Piano-forte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un piano-forte

Le piano-forte et le forte-piano sont des instruments de musique à cordes frappées avec clavier, instruments intermédiaires entre le clavicorde et le piano du XIXe siècle.

  • Le piano-forte : le meuble a la forme d'un clavecin (allongée, en aile d'oiseau) ;
  • Le forte-piano : le meuble a la forme d'un clavicorde (rectangulaire).

Le piano-forte[modifier | modifier le code]

La conception du premier piano-forte est due au facteur de clavecins travaillant à Florence, Bartolomeo Cristofori (1655-1731). Celui-ci cherchait à doter le clavecin de possibilités expressives plus nuancées, en permettant à l'instrumentiste de varier l'intensité des sons selon la force exercée sur les touches. Le clavicorde le permettait déjà, mais émettait un son trop faible par rapport au clavecin.

Cristofori dut donc inventer un mécanisme de frappe des cordes qui permît une émission sonore beaucoup plus puissante que celle du clavicorde. Il parvint à le mettre au point et à l'adapter à une caisse de clavecin. Cet instrument fut dénommé gravicembalo col piano e forte d'où son nom. L'aspect extérieur était celui du grand clavecin. Le mécanisme fut ensuite perfectionné par Johann Gottfried Silbermann.

Le premier forte-piano, donc sur un plan rectangulaire comme le clavicorde, fut construit à Gera par C.E. Friederici (élève de Silbermann) en 1758. À Paris, exerçaient des facteurs d'origine allemande : Moers, Mercken, Érard. Mais c'est l'Angleterre qui fut le centre le plus important : Zumpe lance à Londres la production des forte-pianos carrés.

En 1768, Jean-Chrétien Bach donne un concert sur un instrument de Zumpe et publie en 1771 six concertos pour clavecin ou piano-forte.

Mutation[modifier | modifier le code]

Des perfectionnements successifs du mécanisme, une transformation totale du corps sonore, un concept différent des rapports mécaniques, virent progressivement l'apparition d'un nouvel instrument vers 1820, le piano : cordes filées sous forte tension, système d'échappement double, cadre métallique (le piano-forte n'a pas de cadre, seulement un barrage), etc.

Sonorité[modifier | modifier le code]

Cet instrument a une sonorité assez différente du piano moderne. Des auditeurs non avertis qui l'entendent à l'aveugle pensent souvent entendre de la harpe ou du clavecin.

Les œuvres de Haydn et Mozart ou les œuvres de jeunesse de Beethoven sont beaucoup plus adaptées à cet instrument pour lequel elles ont été écrites.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Gravicembalo col piano e forte.

En italien moderne, on utilise le terme « pianoforte » pour ceux en forme de clavecin, et « fortepiano » pour les rectangulaires (établis sur le plan du clavicorde).

En français, les ouvrages anciens emploient le terme avec tiret : un piano-forte, des pianos-forte. L'usage d'attacher les termes n'est pas confirmé et les dictionnaires indiquent bien piano-forte.

Voltaire écrit en 1774 à Madame Dudeffand: « […] un piano-forte qui n'est qu'un instrument […] »

Musée[modifier | modifier le code]

Piano-forte de Bartolomeo Cristofori, 1722

Parmi les spécimens d'une exceptionnelle valeur artistique et historique conservés dans la collection du Musée national des instruments de musique de Rome figure un piano-forte fabriqué en 1722 par le célèbre facteur de clavecins italien Bartolomeo Cristofori.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Keyboard musical instruments in the Museum of Fine Arts, Boston, Boston. Koster ISBN 0-87846-401-8

Les avatars du piano, Ziad Kreidy, Paris, Beauchesne, collection "L'éducation musicale". ISBN 9782701016252