Élection présidentielle italienne de 1992

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1985 Drapeau de l'Italie 1999 Suivant
Élection présidentielle
italienne de 1992
Du 13 au 25 mai 1992
Oscar Luigi Scalfaro 2.jpg
Oscar Luigi ScalfaroDC
Voix 672
au 16e tour de scrutin
Président
Sortant
Élu

En Italie, une élection présidentielle s'est tenue entre le 13 et le 25 mai 1992 ; les deux Chambres du Parlement (le Sénat de la République et la Chambre des députés) et les représentants des régions furent convoqués au palais Montecitorio, dans le dessein d'élire le 9e président de la République italienne, successeur du chef de l'État sortant, Francesco Cossiga, qui avait démissionné le 28 avril précédant, après avoir plaidé pour l'investiture d'un « président fort ». La Constitution étant respectée, c'est le président du Sénat de la République, Giovanni Spadolini, qui assume, ad interim, la charge présidentielle.

Le 25 mai, au seizième tour de scrutin, le président de la Chambre des députés, Oscar Luigi Scalfaro, un ancien ministre respecté de tous, magistrat de carrière, fut élu président de la République ; il recueille 672 suffrages des 1 002 votants, et est, en conséquence, proclamé élu par le vice-président de la Chambre, Stefano Rodotà, qui remplaçait Scalfaro, désigné candidat. Le 28 mai suivant, trois jours après son élection au palais du Quirinal, celui-ci prêta serment devant les deux Chambres du Parlement, la Chambre des députés et le Sénat de la République, et les représentants des régions d'Italie pour un mandat de sept ans.

Le président de la République italienne, chef de l'État, assume un rôle essentiellement honorifique, bien qu'il soit considéré, par la Constitution italienne, comme étant le garant des institutions et de l'unité nationale.

L'élection[modifier | modifier le code]

La procédure[modifier | modifier le code]

La salle de réunion du collège électoral.

Le président de la République (Presidente della Repubblica) est élu au suffrage universel indirect par la séance commune du Parlement, à laquelle sont conviés les parlementaires (députés et sénateurs) et cinquante-huit délégués régionaux, trois par Régions, sauf pour le Val d'Aoste, qui n'est représenté que par un élu.

Le plénum, siégeant au palais Montecitorio, à Rome, est présidé par le président de la Chambre des députés. Pour ce scrutin, la présidence sera, en conséquence, assumée par Oscar Luigi Scalfaro ; celui-ci, cependant, laissera, lors du seizième et ultime tour, la conduite du scrutin au vice-président de la Chambre, Stefano Rodotà, Scalfaro ayant été désigné candidat à la présidence de la République.

L'élection est acquise à la majorité des deux tiers de l'assemblée aux trois premiers tours, à la majorité absolue par la suite. Il faudra donc réunir 674 voix, ou 506 suffrages au-delà de trois tours.

Les candidats[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission du président Francesco Cossiga, le scrutin présidentiel fut convoqué de manière anticipée. Le nom d'une femme était alors régulièrement cité pour la succession du chef de l'État démissionnaire au palais du Quirinal : celui de Nilde Iotti. Cette parlementaire, membre de l'ex Parti communiste italien (PCI), députée depuis l'Assemblée constituante n'ayant guère quitté le Parlement de sa carrière politique, fut élue présidente de la Chambre en 1979, et fut reconduite dans ses fonctions en 1983 et 1987. Très respectée, sa candidature est soutenue par le Parti démocrate de la gauche (PDS).

D'autre part, l'ancien président du Conseil des ministres, Arnaldo Forlani, faisait également partie des favoris pour prétendre à la magistrature suprême. La Démocratie chrétienne (DC) avait par ailleurs déclaré soutenir sa candidature, après l'échec vécu par le vice-président du Sénat de la République, Giorgio De Giuseppe. Certains prétendent que ces deux candidatures, finalement avortées, avaient pour seul dessein de favoriser l'entrée du président du Conseil sortant, Giulio Andreotti, dans la course au Quirinal.

Quant au Parti socialiste (PSI), dirigé par l'ancien président du Conseil Bettino Craxi, celui-ci dit proposer la candidature d'un ancien ministre de la Justice, Giuliano Vassalli.

Cependant, l'assassinat du juge Giovanni Falcone, de son épouse et de trois de leurs gardes du corps, survenu le 23 mai, changea le cours des choses de l'élection : les suffrages se portèrent sur le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro, un ancien ministre de la DC, respecté de tous. C'est au seizième tour de scrutin que Scalfaro fut finalement élu président de la République, ayant recueilli 672 suffrages, soit 67,06 % du corps électoral.

Le scrutin[modifier | modifier le code]

13 mai 1992[modifier | modifier le code]

1er tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 869
  • Votants : 869
  • Abstents : 0
  • Majorité des deux tiers de l'Assemblée : 676
Candidat Suffrages
Giuseppe De Giorgio 296
Nilde Iotti 183
Giuliano Vassalli 152
Paul Volponi 51
Norberto Bobbio 26
Antonio Cariglia 20
Tina Anselmi 19
Salvatore Valitutti 19
Silvius Magnago 8
Mino Martinazzoli 6
Oscar Luigi Scalfaro 6
Giovanni Spadolini 6
Emilio Colombo 5
Leopoldo Elia 4
Manlio Cecovini 2
Joseph Guarino 2
Mario Melis 2
Votes blancs 45
Votes dispersés 11
Votes nuls 6

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité des deux tiers des suffrages nécessaire à l'élection, un second tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

2e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 991
  • Votants : 991
  • Absents: 0
  • Majorité des deux tiers de l'Assemblée : 676
Candidat Suffrages
Giorgio De Giuseppe 284
Nilde Iotti 182
Giuliano Vassalli 143
Gianfranco Miglio 78
Paolo Volponi 51
Alfredo Pazzaglia 48
Norberto Bobbio 25
Antonio Cariglia 23
Salvatore Valitutti 21
Tina Anselmi 18
Mino Martinazzoli 13
Emilio Colombo 9
Silvius Magnago 8
Oscar Luigi Scalfaro 8
Giovanni Spadolini 8
Leopoldo Elia 4
Giulio Andreotti 4
Manlio Cecovini 3
Francesco Cossiga 2
Mario Melis 2
Votes blancs 46
Votes dispersés 6
Schede nulle 6

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité des deux tiers des suffrages nécessaire à l'élection, un troisième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

14 mai 1992[modifier | modifier le code]

3e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 981
  • Votants : 98
  • Absents : 0
  • Majorité des deux tiers de l'Assemblée : 676
Candidat Suffrages
Giorgio De Giuseppe 257
Nilde Iotti 245
Giuliano Vassalli 139
Gianfranco Miglio 77
Alfredo Pazzaglia 47
Mino Martinazzoli 29
Norberto Bobbio 25
Salvatore Valitutti 22
Antonio Cariglia 21
Giovanni Spadolini 20
Emilio Colombo 17
Silvius Magnago 8
Oscar Luigi Scalfaro 8
Giuseppe Guarino 8
Tina Anselmi 3
Ciriaco De Mita 3
Leopoldo Elia 3
Giulio Andreotti 2
Manlio Cecovini 2
Votes blancs 32
Votes dispersés 8
Votes nuls 9

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité des deux tiers des suffrages nécessaire à l'élection, un quatrième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

15 mai 1992[modifier | modifier le code]

4e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 833
  • Votants : 511
  • Absents : 322
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Nilde Iotti 256
Gianfranco Miglio 77
Alfredo Pazzaglia 49
Giovanni Spadolini 28
Norberto Bobbio 23
Salvatore Valitutti 21
Oscar Luigi Scalfaro 7
Giorgio Lombardi 3
Giulio Andreotti 2
Francesco Cossiga 2
Votes blancs 31
Votes dispersés 10
Votes nuls 2

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un cinquième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

16 mai 1992[modifier | modifier le code]

5e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 993,
  • Votants : 993
  • Absents : 0
  • Majorité relative de l'Assemblée: 508
Candidat Suffrages
Arnaldo Forlani 469
Nilde Iotti 249
Gianfranco Miglio 75
Alfredo Pazzaglia 51
Giovanni Spadolini 35
Norberto Bobbio 24
Oscar Luigi Scalfaro 6
Mino Martinazzoli 6
Giulio Andreotti 3
Votes blancs 71
Votes dispersés 5
Votes nuls 2

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un sixième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

6e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 994
  • Votants : 994
  • Absents : 0
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Arnaldo Forlani 479
Nilde Iotti 235
Gianfranco Miglio 76
Alfredo Pazzaglia 54
Giovanni Spadolini 34
Norberto Bobbio 25
Oscar Luigi Scalfaro 10
Mino Martinazzoli 3
Votes blancs 76
Votes dispersés 6
Votes nuls 1

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un septième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

17 mai 1992[modifier | modifier le code]

7e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 986
  • Votants : 664
  • Absents : 322
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Nilde Iotti 233
Gianfranco Miglio 79
Norberto Bobbio 31
Guido Carli 19
Oscar Luigi Scalfaro 13
Roland Riz 12
Giovanni Spadolini 11
Arnaldo Forlani 6
Tina Anselmi 3
Alfredo Pazzaglia 3
Giuliano Vassalli 3
Mino Martinazzoli 2
Votes blancs 216
Votes dispersés 23
Votes nuls 10

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un huitième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

8e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 923
  • Votants : 625
  • Absents : 298
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Nilde Iotti 214
Gianfranco Miglio 82
Oscar Luigi Scalfaro 25
Guido Carli 20
Tina Anselmi 18
Roland Riz 13
Giovanni Spadolini 11
Vincenzo Muccioli 7
Norberto Bobbio 6
Marte Ferrari 4
Gino Giugni 4
Giuliano Amato 3
Alfredo Biondi 3
Luciano Lama 3
Giorgio Ruffolo 3
Giuseppe Avolio 2
Francesco Cossiga 2
Bettino Craxi 2
Francesco De Martino 2
Mino Martinazzoli 2
Votes blancs 175
Votes dispersés 16
Votes nuls 7

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un neuvième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

9e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 942
  • Votants : 642
  • Absents : 300
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Gianfranco Miglio 78
Ettore Gallo 52
Vincenzo Muccioli 46
Oscar Luigi Scalfaro 24
Augusto Barbera 19
Tina Anselmi 18
Guido Carli 13
Roland Riz 12
Francesco De Martino 10
Marte Ferrari 7
Norberto Bobbio 6
Giovanni Spadolini 6
Luciano Lama 4
Alfredo Biondi 3
Giovanni Conso 3
Nilde Iotti 3
Gennaro Acquaviva 2
Giuliano Amato 2
Pietro Ingrao 2
Giuliano Vassalli 2
Votes blancs 300
Votes dispersés 20
Votes nuls 3

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un dixième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

19 mai 1992[modifier | modifier le code]

10e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 940
  • Votants : 635
  • Absents : 305
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Gianfranco Miglio 77
Ettore Gallo 56
Giovanni Conso 32
Oscar Luigi Scalfaro 27
Augusto Barbera 24
Tina Anselmi 19
Giovanni Spadolini 16
Aldo Aniasi 14
Cesare Dujany 12
Norberto Bobbio 9
Rocco Amato 8
Marte Ferrari 7
Alberto Ciampaglia 6
Giuliano Vassalli 6
Luciano Violante 5
Giuliano Amato 4
Francesco De Martino 4
Alfredo Biondi 3
Francesco Cossiga 3
Pietro Ingrao 3
Luciano Lama 3
Giulio Caradonna 2
Bettino Craxi 2
Gino Giugni 2
Libero Gualtieri 2
Nilde Iotti 2
Mino Martinazzoli 2
Pietro Pizzo 2
Votes blancs 257
Votes dispersés 22
Votes nuls 4

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un onzième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

11e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 967
  • Votants : 663
  • Absents : 304
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Francesco De Martino 235
Giuliano Vassalli 188
Gianfranco Miglio 77
Paolo Borsellino 47
Giovanni Conso 23
Tina Anselmi 15
Giovanni Spadolini 13
Cesare Dujany 12
Oscar Luigi Scalfaro 10
Alfredo Biondi 2
Libero Gualtieri 2
Emilio Isgrò 2
Votes blancs 25
Votes dispersés 11
Votes nuls 1

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un douzième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

20 mai 1992[modifier | modifier le code]

12e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 918
  • Votants : 614
  • Absents : 303
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Giuliano Vassalli 189
Gianfranco Miglio 80
Ettore Gallo 68
Giovanni Spadolini 23
Giovanni Conso 22
Tina Anselmi 18
Oscar Luigi Scalfaro 9
Norberto Bobbio 9
Giuseppe Avolio 5
Francesco Cossiga 2
Marcello Gallo 2
Bruno Visentini 2
Votes blancs 159
Votes dispersés 23
Votes nuls 4

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un treizième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

21 mai 1992[modifier | modifier le code]

13e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 908
  • Votants : 606
  • Absents : 302
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Ettore Gallo 192
Giuliano Vassalli 171
Gianfranco Miglio 79
Giovanni Conso 22
Giovanni Spadolini 20
Tina Anselmi 17
Roland Riz 14
Oscar Luigi Scalfaro 7
Emilio Frattarelli 6
Mino Martinazzoli 6
Francesco Cossiga 4
Arrigo Boldrini 3
Libero Gualtieri 3
Carlo Smuraglia 3
Norberto Bobbio 2
Luciano Lama 2
Leo Valiani 2
Bruno Visentini 2
Votes blancs 35
Votes dispersés 16
Votes nuls 0

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un quatozième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

22 mai 1992[modifier | modifier le code]

14e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 982
  • Votants : 936
  • Absents : 46
  • Majorité relative de l'Assemblée : 508
Candidat Suffrages
Giuliano Vassalli 351
Giovanni Conso 253
Gianfranco Miglio 79
Ettore Gallo 52
Giovanni Spadolini 20
Leo Valiani 44
Oscar Luigi Scalfaro 21
Amintore Fanfani 12
Arnaldo Forlani 8
Giulio Andreotti 8
Bettino Craxi 8
Giorgio Ruffolo 7
Tina Anselmi 4
Alfredo Biondi 4
Leopoldo Elia 4
Gino Giugni 3
Mino Martinazzoli 3
Claudio Signorile 3
Giovanni Spadolini 3
Marte Ferrari 2
Giovanni Galloni 2
Nilde Iotti 2
Mariotto Segni 2
Votes blancs 33
Votes dispersés 16
Votes nuls 12

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un quinzième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

23 mai 1992[modifier | modifier le code]

15e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 942
  • Votants : 941
  • Absents : 1
  • Majorité relative de l'Assemblée: 508
Candidat Suffrages
Giovanni Conso 235
Gianfranco Miglio 74
Ettore Gallo 51
Francesco Cossiga 23
Giovanni Spadolini 22
Aldo Aniasi 20
Oscar Luigi Scalfaro 17
Roland Riz 13
Giulio Andreotti 11
Arnaldo Forlani 10
Alfredo Biondi 4
Giovanni Galloni 4
Achille Occhetto 3
Leo Valiani 3
Aureliana Alberici 2
Guido Carli 2
Bettino Craxi 2
Marte Ferrari 2
Mino Martinazzoli 2
Vittorio Mussolini 2
Livio Paladin 2
Paolo Pillitteri 2
Eugenio Scalfari 2
Giuliano Vassalli 2
Votes blancs 397
Votes dispersés 30
Votes nuls 4

Aucun candidat n'ayant recueilli la majorité relative des suffrages nécessaire à l'élection, un seizième tour est convoqué par le président de la Chambre, Oscar Luigi Scalfaro.

25 mai 1992[modifier | modifier le code]

16e tour de scrutin[modifier | modifier le code]

  • Présents : 1.002
  • Votants : 1.002
  • Absents : 0
  • Majorité relative de l'Assemblée: 508
Candidat Suffrages
Oscar Luigi Scalfaro 672
Gianfranco Miglio 75
Francesco Cossiga 63
Paolo Volponi 50
Leo Valiani 36
Arnaldo Forlani 7
Giovanni Spadolini 7
Giulio Andreotti 6
Giuliano Vassalli 6
Giovanni Conso 4
Umberto Bossi 3
Eugenio Scalfari 3
Guido Quaranta 2
Votes blancs 38
Votes dispersés 15
Votes nuls 11

Oscar Luigi Scalfaro ayant été désigné candidat, c'est au vice-président de la Chambre, Stefano Rodotà, qu'il revient d'annoncer les résultats du seizième et ultime tour de scrutin, et de, par la suite, proclamer Oscar Luigi Scalfaro élu président de la République italienne.

L'analyse du scrutin[modifier | modifier le code]

Le 9e président de la République italienne est finalement élu au seizième tour de scrutin, en la personne d'Oscar Luigi Scalfaro. Cet ancien magistrat, ministre dans de nombreux gouvernements, membre de la Démocratie chrétienne, avait été élu, le 24 avril précédant, à la présidence de la Chambre des députés, l'une des charges les plus éminentes de la République.

Cette longue élection, qui ne vit élire un président qu'à l'issue de seize tours de scrutin, est considérée comme un échec pour quelques figures politiques : ainsi, le président du Conseil sortant, Giulio Andreotti, dont le gouvernement avait démissionné le 24 avril, ne parvint guère à se faire élire au Quirinal, tout comme l'ancienne présidente de la Chambre, Nilde Iotti, pourtant présentée comme une favorite d'envergure. De même, l'ancien chef du gouvernement, Arnaldo Forlani, pourtant officiellement désigné candidat par la DC lors des 5e et 6e tours, ne fut pas élu chef de l'État, sa candidature ayant été avortée par des « franc-tireurs »[N 1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Dans la politique italienne, les « franc-tireurs » constituent un groupe de grands électeurs qui, se revendiquant pourtant d'une formation politique, refusent de suivre les consignes de vote, préférant offrir leurs suffrages à une autre personnalité.