Abraham Jacobi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abraham Jacobi en 1912

Abraham Jacobi ( à Hille - à Lake George) est un médecin d’origine allemande, pionnier de la pédiatrie américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Hartum (aujourd’hui Hille) en Westphalie (Allemagne) dans une famille très modeste qui fut incitée à ne pas trop s'investir sur sa progéniture tellement le bébé Jacobi semblait souffreteux. D'où le fait que Jacobi était probablement atteint de rachitisme dans sa jeunesse à cause de la malnutrition, ce qui explique sa petite corpulence d'adulte, avec une tête léonine sur un petit corps. Cependant, sa mère se sacrifiera, par la suite, pour lui donner la meilleure éducation possible. Après des études itinérantes (comme de coutume à l'époque) dès 18 ans à Greifswald, puis à Gottingen, il sort diplômé de l'Université de médecine de Bonn en 1851. Peu de temps après, galvanisé par ses lectures (notamment sur William Tell)[1], on le trouve sympathisant du mouvement révolutionnaire allemand où il fréquente Carl Schurz[2], le leader de la Fédération des communistes « Angeschuldigt » (cf. Révolution de mars 1848). Ce dernier l'inscrit sur sa liste d'activistes. Le docteur Jacobi, reconnu, est arrêté et condamné pour trahison.

Libéré au bout de deux ans d'emprisonnement en 1853, il s’exile d’abord en Angleterre puis, dès l'automne suivant, aux États-Unis (comme son ami Schurz un peu plus tard) où il s’installe à New York comme médecin. Mais toute sa vie, il gardera cet esprit rebelle, notamment en luttant contre les préjugés scientifiques et les absurdités qui lui avaient été enseignés, pour imposer ses idées nouvelles auprès de ses pairs et des politiques[3].

En 1861, il devient professeur au New York Medical College, où il enseigne les maladies infantiles. De 1867 à 1870, il occupe une chaire au département médical de l’Université (City University) de New York, puis en tant que professeur clinicien des maladies infantiles à l'université Columbia de 1870 à 1892, bien qu'il y continua ses activités jusqu'en 1902.

Il deviendra le président des sociétés de pathologie et obstétrique de New York et, à deux reprises, le président de la Société de Médecine du comté de New York. Toujours dans cette ville, il est expert-consultant de l'Hôpital allemand en 1857, de l'hôpital Mount Sinai en 1860, de l'orphelinat hébreu de Randall's island en 1868 et de l'hôpital Bellevue en 1874. En 1882, il devient le président de la Société de médecine de l'État new-yorkais, et en 1885, le président de l'Académie de médecine de New York.

Il refusera en 1894 l'invitation de l'université de Berlin de retourner en Allemagne pour y donner des conférences sur la pédiatrie.

Il est l’un des fondateurs du premier journal d’obstétrique américain (American Journal of Obstetrics and Diseases of Women and Children) en 1868. Mais il est surtout considéré comme le père de la pédiatrie américaine parce qu’il ouvrit le premier hôpital pour enfants aux USA dès 1860 à New York.

Il est aussi l'auteur de recherches ayant permis le développement de cette discipline, qui donneront lieu à de nombreuses publications (cf. infra), s'intéressant notamment à la formation des sages-femmes concernant les maladies infantiles (divers articles dans les revues médicales, conférences et rapports).

Son épouse, d'origine anglaise, Mary Corinna Putnam Jacobi (mariage en 1873), était également un médecin célèbre, engagée dans l'éducation médicale des femmes, première femme américaine à être élue à l'Académie de médecine. Auparavant, elle fut d'ailleurs l'une des premières femmes étudiantes à l'École de Médecine de Paris (1871)[4]. Elle est aussi la fille de George Palmer Putnam, le fondateur de GP Putnam & Sons (éditeur américain). Trois enfants naquirent de cette union.

Le professeur Jacobi reçu de son vivant les honneurs suprêmes des universités du Michigan, Yale, Harvard, Columbia et Jefferson. Il est mort à Lake George, dans l'État de New York (États-Unis) à 89 ans.

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Contributions pour les sages-femmes, concernant les femmes et les maladies infantiles (Contributions to Midwifery and Diseases of Women and Children), avec Emil Noeggerath[5] (1859), un sujet sur lequel il publiera régulièrement;
  • (en) Dentition et ses dérangements (Dentition and its Derangements) (1862);
  • (en) Soins et éducation des enfants enfants abandonnés en Europe (The Raising and Education of Abandoned Children in Europe) (1870);
  • (en) La Nutrition des enfants (Infant Diet) (1874);
  • (en) Traité sur la diphtérie (Treatise on Diphtheria) (1880);
  • (de) participation au chapitre sur « Les soins et la nutrition des enfants, la diphtérie et la dysenterie » (the care and nutrition of children, diphtheria, and dysentery), dans l'ouvrage de Carl Gerhardt[6] Lehrbuch der Kinderkrankheiten (Manuel des maladies infantiles) ;
  • (en) participation au chapitre sur "La diphtérie, le rachitisme et la laryngite" (diphtheria, rachitis, and laryngitis) dans l'ouvrage de William Pepper[7] "System of Practical Medicine" (Manuel de pratiques médicales) (1877);
  • (en) communication sur Le Sarcome de Kidney chez le fœtus et l'enfant (Sarcoma of the Kidney in the fœtus and Infant) in "Transactions", Congrès international périodique des sciences médicales de Copenhague (1884).
  • (en) "Thérapeutique des nourrissons et des jeunes enfants" (Therapeutics of Infancy and Childhood) (ISBN 978-1-4179-6262-4)
  • (en) "Les maladie intestinales des nourrissons et des jeunes enfants" (The Intestinal diseases of infancy and childhood) v. 2, 1890 - GS Davis
  • (en) "Histoire de la pédiatrie à New York" (History of Pediatrics in New York), Archives of Pediatrics, 34, 1917. p. 144
  • (en) "L'histoire de la pédiatrie et la relation avec les autres disciplines scientifiques" (The History of Pediatrics and its Relation to other Sciences and Arts), Archives of Pediatrics XXI, , pp. 801-832 et Congress of Arts and Science, VI, 1906
  • (en) "Reminiscences of Medical Practitioners in New York during the Period of the Early History of the Academy [of Medicine]", Medical Record, 1907, LXXI, 129-134
  • (en) "Some of the Benefits Derived from Medical Libraries". Cleveland Medical Journal, 1906, V, 387-405
  • (en) "The Physical Cost of Women's Work", Charities and The Commons, February 2,1907
Le Jacobi Medical Center (New York)

Honneurs posthumes[modifier | modifier le code]

  • Le Jacobi Award : Depuis 1963, l'American Medical Association (AMA) et l'American Academy of Pediatrics (AAP) décerne, en l'honneur du professeur Jacobi, le "Jacobi Award", à une personnalité qui se distingue en pédiatrie. Le premier lauréat fut le Docteur Alexis F. Hartman, Sénior, Professeur de Pédiatrie à l'Université de Washington à St Louis.
  • Le mémorial "Abraham Jacobi et Carl Schurz" à Bolton Landing, New York
  • Le "Jacobi Medical Center (en)" de New York est un hôpital municipal situé dans le Bronx.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacobi dira plus tard qu'il avait été influencé par la lecture de Schiller's William Tell, un livre qui raconte l'histoire d'un patriote prêt à mourir pour la liberté
  2. Carl Schurz (1829-1906) est un révolutionnaire allemand qui devint général dans l'armée unioniste américaine puis homme politique
  3. Selon les docteurs Robert J. Haggerty et Edmund C. Burke, in Pediatrics (bibliographie, infra)
  4. Cf. Madeleine Brès
  5. Emil Noeggerath (1827-1895) est un médecin américain, également l'un des pères de la pédiatrie US
  6. Il s'agit de Carl Jakob Adolf Christian Gerhardt (1833-1902), médecin allemand
  7. William Pepper (1843-1898) est un médecin américain

Sources externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notices d’autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat
  • (en) Robert J. Haggerty, "Abraham Jacobi, MD, Respectable Rebel", in Pediatrics, Vol. 99 no 3 , pp. 462-471 (utilisé comme source)
  • (en) Edmund C. Burke, "Abraham Jacobi, MD: The Man and His Legacy", in Pediatrics, Vol. 101 no 2, , pp. 309-312 (utilisé comme source)
  • (en) Lytt I. Gardner, "Abraham Jacobi : pediatric pionneer", in Pediatrics Vol. 24 no 2 , pp. 282-287
  • (en) B. Ligon-Borden, "Abraham Jacobi, MD: father of american pediatrics and advocate for children's health". Séminaire "in Pediatric Infectious Diseases", Vol. 14, Is. 3, p. 245-249
  • (de) « Abraham Jacobi » in « Meyers Konversations-Lexikon », 4. Aufl. 1888 ff., Bd. 9, S. 116 p. polonius.bibliothek.uni-ulm.de
  • (de) « Literatur von und über Abraham Jacobi » in Katalog der Deutschen Nationalbibliothek (catalogue de la bibliothèque nationale allemande) dispatch.opac.d-nb.de
  • (de) in Journal « Mindener Tageblatt », édition locale de Hille, du mt-online.de
  • (en) "Dr. Abraham Jacobi dies suddenly at 89", (nécrologie), in New York Times du
  • (de) Garrison, "Dr. Abraham Jacobi (1830-1919)", in Science,
  • (en) Thomas E. Cone, "History of American Pediatrics", Boston, Little Brown 1979. 278 p
  • (en) Eugene P. Link, "Abraham and Mary P. Jacobi, Humanitarian Physicians", Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 1949; IV: 382-392
  • (en) Gerald S. Gilchrist, "In the Footsteps of Abraham Jacobi, an Early International Medical Graduate: Contributions of a Single South African Medical School to US Pediatrics", in Pediatrics, Vol. 113 no 3 March 2004, pp. 601-607
  • (en) Calvin C. J. Sia, "Abraham Jacobi Award Address, April 14, 1992, The Medical Home: Pediatric Practice and Child Advocacy in the 1990s", in Pediatrics, Vol. 90 no 3 September 1992, pp. 419-423