Valence (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Valence.

Valence
Valence (Charente)
Vue du bourg depuis le Sonsonnette.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Boixe-et-Manslois
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Charente
Maire
Mandat
Christine Soury
2014-2020
Code postal 16460
Code commune 16392
Démographie
Population
municipale
208 hab. (2016 en diminution de 9,17 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 26″ nord, 0° 18′ 29″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 143 m
Superficie 10,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Valence

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Valence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valence

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valence

Valence est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Valence est une commune du Nord Charente située à 10 km à l'est de Mansle et 29 km au nord-est d'Angoulême, dans la vallée du Son-Sonnette.

Le bourg de Valence est aussi à 5 km au nord de Saint-Angeau, 12 km à l'ouest de Saint-Claud, 13 km au nord-ouest de Chasseneuil, 14 km au sud-ouest de Champagne-Mouton, 18 km au sud-est de Ruffec et 31 km au sud-ouest de Confolens[1].

La commune de Valence est traversée d'ouest en est par la D 739 entre Mansle et Saint-Claud et qui passe à 300 m au sud du bourg. Celui-ci est desservi par la D 15, transversale à la D 739, entre Beaulieu-sur-Sonnette et Saint-Angeau, en direction d'Angoulême, et la D 26 qui se dirige vers le nord-ouest en direction de Ruffec[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte quelques hameaux : le Pont et Bel-Air au sud du bourg où est située la mairie, Goize à l'est, une petite partie de Romefort à l'ouest qui est plus sur la commune de Saint-Front, Bois Bernardant et Lairière au sud, avec la Poterie en limite avec Saint-Amant[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Valence
Ventouse
Saint-Front Valence Cellefrouin
Val-de-Bonnieure Saint-Mary La Tâche

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol est calcaire et date du Jurassique moyen (Callovien). Les plateaux, au sud et à l'extrême nord du bourg et partiellement boisés, sont recouverts d'altérite et d'argile rouge à silex, dépôts du tertiaire[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 100 m, traversée d'est en ouest par une vallée. Le point culminant de la commune est à une altitude de 143 m, situé sur la limite sud. Le point le plus bas est à 72 m, situé sur la rive droite du Sonsonnette en limite ouest. Le bourg, construit sur le flanc de la vallée en rive droite, s'étage entre 80 et 100 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Sonsonnette au pied du bourg

La commune est traversée d'est en ouest par le Sonsonnette (ou Son-Sonnette), affluent de la Charente, juste en aval du confluent du Son et de la Sonnette.

Le ruisseau intermittent des Bourgons descend de Chavagnac (commune de Cellefrouin) et se jette sur sa rive gauche[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Valencia en 1299, de Valenciis[6].

L'origine du nom de Valence remonterait à un nom de personne gallo-romain Valentius au féminin, avec villa ou fundus sous-entendu, ce qui correspondrait à « domaine de Valentius »[7],[Note 1].

La commune a été orthographiée Valance lors de sa création en 1793, puis s'est appelée Valence après 1801[8]. Elle est orthographiée Vallence sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle)[2].

Limite dialectale[modifier | modifier le code]

Valence est proche de la limite du domaine marchois (langue d'oc), à l'est (Cellefrouin), mais se trouve dans le parler poitevin (langue d'oil), appelé localement patois charentais. Saint-Front, à l'ouest, formait une enclave de parler marchois au XIXe siècle[9].

Article connexe : Langues de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Antiquité a laissé quelques traces. La limite sud de la commune est tracée le long de l'ancienne voie romaine de Chassenon à la Terne[2]. Son carrefour avec la voie d'Angoulême à Bourges par Argenton était juste à l'est de la commune, à La Tâche. Près de la Poterie situé sur la première voie, la tradition place une « villa antique », la Ville d'Étampes ou des Temples, entre La Tâche et Mansle[10].

Sous l'Ancien Régime, le fief de Bourgon était possédé par la famille Martin de Bourgon et a appartenu à Jean-Guillaume de Lacroix de Bourgon, général en 1778-1815[11]. Cette famille est issue des Martin de La Pile de l'échevinage d'Angoulême au XVIe siècle et a aussi résidé à Saint-Cybardeaux.

Au tout début du XXe siècle, l'élevage des cochons représentait une des principales ressources des habitants de la commune. L'industrie était représentée par deux minoteries sur le Son, appartenant à messieurs Videau et Sabouraud.

Pendant la première moitié du XXe siècle, Valence était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant d'Angoulême à Confolens par Saint-Angeau appelée le Petit Mairat[11].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2015
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Patricia Nexon    
2008 2014 Danielle Gibouleau SE Comptable
2014 En cours Christine Soury SE Employée

La commune de Valence était dans le canton de Cellefrouin à sa création en 1793 avant d'être dans le canton de Mansle en 1801[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2016, la commune comptait 208 habitants[Note 2], en diminution de 9,17 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
421433389450456502507507527
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
487497473484476457437416411
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
411408366373331325338316302
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2016
242256265212240233233227208
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

D’après le recensement Insee de 2007, Valence compte 233 habitants (soit une diminution de 3 % par rapport à 1999).

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,2 %, 15 à 29 ans = 11,7 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 24,2 %, plus de 60 ans = 28,3 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 15 %, 15 à 29 ans = 8,8 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 36,2 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Valence en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ans ou +
3,5 
7,5 
75 à 89 ans
11,5 
20,0 
60 à 74 ans
21,2 
24,2 
45 à 59 ans
19,5 
21,7 
30 à 44 ans
20,4 
11,7 
15 à 29 ans
8,8 
14,2 
0 à 14 ans
15,0 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

C'est durant la première moitié du XXe siècle que Valence a perdu la moitié de sa population.

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école publique est un RPI entre Saint-Front et Valence. Saint-Front et Valence accueillent chacune une école élémentaire. Celle de Valence est l'école Bel-Air et comporte une classe jusqu'en 2016. La classe est alors transférée sur la commune de Saint-Front toujours dans le cadre du RPI Saint-Front, Valence et Ventouse.

Le secteur du collège est Mansle, Alfred-Renoleau[17].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre comporte une dalle funéraire en pierre, du XIIe siècle ornée d'arcatures et présentant au-dessus des colonnettes des traces de chapiteaux. Cette dalle est un objet classé monument historique depuis le 17 juin 1933[18].

Entre autres bâtiments de patrimoine rural, est à noter la minoterie Cuissard au lieu-dit le Moulin de Bourgon.

Élevé sur un tertre sur la rive gauche du Son-Sonnette, le château de Bourgon, flanqué de deux tours rondes, date du XVe siècle. Il est inscrit monument historique depuis 2011[19].

Article détaillé : château de Bourgon (Charente).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les noms des communes de Valence (Drôme) et Valence-en-Brie (Seine-et-Marne) ont aussi cette étymologie. Valensole signifierait le petit Valence, Valence-sur-Baïse, Valence (Tarn-et-Garonne) et Valence-d'Albigeois (Tarn) seraient des transferts du nom de Valence en Aragon (réf: Longnon in Dauzat).
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c d e et f Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre, (consulté le 13 novembre 2011)
  6. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 6,34,113
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 697.
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Charles de Tourtoulon et Olivier Bringuier, Limite géographique de la langue d'oc et de la langue d'oil, Paris, Imprimerie nationale (réimprimé en 2007 par Massert-Meuzac, IEO), , 63 p. [[ Carte de la limite oc-oil en France, partie ouest, visualisation en ligne]]
  10. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 149
  11. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 394
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. « Évolution et structure de la population à Valence en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  17. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 9 avril 2011)
  18. « Dalle funéraire », notice no PM16000293, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. Journal officiel de la République française, « Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2011 », (consulté le 6 avril 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]