Visa pour l'image

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Visa pour l’image
Visa pour l’image
Visa pour l’image
Type Photojournalisme
Pays Drapeau de la France France
Localisation Perpignan
Date de la première édition 1989
Fréquentation 300 000 visiteurs
Prix d'entrée Gratuit pour l'ensemble des expositions et les 6 soirées de projections
Site web www.visapourlimage.com

Visa pour l'image est un festival international de photojournalisme créé en 1989. Il se déroule à Perpignan.

Dirigé par Jean-François Leroy, Visa pour l'image se déroule chaque année dans toute la ville de Perpignan, de fin août à mi-septembre pour une durée de quinze jours, plus une 3e semaine réservée aux scolaires. En 2021 le festival se déroulera du 28 août au 26 septembre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Visa pour l’Image est créé par Roger Thérond, le directeur de la rédaction de Paris-Match. Il en avait confié l'organisation à Michel Decron, directeur du journal Photo du groupe Filipacchi.

La ville de Perpignan et son maire Paul Alduy cherchait une manifestation culturelle pour sa cité en dehors du culte de Salvador Dali et décide d’accueillir la manifestation.

L'association de Paris Match, Photo et d'autres partenaires (comme le groupe Hachette Filipacchi) ont progressivement décidé le ministère de la Culture et de la Communication, des partenaires locaux, mais aussi le partenaire historique Canon à soutenir cet événement. Des laboratoires photographiques sont également partenaires de l'événement : Central Color, Dupon et e-Center.

En Avril 2019, Renaud Donedieu de Vabres succède à Jean-Paul Griolet en tant que président de l'association Visa pour l'image qui chapeaute le festival[2].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Durant la 1re semaine professionnelle :

  • chaque soir, du lundi au samedi, les soirées de projections décryptent l’actualité de l’année. Elles développent différents sujets et points de vue liés aux faits de société, aux conflits (ceux dont on parle et ceux que l’on tait), aux différents constats de l’état du Monde. Visa pour l’Image propose aussi des « rétros », retour sur des faits ou des personnalités majeurs de l’Histoire, ainsi que des vidéolivres, dans lesquels des auteurs présentent leur ouvrage. Les différents prix Visa pour l’Image sont également remis lors de ces soirées. Elles sont présentées dans le cadre médiéval du cloître du Campo Santo et sur la Place de la République.
  • Colloques, rencontres, table rondes, projections de documentaires, dédicaces.
  • Des visites d’expositions commentées par les photographes.
  • Les professionnels se rencontrent au Palais des Congrès, où sont installées des agences et de grandes marques de la technologie photographique. L’ANI (Association Nationale des Iconographes) reçoit, oriente et conseille des photographes.
  • Transmission pour l’Image : trois jours d’échanges et de rencontres.

Lieux[modifier | modifier le code]

exposition photographique au couvent des Minimes
Le couvent des Minimes, principal lieu d'exposition du festival Visa pour l'image

Le festival se déroule dans treize lieux de Perpignan. Les plus emblématiques sont le couvent des Minimes, qui accueille une quinzaine d’expositions et le Campo Santo où sont organisées les projections durant la semaine professionnelle.

Les autres lieux sont Le palais des congrès, l’Atelier d’urbanisme, le palais des Corts, l’hôtel Pams, la caserne Gallieni, l’église des Dominicains, le cinéma Le Castillet, le théâtre de l'Archipel, l’ancienne Université, l’institut Jean Vigo et la Poudrière.

Prix et bourses[modifier | modifier le code]

Chaque année, Visa pour l'Image récompense les meilleurs sujets photojournalistiques du monde entier.

Visa d’or[modifier | modifier le code]

Créés par Yann Arthus-Bertrand, Les Visa d’or récompensent les meilleurs reportages réalisés durant l’année écoulée.

Visa d’or Magazine[modifier | modifier le code]

Le Visa d’or Magazine récompense le meilleur reportage publié dans un magazine. Il est doté de 8000 euros par la région Occitanie.

Lauréats du Visa d’or Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, catégorie Magazine
Année Photographe Agence / Média Sujet
2020 Bryan Denton The New York Times Sécheresse et déluge en Inde[3].
2019 Frédéric Noy La lente agonie du lac Victoria
2018 James Oatway Les Fourmis rouges
2017 Daniel Berehulak The New York Times Philippines - Ils nous abattent comme des animaux
2016 Peter Bauza Echo Photojournalism Copacabana Palace, Brésil
2015 Daniel Berehulak The New York Times / Getty Images Reportage L'épidémie de Ebola
2014 Guillaume Herbaut Institute Ukraine, de Maïdan au Donbass
2013 Noriko Hayashi Panos Pictures - Réa Le mariage au Kirghizistan, une institution pas très sainte
2012 Stephanie Sinclair Agence VII pour National Geographic Magazine Ces petites filles que l’on marie
2011 Olivier Jobard Sipa Press pour Paris Match Zarzis-Lampedusa, l’odyssée de l’espoir
2010 Stephanie Sinclair Agence VII pour National Geographic et The New York Times Magazine Polygamie aux États-Unis
2009 Zalmaï Afghanistan. Promesses et mensonges. Le coût humain de la guerre contre la terreur
2008 Brent Stirton Reportage de Getty Images pour Newsweek et National Geographic Magazine Parc National des Virunga, est de la République Démocratique du Congo, juillet 2007
2007 Lizzie Sadin Mineurs en peines
2006 Todd Heisler Rocky Mountain News / Polaris / Deadline Final Salute
2005 James Hill New York Times Beslan
2004 Stéphanie Sinclair Corbis Auto-immolation des femmes en Afghanistan
2003 Philip Blenkinsop Agence Vu Laos, la guerre secrète continue
2002 Felicia Webb IPG Anorexiques en Grande-Bretagne
2001 Ad van Denderen Agence Vu Espace Schengen, demandeurs d’asile et immigrants en Europe
2000 Raphaël Gaillarde Gamma Ces grands brûlés que l’on sauve !
1999 Chien-Chi Chang Magnum Photos Chinatown New York
1998 Zed Nelson Gun Nation
1997 Jillian Edelstein Victimes et bourreaux de l’apartheid
1996 Jean-Paul Goude 2e Bureau Jeux Olympiques
1995 Francesco Zizola Contrasto
1994 Tom Stoddart IPG
1993 Dario Mitidieri Select Enfants de Bombay
1992 David Turnley Black Star Soviet Saga
1991 Philippe Bourseiller Le volcan Pinatubo
1990 Sebastiao Salgado Magnum Photos Les enfants du Cambodge
1990 Diane Summers et Eric Valli Chasseurs de miel

Visa d’or Paris Match News[modifier | modifier le code]

Il est doté de 8 000 euros par Paris Match.

Lauréats du Visa d’or Paris Match News
Année Journaliste Agence / Média Sujet
2020 Fabio Bucciarelli The New York Times Bergame au temps du Covid-19[4].
2019 Guillermo Arias Agence France-Presse (APF) La Caravane
2018 Véronique de Viguerie The Verbatim Agency pour Time et Paris Match Yémen, la guerre qu'on nous cache.
2017 Laurent Van der Stockt Pour Le Monde / Getty Images Reportage La bataille de Mossoul
2016 Aris Messinis AFP Scènes de guerre en zone de paix
2015 Bülent Kiliç AFP Réfugiés syriens à la frontière turque
2014 Tyler Hicks The New York Times Massacre au centre commercial Westgate de Nairobi (Kenya)
2013 Laurent Van der Stockt Reportage by Getty Images pour Le Monde Syrie
2012 Eric Bouvet Pour Le Figaro Magazine Bab al-Azizia, la fin
2011 Yuri Kozyrev Noor pour Time Le printemps arabe, les chemins de la révolution
2010 Damon Winter The New York Times Haïti
2009 Wojciech Grzedzinski NapoImages pour Dziennik Géorgie
2008 Philip Blenkinsop Noor Tremblement de terre en Chine
2007 Kadir van Lohuizen Noor pour Le Monde Tchad
2006 Shaul Schwartz Getty Images Gaza
2005 Philip Blenkinsop Vu Tsunami
2004 Olivier Jobard Sipa Press Soudan, la guerre oubliée
2003 Georges Gobet AFP Côte d’Ivoire
2002 Tyler Hicks Getty / Sipa Press Afghanistan
2001 Chris Anderson Aurora / Cosmos Réfugiés afghans au Pakistan
2000 Eric Bouvet Gamma Tchétchénie
1999 Joachim Ladefoged Network / Rapho Kosovo
1998 Alexandra Boulat Sipa Kosovo
1997 Yunghi Kim Rwanda
1996 Patrick Robert Libéria
1995 Carol Guzy Washington Post / Reuters
1994 Nadia Benchallal Algérie
1993 Luc Delahaye Sipa Yougoslavie
1992 Chris Morris Black Star Yougoslavie
1991 Patrick Robert Sygma Kurdistan

Visa d’or de la Presse quotidienne[modifier | modifier le code]

Le Visa d’or de la Presse Quotidienne récompense les meilleures photographies de l’année parues dans un quotidien de la presse internationale. Il est doté de 8 000 euros par la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole.

Lauréats du Visa d’or de la Presse Quotidienne
Année Magazine (nationalité) Journaliste Sujet
2020 CNN.com Rosem Morton[3]
2019 Libération (France) Francesco Anselmi
2018 Libération (France) Sergey Ponomarev
2017 Helsingin Sanomat (Finlande) Sami Kero
2016 Dnevnik (Slovénie) Jaka Gasar et Bojan Velikonja
2015 The New York Times (USA) Daniel Berehulak
2014 Helsingin Sanomat (Finlande) Meeri Koutaniemi
2013 Helsingin Sanomat (Finlande) Niklas Meltio
2012 The New York Times magazine (USA) Tomas Munita
2011 International Herald Tribune (USA) Shiho Fukada
2010 La Croix (France) Frédéric Sautereau
2009 Los Angeles Times (USA) Barbara Davidson
2008 The Dallas Morning News (USA) Mona Reeder
2007 Reforma (Mexique) Israel Rosas, Luis Castillo, Jorge Luis Plata, Julio Candelaria Émeutes à Oaxaca
2006 El Periodico de Catalunya (Espagne) Sergio Caro
2005 Politiken (Danemark) Jan Grarup Le Darfour
2004 El Comercio (Perou) Daniel Silva Footballeurs des Andes, Pérou
2003 The Dallas Morning News (USA) Cheryl Diaz Meyer Opération Liberté pour l‘Irak
2002 La Dépêche du Midi (France) Thierry Bordas
2001 Berlingske Tidende (Danemark) Erik Refner
2000 The Washington Post (USA) Dudley M. Brooks
1999 Berlingske Tidende (Danemark) Klaus Bjorn Larsen Kosovo
1998 La Vanguardia (Espagne) Kim Manresa Excision en Afrique
1997 Clarin (Argentine) Cabezas
1996 The Herald (Écosse) Dunblane
1995 L‘Humanité (France)
1994 Detroit Free Press (USA)
1993 Diario 16 (Espagne)
1992 Midi Libre (France) Pierre Anisset[5]
1991 Le Courrier de l‘Ouest (France)

Visa d’or humanitaire du Comité International de la Croix-Rouge (CICR)[modifier | modifier le code]

Remise du Visa d'or humanitaire du CICR 2017 à la photographe Angela Ponce-Romero
Remise du Visa d'or humanitaire du CICR 2017 à la photographe Angela Ponce-Romero

Le Visa d’or humanitaire récompense le photojournaliste professionnel ayant couvert une problématique humanitaire en lien avec un conflit armé. Il est doté de 8 000 euros par le CICR.

Visa d’or de l’Information numérique franceinfo[modifier | modifier le code]

Le Visa d’or de l’Information numérique récompense un projet, un contenu ou une création proposant une mise en perspective de l’information. Il est doté de 8 000 euros par France Médias Monde, France Télévisions, Radio France et l’Institut national de l'audiovisuel.

Lauréats du Visa d’or de l’Information numérique franceinfo
Année Journalistes ou auteurs Sujet
2020 La photographe Camille Gharbi et la cellule d’investigation sur les féminicides du Monde : Julie Bienvenu, Yann Bouchez, Magali Cartigny, Nicolas Chapuis, Lorraine de Foucher, Zineb Dryef, Jérémie Lamothe, Luc Leroux, Frédéric Potet, Richard Schittly et Faustine Vincent[6]. Féminicides : mécanique d’un crime annoncé[7].
2019 Michel Despratx, Mathias Destal, Tom Flanery, Aliaume Leroy, Geoffrey Livolsi et Lorenzo Tugnoli Made in France
2018 Olivier Papegnies / Collectif Huma et Valentine Van Vyve (photographe indépendante) Koglweogo - Miroir d’une faillite d’État
2017 Vlad Sokhin Warm waters, Kamchatka
2016 Jenny Svenberg Bunnel et Magnus Wennman Les Dessins de Fatima

Visa d’or d’honneur du Figaro Magazine[modifier | modifier le code]

Le Visa d’or d’honneur récompense le travail d’un photographe confirmé et toujours en exercice pour l’ensemble de sa carrière professionnelle. Il doté de 8 000 euros par Le Figaro Magazine.

Lauréats :

Autres prix et bourses[modifier | modifier le code]

Prix de la Ville de Perpignan Rémi Ochlik[modifier | modifier le code]

Le prix Rémi Ochlik, en l'honneur du journaliste décédé en 2012 à Homs en Syrie récompense le ou la jeune photographe de l’année qui a produit le meilleur reportage publié ou non. Son travail est exposé au festival. Il est doté de 8 000 euros par la Ville de Perpignan.

Lauréats :

Bourse Canon de la Femme photojournaliste[modifier | modifier le code]

La bourse Canon de la Femme Photojournaliste récompense une photographe, en reconnaissance de sa contribution au photojournalisme.

Prix ANI-PixTrakk[modifier | modifier le code]

Le prix de l’Association nationale des iconographes récompense trois « coups de cœurs ». Il est doté de 5000 euros. Les lauréats seront exposés au festival ainsi qu’aux Gobelins, l’école de l’image à Paris.

Lauréats :

  • 2020 : Odhràn Dunne[3]
  • 2019 : Nicolas Krief
  • 2018 : Virginie Nguyen Hoang
  • 2017 : Jérémie Jung
  • 2016 : Ingetje Tadros
  • 2015 : Andres Kudacki
  • 2014 : Frederik Buyckx
  • 2013 : Paolo Marchetti
  • 2012 : Misha Friedman
  • 2011 : Lurdes Basoli
  • 2010 : Katie Orlinsky

Prix Camille-Lepage[modifier | modifier le code]

Le prix Camille-Lepage est destiné à encourager le travail d’un photojournaliste engagé au long cours. Créé à l’initiative de l’association Camille Lepage en honneur de la journaliste décédée en 2014 en République centrafricaine, il est doté de 8 000 euros par la Société des auteurs des arts visuels et de l’image fixe (Saif).

Lauréats du prix Camille-Lepage
Année Photographe Agence / média Sujet
2020 Olivier Jobard Myop Pour son projet de reportage sur une route de migration moins connue, de l’Éthiopie à l’Arabie saoudite, à travers le portrait de la famille de Moustafa, rencontré à Aden[3].
2019 Thomas Morel-Fort Pour son reportage sur les employées domestiques philippines[9].
2018 Kasia Strek Pour son travail qui montre l’avortement dans un pays où la procédure est illégale[9].
2017 Pierre Faure Travail en noir et blanc sur la montée de la pauvreté dans la France rurale et périurbaine[9].
2016 Pauline Beugnies Génération Tahir[9].
2015 Romain Laurendeau Hans Lucas Projet de reportage sur la jeunesse algérienne[10]

Prix Pierre et Alexandra Boulat[modifier | modifier le code]

Le prix Pierre et Alexandra Boulat permet la réalisation d'un projet de reportage inédit ne trouvant pas de commande auprès des médias. Il est doté de 8 000 euros par la Société civile des auteurs multimédia (Scam).

Lauréats :

Prix Photo – Fondation Yves Rocher[modifier | modifier le code]

Le prix photo soutient la réalisation d’un travail journalistique sur les problématiques liées à l’environnement, aux relations entre les humains et la terre, aux grands enjeux du développement durable. Il est doté de 8 000 euros par la Fondation Yves Rocher.

Lauréats :

  • 2020 : Mathias Depardon[11].
  • 2019 : Nadia Shira Cohen
  • 2018 : Marco Zorzanello
  • 2017 : Fausto Podavini
  • 2016 : Phil Moore
  • 2015 : Lianne Milton

Prix Carmignac du photojournalisme[modifier | modifier le code]

Le prix Carmignac soutient la production d’un reportage photographique et journalistique d’investigation sur les violations des droits humains dans le monde et les enjeux environnementaux et géostratégiques qui y sont liés. Le lauréat reçoit une bourse de terrain pour réaliser un reportage de fond qui fera l’objet d’une exposition itinérante et d’un livre monographique.

Lauréats :

Bourse de la nouvelle photographie urbaine soutenue par Google[modifier | modifier le code]

À travers cette bourse, le jury souhaite récompenser un talent émergent de la photographie française ayant une approche et un traitement innovants de thématiques urbaines.

  • 2020 : Aïda Dahmani[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]