Colleferro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colleferro
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lazio.svg Latium 
Province Rome 
Code postal 00034
Code ISTAT 058034
Code cadastral C858
Préfixe tel. 06
Démographie
Gentilé colleferrini
Population 22 142 hab. (31-12-2010[1])
Densité 820 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 44′ 00″ N 13° 01′ 00″ E / 41.73333, 13.0166741° 44′ 00″ Nord 13° 01′ 00″ Est / 41.73333, 13.01667  
Altitude Min. 218 m – Max. 218 m
Superficie 2 700 ha = 27 km2
Divers
Saint patron Santa Barbara
Fête patronale 4 décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Latium

Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Colleferro

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Colleferro

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Colleferro

Colleferro est une commune italienne d'environ 22 200 habitants, située dans la province de Rome, dans la région Latium, dans le centre de l'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le développement de Colleferro commence dès 1912 avec la conversion d'une usine désaffectée depuis des années maintenant (la usine Valsacco la Compagnie), à l'un des explosifs. Le premier groupe de maisons il était pas là que se trouve aujourd'hui au centre de la ville, mais alors à l'appel de la station de chemin de fer "Segni-Paliano", appelez alors station de Colleferro-Segni-Paliano après la naissance de la ville de Colleferro: un premier groupe de maisons (et l'église Saint-Joachim) a été construit sur le territoire, puis de Valmontone (connu en tant que signes Scalo).

L'ingénieur Leopoldo Parodi Delfino (ancien sénateur et le fils du fondateur de la Banque nationale, alors Banque d'Italie) et le sénateur Giovanni Bombrini a fondé l 'B.P.D. (Bombrini Parodi Delfino) les usines d'explosifs, et dans le même établissement, a été créé un nouveau groupe de maisons appelé "Village borderline», dans lequel de nombreux travailleurs déplacés de leurs familles de différentes régions de l'Italie. Dans la localité était aussi présente aussi les "signes de chaux et de ciment" (achetée plus tard par Italcementi), qui a conduit à la vallée et le travail des matières extraite de la ville voisine de Segni pour produire du ciment pour 'de la construction.

Colleferro, dont le territoire appartenait à l'origine les communes de Valmontone (près de l'aéroport et une partie de la capitale) et de Rome, il a continué son expansion urbaine pour tous Années 1920 et 1930, jusqu'à ce qu'il devienne une municipalité autonome en 1935 Loi n ° XIII 1147 du 13 juin 1935, publié dans Journal officiel, 8 juillet 1935 n 157. Plus tard, la ville de Colleferro ajouté à ses portions de territoire limité des municipalités voisines de signes et de Paliano.

Durant la Seconde Guerre mondiale Colleferro a été bombardée à plusieurs reprises dans le but de détruire la fabrique d'explosifs. Citoyenneté trouvé refuge dans une série de cavernes et tunnels construits dans le cadre du trouble borderline "village" et connu sous le nom de «réfugiés».

Culture[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La ville abrite une cimenterie du groupe Italcementi[2].

Evénement commémoratif[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Artena, Genazzano, Paliano, Rocca Massima, Segni, Valmontone

Sport[modifier | modifier le code]

Le club de football local, le Colleferro Calcio, fondé en 1937, sous le nom Gruppo Aziendale BPD Colleferro, a remporté le titre national du championnat de Serie D en 1955.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. (en) Italcimenti