Ariccia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ariccia
Ariccia
Ariccia
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lazio.svg Latium 
Province Rome 
Code postal 00040
Code ISTAT 058009
Code cadastral A401
Préfixe tel. 06
Démographie
Gentilé ariccini ou, en dialecte, aricciaroli
Population 18 555 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 031 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 43′ 00″ N 12° 40′ 00″ E / 41.71667, 12.66667 ()41° 43′ 00″ Nord 12° 40′ 00″ Est / 41.71667, 12.66667 ()  
Altitude Min. 412 m – Max. 412 m
Superficie 1 800 ha = 18 km2
Divers
Saint patron Santa Apollonia
Fête patronale 9 février
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Latium

Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Ariccia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Ariccia

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Ariccia
Liens
Site web http://www.ariccia.comuninrete.com/portal/page?_pageid=1042.135777&_dad=portal&_schema=PORTAL

Ariccia est une commune italienne d'environ 18 300 habitants, située dans la province de Rome, dans la région Latium, en Italie centrale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Période antique[modifier | modifier le code]

La cité était appelée dans l'Antiquité Aricie (en latin Aricia), d'après le nom de la nymphe Aricie, c'était la première ville qu'on trouvait sur la voie Appienne. La fondation de la cité serait l'œuvre d'une certain Archilocos roi des Sicules, selon une information incertaine rapportée par Caius Julius Solinus. Les vestiges découverts dans la partie haute de la ville, dont une muraille en blocs de pépérin, témoignent d'un centre remontant au VIIIe ou VIIe siècle av. J.-C.

Aux environs était un bois (aussi appelé Nemus, nom qui est resté au lac de Némi) où Égérie apparaissait au roi Numa Pompilius. C'est également dans ce bois que se trouvait le sanctuaire fédéral de Diane Aricine (ou Diana Nemorense). Strabon et Ovide rapportent une tradition qui rapproche Diane Aricine d'Artémis Tauropole : le sacerdoce du temple d'Aricie s'obtenait en tuant le prêtre en exercice, dit « roi d'Aricie » (Rex nemorensis). Ce prêtre devait donc toujours rester en armes, prêt à se défendre contre toutes les surprises, si bien que la brutalité de cette épreuve a progressivement provoqué sa désertion, les détenteurs du sacerdoce n'étant plus que des esclaves prêts à risquer leur vie pour leur propre sauvegarde. Le culte de Diane Aricine était associé à celui de Virbius. La cité fit partie de la Ligue latine et son territoire comprenait aussi le lac de Nemi avec les actuelles communes de Nemi, Genzano di Roma et une partie de la commune d'Albano.

Sous ses murs se livra la bataille d'Aricie rapportée par Tite-Live. Elle opposa en 506 av. J.-C. les Ariciniens et leurs alliés Cumains aux Étrusques commandés par Aruns fils de Porsenna[2]. Après la conquête romaine au début du IVe siècle av. J.-C., la cité prend le statut de municipe et s'étend dans la vallée. Proche de la via Appia, elle devient la première statio de la poste à partir de Rome. La proximité de Rome et la beauté des lieux favorisèrent la construction de nombreuses villae, dont il existe des vestiges dans la campagnes environnante.

Période médiévale et moderne[modifier | modifier le code]

En 1661, la cité fut attribuée à la famille Chigi qui y fit construire le palais Chigi qui domine encore aujourd’hui la place principale. Le pape Alexandre VII, membre de la famille Chigi, habita longtemps la cité et la transforma radicalement avec l'aide de Gian Lorenzo Bernini qui réalise la place et la collégiale Santa Maria Assunta qui se trouve en face du palais.

Les intérieurs du film Le Guépard de Luchino Visconti furent tournés à l'intérieur du palais Chigi[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

  • La porchetta : recette culinaire à base de porc rôti

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Le palais Chigi construit à la fin du XVIe siècle et rénové sous la direction du Bernin et de Carlo Fontana entre 1661 et 1672.
  • La Collégiale Santa Maria Assunta construite sur les plans du Bernin en 1664-1665.
  • L'église San Nicola di Bari datant du et déconsacrée en 2008 puis transformée en théâtre municipal.
  • L'église Santa Maria di Galloro.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2001 juillet 2005 Vittorioso Frappelli    
juillet 2005 en cours     Comissario Prefettizio
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Albano Laziale, Aprilia (LT), Ardea, Genzano di Roma, Lanuvio, Nemi, Rocca di Papa

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Statues en terre cuite découvertes dans le sanctuaire d'Aricia
exposées au Musée des thermes de Dioclétien
(hauteur de l'ordre du mètre)

 :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Tite-Live, Histoire roimaine, livre II, 14
  3. intérieur du Palais