Pelouse artificielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis AstroTurf)
Aller à : navigation, rechercher
Court de tennis en pelouse artificielle

La pelouse artificielle, aussi appelée « pelouse synthétique » ou encore « gazon artificiel », est une surface imitant la pelouse naturelle. Ce faux gazon est imité à partir de plastiques produits par synthèse chimique de manière à imiter certaines de ses caractéristiques et son aspect. Deux avantages sont avancés par les fabricants : la possibilité d'un usage intensif, quelle que soit la météo, et un moindre besoin d'arrosage, mais ce type de gazon donne lieu à des critiques portant sur la santé des utilisateurs et l'impact sur l'environnement.

La marque AstroTurf, première à avoir eu un succès commercial dans les années 1960 sous l'égide de la compagnie Monsanto, est souvent employée comme terme générique pour désigner la pelouse artificielle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1940, apparaissent des pelouses en Tartan turf ; un matériau caoutchouteux développé par la société Minnesota Mining and Manufacturing Co. (3M) sur lesquels des sportifs commencent à s'entraîner. En 1966, du tartan est installé pour la première fois sur un hippodrome, mais les 3/4 des entraineurs et la moitié des jockeys refusent de participer à la première grande course organisée sur ce terrain, « craignant de possibles dommages aux chevaux et des blessures aux cavaliers sur cette surface « choquante ». Au cours des saisons suivantes, une couche de sable a été ajoutée pour adoucir la surface caoutchoutée, mais ce matériau a continué à recevoir des critiques et n'a jamais vraiment convaincu les cavaliers »[1].

En 1966, on installe à l'Astrodôme de Houston (États-Unis), un premier terrain de sport artificiel présenté comme une avancée vers la modernité. Une première vague de terrains aux États-Unis utilise l'AstroTurf jugé par les experts « tout à fait durable, mais cher et non idéal pour l'athlétisme concurrentiel parce qu'il était abrasif et peu flexible, ce qui rend les athlètes vulnérables aux blessures du genou. »[2]. Grâce à un remplissage de caoutchouc, la tenue des brins d'herbes synthétique sera améliorée, permettant aussi qu'ils soient plus souples. Des sustrats multicouches seront développés ; le jeu devient plus confortable et occasionne alors moins de brûlures lors des glissades.

Dix ans plus tard (1976), les fédérations américaines de hockey imposent le gazon synthétique aux Jeux olympiques de Montréal. En 1987, un gazon synthétique recouvre le terrain de hockey sur glace et une ligue professionnelle de crosse en salle est créée (devenue National Lacrosse League).

Dans les années 2000, après s'être fortement développée aux États-Unis, la filière investit l'Europe, avec l'Organisation européenne du gazon synthétique (ESTO) Selon l'ESTO, plus de 25 millions de mètres carrés (2 500 hectares) devaient avoir été installés en un an. Ainsi, près de 300 millions de mètres carrés de gazon synthétique (soit 30 000 hectares) seraient déjà implantés en Europe.
Plusieurs sécheresses ayant touché l'Europe, dont une canicule sévère en 2003, l'argument d'une moindre consommation d'eau et de la résistance du gazon de plastique, est mis en avant par les producteurs, représentants et promoteurs des pelouses artificielles. Il touche de nombreux clubs et collectivités. Selon l'ESTO[3] ; on comptait en 2009 plus de 2 500 terrains artificiels de football en Allemagne, 1 700 aux Pays-Bas, plus de 2 000 en Espagne et environ 1 200 en France, autant en Italie[3] mais seulement 600 au Royaume-Uni[3] où le vrai « gazon anglais » semble avoir culturellement freiné l'artificialisation des terrains de sports. En 2001 la FIFA valide un gazon artificiel que divers grands clubs européens ont installé notamment pour l'entraînement. l'UEFA suivra.

En quelques décennies, de nombreux brevets se sont succédé, donnant lieu à de nombreux types de gazons artificiels, qui se sont étendus à grande échelle en Amérique du Nord à partir des années 1970 en bénéficiant (pour le substrat ou les matériaux de remplissage) du bas coût du caoutchouc recyclé[4]. Les solutions de remplissage par des particules intercalaires ont aussi fait l'objet de brevets[5]. Une filière économique, dans l'industrie des plastiques et des services s'est ainsi constituée, avec aussi des produits dérivés ou annexes (par exemple, des chaussures plus adaptées à ces substrats ont aussi été brevetées[6],[7]) Selon les industriels du secteur, cette filière représentait (en 2008) en Europe 300 millions de m² installés depuis les années 1970, et cette filière générerait un chiffre d’affaires annuel de 1 milliard d'euros (2008) pour 10 000 personnes employées[3].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Exemple de terrain de football, garni d'un gazon en matière plastique.
Voiture recouverte de faux gazon
  • Usages sportifs : Ce type de gazon est le plus souvent utilisé dans les enceintes sportives fermées comme les arènes, ou dans les aires de jeu, quand les conditions de culture d'une pelouse naturelle ne sont pas réunies. En théorie, les terrains artificiels (engazonnés ou non) peuvent être utilisés ou ont été testés pour de très nombreux sports, dont athlétisme, tir à l'arc, badminton, baseball, cricket, croquet, hockey sur gazon, football, football américain, rugby, golf, jeux de boule, tennis, jeux de crosse, pratique du tir, bowling sur gazon, softball volleyball, golf, mini-golf, greens de golf d'intérieur… Ainsi, après les terrains de football, des éléments de plusieurs centaines de mètres carrés commencent à être posés en extérieur pour des Terrain de golf (gazon en plastique, ras et sablés), dont en France[8]
  • Usages décoratifs en extérieur ; La pelouse artificielle sert au décor dans les jardins, cours, balcons et terrasses. Des progrès ont été faits en matière d'esthétique et leur aspect s'approche de plus en plus du naturel. De plus elle ne nécessite pas de terre[9].
  • Décor intérieur : Du faux gazon est parfois utilisé en décoration d'intérieur (salons, commerces, habitat individuel.. comme moquette ou tapis de sol, mais aussi comme revêtement original d'objets design ou kitsch).
  • Usage en animalerie ou zoos : Du gazon synthétique résistant à l'urine est aussi utilisé pour servir de litière dans des toilettes pour chiens ou chats[10].
    Les animaux enfermés sont atteints de pathologies liées au manque d’activé complexe, dont de recherche de nourriture. Des gazons synthétiques ont été utilisés pour « enrichir » l'environnement de primates utilisés comme animaux de laboratoire. Les huit singes rhésus en bénéficiant expérimentalement durant 6 mois, ont montré une réduction significative de la pathologie comportementale, quand on leur a donné plus de temps pour rechercher de la nourriture cachée dans ce gazon (Plus le temps consacré à la récolte était long, plus les comportements aberrants ont diminué)[11].
  • Aviation : Autour des pistes d'aéroport, les vrais gazons contribuent à dépolluer l'air et l'eau des aéroports, en améliorent la durée de vie des moteurs (en fixant les poussières). Mais ils attirent des oiseaux qui peuvent être aspirés par les réacteurs et les dégrader. Pour éviter les coûts d'effarouchement des oiseaux (bruit, fauconnerie…), des gazons synthétiques ont été testés en remplacement des vrais pelouses. Les oiseaux comprennent rapidement qu'il n'y a rien à manger et s'y raréfient. Mais ce gazon a perdu ses bénéfices en termes de microclimat et épuration de l'air[réf. souhaitée].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Gazon artificiel, détail.

Autrefois en nylon, les éléments imitant les brins d'herbe, sont aujourd'hui souvent en polypropylène ou du polyéthylène coloré, plus rarement du polyamide ou du polyester, sous forme de mono-filament ou bandelette fibrillée. Ils imitent un gazon tondu, ou un jeune gazon dense non tondu. Des granulés de ces polymères, fondus à haute température sont extrudés pour former des brins de gazon artificiel. Deux techniques existent ; La première est l'extrusion-filage, consistant à pousser les polymères en continu au travers d’une filière. La section des longues fibres de gazon artificiel ainsi créées est déterminée à cette étape grâce à des capillaires. Après étirage et refroidissement, la fibre est à la fois souple et résistance. L'autre technique consiste à extruder un film, ensuite découpé en fines bandelettes, aux largeurs désirées.

Brins de plastique imitant le gazon, vue de profil.

Un paramètre important est la finesse des brins. On utilise le décitex (dTex), qui représente le poids en gramme de 10 000 m de fil. La largeur du fil mono-filament atteint souvent 0,8 à 1,2 mm, alors que la bandelette fibrillée peut atteindre 5 à 12 mm. L’épaisseur de la fibre se situe entre 50 et 150 microns. La création de plans de gazon artificiel proprement dit utilise la technologie du « tuftage », largement employée dans le domaine de la moquette : sur le principe de la machine à coudre, on forme des boucles de fil au travers d’un support tissé ou non-tissé, selon les paramètres désirés (hauteur, nombre de points, etc.). Pour obtenir l’aspect final de poils (brins d’herbe), les boucles sont coupées dans leur hauteur par une machine spéciale et les fibres se dressent. À cette étape sont positionnées les lignes des terrains de sport (brins colorés dans la masse). Le tissu est ensuite enduit de composés complexes (latex, polyuréthane) afin de solidement ancrer le poil dans son support ; cette étape est déterminante pour la durée de vie du produit, en particulier sur les terrains de sport où ce « gazon » sera soumis à des glissades, crampons, coups…
Des trous de drainage sont faits pour permettre à l’eau de pluie de s’évacuer. Il peut alors être inspecté, enroulé, emballé et expédié.

Il est enfin déroulé sur le terrain soigneusement préparé, étiré en pans qui sont cousus ou collés sur un substrat plus ou moins complexe, souple ou épais, mais toujours drainé ou drainant. L'aspect, la souplesse et la stabilité de l'aire de jeu sont améliorés par l'ajout de granules (poudrette) de caoutchouc synthétique, généralement issu du recyclage des pneus, et/ou du sable

Gazon artificiel, schéma de principe.

Entretien[modifier | modifier le code]

Ne nécessitant pas de tonte ni d'arrosage pour rester verts, les gazons artificiels simplifient l'entretien et l'équipement normalement nécessaire pour une pelouse classique. Dans le cas des aires de jeux et terrains de sport, il doit être nettoyé périodiquement, et l'accès aux animaux domestiques, dont les excréments peuvent apporter des microbes et qui ne sont pas éliminés comme ils le seraient en présence d'une vraie végétation, doit être limité.

Les gazon synthétiques ne nécessitent théoriquement pas d'arrosage, mais pour leur propreté, ou pour faire descendre la température du terrain en été[12], et pour la glisse (rapidité du jeu), il est recommandé d'équiper ces terrains de systèmes d'arrosage intégré, le plus souvent automatiques[13]. L'eau est généralement pulvérisée par des canons, aériens ou enterrés, placés en périphérie de la surface de jeu, éventuellement à partir de récupération d'eaux pluviales (qui doivent être bactériologiquement assez propres en raison des risques de brûlures/blessures). La FFF réglemente l'installation d'arroseurs enterrés et intégrés à la surface de jeux, et de plus en plus de fabricants, comme Hunter, propose des arroseurs spécifiquement adaptés à ces terrains synthétiques et mis en place uniquement autour du terrain.

L'arrosage d'un gazon synthétique, outre au nettoyage, vise à :

  • améliorer les appuis des joueurs[13] et augmenter la souplesse du terrain[14] ;
  • limiter les brûlures ou blessures en cas de chute[13] surtout en améliorant la glisse ainsi qu'en faisant chuter la température (dans les pays chauds, la température de surface peut baisser d'un tiers avec l'arrosage[14]) ;
  • améliorer le maniement de la balle (rebond, roulement), soit l’interaction de la balle avec la surface[15] ;
  • améliorer les caractéristiques des terrains en gazon synthétique partiellement sablé[13] ;
  • le caoutchouc (souvent recyclé) employé sur certains terrains dégageant des odeurs, celles-ci sont réduites par l'arrosage[14].
  • stabiliser la surface[16].

Le terrain doit donc être perméable, tout en ayant une certaine capacité à retenir l'eau pour ne pas sécher trop vite. De plus, en arrosant avec un mélange à base de peroxyde d'hydrogène, cela permet de réduire le développement d'algues ou de bactéries[15]. Enfin, l'action de l'eau pour lubrifier, refroidir et stabiliser permet au niveau mondial d'obtenir des conditions de jeux relativement comparables et constantes sur tous les terrains synthétiques : même surface, même température, même glisse…[15]

Coûts de construction et d'entretien[modifier | modifier le code]

Ils sont supposés fortement réduits pour le gazon synthétique. Cependant, l'ampleur des économies varie beaucoup selon les sources et selon le mode de calcul. On admet que le cout d'installation d'un terrain synthétique de football (soccer) peut être presque le double de celle d'un gazon naturel (1,4 million de dollars US contre 690 000 $ pour la même surface en herbe). Au prorata des coûts de fonctionnement/maintenance sur la durée de vie prévue du terrain la différence de coût serait d'un peu moins qu'un « surcoût » de 15 000 $ de plus pour le gazon naturel, une somme considérée comme substantielles par certains mais négligeable pour d'autres, « au regard des nombreuses inconnues sur la durée réelle de vie et des coûts d'entretien des gazons artificiels »[17].

Des coûts inattendus peuvent s'ajouter aux budgets d'entretien. Ainsi à New York, fin 2008, le terrain synthétique du Thomas Jefferson Park (dans l'Est de Harlem) a du être fermé, détruit puis remplacé en raison d'un taux très élevés de plomb détecté dans la poudrette de caoutchouc (502 ppm ou milligrammes par kilogramme, soit quatre fois le maximum autorisé dans le sol). La pelouse du parc James J. Walker (Manhattan) a été testée pour le plomb le 8 janvier 2009. La poudrette contenait 240 ppm de plomb. Son remplacement devrait coûter 1,6 million de dollars à la ville. Et ces terrains semblent s'user plus rapidement que prévu quand ils sont intensivement utilisés : une enquête a en 2010 porté sur 56 pelouses artificielles de New York (aléatoirement choisies)[18]. 25 de ces 56 terrains (soit 46 %) étaient « en très mauvais état, avec des trous, des fentes et des décollements susceptibles de faire trébucher »[18]. Au moins 14 terrains présentaient aussi des dommages mineurs, mais qui sans réparation ne pourront que s'aggraver. Un porte-parole du département des Parcs a expliqué que la ville n'avait pas prévu de remplacer tout le gazon artificiel, même si l'agence a sollicité un budget de 3,65 millions de dollars pour restaurer deux terrains synthétiques à Manhattan[18].

Ainsi, en intégrant le temps d'indisponibilité à cause des surchauffe (phénomène présenté plus bas), une consommation d'eau parfois plus importante que prévue, une usure prématurée dans certains cas, dans le cadre d'un bilan global, les économies annoncées ou espérées d'eau et d'entretien faites sur l'entretien à l'occasion du remplacement d'une surface engazonnée par une surface synthétique pourraient être réduites ou perdues, dont en raison des coûts de climatisation supplémentaire des bâtiments riverains dans les villes denses sensibles aux effets d'îlots de chaleur[19]. Le bénéfice apparent d'une moindre contribution au réchauffement global (car moindre émissions de gaz à effet de serre pour l'entretien) serait annulé par une contribution directe et locale au réchauffement des villes. Ces aspects ne semblent pas pris en compte dans les ACV et évaluations sanitaires.

Critiques et débats[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1960, des craintes sont exprimées quant à des risques accrus de blessures. Elles sont infondés selon les études disponibles si l'on se place d'un point de vue global : si le terrain synthétique a été bien entretenu ou remplacé après 10 ou 12 ans, certaines blessures seraient plus fréquentes et d'autres moins.

Les années 2000, des préoccupations ont émergé[20] concernant la santé et l'environnement, suite notamment à des études laissant penser que l'air et/ou l'eau de percolation pourraient se charger d'éléments chimiques perdus par le gazon synthétique lui-même, son support ou la poudrette de caoutchouc utilisée comme agent de remplissage[20]. Des collectivités ou fabricants reconnaissent de possibles problèmes pour la santé, et que des études sont nécessaires pour les mesurer, mais ils les jugent généralement mineurs, notamment au regard du fait que ces terrains pourraient faire diminuer l'obésité et améliorer l'hygiène mentale aux États-Unis et notamment à New York, ville qui a fait de cet argument son principal justificatif d'un vaste programme de construction de terrains de sports synthétiques (3,2 millions de Newyorkais sont obèses, avec jusqu'à une personne sur quatre dans certains quartiers[21]).

Sécurité des sportifs[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1970, quelques études ont porté sur les risques d'accidents, essentiellement pour les footballeurs[22],[23]. Selon une étude[24] ayant porté sur 1 783 footballeurs (de 11 à 40 ans, et ayant pratiqué en moyenne durant 3,7 ans sur pelouse artificielle), 38 % de ces footballeurs avaient eu des blessures cutanées (aux jambes dans 58 % des cas), 28 % ont subi des entorses (dont 64 % aux chevilles, 21 % au genou) et 17 % des blessures musculaires[24]. 76 % de l'ensemble de ces blessures ont été jugées mineures (interruption de moins d'une semaine et sans besoin d'assistance médicale dans 3 % des cas) ; 8 % étaient sévères (plus de 3 semaines d'arrêt de pratiques sportives)[24]. Le risque moyen était de 6 accidents pour 1 000 heures de pratique sportive, à peu près semblable aux chiffres connus pour le football sur gazon naturel. Les auteurs ont conclu que le football sur gazon artificiel conduisant à des modèles spécifiques de blessures et de syndromes d'effort, mais sans un taux plus élevé ou gravité plus élevée de blessures, et donc sans nécessité de restrictions médicales spécifiques[24]. Selon une étude ayant porté sur 290 joueurs (des hommes) dans 10 équipes de niveau européen, le type de gazon (artificiel ou non) aurait peu d'influence sur le risque de blessures ou la gravité des blessures, tant chez des sportifs amateurs que professionnels et tant durant l'entrainement que durant les matchs[25], sauf pour le risque d'entorse de la cheville qui était un peu plus élevé sur gazon artificiel que sur herbe[26]. Aucune différence dans la gravité des blessures n’a été observée entre les surfaces. Les footballeuses ne présentent pas plus de risque de blessure que les hommes sur ce type de gazons[27], pas même pour les jeunes footballeuses selon les données disponibles[28]. Il semble toutefois que le type de sports et de pratique soit à prendre en compte[20]. Par exemple, un accéléromètre lâché sur différents types de substrat à partir d'une même hauteur montre des différences significatives de réaction à sa chute[29].

Plusieurs études publiées dans un supplément au numéro d'août 2007 du British Journal of Sports Medicine ont précisé que s'il n'y avait pas de différence en termes d'incidence (nombre d'accidents, gravité) n'ont rapporté aucune différence dans l'incidence, la gravité, la nature, ou le type de blessures chez les footballeurs, cela pourrait être différent pour d'autres sports que le football ; De plus il existe des résultats contradictoires ou plus nuancés : par exemple une étude[30] prospective sur 5 ans relative aux blessures de footballeurs d'équipes d'écoles secondaires a observé 10 % de blessures de plus quand les matchs étaient disputés sur du gazon synthétique que quand il était joué sur des surfaces en herbe. Mais le risque de blessures graves à la tête et au genou était cependant plus élevé sur l'herbe[20].

Surchauffe et effet microclimatique[modifier | modifier le code]

Cet inconvénient est reconnu par les partisans du gazon artificiel comme par ses détracteurs. Il existe des rouleaux de gazon synthétique pouvant être directement déposés sur un substrat dur et plat (mais drainant, de type gravier damé). Ils accumulent moins de chaleur, mais plus qu'un gazon naturel. En outre, leur surface inférieure n'étant pas protégée, ils se dégradent plus rapidement et ne présentent pas les sensations et le confort d'utilisation de ceux qui sont installés sur un substrat souple. On les réserve généralement à la décoration.

Tous les gazons synthétiques utilisés pour les terrains de sports s'échauffent au soleil, bien plus intensément, et plus rapidement qu'un terrain enherbé. C'est particulièrement vrai pour ceux dont le substrat ou les billes qui maintiennent l'herbe droite sont faites de caoutchouc noir (pneu recyclé). La sous-couche légère et spongieuse, et le substrat de caoutchouc recyclé piègent l'énergie solaire puis la rayonnent dans l'infrarouge. Au fur et à mesure que la chaleur s'accumule dans le faux gazon, elle contribue à créer une bulle de chaleur, là où de vraies plantes auraient au contraire converti le rayonnement solaire en énergie photosynthétique et pour une autre partie l'aurait absorbée via l'évapotranspiration (qui rafraichit significativement l'air[31]). Stuart Gaffin, chercheur au Centre d'étude des systèmes climatiques[32] de l'Université Columbia a cherché, avec la NASA, à évaluer les capacités des arbres urbains et des parcs à rafraichir les bulles de chaleur urbaines. Il a utilisé des thermographies satellitales et d'un SIG (système d'information géographique qui ont mis en évidence que certains des points les plus chauds de New York n'étaient pas des toitures surchauffées par le soleil comme il l'avait d'abord pensé, mais des terrains en gazon synthétique[33]. À New York toujours, des mesure in situ montrent que la température est de 33 °C (15,5 °C, il s'agit ici d'une variation de température) plus chaude au-dessus d'un terrain synthétique que s'il s'agissait d'herbe véritable[33]. La température de surface atteint 71,1 °C (71,1 °C) en été (voire, exceptionnellement a dépassé 76,6 °C (170 °F), ayant déjà dépassé 60 °C (60 °C) à h 15[34]). Le 6 juillet 2007, la température de l'air était de 25,5 °C (25,5 °C) en début d'après-midi, celle du gazon naturel exposé au plein soleil était de 29,4 °C (85 °F) alors qu'un terrain en gazon synthétique voisin était à 60 °C (140 °F)[33]. Or, « L'exposition durant 10 min ou plus à des températures de surface dépassant 50 °C (50 °C) peut causer des lésions cutanées, c'est donc une véritable préoccupation », pour Joël Forman[35], outre le risques de brûlure et déshydratation, se pose le problème de la contribution des gazons synthétiques aux « effets d'îlot thermique» ; Après de nombreuses mesures faits sur des toits noir et terrains en gazon synthétique exposés au soleil, J. Gaffin a conclu que les gazons artificiels rivalisaient avec les toits noirs pour leur température de surface élevée[33]. Cette chaleur s'accumule au niveau du sol et non au niveau des toitures. Un fabricant de gazon synthétique interrogé à ce sujet recommande de ne pas jouer sur ces terrains quand le soleil est haut et qu'il fait chaud[33]. D'autres recommandent d'arroser ou brumiser ces terrains, pour en contrôler la chaleur excessive. De telles conditions (chaleur + UV solaire) sont a priori favorables au relargage de composés toxiques par le caoutchouc recyclé utilisé dans ces terrains, voire à des phénomènes de photochimie notamment au moment des pics d'ozone.

Dans les régions chaudes, et durant les journées ensoleillées d'été en zone tempérée, l'argument d'un usage intense possible toute l'année est mis en défaut ; « Tout comme les entraîneurs ont à rééchelonner les matchs en raison de la pluie quand ils jouent sur de l'herbe véritable, de même ils ont besoin de reporter ou d'envisager une alternative à la surface synthétique quand il fait chaud et ensoleillé »[33]. Ce phénomène atténue aussi ou contredit les affirmations selon lesquelles l'arrosage n'est pas ou peu nécessaire, car pour contrôler la chaleurs et/ou pour des raisons de glisse, aux États-Unis, le pays qui a le plus installé de gazons synthétiques pour le sport, l'arrosage est en réalité souvent pratiqué. La Fédération internationale de hockey sur gazon impose même que les gazons synthétiques soient saturés en eau avant chaque pratique du jeu[36]. En 2007, à Raleigh (Caroline du Nord), lors d'une sécheresse grave, avec pénuries locales d'eau, la presse s'est émue d'apprendre que l'université continuai à arroser ses terrains de gazon synthétique (type AstroTurf), notamment pour répondre aux normes de la fédération de hockey (basée en Suisse), alors qu'on demandait ou imposait aux entreprises et citoyens des restrictions d'eau (dont interdiction d'arrosages extérieurs)[36]. Dans ce cas, l'université Duke avait demandé et reçu une dérogation (normalement uniquement accordée aux entreprises ayant des besoins nécessaire en eau), à condition que la consommation totale du campus soit néanmoins diminuée de 30 %[36]. Un représentant officiel des organisations sportives a alors annoncé qu'à l'occasion du resurfaçage des terrains en fin de saison, la Caroline du Nord, étudierait la possibilité de récupérer les eaux pour les réutiliser dans l'arrosage des terrains artificiels[36].

Santé environnementale[modifier | modifier le code]

L'utilisation de produits de recyclage des pneus laissaient craindre à certains un possible relargage de polluants ou d'allergènes, dans l'air ou dans l'eau de drainage (métaux lourds notamment[37]). Après de premières analyses, des taux de poussières de plomb ou de plomb dans les particules de caoutchouc ont effectivement été trouvés dans plusieurs cas en quantité dépassant les normes admissibles[38].

Les pistes et terrains à base de déchets recyclés ont été – depuis la fin du XXe siècle – banalisés, notamment via leur utilisation pour le football (Selon les fabricants[39], depuis 2003, plus de 70 matchs de la FIFA U-17 et U-20 de la Coupe du Monde ont été disputés sur les terrains de football synthétiques). Les retransmissions télévisées les ont rapidement fait connaître dans le monde entier. Les producteurs de gazon et pistes synthétiques (à base de pneus recyclés) ont une communication proactive vers les acheteurs potentiels, mais aussi les usagers ou parties prenantes dont (aux États-Unis au moins) les enseignants sportifs, les clubs et les parents d'élèves[40]. Ceci s'est traduit - dans les années 2000 - par une forte demande de terrains en gazon synthétique[40]. Selon le syndicat américain des fabricants, en 2007-2008, plus de 800 nouvelles pistes et terrains de sport synthétiques « multiusage » étaient annuellement construites chaque en Amérique du Nord dans les écoles, les collèges, stades et parcs sportifs[40], et il y aurait en 2011 aux États-Unis plus de 7 000 terrains en gazon synthétique utilisés, dans les écoles et universités notamment.

Certains matériaux de ces terrains contiennent des produits chimiques toxiques ou écotoxiques. En l'absence d'études scientifiques approfondies sur d'éventuels risques sur la santé, après la publication de premières analyses, et en réponse aux craintes de groupes de parents et de certains législateurs (au niveau local et national)[41], certaines villes (à la fois payeur et responsables) ont souhaité disposer de plus d'informations. Ainsi, début 2008 la ville de New York qui faisait partie des leaders en termes d'installation de terrains synthétiques (avec 77 terrains installés de 1997 à 2007, et 23 autres prévus[41]) a provisoirement annoncé qu'elle suspendait (« l'utilisation de caoutchouc de remplissage de gazon synthétique dans tous les projets d'aménagements des Parcs urbains », via une directive d'aménagement des parcs, du 14 janvier 2008. Le service des parcs a ensuite dit s'être mal exprimé et ne pas vouloir supprimer les Turfs (gazons) avec remplissage à base de pneus recyclés, mais simplement vouloir à l'avenir expérimenter d'autres types de tapis, tels que les fausses pelouses en nylon, semblable à l'ancien AstroTurf[2] (cependant depuis, l’AstroTurf ou des fibres Nylon/polyéthylène se sont révélés parfois chargé en plomb, plus que d'autres types de pelouses de plastique testés dans le New Jersey et au-delà des normes[38], à des doses qui selon les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) posent « un problème potentiel pour la santé publique »). La ville de New York - utilisant la loi lui permettant l'accès à ce type d'information - a demandé à l'un des fabricants (Forever Green) une fiche de sécurité sur la poudrette, obtenue en juillet 2006[2] ; Selon cette fiche, « ce produit contient des huiles de pétrole (...) similaires à celles classées comme causant le cancer cutané chez la souris après un contact prolongé et répété » ; « Tout danger potentiel peut être minimisé en utilisant des équipements de protection [...] pour éviter le contact de la peau et par un lavage à fond »[2]. Une recommandation plus édulcorée figurait alors sur le site Internet du département américain de la Santé[2] ; reprise par certains fabricants ; « Comme pour toute activité extérieure, il est recommandé que, après avoir utilisé une pelouse synthétique, les gens se lavent les mains avant de manger ou de boire »[2].

En 2008, deux médecins ont été sollicités par la ville pour étudier le contenu de la revue d'étude scientifiques qu'elle avait faite faire[42]. Ils ont minimisé les risques liés aux relargages ; Tout en reconnaissant que « Plusieurs études crédibles » avaient trouvé dans la poudrette de caoutchouc des « cancérogènes humains connus » et des « produits chimiques neurotoxiques » tels que plomb, chrome, arsenic, chrysène et aromatiques (dont isomères de toluène et de xylene, qui semblent avoir été trouvé avec les plus hautes concentration[43]) ils ont estimé que la ville avait exagéré le risque en s'appuyant sur des études d'exposition au caoutchouc en milieu industriel, très différent du cas des granules intercalaire en caoutchouc utilisées dans le gazon synthétique. Ils confirment ce que Crain et Zhang avait déjà dit : Le gazon contient des carcinogènes connus et des métaux lourds susceptibles d'induire des malformations congénitales et de retard mental, mais on ne dispose pas d'étude prouvant scientifiquement que le gazon artificiel pose un important danger pour la santé[2]. Les deux médecins ont cependant alerté sur le fait que les arrosages ou brumisations nécessaires au refroidissement des terrains pourraient avoir un effet pervers « Les gouttelettes d'eau résiduelle peuvent agir comme incubateurs de bactéries [...] Cela peut ouvrir la voie à des infections cutanées », notamment de type SARM (infection par des staphylocoque antibiorésistant), maladie émergente et nosocomiale pouvant être acquises par les brûlures sur le gazon (voir paragraphe consacré à ce sujet ci-dessous).

Les fonctionnaires municipaux ont fait savoir que le rapport exonérait le gazon synthétique et - bien que cet examen n'ait pas été concluant sur plusieurs point - les médias américains ont d'abord retenu l'argument de l'absence de risque (The New York Times a titré à ce propos « Une étude révèle l'absence de risque dans le gazon synthétique[41]. »

Terrains synthétiques et risque allergique[modifier | modifier le code]

Un des espoirs ou avantages parfois intuitivement avancé en faveur du gazon synthétique sur l'herbe naturelle est qu'il pourrait réduire le risque d'allergie aux pollens pour les personnes présensibilisées. Cet avantage n'existe peut-être pas, ou est en tous cas discuté. Un rapport publié en 2006 par des défenseurs des parcs de New York[44] souligne que « Les partisans de terrains de gazon synthétique vantent la réduction des taux d'allergènes et de facteurs d'asthme ». Ils pensent que « la suppression des pollens de graminées naturelles pourrait être bénéfique pour les enfants et les adultes atteints de ces affections ». Ce type d'argument semble devoir être pondéré ou démenti, car d'une part les gazons urbains et plus encore de terrains de sports engazonnés sont coupés si souvent et si ras qu'ils ne produisent aucun épis floraux et donc pas de pollens. D'autre part, la rosée et le sol des gazons naturels vont fixer dans le sol, une grande partie des pollens urbains qui étaient en suspension dans l'air local (pollens dégradés par la pollution de l'air, et suspectés d'être ainsi plus allergènes, et éventuellement plus nombreux et plus allergènes dans l'air surchauffé, ainsi qu'en contexte de disparition ou régression des abeilles ou papillons). Enfin, de nombreux gazons artificiels contiennent du latex synthétique[45] (alors que la population allergique au latex semble augmenter, atteignant 6 % de la population aux États-Unis[46]), mais il n'est pas à ce jour démontré que ce latex, sous la forme et quantité où il est présent dans les terrains de sport soit (ou ne soit pas) particulièrement allergène. L'Agence californienne de protection de l'environnement a commandé un test d'application d'échantillons de caoutchouc de pneus sur la peau de cochons d'Inde ; Aucun n'a développé de rash cutanées ni d'autre réactions allergiques de contact avec le caoutchouc[47]. Ce type de test ne prend pas en compte le phénomène de sensibilisation, mais le NYSDOH n'ont pas non plus relevé dans la littérature médicale de cas détectés d'allergies provoquée par de la poudrette de caoutchouc[46]. C'est dans les villes et milieux artificiels qu'on trouve le plus d'allergiques. Renforcer l'artificialité de la ville ou de l'environnement des écoles pourrait bénéficier aux allergiques, mais augmenter le taux d'allergie dans la population. Il ne semble pas exister d'études épidémiologiques disponibles pour préciser les avantages et inconvénients des deux solutions ou d'autres alternatives.

Risques microbiens[modifier | modifier le code]

La médecine sportive et les autorités sanitaires sont également préoccupées par l'augmentation de maladies nosocomiales ou antibiorésistantes.

Par exemple, l'infection par des souches de Staphylococcus aureus résistantes à la méthicilline (SARM) semblent pouvoir se propager facilement parmi les athlètes en raison de contacts répétés de peau-à-peau, de fréquentes coupures, griffures, brûlures ou abrasions de la peau et connaissent la promiscuité des vestiaires et équipements ou sont souvent soignés in situ ou hospitalisés. Des épidémiologistes avaient en effet repéré des cas groupés chez des footballeurs professionnels, signalés dans le New England Journal of Medicine[48], et dans les rapports hebdomadaires de morbidité et mortalité des CDC[2], Pour les auteurs et les Centers for Disease Control and Prevention, bien que le gazon synthétique lui-même ne semble pas particulièrement porteur de bactéries de type SARM, un plus grand nombre de brûlures causées par l'abrasion de la peau par du gazon synthétique augmente la probabilité d'infection à SARM, surtout chez les athlètes professionnels jouant sur des surfaces dures[20].

Certaines données suggèrent que le gazon synthétique de plein air pourrait parfois abriter plus de bactéries[20]. Par exemple, une étude parrainée par Sprinturf, un industriel fabricant de gazon synthétique, a constaté que les intercalaires contenant un mélange sable/caoutchouc présentaient des taux de bactéries jusqu'à 50 000 fois plus élevés qu'un remplissage de caoutchouc seul[20]. Pour y remédier, cette société commercialise maintenant un gazon synthétique "sans sable" comme une alternative sûre et elle offre des moyens d'assainir les terrains déjà construits[20].

Le bon entretien d'un gazon synthétique nécessite une désinfection et un nettoyage périodiques visant à retirer les cheveux, restes de peau, excrétats (sueur, crachats..), et fluides corporels (lymphe, sang) ainsi que les excréments d'animaux. Les fabricants commercialisent des biocides spécialement conçus pour leurs terrains. Selon un manuel[49] sur la construction et d'entretien des terrains de sports artificiels, publié en 2006 par l'Association américaine des constructeurs d'installation sportives, certains propriétaires de gazon synthétique désinfectent leurs terrains de sport jusqu'à deux fois par mois, avec des nettoyages plus fréquents là où les contaminants se concentrent[20].

Santé environnementale et écobilan global[modifier | modifier le code]

Un débat parfois vif existe sur l'écobilan du gazon synthétique et sur la question d'éventuels dangers pour la santé humaine et l'environnement, ou pour la mesure de ses avantages et inconvénients par rapport au gazon naturel[20]. À titre d'exemple, New York est la ville américaine qui achète la plus grande quantité de gazon synthétique en Amérique. En décembre 2007, la municipalité a organisé une audition au sujet de l'usage de gazon synthétique dans certains des 4 000 parcs urbains (28 700 acres) de la ville[20]. Entre terrains naturels enrichis en engrais et pesticides, ou gazons de plastique, que choisir ? Certains élus souhaitent augmenter le nombre de terrains de sports en gazon synthétique, notamment dans les quartiers qui ne disposent pas d'espaces verts (il était en 2007 alors prévu d'installer 35 terrains en gazon synthétique en remplacement de surfaces asphaltées). D'autres s'opposent à cette évolution vers le gazon artificiel, alors que les associations et certains quartiers se sont battus pour supprimer ou réduire l'usage des pesticides là où ils ne sont pas nécessaire[20].

Si de nombreuses études ont porté sur les risques d'accident sur les gazons de plastique, il y a eu peu de recherches toxicologiques ou écotoxicologiques sur d'éventuels effets sur la santé humaine et l'environnement de l'exposition à certains constituants du gazon synthétique[20]. Quelques rapports ont conclu à des risques minimes pour la santé, mais « la plupart de ces rapports conviennent toutefois que beaucoup plus de recherches sont nécessaires avant que la question puisse être définitivement tranchée ». L'audience du 13 décembre 2007 a conclu qu'il est prématuré d'affirmer que le risque est minimal[20].

De nouvelle génération de gazon synthétique se succèdent depuis les années 1960, sans que l'on ai pu prendre la peine d'en mesurer ou étudier d'éventuels effets toxicologiques ou écotoxicologiques[20]. Les couches intercalaires caoutchoutées sont celles qui sont le plus suspectées de pouvoir libérer certaines substances dans l'air et l'eau. Des particules issues de la dégradation de ce substrat se dispersent dans l'air et l'eau, et peuvent être en contact avec les vêtements et la peau des sportifs, voire avec la lymphe ou le sang en cas de blessures ou brûlures (glissades). Les enfants sont connus pour être plus vulnérables à l'inhalation ou au passage percutanés de nombreux produits indésirables ou toxiques[20]. Il n'est pas possible, faute de données suffisantes, de pouvoir conclure à l'existence ou absence d'effets écosystémiques[20].

Poudrette de caoutchouc[modifier | modifier le code]

La poudrette est assez facilement dispersée dans l'air et souvent retrouvée dans les vêtements, chaussures, cheveux.

La plupart des sols sportifs synthétiques (dont les gazons artificiels), comprennent de la poudrette de caoutchouc recyclé, provenant notamment de pneus usagés. Pour Patti Wood, directeur exécutif de l'ONG Grassroots Environmental Education « la poudrette de caoutchouc est un matériau qui ne peut être légalement mis en décharge ni jeté en mer en raison de sa toxicité ; pourquoi diable devrions-nous laisser nos enfants jouer dessus ? ». Ce caoutchouc recyclé (souvent importé de Chine) contient de nombreux produits chimiques toxiques ou soupçonnés d'avoir des effets sanitaires. Les caoutchoucs synthétiques les plus utilisés dans les pneus sont en effet composés d'éthylène-propylène et de styrène-butadiène associés à des additifs, et catalyseurs (agents de vulcanisation)[20]. Ils contiennent des charges (elles-mêmes pouvant provenir de déchets recyclés, dont le noir de carbone), des plastifiants, des antioxydants en quantités différentes selon le fabricant voire selon le modèle. Le caoutchouc contient et libère également des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des phtalates et divers composés organiques volatils (COV)[20] en partie responsables de son odeur et de son goût désagréable.

Des récifs artificiels faits à base de pneus se sont révélés toxiques pour la faune marine. Les représentants des producteurs (via la Rubber Manufacturers Association), aux États-Unis arguent que huit États autorisent encore la mise en décharge de pneus et qu'ailleurs la plupart des restrictions à la mise en décharge seraient dues à la prévention de problèmes de ravageurs et du risque d'incendies de pneumatiques qui libèrent des toxiques tels que l'arsenic, le cadmium, le plomb, le nickel, les HAP et les COV[20]. Plusieurs études suggèrent qu'une partie au moins de ces produits chimiques libérés en grandes quantités lors du brûlage de pneus peut aussi être libérée, de manière plus discrète, mais chronique au fur et à mesure que la poudrette de caoutchouc se détériore[20]. Les gaz ou particules émis sont a priori plus concentré dans l'air des stades fermés ou semi-ouvert. Lors d'une réunion (2006) de la International Association for Sports Surface Sciences on turf-related chemicals in indoor stadiums, des chercheurs norvégiens en santé publique ont présenté une étude sur les terrains de sport en gazon artificiel ne portant pas sur les risques d'accident, mais sur l'évaluation des risques sanitaires pour les pratiquants de football[20]. Ils ont montré que les COV – à partir du caoutchouc de remplissage de gazons synthétiques – peuvent passer dans l'air sous forme d'aérosols, que les sportifs peuvent inhaler lors de leurs activités. Les auteurs ont calculé le risque pour la santé pour une situation correspondant au moindre risque, c'est-à-dire avec l'utilisation de granulés du caoutchouc recyclé qui libère le plus bas taux de ces produits chimiques, parmi tous les types de caoutchouc de remplissage. Leur conclusion est que - au regard des connaissances disponibles - l'utilisation d'un tel gazon synthétique ne causerait aucun risque grave pour la santé, même pour des populations vulnérables comme les enfants. Cependant ces mêmes auteurs pondèrent leur conclusion en notant « Il convient également de noter que peu ou pas d'information toxicologique est disponible pour de nombreux composés organiques volatils qui ont été démontrés comme étant présents dans l'air intérieur des stades [...] En outre, tous les composés organiques présents dans l'air [des stades] n'ont pas été recherchés ni identifiés »[20]. En particulier, cette étude appelle à une recherche plus approfondie sur le développement de l'asthme et d'allergies respiratoires déclenchées par l'exposition au latex (allergène avéré, présent dans de nombreux pneus).

Des alternatives existent à la poudrette noire, comme le sable ou (photo) des granules d'EPDM (éthylène-propylène-diène monomère).
Ne contenant pas de noir de carbone, ce matériau de remplissage est blanc, ce qui limite l'absorption du rayonnement infrarouge solaire et donc le sur-échauffement du terrain au soleil en été (ici, sur le stade Alfheim, de Tromsø en Norvège).

En janvier 2007, un rapport de l'OEHAA[50](Bureau californien d'évaluation des risques en santé environnementale) portant sur l’évaluation des effets sur la santé de l'utilisation de pneus usagés recyclés dans les produits de pistes et plateaux sportifs a conclu que 49 produits chimiques pourraient être libérés par la poudrette de caoutchouc de pneus (tire crumbs). Sur la base d'une expérience simulant la digestion gastrique, l'OEHHA a estimé que le risque de cancer existait mais était très faible, et un peu plus élevé, mais toujours faible (quelques cas pour 1 million de sportifs) si l'on considère que du chrysène (un cancérogène avéré pour l'homme, trouvé dans les pneus en caoutchouc) pourrait être ingéré (via le fait de porter la main à la bouche après qu'elle a été en contact avec le caoutchouc granulaire de remplissage). Cette étude a considéré le cas d'une utilisation régulière du terrain durant les douze premières années de la vie[20]. En 2007, l'ONG Environment and Human Health, Inc. (EHHI, qui signifie « Environnement et santé humaine, Inc. ») de North Haven (Connecticut, a commandité une étude au Connecticut Agricultural Experiment Station (un laboratoire spécialisé dans les analyses de sols agricoles) visant à évaluer la capacité des composés toxiques de la poudrette de caoutchouc à être libérés dans l'air ou l'eau. Ce rapport identifie 25 espèces chimiques (avec une certitude de 72 à 99 %) en utilisant l'analyse par spectrométrie de masse et chromatographie en phase gazeuse. Parmi les composés volatils ou libérés dans l'eau identifiés figuraient des benzothiazole (irritants et écotoxiques), des n-hexadécanes ; du butylhydroxyanisol (agent cancérigène et perturbateur endocrinien présumé) et du 4-(t-octyl) phenol (produit corrosif pouvant être préjudiciable pour les muqueuses). Les représentants des fabricants de gazon synthétique sont réunis depuis 2003 en un syndicat, le Synthetic Turf Council basé à Atlanta. Ce syndicat représentait, en 2007 plus de 50 firmes produisant du gazon synthétique[40]). Après l'étude de 2007, il a déclaré[51] que « les affirmations de toxicité [du rapport de l'EHHI] sont basées sur des tests de laboratoire extrêmes tels que l'utilisation de solvants et l'extraction à des températures élevées pour générer des polluants », mais le EHHI a maintenu ses conclusions. David Brown, directeur de l'EHHI pour son département Toxicologie et santé publique ajoutant : « Il est clair que les miettes de caoutchouc recyclé ne sont pas inertes ; ni une température élevée, ni une extraction par solvant ne sont nécessaires pour libérer les métaux et les composés organiques volatils, ou semi-volatils ». David Brown insiste sur le fait que les tests de laboratoire approchent les conditions existant dans l'environnement réel, et qu'aucun solvant autre que de l'eau n'a été utilisé pour extraire ces composés. Selon Daniel Brown, les principaux obstacles à une évaluation précise de la sécurité sanitaire et environnementale de la poudrette de caoutchouc issue du recyclage de pneus sont la grande variabilité des qualités et mode de production des pneus, et le manque de données publiées sur les caractérisations chimiques de la gomme de caoutchouc. De plus, « Très peu d'échantillons ont été testés » affirme-t-il et « Il n'y a pas eu d'étude portant sur des échantillons de taille suffisante pour calculer le danger potentiel. [...] Alors que de nouveaux pneus contiennent des quantités très différentes de produits toxiques, selon leur usage prévu ; il est impossible de garantir que les sportifs, des jardiniers ou d'autres personnes ne soient pas exposés au-delà des limites de sécurité »[20].

Éthique et socio-psychologie[modifier | modifier le code]

Alors que l'expérience de la nature semble chez l'être humain fondamentale pour la santé, la construction de la psyché et la psychomotricité[52], dans le monde, les enfants et adolescents sont de plus en plus élevés dans un environnement urbain ou très artificialisé. C'est le cas d'environ 80 % des enfants dans les pays riches. Des villes importantes et déjà très artificialisées, comme New York ont dans les années 1990-2000 fortement augmenté leurs surfaces en herbe synthétique (pour proposer aux habitants plus de terrains de jeu ou détente, disponibles plus souvent, notamment dans les quartiers en manquant le plus). Souvent ces aires synthétiques ont remplacé des gazons « naturels », afin d'y limiter les dégâts de la surfréquentation sur l'herbe véritable. Or, malgré un aspect qui rappelle de loin celui du gazon, le terrain synthétique renforce l'artificialisation de l'environnement des enfants ; Certains auteurs craignent que remplacer l'herbe par un ersatz en plastique puisse affecter la découverte et l'expérience du monde naturel, gêner les jeux créatifs des enfants, voire affecter leur développement. Selon Crain « les enfants d'aujourd'hui grandissent dans une large mesure dans des environnements intérieurs artificiels [...] Maintenant, avec la popularité croissante des terrains en gazon synthétique, leur expérience de la nature n'aura jamais été aussi pauvre »[53]. G. Croft, président de City Parks Advocates ajoute que « Bien qu'il y ait un besoin important d'espaces extérieurs ouverts, la vraie question n'est pas d'offrir des espaces ouverts mais d'offrir des espaces équipés pour des activités de récréation active »[54]. Il ne voit par ailleurs pas nécessairement « de lien entre espace ouvert et installation de champs de gazon synthétique »[54].

Données toxicologiques[modifier | modifier le code]

Ces deux photographies de sportifs en action montrent en haut le contact avec le gazon gorgé d'eau (brunâtre, et tiédie en été au soleil), et en bas la diffusion de poudrette de caoutchouc au moment de l'impact. La quantification de l'ingestion et inhalation de particules de caoutchouc ou d'eau n'a pas fait l'objet d'études publiées, pas plus que de possibles passages percutanés de produits provenant du substrat.

L'herbe en plastique contient des colorants et additifs lui permettant de résister aux UV solaires, au piétinement ou au feu. Certaines de ces molécules sont des toxiques connus. La question se pose d'un éventuel relargage dans l'environnement.

Plomb[modifier | modifier le code]

Malgré de nets progrès depuis l'interdiction du tétraéthylplomb dans l'essence et du plomb dans les cartouches de chasse, le saturnisme de l'enfant reste préoccupant aux États-Unis. Le plomb (associé au chrome (également toxique) dans le pigment vert de la plupart des gazons synthétiques. Récemment, l'industrie du gazon artificiel a annoncé qu'elle se conformerait volontairement aux restrictions plomb imposées dans certains pays pour les produits et jeux pour enfants (EN RH 4040) « Plus précisément, le taux de plomb sera réduit dans tous les pigments utilisés pour la coloration du gazon synthétique à 300 ppm ou moins, au plus tard au premier janvier 2010, et à 100 ppmppm ou moins, avant le premier janvier 2012 [...] l'industrie du gazon synthétique a développé et testé des formulations de nouveau pigment pour permettre l'élimination de toutes ou la plupart du plomb, provenant pour plus de 90 % des pigments utilisés pour la couleur du gazon synthétique. Maintenant, la STC prévoit de réduire les taux de plomb pour les 10 % restants dans toutes les fibres colorées nécessitant encore du chromate de plomb pour satisfaire la demande des consommateurs d'une couleur stable à long terme »[55]. En attendant, des épidémiologistes ou toxicologues comme le Dr Eddy Bresnitz craignent que ces métaux, soient dispersés dans l'air avec l'usure des fibres et puissent sous forme de particules aéroportés être inhalés ou avalés (sur les parties les plus usées de nombreux terrains, les fibres ont totalement disparu). Bresnitz a ordonné des tests visant à étudier dans quelle mesure, des fragments de fibres et des particules provenant du gazon artificiel pourraient être avalés ou inhalés. Il pense que le risque est très faible, mais a suggéré de laver à fond après le jeu, les vêtements, séparément du reste. Il suggère aussi de toujours mouiller les terrains synthétiques pour garder la poussière et les fibres bas pendant le jeu[56]. Depuis 2008, et en attente d'études approfondies, les CDC considèrent que du plomb peut être libéré sous forme de poussière avec l'usure du faux gazon et/ou des poudrette ; « Les terrains déjà anciens, utilisés fréquemment et exposés aux intempéries se décomposent en poussière ; les fibres de gazon usées y montrent des signes d'altération progressive, notamment les fibres usées, décolorées ou cassées ; Ces facteurs devraient être pris en compte dans l'évaluation du potentiel d'exposition au plomb toxique à partir d'un terrain donné »[57],[58],[59].

Sur les terrains neufs, ou récents et peu fréquentés, le risque d'exposition à du plomb biodisponible est a priori très faible, mais pour le plomb qui deviendra potentiellement disponible avec l'usure des matériaux, les CDC ne peuvent pas savoir combien de plomb le corps des sportifs ou riverains pourra absorber, cependant, s'il l'est au-delà d'un certain seuil (plus bas chez l'enfant), « il peut provoquer des symptômes de troubles du développement neurologiques (avec par exemple les déficits de QI) ». « Des tests supplémentaires sont effectuées par le NJDHSS pour nous aider à mieux comprendre l'absorption de plomb de ces produits » ajoutent les CDC.

Poudrette de remplissage[modifier | modifier le code]

Les fabricants reconnaissent que leur produit contient des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des métaux (dont zinc et fer), des composés organiques volatils (COV) et du latex[45] et qu'il existe « trois façons possible d'y être exposé : 1) Ingérer accidentellement de petites quantités de matériau en portant les doigts à la bouche ou en ne se lavant pas les mains avant de manger, après avoir joué sur les champs. 2) via l'inhalation de poussières créé par le jeu sur le terrain, ou à partir des vapeurs dégagées par le gazon ; 3) par contact cutané direct avec la poudrette de caoutchouc »[45]. Certains reconnaissent que « Sur la base des résultats de recherche, il n'y a pas de risques sanitaires induits par une exposition aux niveaux de produits chimiques trouvés dans le gazon artificiel. Cependant, il y a des limites à ces études et des recherches supplémentaires sont nécessaires ». En effet, début 2012, les données publiées sont encore rares et incomplètes. Elles ne portent que sur quelques molécules et ne s'appuient que sur des mesures très locales et ponctuelles dans le temps. Aucun protocole n'a porté sur un suivi de moyen ou long terme, des analyses in situ et in vitro ni ne s'est appuyé sur un nombre statistiquement représentatif d'échantillons et de typologies et âges de terrains. Aucune étude écotoxicologique ou ACV poussée ne semble publiquement disponible à cette date[60]. D'autres études ont porté sur les impacts des stockages de pneus entiers sur l'eau, montrant un lent relargage de fer (Fe), manganèse (Mn) et zinc (Zn)[61]. De nombreuses études ont porté sur divers polluants relargués par les pneus ou susceptibles de l'être dans certaines conditions[62].

Typologie des polluants[modifier | modifier le code]

Après la publication en 2007 par l'EHHI d'une première liste de 25 polluants dont quelques-uns potentiellement préoccupant (benzothiazole, hydroxyanisole butylé, n-hexadécane, and 4-(tert-octyl)phénol) présent dans le caoutchouc de remplissage de la plupart des terrains synthétiques, susceptibles de polluer l'air et l'eau (par le CAES[63]) puis par le Norwegian Institute for Air Research (avec dans ce cas du 4-(tert-octyl)phénol et des nitrosamines volatiles émis par des terrains récemment posés, en intérieur)[64], un bureau d'étude américain privé, consultant en ingénierie, qui conseille des entreprise et acheteurs de terrains de sport (engazonnés et/ou artificiels) a produit - à ses frais - des éléments d'évaluation environnementale réalisée in situ sur trois terrains différents, garnis de gazon en polyéthylène et polypropylène[65] sur trois points :

  • la lixiviation dans l'eau, avec surveillance de l'eau de la fin 2007 à l'automne de 2008[65]. Un échantillon (2007-1à-12) d'eaux pluviales recueillies dans le système de drainage a fait l'objet d'un test de toxicité aquatique basé sur Daphnia pulex comme organisme test[66]. Il n'a pas fait apparaitre d'effet toxique sur la daphnie après 24 et 48 heures. Des analyses de zinc, plomb, sélénium et cadmium ont été faites sur six autres échantillons (prélevés en octobre, novembre, février et avril). Le plomb, sélénium et cadmium n'y ont pas été détectés. Le zinc a été trouvé dans quatre échantillons sur six, à un taux max. de 0,031 mg/L[65] (la norme du Connecticut étant 0,065 mg/L[65]. Sur l'autre terrain, il n'était présent qu'à très faible doses (0,005 mg/L, mais dans une eau à pH 8 (Dans ces cas, le pH des six échantillons variait[65] de 7,30 à 7,85 pour un terrain et était de 8 pour l'autre[65]. Or, la pluie est normalement légèrement acide (pH =+/-5,6) et un pH acide facilite la dissolution et les transferts de métaux. Un substrat basique semble avoir ici tamponné l'eau, ce qui limite les transferts de métaux ; Une eau plus acide sur un autre substrat pourrait peut-être favoriser une lixiviation accrue). Depuis 2010, aux États-Unis, les matériaux de jeux pour enfants ne doivent pas contenir plus de 100 ppm de plomb[67]. Selon les fabricants, la poudrette n'en contient pas plus de 50 ppm de plomb.
  • la qualité de l'air : 20 échantillons d'air ont été prélevés en fin de journée (au milieu de l'été 2008) par faible luminosité et par vent calme (durant ces journées, la poudrette de caoutchouc utilisée comme matériau de remplissage a atteint des températures moyennes de 33,1 °C à 37,5 °C et la température au niveau de l'herbe en plastique a atteint 66,1 °C) ; le benzothiazole et le 4-(tert-octyl)phénol ont été dosés dans 10 des 20 échantillons et les nitrosamines dans les dix autres. Dans un des cas, la surface de gazon synthétique avait été toilettée trois jours avant le prélèvement[65]. Les dix échantillons pris dans la colonne d'air à 4 pieds de hauteur ne contenaient pas nitrosamines en quantités détectables, ni de 4-(tert-octyl)phénol[65]. Une « très faible quantité » de benzothiazole a été trouvé sur l'un des deux terrains échantillonnés (celui qui avait été récemment entretenu)[65].
  • la température des terrains ; elle n'a été mesurée que deux jours (10 juin et 11 juillet 2008 sur un terrain et un jour (17 juin 2008) sur l'autre terrain, sans mesures de nuit. Une mesure a été faite sur un sol voisin, artificiel et sans gazon)[65]. Une température nettement supérieure est constatée par temps ensoleillée sur le terrain au gazon artificiel (68,9 °C au max durant les trois jours de mesure)[65]. Un arrosage pouvait alors diminuer la surchauffe d'un tiers[14] jusqu'à la moitié environ (une once d'eau pulvérisée par pied carré suffisant à diminuer le réchauffement du gazon durant 20 min environ le jour de l'expérience[65], mais l’évaporation varie selon ensoleillement, l'hygrométrie et le vent).

L'intensité des efforts et de la respiration, l'ouverture des pores de la peau et la transpiration (plus encore quand la température est anormalement élevée en été sous le soleil), voire les éraflures ou blessures par frottement pourraient faciliter le passage dans le sang par les alvéoles pulmonaires dilatées, ou un passage transcutané direct ou encore via la lymphe exposée, mais ces trois points ne semblent pas avoir été étudiés[60].

Durées et périodes[modifier | modifier le code]

Disponibilité des terrains[modifier | modifier le code]

Exemple de tapis vert accueillant le public (Bahá'í gardens, à Haïfa.

Parmi les assertions et arguments les plus cités en faveur du gazon synthétique, est le fait qu'il peut être installé et prêt plus rapidement qu'une vraie pelouse, qui nécessite du temps pour prendre racine. Il est souvent dit qu'une fois installé, il peut être utilisé longtemps, presque continuellement et intensivement, alors qu'un gazon vivant doit être périodiquement protégé pour une maintenance adéquate. Ainsi, Central Park Conservancy[68] l'ONG qui entretient Central Park à New York, ferme ses gazons les plus fragiles en hiver, et ponctuellement en été et au printemps (en effectuant une rotation des pelouses ouvertes pour leur laisser le temps de se restaurer). Des initiations au football sont proposées aux enfants par des entraineurs et des jeunes expérimentés[68], mais sans chaussures à crampons (interdites sur toutes les pelouses). Les pelouses sont fermées quand il pleut ou qu'elles sont détrempées. Selon une estimation du Service municipal des parcs et loisirs, si l'on admet qu'il puisse être utilisés tout le temps, des terrains synthétiques pourraient être ouverts pour une utilisation 28 % plus longue dans l'année. Les industriels, via l'ESTO affirment[3] qu'un terrain de sport synthétique permet en Europe 1 500 heures de jeu par an, soit cinq fois plus que sur gazon naturel, avec – toujours selon l'ESTO[3] deux à trois fois moins d’entretien et un impact moindre sur l’environnement, sans pesticides ou herbicides.

L'expérience montre qu'en réalité,

  • En été, aux heures chaudes il vaudrait mieux éviter de jouer sur les gazons synthétiques exposés au soleil ;
  • L'usure des gazons synthétiques impose un remplacement tous les 10 à 12 ans (voire après 5 à 7 ans en ville[69]).
  • Un gazon synthétique nécessite aussi un temps d'entretien (bien moindre que pour du vrai gazon, mais avec un coût financier et humain parfois mal anticipé) ; Il doit être brossé (pour redresser les poils et homogénéiser la poudrette intercalaire). Il doit être rechargé en poudrette et/ou sable, Il doit être régulièrement décompacté et nettoyé et désinfecté. Si épandue en grande quantité, la poudrette doit être dispersée à la main car elle colmate les épandeuses mécaniques[45]), puis régalée au balais, puis arrosée pour « nettoyer un excès de poussière et les débris laissés pendant le processus de remplissage ». En cas de pluies torrentielles, elle est assez lourde pour ne pas flotter[45], mais une partie peut être emportée. Le ramassage des déchets fins y est par ailleurs plus fastidieux[70]. Enfin, sur les parties de terrain où le jeu est plus « dur » (corners pour le football) ou au droit de certaines coutures, la dégradation du tapis synthétique peut être plus rapide[71].

Fin de vie des terrains[modifier | modifier le code]

Après une dizaine d'année (10 à 12 ans selon les industriels), le gazon synthétique est dégradé et doit être changé. Selon Rick Doyle (président du Conseil du gazon synthétique), le caoutchouc de remplissage pourrait être nettoyé et réutilisé à d'autres fins (asphaltes contenant du caoutchouc ; valorisation énergétique en incinération, carburant de cimenteries, etc.). Il est en réalité généralement mis en décharge[72].

Prospective et recherche d'alternatives[modifier | modifier le code]

En amont, les fabricants de pneus, notamment pour répondre à la directive européenne REACH (Directive Registration, Evaluation, Autorisation and Restriction of Chemicals) cherchent à réduire l'utilisation de produits chimiques nocifs dans la gomme des pneus pour en faciliter le recyclage ou l'incinération en fin de vie, avec des effets positifs qui devraient se faire sentir entre 2020 et 2030, le temps que ces « pneus verts », s'ils sont inventés, arrivent à l'étape du recyclage.

En aval, existe une possibilité de mieux recycler les éléments du terrain en fin de vie.

Les fabricants de gazon synthétiques cherchent dans certains pays des intercalaires qui ne soient ni noirs ni faits avec des produits à risque. Par exemple, Mondo (fabricant de revêtements de sol) a créé et breveté Ecofill ; granule de polyoléfine qui selon son inventeur renvoie la chaleur plus efficacement, absorbe bien les chocs, et ne contient ni chlorure de polyvinyle, ni chlore, ni agents plastifiants, ni métaux lourds ou autres produits chimiques nocifs, et qui est 100 % recyclable. Un remplissage à base matériaux d'origine végétale (coco, liège) est envisagé par certains. Ex. : en Italie, Limonta Sport produit « Geo Play Safe », un agent de remplissage composé à partir de broyat de coques de noix de coco et de liège.

Le gazon naturel des terrains de sport est entretenu avec des pratiques physiques et chimiques (tontes, engrais, pesticides) encore plus intense qu'en agriculture dite « conventionnelle », notamment pour répondre à certaines normes et règlements. Certains promeuvent des pratiques se rapprochant du bio et de la gestion différentiée, avec amendements organiques associés à un sol réhumifié qui aurait une meilleure capacité de rétention de l'eau, est plus souple et résilient et ne nécessite plus d'engrais chimiques. Cette alternative n'est généralement pas présentée par les prestataires.

Il reste possible d'associer les deux types de terrain et de ne pratiquer sur le synthétique que quand le gazon naturel est trop humide ou dégradé, et de jouer sur la pelouse naturelle quand il fait chaud, mais les coûts sont importants, et cela ne règle pas la question de la contribution aux îlots de chaleur ou de la consommation d'eau[73].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tropical Park - Ron Hale, About.com, 1997
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Patrick Arden, City Limits » News » Justice Get RSS Feed It Won't Taste Great The Health Questions Multiply By 24 août 2010, consulté le 22 janvier 2012
  3. a, b, c, d, e et f Le gazon synthétique pousse rapidement en Europe - Environ2b, 31 août 2009
  4. Exemple de brevet (de 1988), à comparer avec un brevet plus ancien brevet de 1976
  5. (en) Patent : Synthetic-grass structure, corresponding particulate material, and use of the particulate material - United States Patent 6887535
  6. (en) Athletic shoe for artificial turf with molded cleats on the sides thereof WJ Bowerman - US Patent 4,194,310, 1980 - Google Patents
  7. (en) Pivoting athletic shoe for artificial turf ; ML Tanel - US Patent 4,653,206, 1987 - Google Patents.
  8. La Voix du Nord, « Tourisme et loisirs après le foot, le gazon synthétique s'attaque au golf ! », 2011-08-24 ; « Le premier green synthétique d'approche de la région est en cours de finition au golf de Bondues (photo). Magnifiquement dessiné par Jean-Claude Cornillot, architecte spécialisé basé à Villeneuve-d'Ascq, l'aire de jeu artificielle offre une surface de quelque400 m² »
  9. Pelouse synthétique : une décoration pratique du jardin sur le site Ciber Fanny déco consulté en octobre 2010.
  10. (en) Par exemple dans ce dispositif : The Pet Loo - Dog Litter Box
  11. (en) Bayne, K.; Dexter, S.; Mainzer, H.; McCully, C.; Campbell, G.; Yamada, F. , The Use of Artificial Turf as a Foraging Substrate for Individually Housed Rhesus Monkeys (MACACA MULATRA) ; Animal Welfare, volume 1, Number 1, février 1992 , p. 39-54(16) (Résumé)
  12. (Ville de Lorient, Gazon synthétique au Moustoir
  13. a, b, c et d FFBSC, Conception des équipements ; Construisez un terrain de hockey sur gazon (voir paragraphe Le « pur mouillé », voilà le bon terrain ; pages 32-33)
  14. a, b, c et d Rain Bird, « L'arrosage des terrains de foot », Irrigazette, no 130,‎ mai 2012, p. 21 à 23 (ISSN 1153-0561)
  15. a, b et c Nigel Fletcher, « Le gazon synthétique : des utilisations nombreuses et diversifiées », Irrigazette, no 129,‎ mars 2012, p. 21 à 25 (ISSN 1153-0561)
  16. Rain Bird, « Les gazons synthétiques : gazon maudit ou opportunité pour l'arrosage », Irrigazette, no 93,‎ mars 2006, p. 17 à 20 (ISSN 1153-0561)
  17. Selon Christian DiPalermo, directeur exécutif des parcs new-yorkais ; « la quantité d'argent ainsi économisé est négligeable compte tenu des nombreuses inconnues qui existent concernant le gazon artificiel. » (« The amount of money saved is negligible considering the many unknowns about artificial turf »).
  18. a, b et c Patrick Arden, Article intitulé The Ground Game ; Signs of deterioration in the city's parks, dans un n° spécial de la revue City Limits consacrée aux terrains synthétiques, 2010-08-24
  19. Parker, John.H. (1982). An energy and ecological analysis of alternate residential landscapes. J. Environ. Syst. 11:271-288 ; DOI: 10.2190/0GH4-8W5X-FLXM-L3CR (résumé)
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y (en) Luz Claudio Synthetic Turf: Health Debate Takes Root PMCID: PMC2265067 ; Environews Environ Health Perspect. 2008 March; 116(3): A116–A122 (Open Access article: verbatim copying and redistribution of this article are permitted in all media for any purpose)
  21. 3.2 Million new yorkers ar overweight or obese ; 2/3 des obèses résidents ne pensent pas qu'ils sont en surpoids
  22. (en) Renström P, Peterson L, Edberg B. Valhalla artificial pitch at Gothenburg 1975–1977, a two-year evaluation. Sweden: Naturvårdsverket, 1977
  23. (en) Engebretsen L, Kase T., Soccer injuries and artificial turf. Tidsskr Nor Laegeforen, 1987 ; 107:2215–17
  24. a, b, c et d (en) Gaulrapp H, Siebert C, Rosemeyer B. Injury and exertion patterns in football on artificial turf. Sportverletz Sportschaden1999;13:102–6. (Résumé)
  25. (en) Ekstrand, T Timpka, Risk of injury in elite football played on artificial turf versus natural grass: a prospective two-cohort study British journal of sports …, 2006
  26. un assez faible nombre d'entorses de chevilles survenues durant l'étude : 4,83 versus 2,66 blessures/1000 heures de match
  27. (en) Colin W Fuller, Randall W Dick, Jill Corlette, Rosemary Schmalz, Comparison of the incidence, nature and cause of injuries sustained on grass and new generation artificial turf by male and female football players. Part 1: match injuries ; Br J Sports Med 2007;41:i20-i26 doi:10.1136/bjsm.2007.037267 (Résumé)
  28. (en) Kathrin Steffen, Thor Einar Andersen, Roald Bahr, Risk of injury on artificial turf and natural grass in young female football players Br J Sports Med 2007;41:i33-i37 doi:10.1136/bjsm.2007.036665 ; résumé
  29. (en) Naunheim, Rosanne MD; McGurren, Michael MD; Standeven, John PhD; Fucetola, Robert PhD; Lauryssen, Carl MD; Deibert, Ellen MD ; Does the Use of Artificial Turf Contribute to Head Injuries ? Journal of Trauma-Injury Infection & Critical Care: October 2002 - Volume 53 - Issue 4 – p. 691-694 (Résumé, en anglais)
  30. Étude publié le 1er octobre 2004 dans l’American Journal of Sports Medicine
  31. (en) Beard, J.B., and D. Johns. 1985. The comparative heat dissipation from three typical urban surfaces: Asphalt, concrete, and a bermudagrass turf. p. 125-133. In Texas turfgrass res. – 1985. Texas Agric. Exp. Stn. PR-4329. College Station
  32. (en) Center for Climate Systems Research, unité créée en 1994, partenaire du NASA/Goddard Institute for Space Studies.
  33. a, b, c, d, e et f (en) Allison Aubrey, High Temps On Turf Fields Spark Safety Concerns - 7 août 2008
  34. (en) Bonnie Rosenstock, Hot footing it: The heat is on artificial turf, 2011-08-24
  35. Joel Forman, directeur médical de la Pediatric Environmental Health Specialty Unit, s'exprimant lors d'un symposium sur la question le 6 décembre 2007
  36. a, b, c et d (en) Fake turf watered at Duke, UNC despite drought (Faux gazon arrosé à l'université Duke, malgré la sécheresse - News Raleigh (AP), 19 octobre 2007, mis à jour le 19 juillet 2008)
  37. David R. Brown, Sc.D. (2007) (.PDF). [Artificial Turf]. Environment & Human Health, Inc.
  38. a et b Angella Delli Santi, AP (Associated Press), Artificial turf becomes the latest source of lead fears ; Two sports fields close after officials find high levels ; 19 avril 2008, consulté 22 janvier 2012 ; « Le département de la Santé du New Jersey a trouvé du plomb dans les deux pelouses de nylon testées, mais dans aucune des dix pelouses en polyéthylène a examiné. Les deux champs de nylon étaient des surfaces de marque Astro Turf » (en réalité, il y avait du plomb dans le polyéthylène, mais en faibles doses selon les CDC (Centers for Disease Control and Prevention)
  39. 2011-12-08 ; Nearly Half of the 2011 Top 25 BCS Teams Use Synthetic Turf Fields at Home
  40. a, b, c et d Communiqué du 2007-12-03, du Synthetic Turf Council, intitulé Announces Record Attendance at Annual Membership Meeting and New Board Members ; Industry’s Public Outreach & Education Campaign Gains Significant Momentum, consulté 18 janvier 2012
  41. a, b et c (en) Study Finds No Evidence of Risk in Synthetic Turf - The New York Times, 15 mai 2008
  42. Literature review, étude intitulée A Review of the Potential Health and Safety Risks From Synthetic Turf Fields, commandée en 2007 par le département de la santé, crédité de 100 000 dollars par le New York Community Trust.
  43. (en) « Aromatic hydrocarbons, including toluene and xylene isomers, were among the chemicals detected at the highest concentrations, [...] the report stated » : Study Finds No Evidence of Risk in Synthetic Turf - The New York Times, 15 mai 2008
  44. advocacy group New Yorkers for Parks,
  45. a, b, c, d et e voir paragraphe « Frequently Asked Questions about Rubber In-Fill Materials » (Questions souvent posées à propos des matériaux de remplissage en caoutchouc): Site d'un producteur de poudrette de caoutchouc ; consulté 2012-01-21
  46. a et b (voir le paragraphe Latex Allergy
  47. California Environmental Protection Agency. 2007. Evaluation of Health Effects of Recycled Waste Tires in Playground and Track Products. Sacramento, CA: Office of Environmental Health Hazard Assessment.
  48. Sophia V. Kazakova, M.D., M.P.H., Ph.D., Jeffrey C. Hageman, M.H.S., Matthew Matava, M.D., Arjun Srinivasan, M.D., Larry Phelan, B.S., B.A., Bernard Garfinkel, M.D., Thomas Boo, M.D., Sigrid McAllister, B.S., M.T.(A.S.C.P.), Jim Anderson, B.S., A.T.C., Bette Jensen, M.M.Sc., Doug Dodson, B.S., David Lonsway, M.M.Sc., Linda K. McDougal, M.S., Matthew Arduino, DrP.H., Victoria J. Fraser, M.D., George Killgore, DrP.H., Fred C. Tenover, Ph.D., Sara Cody, M.D., and Daniel B. Jernigan, M.D., M.P.H., A Clone of Methicillin-Resistant Staphylococcus aureus among Professional Football Players ; N Engl J Med 2005; 352:468-475 2005-02-03 ; Illustration photographique et résumé (en anglais)
  49. ASBA, Synthetic Turf Sports Fields : A Construction and Maintenance Manual, Ed : American Sports Builders Association
  50. California Office of Environmental Health Hazard Assessment (OEHHA)
  51. Communiqué du 13 décembre 2007
  52. Kaplan, R. et S. Kaplan. 1989. The experience of nature. Cambridge Univ. Press, New York
  53. William Crain, Issue of Rachel’s Democracy and Health News, William Crain of the City College of New York Psychology Department ; 2007-12-13, cité par Luz Claudio (voir bibliographie)
  54. a et b Geoffrey Croft, president of the nonprofit New York City Parks Advocates, cité par Luz Claudio, mars 2008 (voir bibliographie
  55. (en) Communiqué STC intitulé STC's Voluntary Commitment, consulté le 22 janvier 2012
  56. (en) Associated Press, Lead found in artificial turf in N.J. Safety agency looks for further contamination 19 avril 2008, consulté le 22 janvier 2012
  57. (en) Lead, Artificial Turf
  58. (en)[CDC, Potential Exposure to Lead in Artificial Turf, CDC Health Alert Network (HAN), Advisory 2008-06-18
  59. État du New-Jersey, New Jersey Artificial Turf Investigation ; Additional information about testing, dust suppression measures, and other topics related to New Jersey's artificial turf investigation.
  60. a et b Au vu d'une recherche faite via Google et Google scholar, le 2012-01-21
  61. (en) Humphrey, Dana N.; Katz, Lynn E. Five-Year Study of the Water Quality Effects of Tire Shreds Placed Below the Water Table. Mars 2001. (Génie civil)
  62. Exemples d'études prenant en compte les enjeux toxicologiques de certains polluants contenus par les pneus et relargués dans l'environnement ou susceptibles de l'être
  63. (en) Connecticut Agricultural Experiment Station (2007). Examination of Crumb Rubber Produced from Recycled Tires. AC005-8/07.
  64. (en) Dye, C., Bjerke, A., Schmidbauer, N., et Mano, S. (2006). Measurement of Air Pollution in Indoor Artificial Turf Hall. Norwegian Institute for Air Research Report NILU OR 03/2006.
  65. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Vince McDermott (Milone & MacBroom, Inc. ou MMI) ; Evaluation of the Environmental Effects of Synthetic Turf Athletic Fields (Évaluation des impacts environnementaux des terrains de sports en gazon artificiel) - Milone & MacBroom, Inc. (MMI), 2008, 49 pages [PDF]
  66. suivant la méthode EPA EPA-821-R-02-012
  67. Règlement 2010 / Consumer Product Safety Commission (CPSC)
  68. a et b Central Park Conservancy, gestionnaire de Central park
  69. (en) Article de Bonnie Rosenstock (chelsea Now), City parks : Paradise, paved over, hazardous to health ?, citant une source de la direction des Parcs et jardins de New York, 2011-03-23
  70. Didier Desprez Gazon naturel ou pelouse synthétique : un choix pas si évident que cela ! (suite à la question du choix d'un gazon sportif, en conseil municipal du 29 mai 2008 / délibération no 11) ; 2008-06-01
  71. (en) It Won't Taste Great - CityLimits, 24 août 2010 : exemple (page 1 sur 4), avec illustration de dégradation du tapis synthétique au point de « corner »
  72. (en) Voir fin du chapitre Different Shades of Green, in Luz Claudio, Synthetic Turf: Health DebateTakes Root, Environ Health Perspect. 2008 March; 116(3): A116–A122 ; PMCID: PMC2265067 (This is an Open Access article)
  73. (en) A Review of Benefits and Issues Associated with Natural Grass and Artificial Turf Rectangular Stadium Fields Prepared ; préparé par un groupe de travail associant le Montgomery County Public Schools, Montgomery County Department of Parks, Montgom ery County Council, Montgomery County Department of Environmental Protection, et le Montgomery County Department of Health and Human Services ; 2011-09-15 ; rapport final, appendice N, partie 4 sur 4, 153 pages [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]