Château de Pignerolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Pignerol.
Château de Pignerolle
Image illustrative de l'article Château de Pignerolle
Le château de Pignerolle
Protection Logo monument historique Classé MH (1961)[1]
Coordonnées 47° 28′ 12″ N 0° 28′ 26″ O / 47.469885, -0.473802 ()47° 28′ 12″ Nord 0° 28′ 26″ Ouest / 47.469885, -0.473802 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Commune Saint-Barthélemy-d'Anjou

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Château de Pignerolle

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pignerolle

Le domaine de Pignerolle est un domaine situé sur la commune de Saint-Barthélemy-d'Anjou, dans le Maine-et-Loire.

Historique[modifier | modifier le code]

Au cœur d'un domaine de 80 ha, le château de Pignerolle a été construit en 1776, à la veille de la Révolution, pour le directeur de l'Académie d'équitation d'Angers, Marcel Avril de Pignerolle, écuyer du roi, seigneur de Pignerolle et directeur de l'académie d'équitation d'Angers.

Ce château a été conçu par l'architecte Michel Bardoul de la Bigottière sur le modèle du Petit Trianon de Versailles. Il est de style néo-classique. La façade rectangulaire, de 25 mètres par 17, comporte sept baies surmontées de frontons et de quatre colonnes.

Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne. Dès le 2 septembre, le 125e Régiment d'Infanterie et l'état major polonais s'installent à Pignerolle et le Gouvernement polonais en exil s'installe dans divers hôtels de luxe d'Angers. Angers et Saint-Barthélemy d'Anjou deviennent conjointement capitale de la Pologne résistante et cela jusqu'en juin 1940. Depuis, des liens très forts unissent l'Anjou et la Pologne, d'où la création d'une association d'échanges et de coopération entre Saint-Barthélemy d'Anjou et la ville de Gabin en Pologne, qui a donné lieu à une visite de jeunes Polonais. En 1943, la marine de guerre allemande réquisitionne le château de Pignerolle pour y installer son centre de communication. Six cents ouvriers y construisent onze blockhaus et des baraquements pour près d'un millier de marins allemands[2]. Les Allemands quittent les lieux en 1944, laissant derrière eux un parc dévasté et les blockhaus en feu.

En 1946, les baraquements allemands permettent à 1 000 personnes, dont les logements ont été détruits pendant la guerre, de retrouver temporairement une habitation. Une vraie vie s'organise avec une école, un poste de police… L'orangerie accueille l'église de la cité et les blockhaus servent de cachettes aux enfants. Classé monument historique le domaine est rendu à la Défense nationale par ses derniers propriétaires, en 1964.

En 1971, le district urbain d'Angers se porte acquéreur du domaine de Pignerolle[3] et entreprend de le restaurer. Les travaux, échelonnées entre 1971 et 1998 et subventionnés par l'État, ont coûté plus de neuf millions de francs, pour le château, et plus de deux millions pour les bâtiments annexes.[4]

Le Château musée de la communication[modifier | modifier le code]

L'année 1992 marque une nouvelle étape dans l'histoire du domaine de Pignerolle. Le château accueille le Musée européen de la communication, pour découvrir l'histoire des inventions du « Tam-tam au satellite ».

Ce musée, œuvre d'un collectionneur passionné, retrace l'évolution des techniques de communication de la Préhistoire à nos jours, et abrite une collection exceptionnelle. Le musée de la Communication présente l'histoire de l'imprimerie, du télégraphe, du cinéma, de la radio, de la télévision et de la conquête spatiale. De nombreuses animations sont organisées aujourd'hui au Château Musée de la Communication : visites animées pour les enfants, ateliers pédagogiques, spectacles, balades en calèche, visites d'un des blockhaus du parc...

Le domaine de Pignerolle constitue, avec son château, sa salle de réception, son orangerie et son parc classés monuments historiques, l’un des plus beaux sites de l’agglomération Angevine. Ses jardins à la française alternant avec des allées d’hortensias, des arbres séculaires, des espaces de jeux pour les enfants et des aires de pique-nique.

Pignerolle et Pignerolles[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Curieusement deux orthographes identifient le plus souvent la toponymie du domaine du château de Pignerolle : avec ou sans s final (Pignerolle / Pignerolles).

La confusion existe dès l'origine. En effet, la famille Avril de Pignerolles, qui s'illustra à la tête de l'ancienne Académie d'équitation, prit ce patronyme en rapport à leur acquisition ancienne du domaine de Pignerolles à Saint-Barthélémy d'Anjou[5]. C'est d'abord François Avril de Pignerolles, écuyer de la Grande écurie du Roi qui est nommé en 1680 par le gouverneur d'Anjou maître de Académie d'équitation à l'époque où cette dernière est encore établie aux Lices. Suivent : Marc Antoine Avril de Pignerolles, fils du précédent. Bernard Avril de Pignerolles, frère pûiné du précédent. Charles Claude Michel Avril de Pignerolles, neveu du précédent. Marc-Antoine Avril de Pignerolles, frère du précédent. Marcel Avril de Pignerolles, neveu du précédent. Ce dernier fit édifier ce château qui fut alors souvent orthographié sans le "s" final.

Ces deux orthographes sont utilisées indifféremment pour désigner ce lieu.

Les Avril de Pignerolles, écuyers du Roi, sont cousins avec la branche des Avril Maîtres de Poste à la Roche au Breuil et à Saint-Michel du Tertre (Angers) et qu'ils ont pris comme blason celui de leur ancêtre Georges Avril Sieur du Vau (acheté le 19 avril 1557).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Orangerie du château.

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00109254 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Bunkers Pignerolles
  3. Acte du 24 mai 1971 publié et enregistré à la conservation des hypothèques d'Angers le 29 juin 1971 (dépôt n° 917, vol. 68, n° 9), Archives Angers Loire Métropole.
  4. Archives Angers Loire Métropole.
  5. Les Avril prirent le nom de Pignerolles par mariage du grand-père de Marcel, Antoine Avril en 1656 avec Renée Eveillard de Pignerolles, soit 120 ans avant la construction du château

Liens externes[modifier | modifier le code]