Antoinette de Monaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antoinette Grimaldi

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La princesse Antoinette avec son frère Rainier.

Titre

Héritière présomptive du trône de Monaco

9 mai 194923 janvier 1957
(7 ans, 8 mois et 14 jours)

Prédécesseur Rainier
Successeur Caroline de Monaco
Biographie
Titulature Princesse de Monaco
Baronne de Massy
Nom de naissance Antoinette Louise Alberte Suzanne Grimaldi
Naissance 28 décembre 1920
Paris (France)
Décès 18 mars 2011 (à 90 ans)
Monaco
Père Comte Pierre de Polignac
Mère Princesse Charlotte de Monaco
Conjoints 1) Alexandre-Athenase Noghès (en)
(1951 - 1954)
2) Jean-Charles Rey
(1961 - 1974)
3) John Brian Gilpin (en)
(1983 - 1983)
Enfants 1) Élisabeth-Anne de Massy (en), baronne de Massy
(1947)
2) Christian Louis de Massy (en)
(1949)
3) Christine Alix de Massy (en)
(1951 - 1989)

La princesse Antoinette de Monaco (Antoinette Louise Alberte Suzanne Grimaldi, née le 28 décembre 1920 dans le 16e arrondissement de Paris et morte dans la nuit du 17 au 18 mars 2011[1] à Monaco, au centre hospitalier Princesse-Grace) était la fille du comte Pierre de Polignac, créé prince Pierre de Monaco, et de la princesse Charlotte, duchesse de Valentinois.

Sœur du prince Rainier III, la princesse Antoinette était l’aînée mais la succession s’effectue chez les Grimaldi « par ordre de primogéniture avec priorité masculine au même degré de parenté ».

Titulature[modifier | modifier le code]

Son Altesse sérénissime la princesse Antoinette de Monaco, baronne de Massy.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Antoinette fut créée baronne de Massy à titre héréditaire le 15 novembre 1951 (donc peu après son premier mariage) par le prince souverain Rainier III de Monaco son frère cadet. Ce titre de baron de Massy a été porté par les princes de Monaco et correspond au Massy situé dans l’Essonne.

La princesse contracta trois alliances :

  • Le 23 octobre 1951 au consulat de Monaco à Gênes (Italie), elle épousa civilement l'avocat et champion de tennis Alexandre Noghès (1916-1999), de nationalité monégasque, dont elle divorça en 1954. Ce dernier est le père légal du fait du mariage et probablement aussi le père biologique des trois enfants nés avant le mariage :
  1. Élisabeth-Anne de Massy, baronne de Massy[2], née le 3 juillet 1947 à Monaco, mariée à Monaco le 19 janvier 1974 au baron Bernard Alexandre Taubert-Natta (Genève, 2 juillet 1941 - Genève, 13 avril 1989), divorcée. Remariée à Londres le 18 octobre 1984 au chorégraphe Nicolai Vladimir Costello de Lusignan (né à Lees le 24 décembre 1943). 2 enfants :
    1. Jean-Léonard, baron Taubert-Natta de Massy (né en 1974), marié à Monaco le 25 avril 2009 avec Suzanne Chrimes.
    2. Mélanie-Antoinette Costello de Massy de Lusignan (née en 1985)
  2. Christian, né le 17 janvier 1949 à Monaco, marié à Buenos Aires, le 14 novembre 1970 avec María Marta Quintana y del Carril (née à Londres le 17 juin 1951), divorcé en 1978. Remarié à Ramatuelle le 11 septembre 1982 avec Anne Michelle Lütken (28 novembre 1959 - 25 novembre 2001), divorcé en 1987 Marié en troisième noces à Genève avec Julia Lakschin (née le 5 novembre 1968), divorcé en 1995. Remarié avec Cécile Gelabale (née en Guadeloupe). 3 enfants :
    1. Laetitia de Massy (Noghès) (née à Buenos Aires le 16 mai 1971), mariée avec Thomas de Brouwer (né à Anvers le 22 Mars 1973), 2 enfants :
      1. Rose de Brouwer (2008)
      2. Sylvestre de Brouwer (2008)
    2. Brice Gelabale-de Massy (adopté) (né en 1987)
    3. Antoine de Massy (Noghès) (né le 15 janvier 1997)
  3. Christine-Alix de Massy, née le 8 juillet 1951 à Monaco et décédée à Nice le 15 février 1989, mariée à Monaco le 14 février 1972 avec Charles Wayne Knecht, (né à Philadelphie le 23 novembre 1944), divorcé en 1976, remariée le 25 mars 1988 avec Léon Leroy. 1 enfant :
    1. Keith Sébastien Knecht de Massy (né à Philadelphie, 1972), marié en juillet 1999 avec Donatella Dugaginy, quatre enfants :
      1. Christine Knecht de Massy (2000)
      2. Alexia Knecht de Massy (2001)
      3. Vittoria Knecht de Massy (2007)
      4. Andrea Knecht de Massy (2008)
  • Le 2 décembre 1961, elle épousa à La Haye le notaire Jean-Charles Rey (1915-1994), de nationalité monégasque, dont elle divorça en 1974.
  • Le 28 juillet 1983, elle épousa à Monaco le danseur étoile John Brian Gilpin (en), ( 1930-1983) de nationalité britannique, décédé six semaines après le mariage.

La succession au trône[modifier | modifier le code]

Le statut de dynastes (au moins de 2002 à 2005) ou de non-dynastes des enfants nés tous trois hors mariage dépend de leur qualité d'enfants légitimes : ils ont pu être légitimés par le mariage subséquent de leur mère, en application du droit monégasque. La difficulté vient de ce que les annuaires officiels de la Principauté ne fournissent pas la liste des dynastes.

Les ouvrages spécialisés ne donnent cependant pas le titre de prince ou de princesse à ces trois enfants ni à leur descendance, contrairement à Antoinette elle-même ; mais ces mêmes ouvrages ne donnent pas non plus ce titre de prince ou de princesse à aucun des enfants des princesses Caroline de Monaco et Stéphanie de Monaco, enfants qui ne portent pas non plus le patronyme Grimaldi.

Vie de la princesse[modifier | modifier le code]

En septembre 1943, Antoinette, âgée de 23 ans, voulut épouser le lieutenant Winter qui faisait partie des troupes allemandes qui occupaient le Rocher. Il en résulta une crise grave pour l'avenir de la Principauté et Louis II de Monaco fit savoir le 9 février 1944 qu'il refusait son consentement « à tout mariage de la jeune fille pendant la durée des hostilités ». Les Allemands ne se montrèrent guère empressés car la faible instruction et les origines modestes de Winter, fils d'un employé des chemins de fer, faisaient douter qu'il puisse jouer un rôle politique.

Après la guerre, la princesse vécut une idylle partagée avec le champion de tennis monégasque Alexandre Noghès (1916-1999) qu'elle épousa civilement en 1951 au consulat monégasque de Gênes. À cette date, elle avait trois enfants naturels dont on peut penser qu'ils sont de son mari mais que celui-ci ne reconnut pas officiellement. Le couple divorça en 1954.

Ce style de vie non conventionnel ne l'empêcha pas de tenir le rôle de « première dame de la Principauté » à l’accession au trône de son frère en 1949. Elle l’était déjà en fait dès 1944 à la renonciation de sa mère, et conjointement avec la princesse souveraine consort de 1946 à 1949) et le resta jusqu’au mariage de ce dernier en 1956 ; quant à la princesse douairière Ghislaine Dommanget leur belle-mère, traînée en justice et accusée de dilapider l’héritage des Grimaldi, elle ne remplit aucun rôle de représentation après 1949.

Durant les années 1950, Antoinette intrigua pour pousser son fils Christian vers le trône[3] et des scandales qui éclatèrent dans la Principauté (krach de la Société de banques et des métaux précieux) favorisèrent initialement ses desseins.

Jusqu’à la naissance de Caroline de Monaco en 1957, le décès du prince souverain Rainier III de Monaco pouvait entraîner l’annexion de la Principauté par la France et Antoinette ne manquait jamais de mettre en avant sa progéniture. Certains faisaient courir le bruit que la comédienne Gisèle Pascal, alors amie du prince Rainier III, était stérile.

La princesse fut présidente de la Société protectrice des animaux en principauté et créa une association destinée au développement de la médecine douce.

La princesse Antoinette fut la deuxième dans l’ordre de succession au trône de Monaco à sa naissance, rang qui passa au troisième à la naissance de son frère cadet et qui redevint le deuxième à la renonciation de leur mère. Elle perdit tout rang successoral à l’avènement de son frère cadet Rainier III de Monaco en 1949, à moins que ce ne soit du fait de la constitution de 1962 et de son article 10 (s’il a été conservé jusque-là, ce rang fut le premier à l’avènement de son frère, et passa au deuxième puis au troisième à la naissance des deux premiers enfants de son frère).

La princesse Antoinette acquit à nouveau un rang (le huitième) dans l’ordre de succession au trône de Monaco lors de la modification de la loi successorale de 2002. Elle perdit à nouveau tout rang successoral au décès de son frère le prince souverain Rainier III en 2005.

Depuis le mariage de son frère cadet en 1956, la princesse Antoinette résidait dans sa villa d’Èze-sur-Mer, commune d’Èze, en France jusqu’à la fin de sa vie.

La princesse Antoinette a été la doyenne de la famille depuis la mort de sa mère le 16 novembre 1977, jusqu’à son propre décès le 18 mars 2011 à l’âge de 90 ans. L’enterrement a eu lieu le 24 mars 2011 en la cathédrale Notre-Dame-Immaculée de Monaco, avant d'être inhumée dans la chapelle de la Paix, proche de la place de la Visitation. Elle repose aux côtés de ses parents, le prince Pierre et la princesse Charlotte, de sa fille, Christine de Massy, et de son dernier époux, John Brian Gilpin.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Armoiries de Monaco et Armorial des Grimaldi.
Blason Blasonnement :
Fuselé d'argent et de gueules.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Antoinette de Monaco : la mort d'une grande princesse », dontmiss.fr, 18 mars 2011.
  2. Un document disponible sur legimonaco précise dans la liste des invités au mariage princier : "la baronne Elisabeth-Ann de Massy", puis "M. et Mme Christian de Massy". Preuve que le titre de "Baron de Massy" fut transmis à Elisabeth-Anne, sa fille aînée, après la mort de la Princesse Antoinette.
  3. Anne Edwards, Les Grimaldi : histoire d’une dynastie 1297-1993, Belfond 1993, ISBN 2-7144-3025-2, page 237.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]