Bo Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vincent Edward « Bo » Jackson (né le 30 novembre 1962 à Bessemer, Alabama, États-Unis) est un ancien athlète professionnel américain.

Non seulement Jackson fut un des rares sportifs à pratiquer deux sports majeurs en Amérique du Nord, il fut l'un des rares à se classer parmi les étoiles de ces deux disciplines.

Bo Jackson a joué au baseball dans les Ligues majeures de 1986 à 1994 et au football américain dans la Ligue nationale de football de 1987 à 1990. Il fut le premier à jouer dans ces deux ligues professionnelles la même année[réf. nécessaire]. Il fut choisi pour le Match des étoiles de la ligue majeure de baseball en 1989 et sélectionné pour le Pro Bowl, la joute d'étoile de la NFL, en 1990.

Carrière[modifier | modifier le code]

Football américain[modifier | modifier le code]

Bo Jackson est le premier joueur de football américain à avoir atteint le temps de 4 secondes 12 sur une distance de 40 yards (soit 36,57600 mètres).

Il remporte en 1985 le trophée Heisman du meilleur joueur universitaire américain.

Baseball[modifier | modifier le code]

Pix.gif Bo Jackson Baseball pictogram.svg
Bo Jackson Autographs for Troops in SW Asia Feb 1, 2004.jpg
Champ extérieur
Frappeur droitier  Lanceur droitier
Premier match
2 septembre 1986
Dernier match
10 août 1994
Statistiques de joueur (1986-1994)
Matchs 694
Coups sûrs 598
Coups de circuit 141
Points 341
Points produits 415
Moyenne au bâton 0,250
Équipes

Royals de Kansas City[modifier | modifier le code]

Tout premier choix du repêchage de la Ligue nationale de football en 1986, Bo Jackson est sélectionné par les Buccaneers de Tampa Bay alors qu'il joue pour les Tigers de l'Université d'Auburn, en Alabama[1], mais il choisit plutôt d'amorcer sa carrière sportive avec les Royals de Kansas City de la Ligue majeure de baseball, qui l'ont choisi au 4e tour de sélection au repêchage tenu la même année[2]. Jackson débute dans le baseball majeur le 2 septembre 1986 après avoir joué précédemment 53 matchs pour les Chicks de Memphis, le club-école de niveau Double-A des Royals[3]. Il ne jouera plus en ligues mineures, sauf pour des séjours de remise en forme à la suite de blessures, et obtient un poste régulier comme joueur de champ extérieur pour Kansas City dès la saison 1987. Cette année-là, sa moyenne au bâton s'élève à ,235 seulement en 116 matchs mais il démontre de la puissance au bâton avec 22 coups de circuit. Il fait compter 53 points et réussit 10 buts volés.

En 1988, Jackson frappe 25 circuits, fait marquer 68 points et vole un sommet en carrière de 27 buts. Il s'impose comme l'une des vedettes de la ligue en 1989 avec une saison de 32 circuits et 105 points produits. Il représente Kansas City au match des étoiles de mi-saison au Anaheim Stadium d'Anaheim, alors qu'il est nommé joueur par excellence de la partie tant pour sa performance offensive que pour ses prouesses défensives dans la victoire de 5-3 des étoiles de la Ligue américaine. Dès la première manche, Jackson sauve deux points en réalisant un bel attrapé au champ gauche sur une balle frappée par Pedro Guerrero. En fin de première manche, il claque un retentissant circuit à 448 pieds (137 mètres)[4] du marbre sur une offrante du lanceur adverse Rick Reuschel. En deuxième manche, il devance un relais et est sauf au premier but pour empêcher un double jeu, ce qui donne un autre point à la Ligue américaine. Il vole par la suite le deuxième but, devenant seulement le deuxième joueur de l'histoire avec Willie Mays à réussir un circuit et un vol de but dans un match d'étoiles[4].

Comme c'est souvent le cas pour les bons frappeurs de coups de circuit, Jackson enregistre un total élevé de retraits sur des prises. Il mène d'ailleurs les majeures dans cette catégorie avec 172 retraits au bâton en 135 parties jouées en 1989. Jackson est de plus célèbre pour ses réactions aux retraits sur des prises : il est souvent vu retraitant vers l'abri en brisant son bâton en deux sur sa cuisse, ou même sur sa tête[5],[6].

En 1990, il égale un record des majeures (partagé par de nombreux joueurs) en frappant des circuits dans 4 passages au bâton consécutifs. Après ses trois premiers en juillet, il se disloque une épaule en tentant de réaliser un jeu défensif et passe 39 jours à l'écart du jeu. À son premier passage au bâton à son retour, il réussit ce quatrième circuit de suite, aux dépens du jeune lanceur Randy Johnson des Mariners de Seattle[7]. Jackson affiche sa moyenne au bâton (,272), sa moyenne de présence sur les buts (,342) et sa moyenne de puissance (,523) les plus élevées en une saison complète en 1990, où il dispute 111 matchs des Royals. Il claque 28 circuits et produit 78 points, en plus d'ajouter 15 vols de buts.

Blessure[modifier | modifier le code]

Le 13 janvier 1991, durant un match éliminatoire de la NFL entre les Raiders de Los Angeles (son équipe) et les Bengals de Cincinnati, Jackson est sérieusement blessé à la hanche gauche après avoir été plaqué par Kevin Walker. Cette blessure met fin à sa carrière au football. L'athlète subit une opération, compliquée par une afflux de sang dans son fémur gauche. Les médecins doivent remplacer sa hanche. Jackson promet de revenir au jeu, malgré le fait que les docteurs croient la chose impossible[8].

Après cette blessure, les Royals décident de ne pas honorer son contrat pour la saison de baseball 1991 et le libèrent le 18 mars[8]. Le 3 avril suivant, il est mis sous contrat par les White Sox de Chicago. Il rate toute la saison de baseball 1992, il effectue un retour au baseball avec les White Sox le 16 avril 1993, frappant un coup de circuit à sa toute première présence au bâton contre les Yankees de New York[9]. Il termina la saison avec 16 circuits et 45 points produits. Si sa puissance au bâton ne fut pas réellement affectée par sa blessure, il ne démontra cependant pas la rapidité d'antan. Il prit sa retraite sportive après la saison 1994 écourtée par la grève des joueurs, après avoir disputé 75 parties pour les Angels de la Californie.

Les interventions chirurgicales subies par Bo Jackson et son retour au jeu réussi lui valurent le surnom de « Bionic Bo »[10].

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Bo Jackson fut porte-parole pour la compagnie Nike, apparaissant dans de nombreuses publicités intitulées « Bo Knows » (« Bo sait »). Capitalisant sur ses talents dans deux sports, on voyait l'athlète pratiquer une variété d'autres disciplines, telles le tennis, le golf, le soccer, l'haltérophilie, le hockey sur glace, la luge, la course automobile, le cyclisme, le cricket, le sport équestre ou encore le surf. Il apparût dans des spots télévisés aux côtés du boxeur George Foreman, du basketteur Michael Jordan, du hockeyeur Wayne Gretzky, du tennisman John McEnroe, du quart-arrière de la NFL Jim Everett et du baseballeur Kirk Gibson, notamment. Une des publicités montrait également Jackson avec une autre célébrité partageant le même prénom, le musicien Bo Diddley.

Le lendemain de son retour au jeu au baseball, Nike publia une pleine page de publicité dans le USA Today, proclamant « Bo Knew » (« Bo savait »).

Bo Jackson fut aussi la vedette des jeux vidéo Tecmo Super Bowl et Bo Jackson Baseball pour la console Nintendo Entertainment System, et le jeu de football américain et de baseball Jackson's Hit and Run pour le Game Boy de Nintendo.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) 1986 NFL Draft Listing, pro-football-reference.com.
  2. (en) 4th Round of the 1986 MLB June Amateur Draft, baseball-reference.com.
  3. (en) Statistiques de Bo Jackson en ligues mineures, baseball-reference.com.
  4. a et b (en) Bo Jackson's magical 1989 All-Star Game, Sam Mellinger, The Kansas City Star, 9 mai 2012.
  5. (en) We have seen Bo Jackson and Orlando Cabrera is no Bo Jackson, David Brown, Yahoo! Sports, 8 octobre 2009.
  6. (en) MLB Tonight talks to Bo Jackson, MLB.com, 5 juin 2009.
  7. (en) Jackson Resumes Home Run Pace With 4th in Row After 39 Days Off, Dan Hafner, Los Angeles Times, 27 août 1990.
  8. a et b (en) He's Out: Royals Release Injured Bo Jackson, Russ White, Orlando Sentinel, 19 mars 1991.
  9. Hip, Hip, Hooray, Tom Verducci, Sports Illustrated, 19 avril 1993.
  10. Bionic Bo, Time, 5 avril 1993.

Liens externes[modifier | modifier le code]