Roger Thérond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Roger Thérond
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Roger Thérond, né à Sète le et décédé à Paris, est un journaliste français, promoteur convaincu de la force des images photographiques, et dirigeant de Paris Match.

Il était aussi de l'équipe qui lança le magazine spécialisé Photo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Thérond commence sa carrière en étant critique de cinéma à L'Écran français en 1945, puis reporter à Samedi-Soir en 1948.

Il entre à Paris Match comme rédacteur en chef en 1950, à la suite de la reprise de l’hebdomadaire par Jean Prouvost. Il en est le directeur de la rédaction de 1962 à 1968.

Il rejoint alors le magazine Photo qui vient d'être créé par Daniel Filipacchi sur une idée de Walter Carone.

Il retourne à Paris Match en 1976 lors de sa reprise avec Filipacchi[1].

En 1980, il crée, avec Jean-Luc Monterosso, à l'occasion de la 1re édition du Mois de la Photo de Paris, le Grand Prix Paris Match du photojournalisme, décerné, tous les deux ans, par l'hebdomadaire Paris Match, à un photojournaliste œuvrant dans le domaine du reportage d'actualité. Il fut également l’un des plus anciens collectionneurs de photographies du XIXe siècle.

En 1989, il participe à la création du 1er festival de photojournalisme, Visa pour l'image, à Perpignan.

Il quitte Paris Match en 1999. Il était officier de l'Ordre des Arts et des Lettres[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En tant que sétois d'origine, il fut aussi un grand ami de Georges Brassens et il participa en particulier à l'ouvrage de Pierre Berruer Georges Brassens, la marguerite et le chrysanthème paru en 2001.

Il s'était marié au mannequin Victoire Doutreleau, muse de Christian Dior et d'Yves Saint Laurent[3]

Il est le père d'Émilie Thérond, journaliste et réalisatrice (Mon maître d'école, sorti en 2016).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles Tacchella et Roger Thérond, Les années éblouissantes : le cinéma qu'on aime : 1945-1952, Filipacchi, Paris, 1988, 206 p. (ISBN 2-85018-593-0)
  • Roger Thérond (dir.), 50 ans Paris Match : 1949-1998, Filipacchi, Paris, 1998, 887 p. (2 vol.) (ISBN 2-85018-601-5)
  • Pierre Fournié, Laurent Gervereau, Hubert Védrine (préf.), René Rémond (introd.), Roger Thérond (av.-propos), Regards sur le monde : trésors photographiques du Quai d'Orsay, 1860-1914 : exposition présentée au musée d'histoire contemporaine, BDIC, du 15 septembre au 10 novembre 2000, Somogy édition d'art, AFAA, 2000, 187 p. (ISBN 2-85056-419-2)
  • Le nu (photogr. choisies et présentées par Roger Thérond), Éd. du Chêne, Paris, 2000, 183 p. (ISBN 2-8427-7281-4)
  • Surréalisme (photogr. choisies et présentées par Roger Thérond), Éd. du Chêne, Paris, 2001, 191 p. (ISBN 2-8427-7357-8)
  • Images de cataclysmes, Filipacchi, coll. « Les Trésors des archives de Paris Match », Levallois-Perret, 2002, 192 p. (ISBN 2-85018-692-9)
  • Images de guerres, Filipacchi, coll. « Les Trésors des archives de Paris Match », Levallois-Perret, 2002, 192 p. (ISBN 2-85018-787-9)
  • Une Passion française, Photographies de la collection Roger Thérond. Éditions Filipacchi, 1999. 367 pages, édition bilingue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Daniel Filipacchi in : Jean Durieux (journaliste), « Daniel Filipacchi raconte la création de Photo », Photo, no 500,‎ , p. 40 et 41 (ISSN 0399-8568)
  2. Roger Thérond est mort sur le site tempsreel.nouvelobs.com, publié le 25 juin 2001.
  3. Katell Pouliquen, « Christian Dior et Victoire - Souvenirs couture », L'Express Styles, no 3152,‎ , p. 10 à 13 (ISSN 0014-5270, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]