Corbonod
  • Bernard et Martine Mollex, Corbonod
  • Jean Mollex, Corbonod
  • Michel Roche, Corbonod
  • Maison Mollex, Corbonod
  • Domaine de Vens-le-Haut, Seyssel
  • Didier Poloni, Corbonod
  • Société des vins Lambert, Seyssel

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne de signaler la couleur du raisin : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Berger, Les filières de la vinification, in La vigne et le vin, numéro hors série trimestriel de Science & Vie, no 155, septembre 1986, p. 72-79, (ISSN 0151-0282)
  • Colette Navarre, L'œnologie, Éd. J. H. Baillière, (Technique et Documentation - Lavoisier), Paris, 1988, (ISBN 2852064316)
  • François Gilbert, Les vins de Savoie, Paris, Éd. Solar, coll. « Gilbert & Gaillard »,‎ 1991, 95 p. (ISBN 2-263-01777-1).
  • André Combaz, Les vins des terroirs de Savoie, Suresnes, Éd. J.P. Taillandier,‎ 1992 (ISBN 2876360950).
  • Savoie et Jura : Chignin, Seyssel, Bugey, Arbois, Château-Châlon, l'Étoile, Paris, La revue du vin de France et Le Figaro magazine,‎ 2009, 96 p. (ISBN 978-2-8105-0072-7).
  • Benoît Populorum, Les vins du Bugey, Châtillon-sur-Chalaronne, éditions la Taillanderie,‎ 1997, 47 p. (ISBN 2-87629-097-9).
  • Jean-Pierre de Monza, Le Jura, la Savoie et le Bugey, Paris, éditions J.-P. de Monza, coll. « L'atlas des vins de France »,‎ 1997, 16 p. (ISBN 2-908071-52-5).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]