Saint-Angeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Angeau
L'église Saint-Michel.
L'église Saint-Michel.
Blason de Saint-Angeau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Boixe-et-Manslois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Manslois
Maire
Mandat
Jacques Bourabier
2014-2020
Code postal 16230
Code commune 16300
Démographie
Gentilé Angelusiens
Population
municipale
782 hab. (2014 en augmentation de 13,66 % par rapport à 2009)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 57″ nord, 0° 17′ 15″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 108 m
Superficie 10,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Angeau

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Angeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Angeau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Angeau

Saint-Angeau est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Angelusiens et les Angelusiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Située à 9 km à l'est de Mansle et 25 km au nord d'Angoulême, la commune de Saint-Angeau est une des plus importantes du canton de Mansle.

C'est une commune essentiellement agricole. Elle possède un gros bourg dont les maisons s'étagent sur les flancs de la colline qui domine la rive gauche de la Bonnieure, et qui fait face au petit bourg de Saint-Amant-de-Bonnieure situé sur l'autre rive.

Saint-Angeau est aussi à 13 km au nord-ouest de Chasseneuil-sur-Bonnieure, 14 km de La Rochefoucauld, Saint-Claud et Saint-Amant-de-Boixe, 21 km au sud-est de Ruffec[2].

La D.6 de Mansle à La Rochefoucauld, parcourt le nord-est de la commune et dessert le bourg; elle sert de limite communale à l'est. La commune et le bourg sont aussi traversés par la D.15, route secondaire de Cognac à Confolens, qui permet de joindre la N.10 vers Angoulême au sud-ouest par Tourriers[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune possède quelques hameaux importants, dont : Terrebourg et Biâgne, sur la route de Saint-Amant-de-Boixe, Chez Baige, sur la route de Saint-Ciers à Coulgens, les Fougères, sur la route du bourg à Coulgens ; la Berthière, dans le sud, Chez Pouillat, près de la Tardoire, Devezeau, Villars, dont une partie appartient à la commune de Saint-Ciers, etc.[3]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Angeau
Saint-Ciers Saint-Amant-de-Bonnieure
Nanclars Saint-Angeau Sainte-Colombe
Aussac-Vadalle Coulgens La Rochette

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est constitué d'un plateau calcaire datant du Jurassique supérieur (Oxfordien à l'est de la Tardoire, Kimméridgien à l'ouest), qui appartient au karst de La Rochefoucauld. Une zone d'argile rouge datant du tertiaire couvre le plateau en limite de commune avec Sainte-Colombe (route de La Rochefoucauld). Quelques petites zones de grèzes occupent certains endroits (flanc sud de la vallée de la Tardoire, en limite avec Coulgens). Les vallées elles-mêmes (Tardoire et Bonnieure) sont occupées par des alluvions du quaternaire[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau d'une altitude moyenne de 90 m traversé par la vallée de la Tardoire et bordé par celle de la Bonnieure au nord. Le point culminant de la commune est à une altitude de 108 m, situé au sud-ouest après Terrebourg. Le point le plus bas est à 65 m, situé sur la limite nord-ouest dans la vallée de la Tardoire. Le bourg, surplombant la Bonnieure, est à 90 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Angeau est limitée au nord par la Bonnieure, et parcourue du sud au nord par la Tardoire; mais le lit de ce dernier cours d'eau est à sec pendant une grande partie de l'année et parsemé de gouffres, dû à la nature karstique du sol[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est attesté par la forme ancienne Sanctus Angelus vers 1300[7].

Angeau vient du gréco-latin angelus qui signifie « ange »[8]. Le chef des anges est saint Michel, à qui l'église est consacrée[9],[Note 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une petite grotte, située au-dessous du bourg de Saint-Angeau, près de la Bonnieure, semble avoir été habitée par l'homme préhistorique[10].

Pendant le Moyen Âge, Saint-Angeau, comme Coulgens, Sainte-Colombe et La Rochette, était sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passait en Charente par Nanteuil-en-Vallée, Tusson, Saint-Amant-de-Boixe, Angoulême, Mouthiers, Puypéroux, Aubeterre[11].

Pendant la première moitié du XXe siècle, Saint-Angeau était le point de départ de la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant à Segonzac, et qui passait par Mansle et Rouillac. Elle était également située sur la ligne de la même compagnie allant d'Angoulême à Confolens par Champagne-Mouton, lignes appelées le Petit Mairat[10].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Saint-Angeau
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2008 Laurent Maupetit    
2008 en cours Jacques Bourabier SE Retraité de l'imprimerie

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2014, la commune comptait 782 habitants[Note 2], en augmentation de 13,66 % par rapport à 2009 (Charente : +0,65 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
613 736 686 691 770 786 839 858 846
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
840 860 830 823 805 792 778 764 746
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
727 710 671 649 573 656 586 597 561
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2014
613 566 576 579 647 664 669 763 782
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Angeau en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
2,0 
90  ans ou +
4,4 
12,8 
75 à 89 ans
13,7 
19,4 
60 à 74 ans
17,8 
21,1 
45 à 59 ans
17,0 
19,1 
30 à 44 ans
18,1 
13,8 
15 à 29 ans
14,5 
11,8 
0 à 14 ans
14,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Saint-Amant-de-Bonnieure et Saint-Angeau. Saint-Amant accueille l'école maternelle et Saint-Angeau l'école élémentaire, avec trois classes. Le secteur du collège est Mansle[18].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D’argent aux trois fasces de gueules, à la bande d’azur, chargée de trois fleurs de lys d’or posées dans le sens de la bande brochant sur le tout.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Michel, construite vers le milieu du XIIe siècle; sa façade a été remontée au XVIe siècle. Elle est inscrite monument historique depuis 1948[19]. Elle est sur un des chemins de Compostelle[20].

L'église de Saint-Angeau
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gil Roland, acteur né à Saint-Angeau (1902-1967).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir aussi Saint-Angel (Corrèze).
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 4 avril 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre, (consulté le 13 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 117,151,284
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 586.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 316-317
  11. Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  16. « Evolution et structure de la population à Saint-Angeau en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  18. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 16 juillet 2012)
  19. « Église de Saint-Angeau », notice no PA00104487, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Variante par Angoulême de la voie de Tours (panneau d'accueil à l'église)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]