Beaucouzé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Beaucouzé
Blason de Beaucouzé
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Angers-Ouest
Intercommunalité C.A. Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Didier Roisné
2014-2020
Code postal 49070
Code commune 49020
Démographie
Gentilé Beaucouzéens
Population
municipale
4 865 hab. (2011)
Densité 252 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 34″ N 0° 37′ 54″ O / 47.4761111111, -0.631666666667 ()47° 28′ 34″ Nord 0° 37′ 54″ Ouest / 47.4761111111, -0.631666666667 ()  
Altitude Min. 21 m – Max. 88 m
Superficie 19,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Beaucouzé

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Beaucouzé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaucouzé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaucouzé
Liens
Site web Ville de Beaucouzé

Beaucouzé est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Elle se trouve en périphérie ouest de la capitale angevine et fait partie de la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole.

En 2011, C'est la vingt-et-unième commune de Maine-et-Loire devant Saint-Sylvain d'Anjou et après Mazé en termes de population[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située dans la banlieue ouest d'Angers, à 6 km de la préfecture de Maine-et-Loire, elle connaît une expansion démographique importante, notamment grâce sa proximité avec Angers.

La ville est desservie par :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Meignanne
Saint-Lambert-la-Potherie
La Meignanne Avrillé Rose des vents
Saint-Lambert-la-Potherie N Angers
O    Beaucouzé    E
S
Saint-Jean-de-Linières Bouchemaine Bouchemaine

Climat[modifier | modifier le code]

Beaucouzé, 50 m, 1981 - 2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,8 2,5 4,4 6 9,5 12,3 14,2 14,1 11,5 9,1 5,3 3 7,9
Température maximale moyenne (°C) 8,3 9,4 12,8 15,6 19,4 23,1 25,3 25,4 22,1 17,3 11,7 8,6 16,6
Source : « données climatiques », sur Météo-France (consulté en juin 2013)


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports urbains

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La rue de la Mancharderie est la plus longue rue de la ville.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Vulcosiacus en 1132, Biaucouseium en 1283, Bellum Couseium en 1489, Beaucouse en 1301, Beaucose en 1315, Paroisse de Beaucousin en 1352[2], Beaucouzé en 1793 et 1801[3].

Le nom de la commune a pour origine le mot Wulfcoz, nom d'homme germanique propriétaire du domaine à l'époque gallo-romaine, suivi du suffixe -acum (qui indique la propriété)[4].

Nom des habitants : les Beaucouzéens[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La forme latine ancienne Vulcosiacus indique la présence d'un domaine gallo-romain[2].

Lors de la guerre de 1870, la commune perd neuf habitants engagés dans l'armée française.

Pendant la Première Guerre mondiale, 35 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 3 habitants sont tués[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
1945 1979 Paul Fessart    
Les données manquantes sont à compléter.
1980 1995 René Ménard[6] Sans étiquette Vendeur de machines agricoles
1995 2001 Anne Cordier DVD Chargée de relation avec l'Allemagne
2001 en cours
(au 30 mars 2014)
Didier Roisné[7],[8] PS Professeur en formation professionnelle
Groupe Président Effectif Statut
PS Didier Roisné 23 majorité
DVD Jean-Luc Cordier 3 opposition
DVD Annie Ruguet 3 opposition

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole[9], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers[10].

Elle est également adhérente du syndicat Brionneau-Mayenne.

Distinction[modifier | modifier le code]

Ville fleurie : trois fleurs au palmarès 2008 du concours des villes et villages fleuris[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 865 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810 409 608 677 650 696 761 820 850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
796 798 764 753 737 705 719 760 714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
703 701 691 595 631 643 636 675 679
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
656 821 1 395 2 266 3 867 4 851 4 578 4 677 5 020
2011 - - - - - - - -
4 865 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (22,1 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 21,1 %, 30 à 44 ans = 17,9 %, 45 à 59 ans = 25,9 %, plus de 60 ans = 15,1 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 17,4 %, 45 à 59 ans = 28,5 %, plus de 60 ans = 16,9 %).
Pyramide des âges à Beaucouzé en 2008 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
3,1 
75 à 89 ans
4,5 
11,9 
60 à 74 ans
12,2 
25,9 
45 à 59 ans
28,5 
17,9 
30 à 44 ans
17,4 
21,1 
15 à 29 ans
18,8 
20,1 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'Académie de Nantes, Beaucouzé compte trois écoles : deux écoles publiques (Jacques Prévert et Maurice Ravel) et une école privée (Saint Étienne).

Sports[modifier | modifier le code]

Mi-2009, Beaucouzé comporte plusieurs associations sportives, regroupées au sein du « SCB » (Sporting Club de Beaucouzé [16] : APED (activité physique de détente et d'entretien), arts martiaux, athlétisme, badminton, basket-ball, cyclisme, escalade, football, gymnastique et twirling, handball, tennis, tennis de table, volley-ball.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La fête communale se déroule le deuxième week-end du mois de mai[17]

Économie[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Sur 676 établissements présents sur la commune à fin 2010, 3 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 11 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 69 % de celui du commerce et des services et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[18].

Secteur industriel[modifier | modifier le code]

Secteur commercial[modifier | modifier le code]

Beaucouzé joue un rôle économique essentiel dans l'agglomération angevine, du fait de la présence d'une zone industrielle très importante.[réf. souhaitée]

La ville accueille également la plus importante zone d'activité commerciale de l'agglomération[réf. souhaitée] avec des enseignes nationales telles que Décathlon, Castorama, Jardiland, ou encore Boulanger réparties au sein de trois zones distinctes (L'Hoirie, le Landreau et le Pin). Un bowling de vingt-six pistes, des restaurants à thème ainsi que des hôtels complètent l'ensemble.

L'Atoll[modifier | modifier le code]

En mars 2012, un nouveau complexe commercial à vocation régionale, baptisé L'Atoll, a vu le jour.

Article détaillé : L'Atoll.

Secteur administratif[modifier | modifier le code]

Une partie de la technopole d'Angers se situe sur la commune de Beaucouzé, avec la présence de l'INRA ou encore d'un centre Météo-France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Plusieurs monuments sont situés sur la commune :

Autres lieux :

  • Le Couzé, étang situé sur à la commune.

Médiathèque[modifier | modifier le code]

Une médiathèque, baptisée Anita Conti et inaugurée en septembre 2006, est ouverte au public sur les bords du Couzé.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier d'azur au chef cousu de gueules, à l'escarboucle fleur de lysée d'or brochant, au second de sinople à la fasce ondée d'argent.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie,‎ 1965, 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee, Population légales 2011 de Maine-et-Loire, consulté le 6 avril 2014 - Données classées, voir WikiAnjou.
  2. a et b Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt, t. 1 p. 270 et suivantes
  3. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Beaucouzé, consultée le 17 décembre 2012
    Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  4. a et b Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 26
  5. Port 1965, p. 270
  6. « Nécrologie. René Ménard, ancien maire de Beaucouzé », Le Courrier de l'Ouest, no 19837,‎ 2 janvier 2009, p. 2
  7. Résultats officiels des élections municipales 2008 à Beaucouzé sur le site officiel du Ministère de l'Intérieur
  8. Le Courrier de l'Ouest, Municipales : Didier Roisné réélu maire article du 30 mars 2014
  9. Insee, Composition de l'EPCI d'Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 15 novembre 2012
  10. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011
  11. « Une ville pleine de vie » sur le site officiel de la commune de Beaucouzé, consulté le 31 janvier 2009
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  14. « Évolution et structure de la population », sur Résultats du recensement de la population - 2008 (consulté le 2 juillet 2011)
  15. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur insee.fr (consulté le 2 juillet 2011)
  16. Les associations sportives de Beaucouzé sur le site de la mairie de Beaucouzé, consulté le 1er juin 2009
  17. « « Beaucouzé » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site officiel du Quid, consulté le 1er juin 2009
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de Beaucouzé (49), consultées le 2 décembre 2012