Vaylats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Lot
Cet article est une ébauche concernant une commune du Lot.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Vaylats
Le couvent.
Le couvent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Marches du Sud-Quercy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lalbenque
Maire
Mandat
Bertrand Gouraud
2014-2020
Code postal 46230
Code commune 46329
Démographie
Population
municipale
296 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 17″ nord, 1° 38′ 37″ est
Altitude Min. 210 m – Max. 326 m
Superficie 26,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaylats

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaylats
Liens
Site web Site web du village de Vaylats

Vaylats est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vaylats est un petit village situé dans le sud-est du département du Lot. Il se trouve sur la route qui mène de Montauban à Figeac en passant par Caussade.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Vaylats, en occitan vailats ou Valhats, est une variante de valat issu du latin vallum qui désigne un ouvrage défensif avec un pluriel collectif[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'activité humaine sur le site remonte à deux ou trois siècles av. J.-C. comme l'attestent des restes gallo-romains. On a retrouvé les traces d'un oppidum, qui a pendant un temps été un candidat au titre d'Uxellodunum, le dernier bastion gaulois à résister contre César. La guerre de Cent Ans au XIVe siècle et les guerres de religion au XVIe siècle ont ruiné ces régions agricoles.

Aucun seigneur ne porte le nom de Vaylats ; toutefois dans l'histoire de Lacoste, on trouve au XIIIe siècle le nom de Guilhem de Vaylats. La paroisse de Vaylats est une annexe du prieuré de Bach à la Révolution française. La famille de Godaille possède une partie des terres ; la seigneurie était, semble-t-il, la dot de sa femme. À la veille de la Révolution, son descendant, le marquis de Cieurac, habite Montauban dont il devient le maire, mais il est arrêté en 1790 et mis en prison par le parti révolutionnaire. Il est envoyé à Paris avec un convoi de prisonniers ; jugé coupable, il est envoyé à l'échafaud. Ses biens confisqués seront vendus comme biens nationaux.

Jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il y avait quatre foires à Vaylats : en février, en mars (fiero de lo cebo), la veille de la fête du village qui a lieu le premier dimanche d'août (foire des vignerons), et une quatrième (date non déterminée).

Le bureau de poste n'existe plus depuis quelques années, le village dépendant désormais de la poste de Lalbenque. L'église est dirigée par un prêtre, qui est aussi l'aumônier des religieuses qui se trouvent au couvent. L‘école a été fermée il y a une dizaine d'années.

La population a beaucoup changé au cours des siècles. On peut noter les chiffres , 900 habitants à la fin du XIXe siècle contre un peu moins de 250 au recensement de 2005.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2008 Maurice Bru SE Agriculteur
2008 2014 Brigitte Rouelle SE Agent du service public
2014 en cours Bertrand Gouraud SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 296 habitants, en augmentation de 12,55 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
662 673 699 726 722 799 787 805 891
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
974 989 954 906 942 908 862 820 808
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
716 613 576 519 521 431 392 339 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
298 267 213 226 196 251 246 270 296
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Communes limitrophes ou proches[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cremps, Laburgade
Cahors
Concots, Saint-Cirq-Lapopie
Escamps
Limogne-en-Quercy
Figeac
Rose des vents
Lalbenque N Bach, Varaire
Villefranche-de-Rouergue
O    Vaylats    E
S
Belfort-du-Quercy Belmont-Sainte-Foi
Caussade
Saint-Projet, Loze
Saillac, Caylus

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le couvent actuel de Vaylats a été construit au début du XIXe siècle sur des terres vendues par un descendant de la famille de Godaille à un prêtre, Jean Lausiu - né en 1785 dans une famille de Vaylats. Il fonde une communauté qui devint une école en 1820.
  • L'église actuelle a été construite à l'emplacement d'une église qui datait sans doute du XVIe siècle, elle était devenue trop petite pour la population du village.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Manifestations et association[modifier | modifier le code]

  • comité des fêtes (fêtes votive le premier week-end d'août), (feu de Saint-Jean au lac de Quezac)
  • club des ainées (le trait d'union Bach-Vaylats-Escamps)
  • société de chasse
  • Association des Jeunes de Vaylats (AJV)
  • la passerelle de Vaylats

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

On vient de Bach, la prochaine commune est Escamps.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 125.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :