Capsule temporelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Helium Centennial Time Columns Monument, situé à Amarillo (Texas), comporte 4 capsules temporelles d'acier inoxydable, qui doivent être ouvertes respectivement 25, 50, 100, et 1000 ans après leur scellage, en 1968[1].
Écriteau sur la capsule temporelle du mémorial des vétérans du Comté de Merced, Californie. Scellée en 1996, elle sera ouverte en 2075.
Capsule temporelle d'Osaka, Japon, déposée à l'occasion de l'exposition universelle de 1970, qui doit être ouverte en 6970

Une capsule temporelle est une œuvre de sauvegarde collective de biens et d'informations, comme témoignage destiné aux générations futures. Les capsules temporelles sont parfois créées puis enterrées lors de cérémonies, comme l'Exposition universelle ; ou ensevelies de manière involontaire comme à Pompéi.

Le terme « capsule temporelle » est utilisé depuis 1937, mais l'idée est aussi vieille que les premières civilisations humaines de Mésopotamie.

Les capsules temporelles peuvent généralement être classées en quatre groupes (non-exclusifs) :

  • les intentionnelles ;
  • les involontaires (comme à Pompéi) ;
  • celles programmées pour être récupérées à une certaine date (souvent 10, 100, ou 1 000 ans après) ;
  • celles dont la récupération n'est pas programmée (comme certaines sondes spatiales).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le concept de capsule temporelle n'est pas récent. L'Épopée de Gilgamesh, l'une des premières œuvres de littérature au Monde, débute par des instructions permettant de trouver une boîte de cuivre à l'intérieur des fondations des grands murs d'Uruk ; dans cette boîte se trouverait le conte de Gilgamesh, écrit sur une tablette de lapis-lazuli. Un autre exemple pourrait être les lettres qu'ont coutume d'écrire à l'âge de 12 ans les habitants de certaines régions du Japon, et qu'ils ouvrent à 20 ans[réf. souhaitée]. Ils redécouvrent ainsi leur vie et leurs projets tels qu'ils étaient 8 ans plus tôt.

Crypt of Civilization[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crypt of Civilization.

La Crypt of Civilization est généralement considérée comme la première capsule temporelle moderne. Elle a été scellée à l'université d'Oglethorpe à Atlanta en 1936, et est programmée pour être ouverte en 8113. Elle contient des centaines d'objets représentatifs de l'époque, notamment sous forme de microfilms. On peut trouver dans la crypte – une pièce de 6 × 3 × 3 mètres scellée d'une porte d'acier inoxydable – plus de 800 livres, enregistrements audios et films.

Capsules temporelles de Westinghouse[modifier | modifier le code]

Lors de l'exposition universelle de New York de 1939 fut présentée par la Westinghouse Corporation une capsule temporelle qui serait récupérée 5000 ans après son enterrement. Westinghouse travailla sur la technologie et la logistique, tandis qu'un comité commençait le laborieux choix du contenu[2].

L'objet résultant est une capsule sous forme d'obus construite à partir d'un alliage de cuivre, de chrome et d'argent, appelé Copaloy[réf. nécessaire]. Le contenu, scellé à l'intérieur d'une enveloppe en verre hermétique, tente de refléter la vie américaine de l'époque. Il est divisé en cinq domaines : les petits objets d'utilité commune, les textiles et matériaux, les objets divers, les œuvres littéraires, et les films d'actualités (contenus dans un microfilm). On peut notamment y trouver des stylos-plumes, des articles de journaux, des échantillons de tissus, métaux, plastiques et des graines.

La capsule originale fut suivie en 1965 par une seconde capsule enterrée à 3 mètres au nord de l'originale. Les deux capsules se trouvent à 50 pieds (15 mètres) sous terre dans le parc de Flushing Meadows, site de l'exposition. Leurs ouvertures sont prévues la même année, en 6939.

Plus récemment[Quand ?], Westinghouse a aussi créé une plus petite capsule temporelle de Plexiglas, enterrée sous l'hôtel New York Marriotte Marquis, au cœur du New York's theater district.

Capsules temporelles contemporaines[modifier | modifier le code]

Actuellement, plusieurs capsules temporelles effectuent un voyage sans retour dans notre Galaxie. Les plaques de Pioneer, des plaques métalliques gravées, ont été embarquées à bord des sondes Pioneer, à l'intention d'éventuels êtres extraterrestres qui les trouveraient dans un futur lointain. De la même manière, le Voyager Golden Record a été embarqué sur les deux sondes Voyager, lancées en 1977.

Le nouveau projet KEO, prévoit le lancement d'une capsule temporelle en 2014, dont le retour sur Terre est prévu pour dans 50 000 ans. La capsule contient des messages textuels de nombreuses personnes à travers le Monde, envoyés à KEO par Internet ou par voie postale.

À l'occasion de ses 35 ans, le fabricant de puces électroniques Intel a enterré une capsule temporelle au siège de sa firme, à Santa Clara. Cette capsule contient une tranche de silicium (wafer, support de base des microprocesseurs et autres circuits intégrés), des échantillons de ses processeurs ainsi qu'un article de journal parlant d'une usine d'Intel. Réalisée à partir d'un bois d'olivier, cette capsule ne sera ouverte qu'en 2018, pour les 50 ans de la firme[3].

International Time Capsule Society[modifier | modifier le code]

Article détaillé : International Time Capsule Society.

L'International Time Capsule Society a été créée pour maintenir une base de données globale de l'ensemble des capsules temporelles existantes.

Critiques[modifier | modifier le code]

Selon l'historien William Jarvis, la plupart des capsules temporelles ne fournissent pas d'informations historiques utiles. Elles sont généralement remplies d'« ordures inutiles », qui en disent peu sur les gens de l'époque. En comparaison, Pompéi est une véritable richesse au sujet de la vie quotidienne des pompéiens, avec ses graffitis antiques sur les murs, la nourriture dans ses foyers, ou encore ses restes de personnes emprisonnées sous les cendres volcaniques. Beaucoup de capsules temporelles contemporaines ne contiennent que des artéfacts de valeur limitée pour les futurs historiens. Les historiens suggèrent que des objets décrivant les vies quotidiennes des populations – telles que des notes personnelles, des images et d'autres documents – augmenteraient considérablement la valeur des capsules temporelles aux yeux des futurs historiens.

Si les capsules temporelles avaient pour but d'être des sortes de musées préservant la culture d'une époque particulière afin de permettre son étude, elles jouent ce rôle très mal du fait que, par définition, elles sont maintenues scellées pour une durée déterminée. Les générations futures antérieures à la date de récupération n'auront donc aucun accès aux artefacts, et ne pourront pas étudier directement le contenu des capsules. Ainsi, les capsules peuvent être vues, concernant leur utilité vis-à-vis des historiens, comme des musées inaccessibles.

Les historiens concèdent également qu'il risque d'y avoir un certain nombre de problèmes de conservation des médias, dont l'information ne pourra peut-être pas être transmise dans le futur. La pérennité des données est menacée par la détérioration des supports de stockage électroniques et magnétiques, mais aussi par l'évolution des technologies, qui rend rapidement les technologies d'époque obsolètes. La question des langues est également à prendre en compte si la capsule est récupérée dans un avenir très lointain. Aussi, beaucoup de capsules enterrées sont perdues : l'intérêt leur étant porté s'affaiblissant, leur localisation précise est oubliée. Peut-être seront-elles même détruites quelques années plus tard, si des précautions adéquates n'ont pas été prises.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Helium Centennial Time Columns Monument, Don Harrington Discovery Center.
  2. (en) Time Capsule: 1939, The New York Times.
  3. (fr) Intel sur le point de fêter sa 35e bougie, Clubic, juillet 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]