Élections générales italiennes de 2008

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2006 Drapeau de l'Italie 2013 Suivant
Élections générales italiennes de 2008
13 et 14 avril 2008
Berlusconi-2010-1.jpg
Silvio BerlusconiLe Peuple de la liberté
Voix 17 063 874
  
46,81 %
Sièges obtenus 344
Walter Veltroni 2008 2.jpg
Walter VeltroniParti démocrate
Voix 13 686 673
  
37,54 %
Sièges obtenus 246
Carte
Président du Conseil
Sortant
Élu

En Italie, des élections générales[1] anticipées se sont déroulées les 13 et 14 avril 2008[2] à la suite de la dissolution du Parlement italien, prononcée le 6 février 2008 par le président de la République, Giorgio Napolitano, après la chute du second gouvernement de l'économiste Romano Prodi, lors d'un vote de confiance au Sénat de la République, au sein duquel la majorité, très fragile, ne tenait qu'à un fil[3].

Cette décision d'un retour anticipé aux urnes a été prise à la suite de l'échec de l'initiative présidentielle visant à nommer une personnalité de compromis (le président Napolitano ayant songé à nommer Franco Marini, le président du Sénat), capable de former un gouvernement de transition en vue de réformer la loi électorale, jugée propice à l'émiettement politique. En vertu de la Constitution italienne, les élections doivent avoir lieu dans les 70 jours qui suivent la dissolution.

En italien on qualifie ces élections d'elezioni politiche (« élections politiques »), par opposition aux elezioni amministrative (« élections administratives » : municipales, provinciales ou régionales).

Modes de scrutin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Loi électorale italienne de 2005.
  • Les 630 députés (de la Chambre basse) sont élus sur la base d'une représentation proportionnelle de listes bloquées avec prime majoritaire, à l'exception du député de la Vallée d'Aoste et des 12 députés qui représentent les Italiens à l'étranger. Concernant les coalitions, la loi électorale prévoit que seules celles obtenant au moins 10 % des suffrages exprimés au niveau national puissent accéder à la répartition des sièges, à la représentation proportionnelle, dans le cadre de 26 circonscriptions législatives. Au sein de ces coalitions, les sièges sont distribués entre les listes ayant obtenu au moins 2 %, ainsi que parmi celles ayant obtenu le plus de voix juste en dessous de ce seuil. Concernant les partis se présentant seuls, ils doivent obtenir au moins 4 % des suffrages exprimés, également au niveau national, pour se voir attribuer des sièges. En outre, la loi permet à la coalition (ou au parti) ayant obtenu le plus de voix de recevoir au moins 55 % des sièges de la Chambre (soit 340 sièges), les sièges restants étant répartis entre toutes les listes à la représentation proportionnelle.
  • Les 315 sénateurs (de la Chambre haute) sont élus dans le cadre des vingt circonscriptions régionales. Dans chaque région, la liste arrivée en tête reçoit directement 55 % des sièges à pourvoir, les sièges restants étant répartis à la proportionnelle entre toutes les listes qui ont dépassé 8 % des voix.

Contexte : une grave crise politique[modifier | modifier le code]

Composition de la Chambre des députés sortante
Composition du Sénat sortant

Le 16 janvier 2008, le ministre de la Justice, Clemente Mastella (Union des démocrates pour l'Europe, Udeur), a présenté sa démission du gouvernement de Romano Prodi, invoquant la campagne d'accusation dont il faisait l'objet et le manque de solidarité gouvernementale pour justifier sa décision[4]. Soupçonné d'avoir fait pression sur le gouverneur de la région de Campanie pour obtenir la nomination d'un de ses proches à un poste de responsabilité, M. Mastella a découvert peu avant sa démission que lui et toute sa famille avaient été placés sur écoute. En conséquence, l'Udeur décidait de se retirer de l'Union, la coalition de centre-gauche soutenant Romano Prodi. Celui-ci devait alors faire face à sa mise en minorité au Sénat et réclamer la confiance du Parlement.

Le régime parlementaire italien est caractérisé par un bicamérisme égalitaire, ce qui veut dire que les deux chambres du Parlement ont exactement les mêmes pouvoirs. Si l'Union se trouvait être largement majoritaire à la Chambre des députés lors du vote de confiance, il en allait tout autrement au Sénat, où elle perdait, avec le départ des sénateurs de l'Udeur, sa fragile majorité absolue. Ainsi, alors que la Chambre des députés lui accorde sa confiance le 24 janvier, par 326 voix pour et 275 voix contre, le Président du Conseil perd la confiance du Sénat par 156 voix pour et 161 voix contre, et se retrouve de facto contraint à la démission. Peu après l'avoir fait, Romano Prodi a déclaré vouloir se retirer de la vie politique[5].

Le gouvernement Prodi aura duré au total 650 jours. Il s'agit en outre de la huitième législature qui ne va pas jusqu'à son terme. Ce gouvernement comptait 102 membres issus de 10 partis politiques différents, allant des communistes (dont le parti de gauche Refondation communiste) au centre-droit démocrate chrétien. Sujet à de multiples mouvements de balancier entre son aile gauche et son aile droite, il a souvent dû faire face à de graves dissensions et M. Prodi a souvent dû s'appuyer sur le soutien des sénateurs à vie, l'Union ne disposant que d'une avance de deux sièges sur l'opposition au Sénat. Ces conflits au sein de sa majorité l'ont contraint à abandonner certaines de ses promesses électorales, comme l'instauration d'une union civile pour les couples homosexuels[6].

Face à la crise, le président de la République, Giorgio Napolitano, a alors appelé Franco Marini, le président du Sénat de la République, second personnage de l'État, à former un gouvernement de transition qui, après avoir changé la loi électorale en vigueur (qui favorise de manière excessive les petits partis) aurait ouvert le chemin vers de nouvelles élections. Les négociations, menées avec force par le chef de l'État ont cependant échoué[7], et M. Napolitano s'est résolu à dissoudre le Parlement. Les élections devant obligatoirement être organisées entre 45 et 70 jours après la dissolution, les électeurs italiens éliront les 13 et 14 avril prochain leur 62e gouvernement en 63 ans.

Les enquêtes d'opinion révèlent que deux italiens sur trois étaient favorables à l'organisation d'élections anticipées après la chute du gouvernement. Bien que le patronat[8], la conférence épiscopale et de nombreux représentants de la société civile y étaient opposés, le chef de la droite italienne, Silvio Berlusconi, a plaidé pour l'organisation immédiates d'élections générales anticipées[9]. A contrario, le chef du Parti démocrate (PD), Walter Veltroni, s'était dit favorable à une modification préalable de la loi électorale, invoquant les très fortes dissensions au sein de la majorité sortante et leur influence néfaste sur la stabilité gouvernementale et la cohérence politique[10].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Les chefs des deux principaux courants politiques, favoris du scrutin pour accéder à la présidence du Conseil des ministres, sont l'ancien chef du gouvernement, Silvio Berlusconi, le chef du parti Forza Italia, la plus forte formation politique d'opposition de centre-droit, et le maire sortant de Rome, Walter Veltroni, le chef du Parti démocrate (centre-gauche).

Le Peuple de la liberté (PDL) de Silvio Berlusconi[modifier | modifier le code]

L'ancien président du Conseil, Silvio Berlusconi, est candidat pour la cinquième fois. En 1994, il avait donné un tour nouveau à la communication et à la vie politique italienne. En 2006, il devenait le premier président du Conseil à avoir terminé son mandat de 5 ans, malgré plusieurs crises internes ayant débouchées sur un série de remaniement.

Le 12 décembre 2007, date anniversaire d'une grande mobilisation des forces de l'opposition contre le gouvernement de Romano Prodi, Berlusconi lance le Peuple de la liberté[11] (PDL) parti de droite comprenant son propre parti, Forza Italia, les nationalistes de l'Alliance nationale et différentes petites formations politiques issues d'horizons divers[12],[13].

Le Peuple de la liberté est allié en Padanie à la Ligue du Nord, parti fédéraliste, xénophobe et populiste situé très à droite sur l'échiquier politique[14] qui se présentera encore seule dans le nord de l'Italie tandis que dans le Mezzogiorno, le Mouvement pour l'autonomie, bien implanté en Sicile, fait de même. Le Peuple de la liberté est donné favori, en début de campagne, par diverses enquêtes d'opinion[15], mais cette avance semble fondre courant février et mars.

Silvio Berlusconi, surnommé Il Cavaliere (chevalier), s'inscrit ainsi dans la lignée de Walter Veltroni, contribuant à bouleverser le paysage politique italien, jusque là dominé par un très fort émiettement politique et la formation de vaste coalitions. Le PDL, se voulant un grand parti fédérant les forces politiques ne se reconnaissant pas dans la gauche, a jusqu'à maintenant surtout capté des partisans du côté de la droite dure. À titre d'exemple, le parti d'Alessandra Mussolini, petite-fille de Benito Mussolini, doit à terme rejoindre le PDL, tandis que l'UDC (Union de Centre) a rompu avec la droite italienne après 14 ans d'alliance[16]. Silvio Berlusconi en appelle malgré tout à la modération, se disant même favorable à la formation d'une grande coalition avec le Parti démocrate[17].

Le 9 février 2008, le chef de l'opposition a en outre fait part de ses ambitions de contribuer à faire de la République italienne un système politique bipartisan, affirmant qu'il souhaiterait voir s'établir en Italie une « République fondée sur deux piliers qui cultivent de grands projets » tout en précisant qu'il ne considère pas le Parti démocrate comme un ennemi.

Cette volonté d'ouvrir le dialogue vers la gauche et le centre a poussé certains analystes politiques à prêter à Silvio Berlusconi l'ambition de devenir président de la République en 2013, une fonction honorifique et respectée[18]. Devenu figure historique de la vie politique italienne, Silvio Berlusconi aura survécu à son vieil ennemi, Romano Prodi, qui a finalement quitté la vie politique.

Le Parti démocrate (PD) de Walter Veltroni[modifier | modifier le code]

Allié au petit parti de l'Italie des valeurs et aux Radicaux italiens, le PD englobe la majeure partie du centre-gauche de gouvernement italien depuis sa fondation, quelques mois avant les élections, sur la base d'une fusion entre les Démocrates de gauche (sociaux-démocrates) et La Marguerite (centre-gauche démocrate-chrétien). À la suite de l'annonce de l'organisation d'élections anticipées, M. Veltroni a déclaré que son parti ne passerait aucune alliance avec d'autres partis, choisissant plutôt de concourir seul avec sa propre plate-forme, optant ainsi pour une stratégie différente de celle utilisée par Romano Prodi depuis des années (coalitions dite de L'Union et de L'Olivier). Les deux seules exceptions à ce cavalier seul sont donc l'alliance avec l'Italie des valeurs, chacun présentant sa propre liste, et l'alliance plus étroite avec les Radicaux, ces derniers ayant neuf parlementaires réservés sur les listes du PD.

Se voulant incarner une rupture définitive avec l'expérience de 1921 à Livourne, théâtre de la scission de l'ancien Parti socialiste italien (PSI) et de la fondation du défunt Parti communiste italien (PCI), le PD serait aussi, selon ses fondateurs, un moyen d'empêcher la formation d'une force autonome située au centre de l'échiquier politique[19]. Aux primaires d'octobre 2007, Walter Veltroni, qui a recueilli près de 3 millions de voix sur son nom, a été élu Premier secrétaire du parti.

En choisissant de faire concourir seul son parti, M. Veltroni veut contribuer à rendre le centre-gauche plus visible et plus organisé, souhaitant à terme en finir avec la tradition italienne des grandes coalitions hétéroclites[20]. Voulant à la fois rompre avec la gauche radicale et les petits partis centristes, comme l'UDEUR, qui a provoqué la chute du gouvernement Prodi, M. Veltroni veut se doter d'un programme clair et s'affranchir des tactiques de médiation et de la logique du compromis ayant animé jusqu'à maintenant la gauche italienne[21].

Ouvert à des alliances basées sur une adhésion à son programme, le PD a déjà obtenu le soutien des Radicaux italiens de Marco Pannella et d'Emma Bonino, cette dernière pouvant en outre espérer obtenir un poste ministériel en cas de victoire[22]. L'annonce de cette alliance créa immédiatement des conflits avec la tendance catholique du PD sur les question de société, mais ce clivage idéologique a été balayé d'un revers de la main par Walter Veltroni, qui lui trouve un côté archaïque[23].

Évitant de prononcer le nom de son adversaire, Silvio Berlusconi, dans un souci d'écarter toute éventualité de diabolisation de ce dernier de sa part, M. Veltroni souhaite mettre fin à "une ère de querelles et de haines". Fin 2007, il a ainsi cherché à dialoguer avec le leader de l'opposition sur la modification de la loi électorale, recevant l'hostilité d'une partie de la gauche italienne, l'accusant de vouloir redonner à M. Berlusconi une légitimité alors même que le centre-droit le quitte, ou même de chercher à contribuer à la chute du gouvernement Prodi pour satisfaire à ses ambitions personnelles[24].

Malgré les risques que font peser la loi électorale sur une stratégie solitaire, cette initiative a été saluée par bon nombre d'observateurs politiques, qui y voient un moyen de clarifier et de renouveler le paysage politique italien[25]. Affichant sa différence avec Romano Prodi et se voulant un homme neuf en comparaison de l'ancienneté de Silvio Berlusconi sur la scène politique, Walter Veltroni incarne un leader politique jeune et audacieux[26].

Autres forces en présence[modifier | modifier le code]

  • L’Union de Centre (UdC), cartel électoral surtout constitué par l’Union des démocrates chrétiens et du centre (UDC), parti de centre-droit conduit par Pier Ferdinando Casini, qui a, pour la première fois depuis quatorze ans, refusé de s'allier à Silvio Berlusconi, préférant se présenter seul aux électeurs (voir détails ci-dessous). En 2006, l'UDC a rassemblé 6,8 % des voix dans les deux chambres, et a donc de bonnes chances d'être représentée à la Chambre des députés. Elle se présente en Italie avec le symbole Union de Centre, pour tenir compte de son alliance avec la Rose pour l'Italie, une scission de l'UDC menée par Bruno Tabacci s'inscrivant dans une ligne de rejet en bloc du système institutionnel en place, et prônant son remplacement par un système similaire à celui de l'Allemagne. La traduction « Union du Centre » est erronée (en italien, ce serait sinon Unione del Centro).
  • La Gauche - l'Arc-en-ciel (SA), autre cartel mené par Fausto Bertinotti, englobe les principaux partis de la gauche parlementaire, en dehors du PD, à savoir Refondation communiste, le Parti des communistes italiens, les Verts et Gauche démocrate, nouveau parti rassemblant d'ex-membres des Démocrates de gauche défavorables à la création du PD. Les résultats cumulés précédemment obtenus par les trois premiers en 2006 avaient atteint 10,2 % des suffrages exprimés, cette coalition pensait donc avoir une chance de franchir le seuil des 4 % des suffrages exprimés pour accéder à la répartition des sièges au sein de la Chambre des députés. La bonne implantation de Refondation communiste dans certaines régions pouvait également lui permettre d'assurer quelques sièges au Sénat.

D'autres petits partis ont présenté d'autres candidats au poste de Premier, parmi ceux-ci, il faut retenir ceux qui obtiennent aux alentours de 1 % (±) lors des différents sondages, score qui ne devrait normalement pas leur permettre d'être représentés à la Chambre des députés :

Les autres partis capables d'être présents dans toutes les circonscriptions (Chambre et Sénat) sont :

Au total, il y a 32 candidats déclarés au poste de Président du conseil, mais dans les cas suivants les listes ne se présentent que dans quelques circonscriptions :

Dans la circonscription uninominale de la Vallée d'Aoste se présentent en outre le Renouveau valdôtain (en alliance avec VdA vive) et l'Union valdôtaine (cette dernière sous le nom de « Vallée d'Aoste »). Dans la circonscription « estero » (étranger) où sont élus 12 députés et 6 sénateurs se présentent en outre des listes d'associations d'Italiens à l'étranger. Dans la répartition « Europe » de la circonscription Étranger, se présente une liste Valeurs et Futur (Valori e futuro), conduite par le prétendant au trône Emmanuel-Philibert de Savoie. Très présent en Argentine, le Mouvement associatif des Italiens à l'étranger obtient l'élection en Amérique du Sud d'un député (réélu) et d'une sénatrice.

Campagne[modifier | modifier le code]

L'avortement est le premier grand sujet de société abordé par les différents leaders politiques[27]. À gauche, la tendance catholique du Parti démocrate semble approuver une remise en cause de la loi de 1978 sur l'IVG, tandis que l'aile gauche, attachée à ses valeurs laïques, refuse de la remettre en cause[28]. Mais des clivages existent aussi à droite : si l'UDC semble favorable à une modification de la législation, Forza Italia, le parti de Berlusconi, semble plus réticent[29].

Le 16 février, Pier Ferdinando Casini, chef de l'UDC, a annoncé que son parti présenterait ses propres listes lors des élections. Ce nouveau positionnement met définitivement fin à 14 ans d'alliance entre l'UDC et le reste de la droite italienne. Arguant que « tout le monde en Italie n'est pas à vendre », M. Casini a ajouté que l'UDC fera campagne avec ses propres symboles, tandis que lui-même se porte candidat à la présidence du Conseil des ministres[30].

Le même jour, Walter Veltroni, au cours d'une réunion publique à Rome, a présenté son programme, prévoyant notamment des réductions d'impôts sur trois ans à partir de 2009[31].

Sondages[modifier | modifier le code]

Depuis l'annonce de l'organisation des élections, le PDL arrive en tête dans tous les sondages, devançant le PD de plusieurs points, une avance qui avait toutefois tendance à se réduire considérablement, avoisinant désormais les 5 points. Qui plus est, selon diverses enquêtes d'opinion, Walter Veltroni est l'homme politique le plus populaire d'Italie, recueillant 55 % de bonnes opinions, contre 42 % pour Silvio Berlusconi selon la dernière enquête réalisée par l'institut ISPO[32]. Aux élections précédentes, Silvio Berlusconi et son parti comptaient 8,6 points d'avance sur l'ancêtre du Parti démocrate, ce qui lui assurait une bonne avance pour les scrutins à venir. Toutefois, le résultat semblait plus incertain au Sénat où la prime majoritaire tiendra aux résultats dans quelques régions seulement, comme le Latium ou la Ligurie.

Sondage Demoskopea du 26 février 2008 (intentions de vote pour Sky Tg24)
(entre parenthèses sondage IPR Marketing des 28 et 29 février) :

  • Parti démocrate (avec les Radicaux) : 34,5 % (32) ;
    • Italie des valeurs : 2 % (4) ; (ces deux partis soutenant Veltroni 36,5 %) (36)
  • Parti socialiste : 0,5 % (1,5) ;
  • La Gauche-l'Arc-en-ciel : 8,5 % (7,5) ;
  • Le Peuple de la liberté : 39,5 % (38) ;
    • Ligue du Nord : 4 % (4,5) ;
    • Mouvement pour l'autonomie : 0,5 % (0,5) ; (ces trois partis soutenant Berlusconi 44 %)
  • UDC (Casini) : 6 % (7) ;
  • Rose blanche (Tabacci) : 1 % ;
  • La Droite - Flamme tricolore : 2 % (2,5) ;
  • Divers : 1,5 % (Parti communiste des travailleurs, Ferrando 0,5 % - UDEUR 0,3 % - Autres, 1,7 %)

Sondage du 6 mars 2008 (IPR), Chambre et Sénat (indécis 17 et 16 % respectivement)

  • Alternative communiste (F. Stefanoni) 0,1 % - 0,1 %
  • Gauche critique (F. D'Angeli) 0,2 % - 0;2 %
  • Parti communiste des travailleurs (M. Ferrando) 0,5 % - 0,3 %
  • La Gauche-l'Arc-en-ciel (F. Bertinotti) 7,5 % - 6,5 %
  • Parti socialiste (E. Boselli) 1,5 % - 1,5 %
  • Parti démocrate (avec les Radicaux) (W. Veltroni) 32,5 % - 33,5 %
    • Italie des valeurs (allié avec le PD) 4,0 % - 4,5 %
  • Union démocrate pour les consommateurs (B. De Vita) 0,5 % - 0,3 %
  • Union de Centre (P. Casini) 7,0 % - 8,0 %
  • Le Peuple de la liberté (S. Berlusconi) 38,5 % - 37,5 %
    • Ligue du Nord (allié avec le PdL) 4,5 % - 5,0 %
    • MPA (alliés pour le Sud avec le PdL) 0,5 % - 0,2 %
  • La Droite-Flamme tricolore (D. Santanchè) 2,0 % - 1,5 %

Sondage des 14-16 mars Swg Srl Trieste, publié par L'Espresso

  • Parti démocrate 38 %
  • La Gauche-l'Arc-en-ciel 7 %
  • Union de centre 6 %
  • Le Peuple de la liberté 43 %
  • La Droite Flamme tricolore 2 %
  • Autres 4 %
  • Indécis 26 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Participation[modifier | modifier le code]

La participation (quasi définitive[33]) à la Chambre, après deux jours d'élection, est de 78,112 % (en métropole 80,509 % ; les Italiens résidant à l'étranger faisant chuter nettement le taux national), soit le plus mauvais taux de l'histoire des élections parlementaires (en Italie le vote est théoriquement obligatoire, ainsi que l'inscription). Rien qu'en métropole, un peu plus de 3 points de moins par rapport aux précédentes élections de 2006 où elle avait été de 83,617 %. Mais en réalité cette participation a été le plus souvent présentée dans les médias, italiens et étrangers, sans tenir compte des résidents à l'étranger, ce qui relativisait cette désaffection. Au Sénat, où votent seuls les électeurs de plus de 25 ans, la participation finale, en métropole, a été de 80,518 % (83,564 en 2006) et de 78,16 % en incluant l'étranger[34].
Le 13 avril, à 22 heures, premier jour des élections, la participation s'élevait à 62,54 % pour la Chambre (moins quatre points ; en 2006 à la même heure : 66,53 %). Pour les Italiens à l'étranger (2 924 202 Italiens étaient inscrits, 1,204 million ont pu voter jusqu'au 10 avril), la participation est restée faible (41,66 %), en léger recul depuis 2006 (42,07 %). Les militaires italiens à l'étranger (en mission temporaire), en tout 14 827 personnes en incluant le personnel diplomatique, ont pour leur part déjà voté pour leur circonscription électorale d'origine, avec un taux de participation de 96,51 %.

Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Composition de la Chambre des députés italienne à l'ouverture de la XVIème législature. Répartition par groupes politiques.


Partis & alliances Votes % +/- Sièges +/-
Coalition de S. Berlusconi

17 063 874

13 628 865
3 024 522
410 487

46,81

37,39
8,30
1,13

+4,51[35]

+1,21
+2,84
+1,13

344

276[36]
60
8

+102

+60
+34
+8

Coalition de W. Veltroni

13 686 673

12 092 998
1 593 675

37,54

33,17
4,37

+4,05[37]

+1,97
+2,08

246

217[38]
29[39]

+9[40]

-3
+12

Union de Centre 2 050 319 5,62 -1,13 36 -3
La Gauche - l'Arc-en-ciel 1 124 418 3,08 -7,1[41] 0 -72
La Droite - Flamme tricolore 885 229 2,43 - 0 -
Parti socialiste 355 581 0,98 -1,91[42] 0 -18[43]
Südtiroler Volkspartei 147 666 0,41 -0,07 2 -2
Autonomie Liberté Démocratie 29 311 0,08 -0,01 1 ±0
Mouvement associatif des Italiens à l'étranger - - - 1 -
Autres 1 138 545 3,11 - - -
Total 36 527 231 100% 630

Sénat de la République[modifier | modifier le code]

Composition du Sénat italien à l'ouverture de la XVIème législature. Répartition par groupes politiques.
Coalitions arrivées en tête dans chaque région. En bleu foncé : PdL + LN + MpA, en vert : PD + IdV, en gris : autres
Partis & alliances Votes % +/- Sièges +/-
Coalition de S. Berlusconi

15 507 549

12 510 306
2 642 167
355 076

47,32

38,17
8,06
1,08

+3,74[35]

-1,01
+3,66
+1,08

174

147
25
2

+39

+25
+12
+2

Coalition de W. Veltroni

12 456 443

11 042 325
1 414 118

38,01

33,70
4,32

+7,26[37]

+5,78
+1,49

132

118
14

+23

+13
+10

Union de Centre 1 866 294 5,69 -0,95 3 -18
La Gauche - l'Arc-en-ciel 1 053 154 3,21 -8,12[41] 0 -38
La Droite - Flamme tricolore 687 211 2,10 +1,47 0 ±0
Parti socialiste 284 428 0,87 -1,94[42] 0 -
Autres 916 148 2,78 - 6 -
Total 32,771,227 100% 315

Détails du vote des italiens résidant à l'étranger[modifier | modifier le code]

« Circonscription des Italiens résidant à l'étranger » (Chambre)

Listes Voix (en %) Sièges
# %
  Parti démocrate (PD) 331 567 32,73 % 6
  Le Peuple de la liberté (PDL) 314 357 31,03 % 4
  Mouvement associatif des Italiens à l'étranger 83 585 8,25 % 1
  Union des démocrates chrétiens et du centre[44] 81 450 8,04 % -
  Association des Italiens d'Amérique du Sud 61 610 6,08 % -
  Italie des valeurs 41 589 4,11 % 1
  Parti socialiste 31 774 3,14 % -
  La Gauche-l'Arc-en-ciel 28 353 2,80 % -
  La Droite 14 609 1,44 % -
  L'Autre Sicile pour le Sud
(association de Siciliens à l'étranger)
9 122 0,90 % -
  Gauche critique 5 973 0,59 % -
  Consommateurs civiques italiens 4 640 0,46 % -
  Valeurs et futur (royalistes) 4 457 0,44 % -

Total 1 013 086 — 12 députés au total


« Circonscription des Italiens résidant à l'étranger » (Sénat)

Listes Voix (en %) Sièges
# %
  Le Peuple de la liberté (PdL) 315 720 33,97 % 3
  Parti démocrate (PD) 308 157 33,15 % 2
  Mouvement associatif des Italiens à l'étranger 69 279 7,45 % 1
  Association des Italiens d'Amérique du Sud 58 058 6,25 % -
  Union des démocrates chrétiens et du centre[45] 55 450 5,97 % -
  Italie des valeurs 37 985 4,09 % -
  Parti socialiste 27 385 2,95 % -
  La Gauche-l'Arc-en-ciel 26 664 2,87 % -
  La Droite 12 929 1,39 % -
  L'Autre Sicile pour le Sud
(association de Siciliens à l'étranger)
8 454 0,91 % -
  Gauche critique 5 837 0,63 % -
  Consommateurs civiques italiens 3 545 0,38 % -

Total 929 463 — 6 sénateurs au total

  1. Le nom italien est « élections politiques ». En France, elles devraient être plutôt qualifiées de « législatives », la loi étant votée en Italie, dans un système bicaméral paritaire, par la Chambre des députés et par le Sénat de la République.
  2. (en) Bloomberg.com, Italy's President Dissolves Parliament, Forces Vote, 2008-02-08. Elles se sont tenues en même temps élections administratives (partielles : municipales, provinciales et deux régionales), dans le cadre d’un election day.
  3. (en) BBC News, 2008-02-06, Italy to hold snap April
  4. Analyse de l'observatoire des élections en Europe : Avec son épouse, Sandra Lonardo, alors présidente du conseil régional de Campanie, Mastella est soupçonné de corruption, de concussion et de trafic d'influence à Naples. 23 membres de l'UDEUR ont été arrêtés ou assignés à résidence dans cette affaire
  5. Analyse de l'observatoire des élections en Europe : "Je quitte la politique. Mon avenir est serein. Le monde est plein d'opportunités" a-t-il déclaré le 9 mars dernier, ajoutant "j'ai décidé de ne pas être candidat pour ouvrir la voie à un changement de génération qui est nécessaire. Quelqu'un doit donner l'exemple"
  6. Analyse de l'observatoire des élections en Europe, La crise politique et la démission du gouvernement de Romano Prodi, 3e paragraphe
  7. Analyse de l'observatoire des élections en Europe : « Napolitano a été contraint d'admettre que l'organisation d'un scrutin législatif anticipé constituait la seule solution pour sortir de la crise. Les élections anticipées sont une anomalie qui n'est pas sans conséquence sur la gouvernabilité du pays », a-t-il souligné.
  8. Analyse de l'observatoire des élections en Europe : « L'économie italienne a besoin de stabilité et d'efficacité politiques. Nous avons besoin de stabilité pour garantir la croissance qui est inférieure à celle de tous les pays européens » a déclaré Luca di Montezemolo, président de la Confindustria (patronat italien).
  9. Analyse de l'observatoire des élections en Europe : « Le gouvernement provisoire serait inutile et représenterait une perte de temps dommageable » avait affirmé Silvio Berlusconi qui s'est dit convaincu que « la loi électorale (dont il est l'initiateur) a donné de bons résultats et que la meilleure solution pour affronter les graves problèmes du pays est de donner à l'Italie un gouvernement légitime et immédiatement opérationnel par des élections populaires ».
  10. Analyse de l'observatoire des élections en Europe : « Il est juste de retourner aux urnes car il n'y a pas de majorité compacte et nous finissons par ne plus pouvoir prendre de décisions déclare M. Veltroni. Ce gouvernement ne pouvait pas faire davantage avec une majorité politique aussi peu homogène » a affirmé le ministre des Infrastructures du gouvernement sortant Antonio Di Pietro (Italie des valeurs, IdV).
  11. La véritable fondation n'interviendra qu'un an après, lors de la tenue de son premier congrès à Rome. Jusque là, les partis qui le constituaient ont gardé leur propre statut.
  12. Parmi celles-ci, on trouve notamment la Démocratie chrétienne pour les autonomies, les Populaires libéraux, les Réformateurs libéraux, les Libéraux-démocrates, l'Action sociale d'Alessandra Mussolini, le Parti des retraités, le Parti républicain italien, ainsi que Fortza Paris qui ont tous des personnalités en position éligible
  13. (it) Corriere della Sera, Berlusconi: «Simbolo unico per Fi e An», 2008-02-08
  14. Site de l'Express, Les principaux partis politiques italiens, "Parti régionaliste, antieuropéen et xénophobe créé en 1991, la Ligue du Nord [...] plaide pour une structure fédérale"
  15. (en) The New York Times, With Flawed System Unchanged, Italy Sets Elections for April, 2008-02-07
  16. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "Le Cavaliere a dû faire face au retrait de l'UDC. "Après 14 ans de collaboration, je veux dire une chose très simple à Silvio Berlusconi : en Italie, tout le monde n'est pas à vendre" a déclaré Pier Ferdinando Casini, annonçant son intention de se présenter seul devant les électeurs. "Pourquoi devrais-je engager une bataille aux côtés d'un homme en qui je ne crois plus ? a-t-il ajouté. Pier Ferdinando Casini, dont le parti réalise ses meilleurs résultats en Italie du Sud, veut se positionner entre droite et gauche. Si Silvio Berlusconi se dit assuré que les sympathisants de l'UDC ne suivront pas leur leader, le retrait de Pier Ferdinando Casini a pour effet de faire glisser sa coalition un peu plus à droite sur l'échiquier politique au moment même où son principal adversaire, Walter Veltroni, se repositionne au centre"
  17. "Cela dépendra de l'intensité de notre probable victoire et de la qualité de leur probable défaite" a précisé l'ancien ministre de l'Economie, Giulio Tremonti (FI)
  18. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : « Pour ce faire, l'ancien Président du Conseil a tout intérêt à se montrer disponible à un dialogue avec la gauche. Il aurait ainsi émis le souhait de proposer à Franco Marini (Parti démocrate, ancien de La Marguerite) de rester président du Sénat en cas de victoire du PDL les 13 et 14 avril prochains »
  19. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "DS et La Marguerite partagent une même peur, celle de voir se reconstituer un centre autonome à partir des anciennes composantes de la démocratie chrétienne (DC). [...] Le Parti démocrate symbolise la "clôture définitive de l'expérience ouverte en 1921 à Livourne" avec la naissance du Parti communiste (PCI) lors de sa scission avec le Parti socialiste (PSI). En 1991 était fondé le Parti des démocrates de gauche (PDS), devenu les Démocrates de gauche (DS) en 1998"
  20. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "Nous avons décidé unilatéralement de concourir seuls, mais surtout libres de ne plus renoncer à ce que nous croyons. Il y a 2 ans, il y aurait eu 12 responsables de partis avec moi. Nous avons vécu sous la dictature des minorités. En y allant seuls, nous pouvons enfin écrire ce que nous voulons dans le programme et cela fait 15 ans que j'évoque le projet d'un parti démocrate, post-idéologique" a-t-il déclaré le 10 février dernier lors du lancement de sa campagne électorale
  21. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "Il souhaite séduire l'électorat le plus large possible sans pour autant se lier les mains à la gauche radicale. "Nous sommes la grande force de centre gauche réformiste. La gauche radicale est pour la lutte des classes, nous sommes pour un pacte des producteurs et des travailleurs. Ce que nous voulons faire n'a jamais été fait en Italie. Quand un citoyen votera pour le Parti démocrate, il saura exactement quelles sont ses positions et il n'aura pas besoin de médiation à travers des petits partis" a-t-il encore précisé"
  22. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "Walter Veltroni a rappelé qu'elle avait été "un excellent ministre du Commerce extérieur qui a contribué à augmenter nos exportations, ce que tous les hommes d'affaires reconnaissent"
  23. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "L'idée que les catholiques et les athées ne peuvent vivre dans la même coalition n'est pas recevable dans un pays moderne" leur a répondu Walter Veltroni
  24. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "Certains l'ont alors accusé de redonner au Cavaliere une légitimité que ses alliés du centre-droit lui contestaient, d'autres lui reprochant d'avoir voulu faire chuter le gouvernement de Romano Prodi pour son avantage personnel"
  25. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : Walter Veltroni, le renouveau politique italien ?, 5e paragraphe
  26. Analyse de l'observatoire des élections eu Europe : "Marc Lazar, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, souligne : "il va se présenter comme un homme du renouveau contre Silvio Berlusconi qu'il dépeint en homme qui a déçu les Italiens" ajoutant "Walter Veltroni affiche sa différence avec Romano Prodi et, habile communicateur, met Silvio Berlusconi en difficulté, voire le ringardise. Il a toutefois refusé de fonder l'identité du Parti démocrate sur l'antiberlusconisme afin de décrisper la vie publique". Le leader du Parti démocrate joue sur son âge (53 ans) pour ringardiser son adversaire âgé de 71 ans
  27. Le Monde, 14/02/2008, Les opposants au droit à l'avortement tentent de peser sur le débat électoral en Italie
  28. Le Monde, 15/02/2008 : L'éventuelle modification de la loi 194 embarrasse le Parti démocrate de Walter Veltroni, où existe un fort courant catholique
  29. lemonde.fr, Article du 14 février
  30. Italie: les centristes de l'UDC rompent avec Berlusconi et présenteront leur propre liste, publié sur Election-Politique.com le 17-02-2008
  31. Publié sur Election-Politique.com le 17-02-2008
  32. Analyse de l'observatoire des élections en Europe, Les programmes des candidats, dernier paragraphe
  33. Il manque 27 bureaux de vote de l'étranger (sur 1 309), non parvenus au ministère de l'Intérieur.
  34. Ici aussi, il manque 27 bureaux de vote à l'étranger.
  35. a et b (total Forza Italia+AN+DCA+Nouveau PSI)
  36. Dont 4 députés de l'étranger.
  37. a et b Le PD a été fondé en 2007, les scores obtenus lors du scrutin précédent par les partis l'ayant constitué et par Italie des valeurs font donc office de base pour le calcul de l'évolution de leurs suffrages.
  38. Dont six députés Radicaux italiens et six députés de l'étranger.
  39. Dont un député de l'étranger
  40. Sans compter les Radicaux italiens inclus dans la Rose au poing.
  41. a et b Par rapport à l'addition des scores obtenus lors de la précédente élection par les quatre partis composant ce cartel électoral.
  42. a et b Par rapport au score obtenu par la Rose au poing lors de la précédente élection.
  43. Moins 15 députés de ce parti proprement dit mais moins 21 avec les Radicaux italiens qui ont rejoint le Parti démocrate.
  44. Dans ce cas, il s'agit bien de l'UDC seule et non de l'Union de Centre qui se présentait en métropole.
  45. Dans ce cas, il s'agit bien de l'UDC seule et non de l'Union de Centre qui se présentait en métropole.

Analyse des résultats[modifier | modifier le code]

Urne destinée à recevoir des bulletins de vote en vue de l'élection de députés

Pour Silvio Berlusconi, leader du Peuple de la liberté, les élections de 2008 ont été un triomphe personnel après sa très courte défaite lors du scrutin précédent. La fusion entre son parti Forza Italia et l'Alliance nationale a parfaitement fonctionné. Mais le bloc de droite n'a progressé que de deux points par rapport aux élections générales de 2006, et dépend désormais de la Ligue du Nord pour former une majorité dans les deux chambres du parlement.

Pour le Parti démocrate, la défaite est pour le moins cuisante. L'objectif d'indépendance voulu par Walter Veltroni a été partiellement atteint - il a éliminé la concurrence de l'extrême gauche - mais sa progression en voix par rapport au score obtenu par L'Olivier en 2006 est faible (deux points environ). Le centre-gauche dans son ensemble, malgré l'apport des voix de l'électorat d'extrême-gauche, influencé par le principe du vote utile, est en outre largement devancé par la coalition de Berlusconi. Le PD n'a donc pas réussi à séduire l'électorat centriste alors même qu'occuper le centre fait partie de ses objectifs.

La Ligue du Nord (avec ses alliés du Mouvement pour l'autonomie et de l'Alliance pour le Sud) a obtenu les gains les plus importants dans le cadre de cette élection, doublant son score de 2006. Le Peuple de liberté se retrouve de fait tributaire de la Ligue du Nord pour former sa majorité. Cela lui permettra de peser au sein de la nouvelle coalition gouvernementale en faveur de ses projets de renforcement de l'autonomie des régions, de limitation de l'immigration et de modification de la loi électorale en vue d'affaiblir les petits partis.

La nouvelle Union de Centre n'a pas réussi à s'ériger en troisième force centriste comme le souhaitait son chef Pier Ferdinando Casini, atteignant des scores un peu inférieurs à ceux que l'Union des démocrates chrétiens et du centre avait obtenu en 2006, dans le cadre d'une alliance avec les partis de droite.

La grande perdante de ces élections est sans nul doute l'extrême gauche, qui est passée de plus de 10 % des suffrages exprimés en 2006 à peine 5 % deux ans plus tard. Le plus grand groupement d'extrême gauche, La Gauche - l'Arc-en-ciel, avec seulement 3 % des voix, n'a pu faire son entrée au Parlement. Son chef Fausto Bertinotti a démissionné immédiatement après la publication des premières estimations[1]. Pour la première fois depuis 1946, aucun élu se revendiquant du communisme ne siègera au Parlement.

L'extrême droite, qui a une nouvelle fois tenté de s'unifier au sein de l'alliance regroupant La Droite et Flamme tricolore, a obtenu un certain succès avec un peu plus de 2 % des voix, mais n'obtient néanmoins aucun siège. Elle est en outre concurrencée par la Ligue du Nord et par le parti d'Alessandra Mussolini, qui doit rejoindre le PDL.

Malgré le maintien de la loi électorale de 2005, en grande partie responsable de la chute du gouvernement Prodi, l'Italie a franchi une nouvelle étape en réduisant de manière considérable le nombre de partis représentés au Parlement. Mais la percée de la Ligue du Nord, le maintien du centre-droit démocrate chrétien héritier de l'UDC, la progression de l'Italie des valeurs, qui exclut de se dissoudre dans le Parti démocrate et l'éventualité d'un retour de l'extrême-gauche au Parlement dans un futur proche ne permet pour l'instant pas d'affirmer que le système politique italien converge vers le bipartisme à l'anglo-saxonne. Après publication des résultats, Pier Ferdinando Casini, chef de l'Union de centre, pense au contraire qu'à défaut d'adopter le modèle américain, le système politique italien pourrait à terme s'inspirer de celui de l'Allemagne, où deux grands blocs doivent composer avec plusieurs petits partis, indispensables à la formation de coalitions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Observatoire des élections en Europe, Italie : Législatives et sénatoriales du 13 et 14 Avril 2008 (Résultat), "La Gauche arc-en-ciel s'est effondrée car son électorat a été très déçu par son attitude trop critique envers le gouvernement de Romano Prodi" a analysé Marco Tarchi, professeur de science politique à Florence. Fausto Bertinotti a annoncé dès l'annonce des résultats : "Je pense que c'est un acte d'honnêteté et de solidarité envers ceux qui ont voté pour nous de reconnaître notre grande défaite, dans des proportions imprévisibles et c'est pour cela qu'elle est encore plus douloureuse" a-t-il déclaré