Capena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Capena
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lazio.svg Latium 
Province Rome 
Code postal 00060
Code ISTAT 058018
Code cadastral B649
Préfixe tel. 06
Démographie
Gentilé capenati
Population 9 709 hab. (31-12-2010[1])
Densité 335 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 09′ 00″ N 12° 32′ 00″ E / 42.15, 12.5333342° 09′ 00″ Nord 12° 32′ 00″ Est / 42.15, 12.53333  
Altitude Min. 160 m – Max. 160 m
Superficie 2 900 ha = 29 km2
Divers
Saint patron San Luca
Fête patronale 18 octobre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Latium

Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Capena

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Capena

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Capena
Liens
Site web http://www.comunedicapena.it/

Capena est une commune de la province de Rome dans le Latium en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Capénates.

La Capène antique est une petite ville dans la basse vallée du Tibre[2], à 35 kilomètres au nord de Rome, sur la rive droite du Tibre, non loin de la cité étrusque de Véies et de Faléries, capitale des Falisques. Le site de la ville antique de Capène se trouve aujourd'hui sur la colline de Civitucola[3].

Le territoire de Capène (Capenas Ager) s'étire le long de la rive droite du Tibre, bordé au nord par celui des Falisques de Faléries, à l'est par le Tibre et les Sabins, et au sud-ouest par le territoire étrusque de Véies. C'est un peuple linguistiquement sabin[2] sous la domination étrusque de Véies à la fin du IVe siècle av. J.-C., ayant aussi des liens avec la culture latine. La fondation de la ville de Capène est parfois attribuée à Véies, tandis que d'autres lient les origines de la ville au roi étrusque Properce[4]. L’Ager Capenas comprend les communes actuelles de Capena, Fiano, Morlupo, Civitella San Paolo, Nazzano, Ponzano Romano, Filacciano, Torrita Tiberina, Rignano Flaminio, Sant'Oreste, Castelnuovo di Porto, et Riano.

La cité de Capène tombe sous domination romaine au début du IIIe siècle av. J.-C., suite à la chute de Véies en 396 av. J.-C.[5] Le territoire des Capénates est peut-être intégré à la tribu romaine Stellatina créée en 387/386 av. J.-C..

Selon l'archéologie de son arrière-pays rural, les objets funéraires des cimetières environnants, ainsi que sur la base de sources littéraires, Capène est une ville prospère, située à proximité du Tibre et du sanctuaire de Lucus Feroniae, à partir de sa fondation à l'Âge du Fer jusqu'à la fin de l'Empire romain d'Occident. Des fouilles archéologiques ont mis en évidence d'importantes structures enterrées, telles que des routes, des bâtiments et des rangées d'habitations, sur le plateau de l'ancienne ville pour une superficie d'environ 9 hectares[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Événement commémoratif[modifier | modifier le code]

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 Juin 2004 en cours Riccardo Benigni Lista Civica  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Visite du site Capena

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Castelnuovo di Porto, Civitella San Paolo, Fiano Romano, Montelibretti, Monterotondo, Morlupo, Rignano Flaminio

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a et b Dominique Briquel dans François Hinard, Histoire romaine des origines à Auguste, Fayard, 2000, p. 205.
  3. a et b University of Cape Town, « Capena Excavation Project » (consulté le 2011-03-05)
  4. Maurus Servius Honoratus, Commentaire de Servius sur l'Enéide, VII, 697 citant Caton l'Ancien, Origines.
  5. Dominique Briquel dans François Hinard, Histoire romaine des origines à Auguste, Fayard, 2000, p. 206.

Liens externes[modifier | modifier le code]