Association médicale américaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
American Medical Association
Devise : « Aidez les patients en aidant les médecins
(Helping Doctors Help Patients) »

Création 5 mai 1847
Type Association professionnelle
Siège Drapeau des États-Unis (Chicago, Illinois)
Langue(s) Anglais
Membre(s) 266 325
Président Nancy H. Nielsen
Personne(s) clé(s) Nathan Smith Davis
Site web http://www.ama-assn.org/

L'Association médicale américaine (American Medical Association ou AMA) est une association américaine fondée le 5 mai 1847 et incorporée en 1897[1]. Elle est la plus importante association de médecins et d'étudiants en médecine des États-Unis. La mission de l'AMA est de promouvoir l'art et la science de la médecine afin d'améliorer la santé publique, de développer l'intérêt pour le corps médical et leurs patients, d'effectuer du lobbying auprès des institutions législatives en vue d'adoption de textes favorables aux médecins et aux patients, et de travailler à l'augmentation du budget pour l'éducation médicale.

L'association publie le Journal of the American Medical Association (JAMA) qui bénéficie de la plus large diffusion parmi l'ensemble des journaux médicaux hebdomadaire du monde[2]. L'AMA publie aussi une liste des Codes des spécialités médicales qui sont une méthode standardisée aux États-Unis pour identifier les différentes spécialités du monde médical. Alors que le Dr Ronald M. Davis termina sa présidence le 17 juin 2008, Nancy H Nielsen (MD), docteur en Médecine et en philosophie, fut désignée pour lui succéder, devenant ainsi la 163e présidente de l'association[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités caritatives[modifier | modifier le code]

  • La Fondation AMA subventionne, à hauteur d'un million de dollars par an en G.I. Bill, les étudiants endettés (dû au fait que les étudiants américains s'endettent en moyenne, pour suivre des études médicales, de 100 000 dollars chacun).
  • Mise en place de fonds pour les projets de prévention sanitaire.
  • Supports à la recherche de financement pour les étudiants et citoyens à travers les États-Unis.
  • Subvention de projets encourageants des comportements médicalement responsables (nutrition, exercices physiques, durée et condition de sommeil, etc.)
  • Le programme Worldscopes qui a pour objectif de fournir 100 000 stéthoscopes au Tiers-monde suite aux dons des médecins et des étudiants en médecine.

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Au mois de juillet 2008, l'AMA a focalisé ses efforts pour bloquer les budgets de Medicare. À travers des campagnes de communication, ainsi que d'un certain nombre d'interventions dans les débats, l'AMA, l'ensemble des sociétés spécialisées et les sociétés médicales gouvernementales obtinrent une première victoire. Malgré un veto présidentiel (H.R. 6331), le Medicare Improvements for Patients and Providers Act of 2008 a été voté à une large majorité soutenue par les deux principaux partis américains (Parti démocrate et Parti républicain), à la fois à la Chambre et au Sénat.

Depuis le début du XXe siècle, l'AMA s'est opposée au financement public des systèmes de santé à cause de l'inquiétude du personnel médical concernant le poids de ce financement et par la crainte d'un mainmise de l'État sur la coordination des financements médicaux qui pourrait nuire à la relation entre le médecin et son patient. Quand les progressistes ont proposé, durant la seconde moitié du XIXe siècle, une assurance médicale obligatoire, l'AMA a commencé par adopter une position ouverte et modérée, mais en 1918, elle a changé de point et s'est dès lors résolument opposée à la création de quelque assurance de ce type. Le livre de Ronald Numbers paru en 1978, Almost Persuaded: American Physicians and Compulsory Health Insurance, 1912-1920, analyse les choix de l'AMA pendant cette première période.

Dans les années 1930, l'AMA a tenté d'empêcher ses membres de travailler pour la Health Maintenance Organization, apparue durant la Grande Dépression et qui visait à fournir des soins à bas prix. La Cour suprême des États-Unis, dans le procès American Medical Ass'n. v. United States, a condamné l'AMA pour violation de la loi Sherman antitrust.

L'AMA a mené une violente campagne contre Medicare dans les années 1950 et 1960, notamment lors de l'opération « Coffee Cup », soutenue par le président Ronald Reagan. Depuis la promulgation de la loi créant Medicare, l'AMA a statué qu'elle continuerait à s'opposer aux votes des budgets de Medicare, « à l'augmentation des coûts médicaux aux dépens de l'amélioration de la qualité et de l'accessibilité des soins » et « sans relâche aux financements par le secteur privé des prescriptions de médicaments aux patients de Medicare ». L'AMA a fait aussi campagne pour l'augmentation des revenus des médecins affiliés à Medicare, arguant que ces augmentations protègeront l'accès des personnes âgées aux soins médicaux. Dans les années 1990, l'association est entrée dans la coalition qui a mis en échec la réforme du système de santé publique proposée par le président Bill Clinton.

L'AMA définit comme la première des priorités le soutien au changement de la loi sur les mauvaises pratiques médicales (Medical Malpractice Act) qui rend difficile, selon elle, l'accès aux soins médicaux. Dans beaucoup d’États américains, le personnel médical des spécialités à risque s'est déplacé vers des États jugés plus sûrs dans le cadre de leur activité. Par exemple, en 2004, pas un seul neurochirurgien n'exerçait dans la moitié sud de l'État de l'Illinois.

Les lois d'un certain nombre d'États limitent par exemple la dose administrable pour atténuer la douleur. Ces lois n'autorisent actuellement que les traitements contre la douleur dont les coûts sont ceux pris en charge par Medicare, sans considération pour les nouveaux produits, souvent plus chers. Ces États pensent que la limitation du coût des traitements contre la douleur pèse sur celui des mutuelles médicales. Le Texas, qui a récemment adopté certaines de ces réformes, rapporte que l'ensemble des assureurs mutualistes en 2005 ont pu offrir des mutuelles dont les prix n'avaient pas augmenté ou avaient même été réduits. Cependant, durant la même période, d'autres États n'ayant pas instauré ce genre de limitations enregistrent des résultats similaires ; L'AMA suggère que ce serait dû au comportement cyclique naturel du marché des mutuelles. Des études économiques ont mis en évidence que, historiquement, ces limitations ont de premiers effets douteux. Néanmoins, l'AMA croit que les limitations peuvent alléger ce qui est souvent perçu comme un environnement excessivement litigieux par beaucoup de médecins.

Une autre grande priorité de l'AMA est de faire du lobbying pour modifier les taxes fédérales afin de faire payer par les individus un système mutualiste qui, actuellement repose sur la taxe professionnelle. De tels changements pourraient permettre à des millions d'américains actuellement sans mutuelle d'accéder à une assurance grâce à un crédit d'impôt inversement proportionnel aux revenus.

L'AMA a fait d'importants efforts pour réduire la disparité des soins médicaux. Ainsi a-t-elle mis en place des comités de surveillance pour évaluer les disparités entre les différents groupes ethniques et raciaux[4]. L'un de ces comités s'est spécialisé dans la santé de la communauté gay, lesbienne, bisexuelle et transsexuelle. En 2005, le président de l'AMA, le docteur Edward Hill, a prononcé un discours à l'ouverture de la conférence annuelle de l'Association médicale gay et lesbienne (Gay and Lesbian Medical Association ou GLMA)[5]. Depuis ce jour, l'AMA a étroitement travaillé avec la GLMA pour développer des protocoles de surveillance de l'accès aux soins pour les patients LGBT et améliorer l'environnement de travail des médecins et des médecins en médecine LGBT[6].

L'AMA a répondu aux estimations gouvernementales qui mettent en évidence que plus de 35 millions d'Américains vivent dans des zones mal desservies, en proposant la répartition immédiate de 16 000 médecins pour répondre à ce besoin tout en prévenant que ce phénomène risque de s'aggraver à cause de l'augmentation de la population et de l'âge de la population active. « Ceci risque de s'intensifier dans les régions rurales », prévient le sénateur Kent Conrad, ajoutant que « nous faisons face à une réelle crise ». Celle-ci serait notamment due aux restrictions de l'immigration de médecins étrangers aux États-Unis, à la suite des attentats du 11 septembre 2001, situation qui pourrait devenir encore plus restrictive après ceux déjoués au Royaume-Uni en juin 2007, sur lesquels l'enquête n'a pas encore abouti, mais qui sont peut-être liés à des activités étrangères.

En juin 2007, lors de son congrès annuel, l'AMA a discuté de son opposition à l'ouverture de points de vente de médicaments et de conseils médicaux dans les supermarchés. Elle a mis en évidence au moins deux problèmes posés par ce type de structures : de possibles conflits d'intérêts et une variation de la qualité des soins. L'AMA propose une concertation des agences fédérales et étatiques pour étudier les relations entre cliniques et pharmacies et décider si cette pratique doit être interdite ou autorisée. Le docteur Peter Carmel, neurochirgien, membre de la direction de l'AMA, a posé la question : « Si l'on exerce ces deux activités, est-ce que les gens vont vraiment venir ? ». L'AMA a également noté que certains employeurs réduisent leur participation à la couverture médicale ou y renoncent, si leurs employés vont dans ce type de structure plutôt que dans des cabinets médicaux conventionnels, prétextant que cette pratique peut avoir des effets négatifs sur la qualité des soins payés.

Enfin, dans la continuité de ses principes, l'AMA a apporté son soutien à une utilisation appropriée et compassionnelle des animaux dans les programmes de recherche biomédicale, mais aussi son opposition aux actions des groupes de défense des animaux qui empêchent cette recherche, ainsi que son opposition aux lois qui la restreignent trop fortement.

Critiques de l'association[modifier | modifier le code]

Les personnes adoptant une position critique envers l'Association médicale américaine, incluant l'économiste Milton Friedman, affirme que l'association agit comme une guilde au service du gouvernement et qu'il a cherché à augmenter les salaires des médecins et leurs honoraires en tentant de limiter leur nombre. Dans son livre Free to Choose, Friedman dit : « L'AMA s'est engagé dans un âpre combat en condamnant les activités des chiropracticiens et des ostéopathes, cherchant à limiter le plus possible leurs activités ».

Profession and monopoly, un livre publié en 1975 est très critique envers l'AMA estimant qu'elle cherche à limiter le nombre de médecins et à augmenter les prix des soins médicaux aux États-Unis. Ce livre déclare que le nombre de médecins est volontairement maintenu à un niveau insuffisant par l'AMA pour assurer de hauts revenus aux médecins pratiquants. Il met en évidence qu'aux États-Unis, le numerus clausus et la taille des écoles de médecine sont volontairement contrôlés par des Commissions d'Attribution de Licence contrôlées par les représentants des sociétés médicales comme l'AMA. Ce livre critique aussi les règles éthiques adoptées par l'AMA qui restreignent la publicité et d'autres types de compétitions commerciales entre les professionnels de la Santé. Il met en évidence que faire de la publicité ou négocier les tarifs peuvent amener à l'exclusion du médecin de l'AMA et à la révocation légale de sa licence. Le livre révèle aussi qu'avant 1912, l'AMA proposait des honoraires uniques pour l'ensemble des spécialités médicales au sein de son Code de l'Éthique. L'influence de l'AMA dans la gestion des hôpitaux est aussi critiquée dans ce livre.

L'AMA est aussi critiquée pour sa gestion des licences médicales dont une partie significative sont attribuées à des compagnies pharmaceutiques, qui les utilisent pour contrôler les prescriptions des médecins. Elle continue ces pratiques malgré des plaintes de certains médecins.

La proportion des médecins adhérents à ce groupe s'est considérablement réduite pour n'atteindre plus que 19 %. En 2004, l'AMA annonce 244 569 membres, comprenant les médecins pratiquants et à la retraite, les étudiants en médecine et les résidents. La Medical School Section (MSS) rapporte, elle, un total de 48 868 membres alors que la Resident and Fellow session (RFS) rapporte un total de 24 069 membres. Combinés, ceux-ci représentent 30 % des membres de l'AMA. Si l'ensemble des autres membres de l'AMA, donc, sont des médecins pratiquants pleinement qualifiés, alors l'AMA ne représente bien que 19 % des médecins pratiquants américains (ils sont actuellement approximativement 900 000). Cependant, MedPage Today estime que l'AMA ne représente seulement que 135,300 « vrais médecins pratiquants » en 2005 (soit 15 % des médecins pratiquants aux États-Unis). Lorsque le sujet est abordé, le Dr Jeremy Lazarus, orateur pour la Maison des Délégués de l'AMA, déclare que le nombre de membres est stable, évitant de commenter les autres estimations.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) http://www.ama-assn.org/ama/pub/category/1923.html Histoire de l'AMA de 1847 à 1899.
  2. (en) http://jama.ama-assn.org/misc/aboutjama.dtl
  3. (en) ama-assn.org Communication de l'AMA concernant l'élection au poste de président de Ronald M. Davis
  4. (en) ama-assn.org
  5. (en) http://www.ama-assn.org/ama/pub/category/15741.html
  6. (en) Règle de l'AMA par rapport à l'orientation sexuelle

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Burrow, James G. AMA: Voice of American Medicine. Baltimore, Johns Hopkins Press, 1963.
  • Campion, Frank. The AMA and U.S. Health Policy Since 1940. Chicago, Chicago Review Press, 1984.
  • Fishbein, Morris. History of the American Medical Association, 1847-1947. Philadelphie, W.B. Saunders, 1947.
  • Numbers, Ronald. Almost Persuaded: American Physicians and Compulsory Health Insurance, 1912-1920. Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1978.
  • Poen, Monte. Harry S. Truman versus the Medical Lobby: The Genesis of Medicare. Columbia, MO: The University of Missouri Press, 1979.
  • Starr, Paul. The Social Transformation of American Medicine: The Rise of a Sovereign Profession and the Making of a Vast Industry. New York, Basic Books, 1982.

Liens externes[modifier | modifier le code]