Série noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Série noire (homonymie).

La Série noire, fondée en 1945, est une collection de romans policiers et de romans noirs publiée par Gallimard.

Historique[modifier | modifier le code]

Marcel Duhamel (à droite), avec Jacques Prévert en 1961 dans le film Mon frère Jacques par Pierre Prévert

Elle a été fondée en par Marcel Duhamel. Dans un éditorial de 1948, il prévenait ainsi le lecteur :

« Que le lecteur non prévenu se méfie : les volumes de la Série noire ne peuvent pas sans danger être mis entre toutes les mains. L'amateur d'énigmes à la Sherlock Holmes n'y trouvera pas souvent son compte [...] On y voit des policiers plus corrompus que les malfaiteurs qu'ils poursuivent. Le détective sympathique ne résout pas toujours le mystère. Parfois, il n'y a pas de mystère. Et quelques fois pas de détective du tout...Mais alors. Alors, il reste de l'action, de l'angoisse, de la violence[1]. »

Dès 1948, elle se distingue par une esthétique particulière (pochette cartonnée noire et jaune avec une jaquette noire avec liseré blanc) qui va faire beaucoup pour la notoriété de la collection. Le nom de la collection a été inventé par Jacques Prévert.

Mais sa grande force est la révélation (pour le public français) de très nombreux auteurs et d'une nouvelle forme de littérature policière, plongée dans la réalité de la rue, côtoyant malfrats, truands et tueurs.

La littérature anglo-américaine se taille la part du lion dans la collection. Marcel Duhamel se charge lui-même de la traduction de nombreux ouvrages (Raymond Chandler et Dashiell Hammett). Tous les grands auteurs du roman noir américain sont petit à petit publiés (Horace McCoy, W. R. Burnett, Ed McBain, Chester Himes, Robert Bloch, Richard Matheson, Lou Cameron, David Goodis, Harry Whittington ou Jim Thompson). Dans le même temps Duhamel va éditer des auteurs français, le premier est Serge Arcouët (publié sous le pseudonyme de Terry Stewart en 1948) puis Albert Simonin avec Touchez pas au grisbi !, et permettre au genre de prendre son envol définitif en France. Les écrivains du néo-polar (par exemple, Jean-Patrick Manchette, A.D.G. et Jean-Pierre Bastid) en feront un véhicule pour le commentaire social et politique.

Les constantes de la Série noire sont l'argot, l'humour, et la violence. Les mordus du roman policier la surnomment « la Reine de la Nuit ».

Au cours des années 1980 la collection commence à subir la concurrence de nouvelles collections comme Rivages/Noir. On critique aussi l'absence d'auteurs de sexe féminin. Patrick Raynal essaiera d'y remédier en donnant leur chance à Maïté Bernard, Laurence Biberfeld, Pascale Fonteneau, Sylvie Granotier, Nadine Monfils, Chantal Pelletier. Au cours des années 2000 l'érosion des ventes a conduit Antoine Gallimard à engager un profond changement de la collection : la collection sœur La Noire disparaît tandis que la Série noire passe d'un format mi-poche (19 X 12,5 cm.) au grand format.

Depuis , la collection est dirigée par Aurélien Masson. Il publie les livres en grand format, gardant l'esprit de la dernière version des semi-poches (photo en noir et blanc, typographie en jaune) mais fait disparaître la fameuse numérotation. Les tirages sont moins importants et leur prix plus élevé.

Des amateurs de petite bibliophilie recherchent pour leur collection les volumes antérieurs à 1950 en première édition de la Série noire dont l'auteur est célèbre.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Donald Westlake à la manifestation Quais du polar, Lyon, 2006
  • 1959 : fin d'une époque et début d'une tendance. Parution du dernier titre de Raymond Chandler, Charades pour écroulés, et du premier titre de la série Western, Le Desperado de Clifton Adams.
  • 1960 : Imbroglio negro de Chester Himes.
  • 1964 : La Lune d'Omaha, de Jean Amila. Un loup chasse l'autre, de Donald E. Westlake.
  • 1966 : la Série noire paraît au rythme incroyable de 96 titres par an. no 1000 : 1275 âmes de Jim Thompson.
  • 1969 : déclin très marqué de l'espionnage et du western.
  • 1971 : premiers romans des nouveaux auteurs français issus de mai 68, en particulier L'Affaire N'Gustro, inspirée de l'affaire Ben Barka, de Jean-Patrick Manchette.
  • 1972 : Nada, de Jean-Patrick Manchette. La Série noire renouvelle sa présentation, avec une nouvelle couverture inaugurée par le no 1459.
  • 1974 : lancement de la collection Super noire. Premier titre paru Adieu poulet de Raf Vallet.
  • 1976 : période noire pour le polar. La Série noire chute de 96 à 36 nouveautés par an, et c'est pourtant elle qui s'en tire le mieux.
  • 1977 : Kermesse à Manhattan, Marilyn la Dingue et Zyeux-bleus de Jerome Charyn. Décès de Marcel Duhamel. Robert Soulat lui succède.
  • 1979 : une nouvelle couverture illustrée en noir et jaune est inaugurée par le no 1725 Je vais faire un malheur ! de Russel H. Greenan.
  • 1981 : Mortelle randonnéee, de Marc Behm.
  • 1982 : La Position du tireur couché, de Jean-Patrick Manchette.
  • 1984 : Nous avons brûlé une sainte, de Jean-Bernard Pouy. Une nouvelle couverture illustrée, cette fois en couleurs, est inaugurée par le no 1942, C'est du délire..., de Fredric Neuman.
  • 1985 : La Bête et la Belle, de Thierry Jonquet (no 2000)
  • 1991 : en avril, Patrick Raynal succède à Robert Soulat.
  • 1992 : janvier, retour à l'ancienne couverture et à l'ancien format. Premiers titres parus sous la nouvelle présentation : Pirana matador de Jean-Hugues Oppel (no 2287) et Cosmix Banditos d'A.C. Weisbecker (no 2288).
  • 1994 : décès de Robert Soulat.
  • 1995 : cinquantenaire de la Série noire. Une nouvelle couverture est adoptée.
  • 2005 : Grand format non numéroté

Le manifeste de la "Série noire"[modifier | modifier le code]

En 1948, Marcel Duhamel écrit ce qui restera longtemps « le manifeste de la "Série noire" ». Après plus de cinquante ans, ce texte reste d'une rare actualité.

« Que le lecteur non prévenu se méfie : les volumes de la "Série noire" ne peuvent pas sans danger être mis entre toutes les mains. L'amateur d'énigmes à la Sherlock Holmes n'y trouvera pas souvent son compte. L'optimiste systématique non plus. L'immoralité admise en général dans ce genre d'ouvrages uniquement pour servir de repoussoir à la moralité conventionnelle, y est chez elle tout autant que les beaux sentiments, voire de l'amoralité tout court. L'esprit en est rarement conformiste. On y voit des policiers plus corrompus que les malfaiteurs qu'ils poursuivent. Le détective sympathique ne résout pas toujours le mystère. Parfois il n'y a pas de mystère. Et quelquefois même, pas de détective du tout. Mais alors ?... Alors il reste de l'action, de l'angoisse, de la violence — sous toutes ses formes et particulièrement les plus honnies — du tabassage et du massacre. Comme dans les bons films, les états d'âmes se traduisent par des gestes, et les lecteurs friands de littérature introspective devront se livrer à la gymnastique inverse. Il y a aussi de l'amour — préférablement bestial — de la passion désordonnée, de la haine sans merci, tous les sentiments qui, dans une société policée, ne sont censés avoir cours que tout à fait exceptionnellement, mais qui sont parfois exprimés dans une langue fort peu académique mais où domine toujours, rose ou noir, l'humour. À l'amateur de sensations fortes, je conseille donc vivement la réconfortante lecture de ces ouvrages, dût-il me traîner dans la boue après coup. En choisissant au hasard, il tombera vraisemblablement sur une nuit blanche. »[2]

Directeurs de la collection[modifier | modifier le code]

Patrick Raynal en 2007

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Boris Vian a traduit certains titres de la Série noire.
  • Il n'existe qu'un seul et unique catalogue de la Série noire, publié en 1955.
  • 1er auteur américain publié dans la collection : Horace McCoy
  • 1er auteur français publié dans la collection : Serge Arcouët sous le pseudonyme de Terry Stewart
  • 1985 : La Bête et la belle, de Thierry Jonquet (n° 2000)
  • Le roman Tous à l'égout de Robert Pollock a inspiré le "casse du siècle" consistant pour Albert Spaggiari à vider les coffres de la Société Générale en juillet 1976 à Nice. En 1979, José Giovanni réalisa un film sur le sujet, Les égouts du Paradis.

Les titres de la collection[modifier | modifier le code]

Série noire[modifier | modifier le code]

La collection a publié plus de 2 700 titres et son format a varié au cours du temps.

Hors série[modifier | modifier le code]

  • Le Livre de cuisine de la Série noire / Arlette Lauterbach et Alain Raybaud ; préf. Patrick Raynal ; ill. Jochen Gerner. Paris : Gallimard, 1999, 319 p. (Série noire). (ISBN 2-07-049876-X)
  • Le Livre des alcools de la Série noire / Arlette Lauterbach et Patrick Raynal ; préf. Jean-Marie Laclavetine ; ill. Joëlle Jolivet. Paris : Gallimard, 2001, 279 p. (Série noire). (ISBN 2-07-076342-0)

Collections satellites & hommages[modifier | modifier le code]

Chez le même éditeur[modifier | modifier le code]

  • "Série blême" : lancée en octobre 1949 par Marcel Duhamel, cette collection, sous jaquette verte, est consacrée à l'angoisse et au suspense. Premier titre paru : J'ai épousé une ombre de William Irish. La collection s'arrête avec le 22e titre en 1951.
  • "La Poche noire" : 165 numéros de 1967 à 1971
  • "Carré noir" : 586 numéros de 1971 à 1988
  • "Bibliothèque noire" : 8 titres de 1988 à 1992, collection réunissant trois à quatre romans majeurs d'un même auteur publiés dans la Série noire.
  • "Super noire" : 134 volumes de 1974 à 1979
  • "Futuropolis Gallimard Série noire" : 4 titres publiés de 1991 à 1992, collection dirigée par Étienne Robial reprenant des Séries noires en y ajoutant des illustrations originales en noir et blanc.
  • "La Noire" : collection de romans en grand format, créée par Patrick Raynal à l'image de la "Collection Blanche". Cette collection lancée en 1997 s'arrête en 2005 avec le passage en grand format de la "Série noire".
  • "Folio policier" : lancée en octobre 1998 par les Editions Gallimard pour ouvrir le genre à un public plus large via la notoriété de la marque Folio, dirigée depuis mars 2003 par Lionel Besnier, Folio Policier a d'abord puisé dans le fonds historique de la Série noire pour ensuite s'ouvrir à d'autres influences et d'autres maisons d'éditions, le tout afin de constituer un catalogue riche à ce jour de plus de 700 titres. Ce panorama du genre permet, via la proposition de thrillers, de polars historiques, romans noirs, d'enquêtes, de classiques, d'auteurs en devenir, de romans atypiques, hard-boiled ou satiriques, de croiser des auteurs tels qu'Ian Rankin, Chandler, Hammett, Daeninckx, Amila, Himes, Jonquet, Lansdale, Palahniuk, Simenon, Nesbo, Doa, Caryl Férey, Chainas ou Marcus Malte.

Chez d'autres éditeurs[modifier | modifier le code]

  • "Série noire et rose" aux Éditions de Lutèce (Paris)
  • "Série grise" aux Éditions Baleine (19 titres : 2000-2002), collection dirigée par Jean-Bernard Pouy. Cette collection de polars visait un lectorat de personnes âgées avec des textes courts publiés en gros caractère, estampillés de 72 à 83 ans ou autres âges suivant l’âge des héros de l’histoire.
  • "Suite noire" aux Éditions la Branche, collection dirigée par Jean-Bernard Pouy.
  • "Souris noire" et "Rat noir" aux Éditions Syros, collections de romans noirs pour la jeunesse.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Franck Lhomeau, Les débuts de la Série noire (1995).
  2. MOURET, Jean-Noël. 50 ans de Série noire Gallimard 1945-1995. Brochure réalisée par la Fnac, 1995, p. 2.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • Claude Mesplède et Jean-Jacques Schleret. Voyage au bout de la noire : inventaire de 732 auteurs et de leurs œuvres publiés en Séries Noire et Blême (Futuropolis, 1982, Trophée 813 Prix Maurice Renault 1983)
  • Claude Mesplède et Jean-Jacques Schleret. Voyage au bout de la noire t.2 (Futuropolis, 1985, additif-mise à jour 1982-1985)
  • Claude Mesplède, Les années "Série noire" : bibliographie critique d'une collection policière, vol. 1 : 1945-1959, Amiens, Editions Encrage, coll. « Travaux » (no 13),‎ 1992 (ISBN 9782906389342)
  • Claude Mesplède. Les Années Série Noire vol.2 (1959-1966) (sous la dir.) (Encrage “ Travaux ” no 17, 1993)
  • Claude Mesplède, Les années "Série noire" : bibliographie critique d'une collection policière, vol. 3 : (1966-1972), Amiens, Editions Encrage, coll. « Travaux » (no 22),‎ 1992 (ISBN 9782906389533)
  • Claude Mesplède, Les Années Série Noire vol.4 (1972-1982) (sous la dir.) (Encrage “ Travaux ” no 25, 1995)
  • Claude Mesplède, Les Années Série noire vol.5 (1982-1995), (sous la dir.) Encrage « Travaux » no 36, 2000
  • Jean-Noël Mouret. 50 ans de Série noire Gallimard 1945-1995. Brochure réalisée par la Fnac, 1995, 12 p.
  • Pierre Giraud et Pierre Ditalia. L'Argot de la "Série noire". vol. 1, L'argot des traducteurs, Nantes : Joseph K., 1996, 378 p. (ISBN 2-910686-06-X)
  • Claude Mesplède et Jean-Jacques Schleret Les Auteurs de la Série Noire 1945-1995 (éd. rev. et augm. de Voyage au bout de la noire) (Joseph K. “ Temps noir ”, 1996, Trophée 813 Prix Maurice Renault 1997)
  • Claude Mesplède. Les Années Série Noire vol.5 (1982-1995) (Encrage “ Travaux ” no 36, 2000)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Franck Lhomeau. "Le Véritable Lancement de la Série noire". Temps noir, novembre 2000, no 4, p. 50-122. Bibliogr. p. 123-127.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]