Wolfman (film, 2010)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Wolfman
Titre québécois Le Loup-garou
Titre original The Wolfman
Réalisation Joe Johnston
Scénario Andrew Kevin Walker
David Self
Basé sur Le Loup-garou de Curt Siodmak
Musique Danny Elfman
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Relativity Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Fantastique
Durée 103 minutes
119 minutes (version longue)
Sortie 2010


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Wolfman ou Le Loup-garou[1] au Québec (The Wolfman) est un film d'horreur américain réalisé par Joe Johnston, sorti en 2010. Il s'agit d'une reprise du film de 1941 du même nom, avec Benicio del Toro, Anthony Hopkins, Emily Blunt et Hugo Weaving comme acteurs principaux.

Le film a connu de nombreuses difficultés de production, Mark Romanek était à l'origine engagé pour réalisé le film mais il quitta le projet quelques semaines avant le début du tournage pour différends créatifs. Joe Johnston le remplaça quatre semaines avant le tournage principal avec l'ambition de tout filmer en 80 jours comme le souhaitait Universal à l'origine. Cependant, des prises additionnelles ont considérablement rallongé la production, augmenté le budget du film et constamment repoussé sa date de sortie.

Plusieurs montages ont été proposés en post-production. Le compositeur Danny Elfman a été brièvement remplacé par Paul Haslinger mais le studio décida finalement de revenir à la partition d'Elfman un mois avant la sortie du film après avoir estimé que la musique électronique d'Haslinger était inadaptée.

Le film est sorti le aux États-Unis et a été un échec critique et commercial, puisque pour un budget de 150 millions de dollars, il n'a rapporté que 62 millions sur le territoire américain et 80 millions à l'étranger, soit un total de 142 millions de dollars. Malgré l'échec du film, les techniciens Rick Baker et Dave Esley ont reçu un Oscar du meilleur maquillage.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Même celui dont le cœur est pur
Qui chaque soir dit sa prière
peut se changer en Bête
lorsque fleurit la mort-aux-loups
et resplendit la lune d'Automne.

1891. Lawrence Talbot, un acteur de théâtre reconnu pour ses rôles à la limite de la schizophrénie, a passé plusieurs décennies à oublier la mort brutale de sa mère et à s'éloigner de l'emprise de son père. Mais il est forcé de revenir à Blackmoor, le domaine familial, à la suite de la disparition étrange de son frère Benjamin. Il y apprend qu'une créature assoiffée de sang décime les villageois et qu'un inspecteur de Scotland Yard, Aberline, mène l'enquête. Dans un campement tzigane, Lawrence est attaqué par le meurtrier qui s'avère être un lycanthrope. Blessé à l'épaule, il est touché par la "malédiction" et se transforme à son tour en une bête infernale à chaque nuit de pleine lune. En tentant de découvrir le loup-garou qui lui a transmis ses pouvoirs, Lawrence va devoir lutter contre un inspecteur opiniâtre et faire face à un terrible secret familial...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur AlloDoublage[4] Version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[5]

Production[modifier | modifier le code]

Le film souffrit de la difficulté des producteurs à trouver un réalisateur. Mark Romanek quitta le tournage en raison de « différends artistiques » et fut remplacé par Joe Johnston.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

Le film est tourné pour les scènes extérieures du château au Chatsworth House.

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Il a reçu un accueil critique négatif, avec une moyenne de 34 % de critiques positives et une note moyenne de 4,8/10 sur la base de 208 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[6]. Sur Metacritic, il obtient un score de 43/100 sur la base de 36 critiques collectées[7].

Ronald Meyer, le président d'Universal à l'époque de la sortie du film, le qualifia de « merdique » et le considère comme « un des pires films que nous ayons jamais fait »[8].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est un des plus gros échecs au box-office, rapportant environ 139 789 000 $ au box-office mondial, dont 61 979 000 $ aux États-Unis et au Canada, pour un budget de 150 000 000 $[9]. En France, il a réalisé 334 885 entrées[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2011, il a remporté l'Oscar du meilleur maquillage ainsi que le Saturn Award du meilleur maquillage et a été nommé dans 3 autres catégories aux Saturn Awards : meilleur film d'horreur, meilleurs décors et meilleurs costumes[11].

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • C'est la reprise du film The Wolfman de George Waggner avec Lon Chaney Jr. dans le rôle-titre.
  • Le film sorti en Blu-ray et DVD comporte la Version Longue (18 minutes de plus).
  • Le maquilleur Rick Baker a gagné un Oscar pour le look des créatures, en gardant l'aspect classique des films d'horreur des années 1940. Trois à quatre heures de maquillage quotidiens furent nécessaires pour transformer Benicio del Toro en loup-garou.
  • Les sons du monstre ont été enregistrés à partir des grognements d'un baryton-basse.
  • Une allusion à la Bête du Gévaudan est faite au début du film, lorsque le mystérieux voyageur donne la canne à Talbot dans le train. Une autre allusion est faite par Lawrence Talbot à l'inspecteur Aberline, à propos d'un horrible assassin dont le nom fit trembler toute l'Angleterre et terrorisa la ville de Londres : Jack l'Éventreur.
  • En , Les Guignols de l'info ont fait une parodie de ce film sous forme de bande-annonce racontant les origines de Wolfman. On y voit une louve se faisant poursuivre par des chasseurs. Elle se réfugie dans une maison. Mais, dans cette maison, se trouve Dominique Strauss-Kahn qui s'excuse de sa tenue légère, car il « sort de la douche ». Il voit la louve et la viole.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du film Le loup-garou », sur Cinoche.com (consulté le ).
  2. Wolfman sur The Numbers
  3. (en) Wolfman sur l’Internet Movie Database
  4. Fiche de doublage VF du film sur AlloDoublage, consulté le 16 février 2013
  5. Fiche de doublage VQ du film sur Doublage Québec, consulté le 3 janvier 2015
  6. Wolfman sur Rotten Tomatoes.
  7. Wolfman sur Metacritic.
  8. Glieberman, Owen. "The Wolfman" « https://web.archive.org/web/20141222120047/http://www.ew.com/ew/article/0,,20343651,00.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , Entertainment Weekly, 16 February 2010.
  9. Wolfman sur Box Office Mojo.
  10. Wolfman sur JP‘s Box-Office.
  11. Awards for Wolfman sur IMDb

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]