Grottaferrata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cryptopherre
Aquarelle de Franz Karl Kebel représentant l'abbaye de Grottaferrata
Aquarelle de Franz Karl Kebel représentant l'abbaye de Grottaferrata
Noms
Nom italien Grottaferrata
Nom grec Κρυπτοφέρρη
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Lazio.svg Latium 
Province Rome 
Code postal 00046
Code ISTAT 058046
Code cadastral E204
Préfixe tel. 06
Démographie
Gentilé grottaferratesi
Population 21 039 hab. (31-12-2010[1])
Densité 1 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 48′ 00″ N 12° 40′ 00″ E / 41.8, 12.66667 ()41° 48′ 00″ Nord 12° 40′ 00″ Est / 41.8, 12.66667 ()  
Altitude Min. 329 m – Max. 329 m
Superficie 1 800 ha = 18 km2
Divers
Saint patron Saint Nil de Rossano
Fête patronale 26 septembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Latium

Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Cryptopherre

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Cryptopherre

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Cryptopherre
Liens
Site web http://www.comune.grottaferrata.roma.it/

Grottaferrata, en français également Cryptopherre[2], grec Κρυπτοφέρρη[3], est une commune italienne d'environ 21 000 habitants, située dans la province de Rome, dans la région Latium, en Italie centrale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le monastère[modifier | modifier le code]

Le monastère grec, de l'Ordre de St. Basile, a été fondé par Saint Nil de Rossano et Saint Barthélemy qui vers l'an 1000 échappèrent aux persécutions des Sarrasins et vinrent de Calabre demander terres et protection au célèbre Grégoire Ier, comte de Tusculum, durant le règne de l'empereur Otton III.

Ce monastère ressemble à une forteresse car il est entouré de murailles avec d'épais màchicoulis, de basses tours et des bastions. Il avait été fortifié par Giulio della Rovere qui fut ensuite le pape Jules II.

La bibliothèque[modifier | modifier le code]

La plus belle bibliothèque grecque de toute l'Italie mais beaucoup de ses trésors ont été transportés, une partie au Vatican par Sixte V et une autre dans la collection des Barberini par Urbain VIII; Napoléon a aussi emporté plusieurs ouvrages, entre autres le célèbre « Codice d'Esopo. » La bibliothèque occupe une grande salle qui contient six mille volumes, bien classés.

Chapelle de S. Nil[modifier | modifier le code]

Dans la chapelle de St Nil et de St. Bartélemy sont conservées les superbes fresques de Domenichino.


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Prati della Molara[modifier | modifier le code]

Les Prati della Molara sont une vallée appelée aussi Valle Albana et il s'y trouvait dans l'Antiquité, une chapelle dédiée à Ste. Agathe, bàtie en 370, et donnée à St. Nil avant qu'il eut fondé Grottaferrata.

En ce lieu fut construit plus tard le Château de la Molara, qui en 1090 appartint aux Annibaldi; il est devenu célèbre par plusieurs personnages historiques qui l'habitèrent, commençant par Innocent IV en 1254, Charles d'Anjou en 1266, lorsqu'il s'en allait à Naples, et St. Thomas d'Aquin.

Nicolò degli Annibaldi fut tué là, au cours de la guerre que Cola di Rienzo fit aux Barons. Le château a complètement disparu, seules quelques pierres indiquent le lieu qu'il occupait.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Castel Gandolfo, Ciampino, Frascati, Marino, Monte Porzio Catone, Monte Compatri, Rocca di Papa.



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Bréviaire d'après l'ancienne observance et le Typicum du monastère de Cryptopherre de St. Basile, Éd. Michel Ercole, 1677
  3. www.abbaziagreca.it/gr/liturgia/rito.asp