La Droite (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Droite.
La Droite
La Destra
Image illustrative de l'article La Droite (Italie)
Logo officiel
Présentation
Secrétaire Francesco Storace
Fondation 3 juillet 2007
Siège Via Giovanni Paisiello 40, Rome
Vice-Secrétaire Gabriele Limido
Coordinateur Roberto Buonasorte
Positionnement Droite
Idéologie Nationalisme,
Conservatisme,
Conservatisme social
Couleurs Bleu
Site web www.ladestra.com/
Représentation
Députés
0 / 630
Sénateurs
0 / 315
Députés européens
0 / 73

La Droite (en italien, La Destra) est un parti politique italien de droite fondé par Francesco Storace en 2007 et qui a adhéré à Forza Italia en 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement, il s'agissait d'un courant de droite d'Alliance nationale dont le nom exact était D-Destra (litt. « de droite »), qui a fait scission du parti de Gianfranco Fini. Son assemblée constitutive s'est tenue les 10 et 11 novembre 2007.

Le 4 mars 2008, le ministère italien de l'Intérieur a refusé le symbole électoral que la Droite s'était choisi, en tant qu'il ressemblait beaucoup trop à celui d'Alliance nationale dont elle est issue. Le mouvement a eu 24 heures pour le changer.

Il présente, avec le Mouvement social - Flamme tricolore, Daniela Santanchè comme candidate Premier ministre aux élections législatives de 2008. L'alliance obtient 2,43 % des voix.

Pour les élections européennes de juin 2009, il se présente en cartel électoral, baptisé « L'Autonomie », avec le Mouvement pour les autonomies, le Parti des retraités et l'Alliance de centre. Le cartel rassemble 2,22 % des suffrages.

Le 5 février 2011, le président du Conseil italien Silvio Berlusconi propose une alliance gouvernementale à la Droite pour compenser la défection de son ex-allié Gianfranco Fini. Le parti accepte de soutenir le gouvernement en échange d'un poste de secrétaire d'État[1] qui sera donné à Nello Musumeci.

Lors des élections générales italiennes de 2013, la Droite est le premier parti à annoncer sa coalition avec Le Peuple de la liberté mais elle n'obtient aucun parlementaire, n'obtenant que 219 769 voix (0,64 %) à la Chambre et 221 114 voix (0,72 %) au Sénat.

Le 29 mars 2014, le Comité central du parti décide l'adhésion de La Droite à Forza Italia, tout en continuant à présenter des listes apparentées sous le symbole de Droites unies.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Berlusconi exclut de démissionner », Le Monde, 5 février 2010.