Rafael Yaghobzadeh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rafael Yaghobzadeh
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (32 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Rafael Yaghobzadeh est un reporter-photographe français, né le à Paris.

Il est lauréat du prix Rémi Ochlik de la ville de Perpignan à Visa pour l’image en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rafael Yaghobzadeh est le fils du reporter-photographe Alfred Yaghobzadeh. Sa mère est égyptienne et libanaise[1]. Son père lui offre son premier appareil à onze ans et sa première photo a été publiée à treize ans. Son père l’emmène très tôt sur les manifestations[1]. 

Il commence la photographie en 2002, tout en poursuivant sa scolarité et étudie l’Histoire à Paris-1 Sorbonne. Parallèlement, il couvre l’actualité pour l’agence Sipa Press.

En 2011, il photographie les révolutions arabes avant de couvrir les soulèvements populaires et autres conflits en Europe et au Moyen-Orient. Il travaille ensuite sur la situation des réfugiés dans la Jungle de Calais, à Paris et sur la route des Balkans.

Depuis 2014, il documente sur la situation en Ukraine et sur la révolution à Kiev, au référendum en Crimée et à la guerre dans le Donbass[2]. Aujourd’hui, sa photographie se porte vers des projets documentaires au long cours en Europe de l’est et dans le Moyen-Orient.

Ses reportages ont été publiés dans Le Monde[3], Libération[4], Mediapart, La Repubblica, Internazionale, Der Spiegel, M le Magazine du Monde, Le Temps, Le Figaro, L’Humanité, La Croix, Le Pèlerin, L’Obs, Paris Match, VSD, Vice[2], 6 Mois, Fisheye, Polka Magazine...

En 2017, il est récompensé par le Prix Remi Ochlik de la ville de Perpignan au festival de photojournalisme Visa pour l’image[5]

Le , Rafael Yaghobzadeh est grièvement blessé avec le reporter Allan Kaval, au cours d’un bombardement azéri près de près de Martouni dans le Haut-Karabakh, alors qu’ils couvrent la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour le quotidien français Le Monde [6].

À partir du mois de février 2022, il couvre l’invasion de l’Ukraine par la Russie pour les quotidiens Libération[7] et Le Monde.

Publications[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Expositions et projections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jean-Christophe Lalay., « Prix Bayeux. Le reportage de guerre en famille », sur Ouest-France,
  2. a b c et d Marie Fantozzi, « L'Ukraine, dans les yeux d'un jeune photojournaliste français », sur www.vice.com, (consulté le )
  3. « Confinement : dans une école parisienne, des « kits scolaires » pour lutter contre le décrochage », sur Le Monde,
  4. Rafael Yaghobzadeh, Hans Lucas, pour Libération, « À Beyrouth, une colère croissante », sur Libération,
  5. a et b Anaïs Viand, « Rafael Yaghobzadeh : “Ukraine : D’une guerre à l’autre” », sur Fisheye Magazine,
  6. AFP, « Deux journalistes du « Monde » blessés au Haut-Karabakh », sur Le Monde,
  7. « Rafael Yaghobzadeh en Ukraine pour Libé : « J’ai aussi vu beaucoup de photos... que je n’ai pas pu faire » », sur Libération, (consulté le )
  8. Pierre Longeray, « Le conflit au Donbass vu sous le prisme du négatif », sur www.vice.com,
  9. « Rafael Yaghobzadeh, Bourse du Talent 2017 », sur maisonphoto.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Porfolios