Stéphane Hessel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hessel.

Stéphane Hessel

Description de cette image, également commentée ci-après

Stéphane Hessel, le 16 mars 2012.

Nom de naissance Stéphane Hessel
Naissance
Berlin, Empire allemand
Décès (à 95 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau : France française
Pays de résidence France
Activité principale diplomate, militant politique
Ascendants
Helen Grund (mère)
Franz Hessel (père)

Stéphane Frédéric Hessel (né le à Berlin, mort le à Paris) est un diplomate, ambassadeur, résistant, écrivain et militant politique français.

allemand, Stéphane Hessel arrive en France à l’âge de 8 ans. Naturalisé français en 1937, normalien, il rejoint les Forces françaises libres, en 1941, à Londres. Résistant, il est arrêté et déporté à Buchenwald, qu’il parvient à quitter vivant grâce à une substitution d’identité avec un prisonnier mort du typhus, puis s’évade lors de son transfert du camp de Dora à celui de Bergen-Belsen.

Il entre au Quai d’Orsay en 1945, et fait une partie de sa carrière diplomatique auprès des Nations unies. Homme de gauche et européen convaincu, il est ami de Pierre Mendès France et de Michel Rocard.

Stéphane Hessel est connu du grand public pour ses prises de position concernant les droits de l’homme, la question des « sans-papiers » et le conflit israélo-palestinien, ainsi que pour son manifeste Indignez-vous ! paru en 2010, au succès international.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Stéphane Hessel naît à Berlin durant la Première Guerre mondiale. Son père, l'essayiste et traducteur allemand Franz Hessel, est le troisième fils d'Heinrich Hessel, Polonais protestant d'origine juive, ayant fait fortune dans le commerce des grains. La famille est installée à Berlin depuis 1889 et est parfaitement assimilée[1]. Franz est baptisé dans la religion luthérienne[2]. Sa mère, Helen Grund, est la fille cadette d'un banquier d'origine silésienne[2], dont la famille a eu du mal à accepter l'origine juive de Franz[3]. Helen est l'héroïne anticonformiste de Jules et Jim, le roman autobiographique d'Henri-Pierre Roché racontant l'histoire du trio amoureux formé par Henri-Pierre (« Jim »), Helen (« Kathe ») et Franz (« Jules »). Cette histoire a été popularisée par le film de François Truffaut, où le rôle féminin (« Catherine ») est interprété par l'actrice Jeanne Moreau[4]. Dans l’œuvre, en grande partie inédite, de Roché, Stéphane Hessel est figuré par le personnage de Kadi[5]. Stéphane Hessel voit son père comme un homme merveilleusement bon, sage, érudit mais avec qui il gardera peu de contacts[6]. Il se sent plus proche de sa mère dont il admire l'irrespect et l'ingéniosité[7]. Il la voit comme un être brillant, exigeant et volontaire[1].

Stéphane Hessel passe son enfance dans la maison familiale à Berlin à 100 m du Tiergarten[8] après un séjour à Hohenschäftlarn/ Schäftlarn, près de Munich[1]. Cependant, avec l'inflation, le pouvoir d'achat de la famille diminue, les parents sont contraints de louer des pièces de la maison familiale. Franz Hessel travaille pour l'éditeur Ernst Rowohlt et Helen contribue aux finances de la famille[1]. En 1925, désireuse de s'installer à Paris pour rejoindre Henri-Pierre Roché, elle obtient un travail de correspondante de mode pour le journal Frankfurter Zeitung grâce à Joseph Roth[9] et la famille s'installe près de Paris à Fontenay-aux-Roses. Après un an passé à l'école communale de Fontenay-aux-Roses[8], Stéphane entre en 6e à l'École alsacienne où il effectuera toute sa scolarité jusqu'au baccalauréat[10].

La famille emménage, durant l'été de 1927[9] à Paris même, rue Ernest-Cresson. Durant les années qui suivent, Stéphane a la chance de rencontrer Marcel Duchamp, Man Ray, Le Corbusier, Philippe Soupault, Jules Pascin, Calder, Picasso, Max Ernst et André Breton[11]. Son père Franz partage son temps entre Paris et Berlin jusqu'en 1930 date à laquelle il s'installe de manière durable dans la capitale allemande. Il est rejoint un an plus tard par son fils aîné Ulrich Hessel tandis que Stéphane reste à Paris avec sa mère[6].

En juin 1933, Stéphane est reçu au bac philo et en automne de la même année s'installe chez son oncle à Londres pour suivre les cours de la London School of Economics[12] puis il revient à Paris étudier à l’École libre des sciences politiques. En 1935, il est inscrit en hypokhâgne à Louis-Le-Grand[13] et, en 1937, il est reçu à l'École normale supérieure en tant qu'étranger[14]. La même année, il obtient la nationalité française, ce qui le met dans une situation peu ordinaire : ne pouvant plus entrer à l'École normale puisque n'étant plus étranger, il doit se résoudre à repasser le concours. Ce qu'il fera avec succès en 1939, après une licence de philosophie[14]. Au terme d'une « éducation sentimentale » auprès de Jeanne Nys, belle-sœur d'Aldous Huxley de dix-sept ans son aînée[15], il épouse, au retour d'un voyage commun en Grèce durant l'été de 1939, Vitia, une jeune juive russe, interprète de conférences et fille de Boris Mirkine-Guetzevitch, célèbre professeur de droit constitutionnel en France. Le mariage contrarie sa mère et les relations avec celle-ci s'en ressentiront durablement[15]. Trois enfants naîtront après guerre de cette union, Anne, Antoine et Michel.

Années de guerre[modifier | modifier le code]

À l'automne de 1939, Stéphane Hessel est mobilisé et part faire ses classes à Saint-Maixent comme trois promotions de normaliens et, en mars 1940, il est affecté dans la Sarre[16]. Envoyé au front, il assiste, sans avoir l'occasion de combattre, à la débâcle et, après une longue errance avec son unité, il dépose les armes à Saint-Dié et se retrouve dans le camp de prisonniers militaires de Bourbonne-les-Bains d'où il s'évade en compagnie du capitaine Segonne qui lui parle de l'appel du général de Gaulle[17]. Il rejoint Vitia à Toulouse[18] puis se rend à Marseille via Montpellier et Aziz[17]. C'est là qu'il rencontre Varian Fry, qui est mandaté par Eleanor Roosevelt pour organiser, via le consulat des États-Unis, l'évasion de deux cents (qui seront finalement plus de deux mille) intellectuels en danger[19].

Plaque commémorative pour les exilés allemands et autrichiens de Sanary.

Franz Hessel, fuyant les persécutions nazies et revenu en France peu avant la Nuit de Cristal, est interné une première fois en septembre 1939 au camp de Colombes en tant qu'Allemand. Libéré grâce à l'intervention de Gabrièle Picabia, il est à nouveau interné en mai 1940 avec son fils Ulrich au camp des Milles d'où il est libéré grâce aux démarches de sa femme. La famille se retrouve pour Noël à Sanary-sur-Mer[20], village de la Côte d’Azur où sont réfugiés des intellectuels et artistes allemands depuis 1933. Mais, usé par les épreuves, Franz s'y éteint le [6] et Stéphane assiste à son enterrement[19], avec sa mère et son frère, en compagnie d'amis intellectuels et artistes exilés, comme les peintres Erich Klossowski et Anton Räderscheidt, ou encore les écrivains Hans Siemsen et Alfred Kantorowicz[20].

Stéphane Hessel rejoint alors Londres en passant par Oran, puis Lisbonne où il retrouve Vitia sur le départ pour les États-Unis[19]. À Londres, il rencontre Christian Fouchet, qu'il a connu à l'École alsacienne et qui le convainc d'entrer dans l'aviation. En juin 1941, il est élève navigateur et en mars 1942, il obtient son brevet[21]. Cependant une rencontre avec Tony Mella le conduit à préférer un poste au Bureau central de renseignements et d'action (BCRA), comme agent de liaison avec l'état-major britannique, dans la section R[22]. En novembre 1942, sa femme Vitia quitte les États-Unis pour le rejoindre.

En mars 1944, il est déposé à Saint-Amand-Montrond dans le cadre de la mission Gréco pour organiser la dispersion des émetteurs de la résistance. Dénoncé sous la torture par un compagnon de lutte, il est arrêté à Paris le 10 juillet et, sous le supplice de la baignoire, il parle à son tour[23]. Le 8 août, il est déporté, en même temps que trente-six autres agents secrets britanniques, français et belges, en train, à Buchenwald, où ils sont détenus au bloc 17. Seize d'entre eux sont pendus le 11 septembre, onze autres sont exécutés le 5 octobre. Grâce à l'idée de l'agent secret du SOE, Forest Yeo-Thomas, deux prisonniers l'opposant allemand Eugen Kogon, et le résistant Alfred Balachowsky, qui avaient été affectés aux expériences médicales (essais cliniques de médicaments contre le typhus avec injections de l'agent pathogène), obtiennent la complicité du kapo Arthur Dietzsch et du médecin du camp pour opérer des substitutions entre des agents secrets condamnés à mort et des prisonniers morts du typhus. Trois prisonniers sont ainsi sauvés : Forest Yeo-Thomas lui-même et il choisit Harry Peulevé et Stéphane Hessel[24]. Stéphane Hessel prend alors l'identité de Michel Boitel, mort du typhus le 20 octobre 1944[25]. Il est transféré à Rottleberode dans le Harz comme comptable dans l'usine de trains d'atterrissage[25]. En janvier 1945, après une tentative d'évasion ratée, il est transféré à Dora où il échappe de peu à la pendaison et où il est affecté au nettoyage du camp[26]. L'avancée des armées américaines provoque, le 4 avril, le transfert du camp vers Bergen-Belsen. Dans le train en marche, il démonte deux lattes du plancher, glisse entre les bogies, rejoint les lignes américaines à Hanovre. C'est de son régiment américain qu'il est renvoyé à Paris, où il arrive le 8 mai 1945[27].

Selon l'historien Sébastien Albertelli, Stéphane Hessel sera par la suite l'une des deux personnes à trier les archives du BCRA avant leur ouverture partielle[28].

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

En octobre 1945, il se présente au concours du quai d’Orsay, concours ouvert aux anciens combattants, résistants ou déportés. Reçu quatrième, il entame une carrière dans la diplomatie, qui durera près de quarante ans.

Pour sa première affectation, il choisit un poste de diplomate en Chine[27] mais un séjour préalable aux États-Unis chez les parents de sa femme le fait changer d'avis. C'est auprès d'Henri Laugier, secrétaire général adjoint dans la toute nouvelle ONU, qu'il demande à travailler. En 1946, il est donc secrétaire dans la troisième commission de l'assemblée générale chargée de préparer la rédaction de la charte des droits de l'homme, affecté à la section chargée de réunir les documents concernant les questions sociales et les droits de l'homme[29],[30]. Il est ainsi un témoin privilégié de la rédaction du premier volet de la charte des droits de l'homme dont il assiste à la signature à Paris en 1948[31],[32] (Stéphane Hessel : « J'ai assisté à sa rédaction (…). Mais de là à prétendre que j'en aurais été le corédacteur ! » « Ce travail auquel j'ai été très modestement associé »[33]). Stéphane Hessel considère le vote de cette déclaration en décembre 1948 à Paris comme « un des instants les plus émouvants de [sa] vie » car représentant un des ultimes consensus de la communauté internationale alors que commence la guerre froide[31].

En 1951, il obtient un poste au ministère des Affaires étrangères, représentant la France aux institutions internationales sur les droits de l'homme et les questions sociales[34], poste qu'il occupe jusqu'en 1954. Il découvre l'Afrique noire pour la première fois en 1953, lorsqu'il est amené à préparer l'installation d'un bureau régional de l'OMS, à Brazzaville[34]. En juin 1954, Pierre Mendès France devient président du Conseil et ministre des Affaires étrangères. Stéphane Hessel, qui fait partie de la même famille politique, quitte le secrétariat des conférences pour le cabinet de Georges Boris[35] et lorsque Pierre Mendès France quitte les Affaires étrangères pour Matignon, l'équipe dont Stéphane Hessel fait partie le rejoint[36].

À la chute de Mendès France, Henri Hoppenot invite Stéphane Hessel à l'accompagner au Vietnam pour préparer son unification. Il se rend alors à Saigon avec femme et enfants et y reste deux ans (de 1955 à 1957)[37]. De retour en France, il est détaché à l'Éducation Nationale comme directeur de la coopération à Paris. Il occupe ce poste pendant 5 ans (de 1958 à 1963)[37]. De 1963 à 1969, il est en poste à Alger comme diplomate à l'ambassade, où il est chargé de la coopération[38]. En 1969, Pompidou lui propose le poste de directeur aux Nations unies et aux organisations internationales, où son rôle est de s'assurer que les représentants soient bien informés des désirs du ministre[39]. À l'automne 1970, Paul G. Hoffman (en) l'invite à New York pour travailler à ses côtés comme administrateur adjoint au programme des Nations unies pour le développement, où il s'occupe de la politique et de l'évaluation. Il y reste jusqu'à l'arrivée de Rudolph A. Peterson en 1972[40]. Il est alors sans poste à Paris et se trouve à la tête de la délégation française à la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique[41]. En 1974, il est recruté par Pierre Abelin pour entamer une réforme sur la coopération. Il organise des missions de dialogue chargées de se rendre dans les 18 pays signataires des accords de Yaoundé, pour porter un regard critique sur la coopération[42]. Sa connaissance supposée de l'Afrique fait qu'il est choisi en mai 1975 comme négociateur dans l'affaire Claustre. Peu au fait des mécanismes associés à ce rôle, il accumule les erreurs et sa mission est un échec cuisant. Il devient persona non grata dans la coopération africaine, notamment à Ndjamena[43]. En 1976, il travaille à l'Office National pour la promotion culturelle des immigrés, office chargé de promouvoir les cultures de l'immigration, en collaboration avec les pays d'origine. Après l'arrivée de Lionel Stoléru, cet office disparait[44].

En 1977, Valéry Giscard d'Estaing le nomme ambassadeur auprès de l'ONU à Genève, ce qui est sa première et seule ambassade. Il s'intéresse principalement au problème du développement et tente d'exercer une influence sur les décisions de la CNUCED[45]. Il élabore un traité, mort né, pour la création d'un fonds commun pour les produits de base, au bénéfice des pays pauvres[46]. Il reste à ce poste jusqu'en 1981.

Années Mitterrand[modifier | modifier le code]

À son arrivée au pouvoir, en 1981, François Mitterrand, que Stéphane Hessel a connu ministre de l'Intérieur dans le cabinet Mendès, l'élève à la dignité d'ambassadeur de France. Il est appelé à Paris par Claude Cheysson pour travailler sur la réforme de la politique française au développement et est nommé délégué interministériel pour la coopération et l'aide au développement[47]. Quand la question du rattachement de Mayotte à la République des Comores est soulevée en 1982, il est envoyé sur place pour une mission d'observation. Son rapport, favorable au désengagement de la France, n'est pas suivi[47]. La démission de Jean-Pierre Cot de son poste de ministre délégué à la coopération signe le départ de Stéphane Hessel[48]. Le président de l'Assemblée nationale, Louis Mermaz, le choisit le 22 août 1982 pour être un des neuf membres de Haute Autorité de la communication audiovisuelle chargée, sous la présidence de Michèle Cotta de préserver la liberté de l'information dans le complexe dossier de l'attribution des fréquences aux toutes nouvelles radios locales privées[48]. Ce mandat expire le 10 août 1985[49].

Sa femme Vitia meurt en 1986[50] et il épouse, en 1987, Christiane Chabry, pour qui il éprouve depuis trente ans une profonde affection tout en revendiquant un amour indéfectible pour sa première femme[51].

En 1988, Lionel Stoléru exhibe le rapport d'un groupe de travail sur l'immigration que Stéphane Hessel avait présidé quelques années auparavant[52] et dont il choisit le titre : « Immigrations : le devoir d'insertion[48] ». En 1990, appelé par le premier ministre Michel Rocard, il siège au Haut Conseil à l'intégration, nouvellement créé, poste qu'il occupe jusqu'en 1993[53]. Dans un rapport commandé par celui-ci, intitulé « Les Relations de la France avec les pays en développement » et remis en 1990, Stéphane Hessel écrit que la politique française devrait être « revue dans le sens d'une plus grande rigueur et du rejet de toute complaisance clientéliste ». Il critique la conception des rapports avec les chefs d'État africains, le gaspillage des crédits et des aides depuis les indépendances. Ce rapport, peu apprécié à l'Élysée, est retiré de la circulation et enterré, comme la plupart des études visant à une transformation de la politique française de coopération en Afrique[54].

En 1993, il est choisi pour représenter la France à la Conférence mondiale des Nations unies sur les droits de l'homme, qui se tient à Vienne[55].

Combats pour les droits de l'homme[modifier | modifier le code]

À la retraite, Stéphane Hessel reste un ardent défenseur des droits de l'homme et milite pour la paix et la dignité[56],[57],[58].

Stéphane Hessel a été membre de la Commission française consultative des droits de l'homme[59], que René Cassin avait fondée, ainsi que du Haut Conseil de la coopération internationale[60].

Engagement[modifier | modifier le code]

Homme de gauche et européen convaincu[modifier | modifier le code]

La famille politique de Stéphane Hessel est mendésienne[61] et il reste fidèle à cet homme politique, ami de longue date[62]. L'avènement de la Ve République, en 1958, et l'évolution de celle-ci, l'engage au sein du Club Jean Moulin qu'il fonde[63] avec Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin, pour défendre « les valeurs démocratiques » du Conseil national de la Résistance (dont il a déclaré n'avoir pas fait partie[33])[64]. Ce groupe de réflexion sur des problèmes de société organise des colloques réunissant des experts. Durant près de six ans, il fait partie de son comité directeur[65]. En 1985, Michel Rocard choisit Stéphane Hessel pour animer et organiser le réseau de soutien de sa candidature à l'élection présidentielle[66]. C'est ainsi que naissent les clubs Convaincre dont Bernard Poignant est le président fondateur, et qui continueront d'exister au-delà du retrait de Michel Rocard à l'élection présidentielle de 1988.

François Hollande et Stéphane Hessel, aux Journées de Nantes, en janvier 2012.

Européen convaincu, Stéphane Hessel pense que la France ne peut avoir de pouvoir sur le plan international qu'à l'intérieur d'une fédération européenne[67]. En 2004, il soutient la pétition Pour un traité de l'Europe sociale, initié par Pierre Larrouturou[68]. Le 15 mars 2009, lors de la convention nationale des comités locaux Europe Écologie, réunie au Parc de la Villette, à Paris, aux côtés de Daniel Cohn-Bendit et José Bové, Stéphane Hessel annonce sa volonté de soutenir les listes Europe Écologie en vue des élections européennes du 7 juin 2009, dans l'espoir de voir émerger une gauche impertinente qui puisse peser[69]. Le 12 décembre 2009, il confirme ce soutien, en annonçant sa présence en position non éligible sur la liste Europe Écologie Île-de-France, conduite à Paris par Robert Lion, lors des élections régionales de 2010[70].

En 2012, il s'associe à nouveau avec l'économiste Pierre Larrouturou ainsi qu'à diverses personnalités comme Susan George, Edgar Morin ou encore Michel Rocard, pour fonder le Collectif Roosevelt[71]. Ce mouvement citoyen vise à influencer les décisions des dirigeants politiques en leur proposant 15 réformes d'ordre financier, économique, social et environnemental.

Il soutient la candidature de François Hollande à l'élection présidentielle de 2012. Au Congrès de Toulouse il est le premier signataire de la motion Oser plus vite plus loin, avec Pierre Larrouturou et Florence Auger. Cette motion obtient 11,78 % des suffrages militants.

Relations Nord-Sud[modifier | modifier le code]

Stéphane Hessel est favorable au développement de l'aide des pays riches vers les pays pauvres et partage cette conception avec Laugier et Manuel Perez-Guerrero[45]. C'est en ce sens qu'il a agi auprès de la CNUCED lors de son poste à Genève[72]. Il souhaite une profonde réforme de la coopération et la création d'une agence d'aide au développement au service du ministère des Affaires étrangères[73].

Il est cofondateur de l'association France-Algérie créée en 1963[74] et créateur du Guide du coopérant français en Algérie[75], mine de conseils utiles pour les jeunes du contingent effectuant leur service national dans le cadre de la coopération et pouvant être déroutés par des mœurs qu'ils ne connaissent alors que peu. Ce guide, mis à jour régulièrement, sera édité et remis à chaque coopérant jusqu'à la fin des années 1970.

Ses liens avec l'Afrique sont profonds. Il est ainsi invité à Ouagadougou par Blaise Compaoré en 1991, pour exposer à la commission chargée d'élaborer la nouvelle constitution les principes qu'elle doit suivre[76] et il participe par deux fois à des missions de réconciliation au Burundi en 1993 et 1995[77].

Immigration[modifier | modifier le code]

Issu lui-même de l'immigration, Stéphane Hessel est attaché au respect des droits de l'immigré. Il voit dans l'immigration une richesse potentielle pour la France. Il souhaite limiter l'immigration clandestine, favoriser et valoriser l'immigration officielle[78]. Il est favorable au droit de vote des étrangers aux élections municipales[79].

En 1962, Stéphane Hessel crée l'Association de formation des travailleurs africains et malgaches (AFTAM), dont il devient le président[80] (en 2008, l'AFTAM compte 22 000 lits d'hébergement).

En 1996, il est choisi comme médiateur dans l'affaire — qui eut un grand retentissement dans l'opinion publique — des « sans-papiers » des églises Saint-Ambroise puis Saint-Bernard[81], aventure dans laquelle il garde le sentiment amer d'avoir été joué, n'ayant pu obtenir qu'à peine 15 % des régularisations demandées[82].

Prises de position sur le conflit israélo-palestinien[modifier | modifier le code]

Stéphane Hessel en mars 2011.

En août 2006, Stéphane Hessel signe un appel contre les frappes israéliennes au Liban, paru dans Libération et L'Humanité[83].

Le 5 janvier 2009, Stéphane Hessel déclare à propos de l'offensive israélienne dans la bande de Gaza :

« En réalité, le mot qui s’applique — qui devrait s’appliquer — est celui de crime de guerre et même de crime contre l'humanité. Mais il faut prononcer ce mot avec précaution, surtout lorsqu’on est à Genève, le lieu où siège un haut commissaire pour les droits de l'homme, qui peut avoir là-dessus une opinion importante. Pour ma part, ayant été à Gaza, ayant vu les camps de réfugiés avec des milliers d’enfants, la façon dont ils sont bombardés m’apparaît comme un véritable crime contre l’humanité[84]. »

Le 4 mars 2009, Stéphane Hessel est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine. Il préside la conférence de presse organisée à l’occasion de son lancement[85]. En novembre, il apporte son soutien à Salah Hamouri, un Franco-Palestinien emprisonné en Israël[86] reconnu coupable, par la justice militaire israélienne, d'appartenance au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et de complot d'assassinat[87].

Le 30 décembre 2009, Stéphane Hessel cite Israël dans une liste d’États « tyranniques », parmi la Chine, la Russie et l'Iran, avec lesquels le commerce ne doit pas primer sur les droits de l'Homme[88]. Le 15 juin 2010, il appelle à participer au mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël[89]. En octobre 2010, Pierre-André Taguieff, paraphrasant Voltaire[90], écrit sur son mur Facebook : « Un soir au fond du Sahel, un serpent piqua le vieil Hessel, que croyez-vous qu'il arriva, ce fut le serpent qui creva », puis supprime le commentaire quelques heures plus tard. Le ton des propos tenus par Taguieff entraîne une polémique publique, au cours de laquelle le politologue développe ses reproches envers Hessel et contre les positions de ce dernier à l'égard d'Israël, qu'il juge « extrémistes »[91],[92],[93],[94],[95].

Dans un entretien publié en janvier 2011 par le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, il déclare :

« Aujourd'hui nous pouvons constater ceci : la souplesse de la politique d'occupation allemande permettait, à la fin de la guerre encore, une politique culturelle d'ouverture. Il était permis à Paris de jouer des pièces de Jean-Paul Sartre ou d'écouter Juliette Gréco. Si je peux oser une comparaison audacieuse sur un sujet qui me touche, j'affirme ceci : l'occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l'occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d'éléments d'exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d'art. Tout cela était terrible. Mais il s'agissait d'une politique d'occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistants le travail si difficile[96],[97]. »

À la suite de la controverse suscitée par ces propos, il clarifie en indiquant qu'il n'effectue « aucun parallèle entre l’horreur du nazisme et l’attitude illégale d’un État » (Israël), ajoutant qu'il souhaiterait pouvoir critiquer les actions du gouvernement israélien sans être taxé pour autant d'« antisémitisme ». Il regrette toutefois que les expressions qu'il a employées dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung « étaient peut-être rapides, vite écrites, et vite lues »[98].

Dans un entretien avec le quotidien israélien Ha'aretz il se décrit comme un partisan d’Israël et comme une voix critique à l'encontre de ses gouvernements successifs. Il explique qu'ayant « vu de [s]es yeux la souffrance des Juifs » durant l'Holocauste, il souhaite voir un État israélien responsable qui garantirait la sécurité de ses ressortissants : « Israël doit être gouverné autrement pour assurer sa sécurité ». Partisan de la solution à deux États, il ajoute : « Tant qu'il y a une violence palestinienne mais pas un État palestinien, Israël est en danger, ne pouvant pas obtenir l'aide de la communauté internationale à l'encontre d'une entité qu'il n'est pas soumise au droit international »[99].

Affaire du débat à l'ENS[modifier | modifier le code]

Début janvier 2011, naît une polémique à propos de l'annulation d'une rencontre organisée à l'École normale supérieure (ENS) avec Stéphane Hessel. Le CRIF demande, en janvier 2011, au ministre des universités, Valérie Pécresse, et au rectorat de Paris, d'empêcher la tenue à l'ENS, d'un colloque-débat auquel devait participer Stéphane Hessel mais aussi Leïla Shahid, Haneen Zoabi (députée arabe au parlement israélien), Michel Warschawski, Élisabeth Guigou, Gisèle Halimi et Benoist Hurel (secrétaire général adjoint du Syndicat de la magistrature), ce parce que son objet serait de promouvoir un boycott anti-israélien[100]. Monique Canto-Sperber, directrice de l’ENS, annule ce débat le 12 janvier 2011, provoquant une polémique. Mediapart, en première ligne, dénonce les pressions revendiquées du CRIF et l'attitude de la direction de l'ENS[101],[102] : plusieurs personnalités, dont Alain Badiou, Jacques Rancière et Esther Benbassa[103] dénoncent un acte de censure et une atteinte à la liberté d'expression[102]. Pour sa part, niant toute influence extérieure dans sa décision, Monique Canto-Sperber explique avoir annulé l'événement dans la mesure où, d'après elle, au lieu d'une simple rencontre entre Stéphane Hessel, quelques normaliens et les élèves de l'école, il se préparait un meeting ouvert à un large public extérieur autour d'une association pro-palestinienne appelant au boycott des professeurs israéliens[104].

Un rassemblement « pour soutenir la liberté d'expression », auquel a participé Stéphane Hessel, a lieu place du Panthéon[105]. Au mois de mars 2011 des universitaires américains, canadiens et britanniques signent une pétition contre l'interdiction de la conférence de Stéphane Hessel[106].

Indignez-vous ![modifier | modifier le code]

Article détaillé : Indignez-vous !.

En 2010, Stéphane Hessel publie son manifeste Indignez-vous ! dans lequel il encourage les générations montantes à conserver un pouvoir d'indignation. « La pire des attitudes est l'indifférence » écrit-il. Il y dénonce le système économique actuel fondé sur le profit individuel et propose un partage des richesses plus équitable. Il consacre également une grande partie du livre au conflit israélo-palestinien, prône l'insurrection pacifique et l'espérance.

Son livre, vendu à plus de 4 millions d'exemplaires dans près de 100 pays[107], met en évidence et amplifie les mouvements des indignés qui ont émergé en Espagne, Grèce et États-Unis[108]. L'intérêt suscité par cet ouvrage et son retentissement amènent Stéphane Hessel à approfondir son propos dans deux publications complémentaires : Engagez-vous ! et Le Chemin de l'espérance.

Toutefois, Indignez-vous ! suscite aussi des oppositions, ainsi celle de Pierre Assouline qui écrit : « Cette manière de mettre ainsi sur une même ligne morale la situation des sans-papiers, la dérégulation du capitalisme et les crimes du totalitarisme national-socialiste devraient nous... indigner[109] » ou celle de l'homme politique suisse Pierre Weiss, qui dénonce son « aveuglement » et son « indignation monomaniaque »[110].

Le jour de la mort de Stéphane Hessel, le 27 février 2013, le président du CRIF, Richard Prasquier, publie une lettre dans laquelle il se dit effaré « par le succès de son fascicule d'une indigente indignation », considère qu'Hessel « fut avant tout un maître à ne pas penser » et que sa « mise au pavois », « malgré ses accommodements avec la vérité historique et sa faiblesse argumentative, en dit beaucoup sur le désarroi intellectuel de notre société et sur le rôle aberrant qu'y joue le marketing des individus qu’on transforme à bas prix en luminaires idéologiques[111],[112]. »

Divers[modifier | modifier le code]

Stéphane Hessel, Jean-Michel Baylet et Corinne Lepage lors de la rencontre de parlementaires avec le 14e dalaï-lama à Toulouse le 15 août 2011.

Stéphane Hessel fait partie des membres fondateurs de la fondation Un monde par tous, créée en 1995 sous l'égide de la Fondation de France. Cette fondation promeut les objectifs de la Déclaration universelle des droits de l'homme et soutient des projets favorisant le dialogue entre les peuples et les actions de citoyenneté collective[113].

Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Cérémonie du 27 mai 2011.

Il soutient, depuis sa création en 2001, le fonds associatif Non-Violence XXI. Il compte également parmi les membres fondateurs du Collegium international éthique, politique et scientifique en 2002, qu'il conçoit comme le lieu de l'engagement de l'intellectuel auprès du décideur.

Depuis 2007, Stéphane Hessel parraine également l'ONG Bibliothèques sans frontières, qui œuvre pour l'accès au savoir et l'appui aux bibliothèques en France et à travers le monde[114].

Depuis 2011, Stéphane Hessel parraine l'association Reporters d'Espoirs, qui travaille avec les médias pour diffuser les initiatives porteuses de solutions dans l'écologie et la solidarité auprès du plus grand nombre.

Comme il en témoigne dans le film de Sophie Lechevalier et Thierry Neuville, il a rencontré le dalaï-lama avant que ce dernier ne se voie attribuer le prix Nobel de la paix[115]. Le 15 août 2011 à Toulouse, il rencontre pour la seconde fois le dalaï-lama, présentant sa conférence sur le thème du « Bonheur » qui rassemble environ 10 000 personnes[116]. À la suite de cette rencontre, Déclarons la paix ! Pour un progrès de l'esprit, une conversation avec le dalaï-lama, est publié en 2012[117].

Initié par l'association Info Birmanie, un dialogue entre Aung San Suu Kyi et Stéphane Hessel a été enregistré en février 2011 par RFI, un événement qu'il attendait depuis 12 ans[118].

En 2012, il soutient publiquement le chef Raoni dans son combat contre le barrage de Belo Monte. La même année, il appelle à se rendre au village des alternatives Alternatiba de Bayonne. Ce forum sur « sur l'urgence et la justice climatique[119] », qui a eu lieu en octobre 2013, a été l'occasion de lui rendre hommage[120].

En 2013, Stéphane Hessel demande à Jean-Marc Ayrault de reconsidérer sa position à propos du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, dans un interview du site Reporterre[121].

Postérité[modifier | modifier le code]

Tombe de Stéphane Hessel au cimetière du Montparnasse.

Décès et réactions[modifier | modifier le code]

Stéphane Hessel s'éteint à Paris dans la nuit du 26 au 27 février 2013, à l'âge de 95 ans[122],[123].

Au soir de sa mort, un rassemblement est organisé dans la capitale française, place de la Bastille[124]. Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies à Genève observe une minute de silence en sa mémoire, un hommage sans précédent[125].

La presse se fait l'écho d'un « concert d'hommages »[126] sur le plan national[127] et international[128], émanant de toutes les tendances politiques[129]. Cinq députés socialistes[130] écrivent à François Hollande pour lui demander l’organisation d’un hommage national[131]. Une proposition parue dans Libération, signée par des personnalités diverses (Eva Joly, le député PS Pouria Amirshahi, l'ancien député UMP Étienne Pinte, les historiens Pascal Blanchard et François Durpaire, la coprésidente d'Attac France, Aurélie Trouvé[132]) vise à promouvoir l'entrée de Stéphane Hessel au Panthéon[127]. Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier, opposé de longue date à Hessel[133], se démarque de ces hommages et se prononce contre la mise au Panthéon[134], tandis que certains commentateurs considèrent qu'il y a de « l'hypocrisie » dans cette unanimité tardive autour de l'ancien résistant[135].

Il est enterré au cimetière Montparnasse dans la division 27 le long de l'allée Transversale.

Hommage de la Nation[modifier | modifier le code]

La République lui rend hommage, le 7 mars 2013, au cours d’une cérémonie dans la cour de l’Hôtel des Invalides. En cette occasion l'historien Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ancien Français libre et le président de la République François Hollande, prononcent des discours[136].

Autres hommages[modifier | modifier le code]

Prix, distinctions et récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages préfacés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean-Michel Palmier, « Franz Hessel, le flâneur de Berlin. (2/3) » (consulté le 15 février 2012)
  2. a et b Hessel 1997, p. 10
  3. X. Rockenstrocly & alii, « Réception de Jules et Jim » in Actes des Rencontres internationales Jules et Jim, Association Jules & Jim, Couzon-au-Mont-d'Or, 2003, Actes de Beauvallon, p. 16
  4. Source : « Stéphane Hessel, engagé et militant », Mairie de Paris (magazine À Paris),‎ juin 2007 (consulté le 21 mars 2010)
  5. P. Ory, « Les 50 ans de Jules et Jim » in Actes des Rencontres internationales Jules et Jim, p. 41, Association Jules & Jim, Couzon au Mont d’Or, 2003, Actes de Beauvallon
  6. a, b et c Jean-Michel Palmier, « Franz Hessel, le flâneur de Berlin. (3/3) » (consulté le 15 février 2012)
  7. Hessel 1997, p. 15
  8. a et b Hessel 1997, p. 19
  9. a et b C. Du Toit, Henri-Pierre Roché : à la recherche de l'unité perdue, le devenir d'un écrivain (thèse de doctorat dirigée par le professeur Léopold Peeters), I, p. 203, Département Modern European Languages, Université de Prétoria, Prétoria, octobre 2006, Biographie.
  10. Hessel 1997, p. 21
  11. Hessel 1997, p. 24
  12. Hessel 1997, p. 33
  13. Hessel 1997, p. 37
  14. a et b Hessel 1997, p. 38
  15. a et b E. Vigoureux, « Incroyable Hessel ! », entretien paru dans Le Nouvel Observateur, no 2416, p. 16, 2 mars 2011, ISSN 0029-4713.
  16. Hessel 1997, p. 46
  17. a et b Hessel 1997, p. 49
  18. Hessel 1997, p. 53
  19. a, b et c Hessel 1997, p. 56
  20. a et b Laura Goult, L'Enlèvement d'Europe : réflexion sur l'exil intellectuel à l'époque nazie, éd. L'Harmattan, 2010, p. 161-162.
  21. Hessel 1997, p. 64-66
  22. Hessel 1997, p. 67
  23. Hessel 1997, p. 73/81
  24. Bruce Marshall, ch. XIII.
  25. a et b Hessel 1997, p. 88
  26. Hessel 1997, p. 91-92
  27. a et b Hessel 1997, p. 94-100
  28. SOE Sources in France archives, communication de Sébastien Albertelli dans le cadre de l'hommage à l'historien du SOE Michael R. D. Foot rendu à la Maison française d'Oxford le 19 mai 2012 (podcast).
  29. Hessel 1997, p. 112
  30. Jérôme Ferrand et Hugues Petit, Fondations et naissances des Droits de l'homme – L'odyssée des Droits de l'homme, t. I : Fondations et naissances des Droits de l'homme, Paris, L'Harmattan, coll. « La Librairie des Humanités »,‎ 2003, 447 p. (ISBN 978-2747557023, lire en ligne), p. 329.
  31. a et b Hessel 1997, p. 116-117
  32. Archives des Nations unies, General Assembly - 3rd Session part 1 (Paris) - Personnel - Paris, p. 11 et 40.
  33. a et b Claude Moisy, « L'auteur d'Indignez-vous ! victime d'une fabrication », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 5 mars 2013.
  34. a et b Hessel 1997, p. 120
  35. Hessel 1997, p. 143
  36. Hessel 1997, p. 145
  37. a et b Hessel 1997, p. 160-166
  38. Hessel 1997, p. 168;175
  39. Hessel 1997, p. 120-122
  40. Hessel 1997, p. 123-125
  41. Hessel 1997, p. 125-126
  42. Hessel 1997, p. 198-204
  43. Hessel 1997, p. 207-212
  44. Hessel 1997, p. 219
  45. a et b Hessel 1997, p. 231
  46. Hessel 1997, p. 235
  47. a et b Hessel 1997, p. 253
  48. a, b et c Hessel 1997, p. 255
  49. Journal officiel, p. 9215, République française, Paris, 11 août 1985, Décret du 10 VIII 1985.
  50. Hessel 1997, p. 261
  51. (de) J. Jüttner, Widerstandskämpfer Stéphane Hessel : Der glückliche Lebenskünstler, Spiegel online, Hambourg, 7 mai 2009.
  52. Immigrations, le devoir d'insertion : rapport du Groupe de travail Immigration, Volume 1
  53. Hessel 1997, p. 272
  54. Le pluralisme est mal parti.11 oct. 1990
  55. Hessel 1997, p. 130
  56. « Stéphane Hessel ne cesse par ses multiples engagements d'œuvrer en faveur de la liberté, de la justice et de la paix », article « Stéphane Hessel » de l'Encyclopédie Larousse en ligne.
  57. C'est « un infatigable militant de la liberté et de la dignité universelle de l'homme », selon Olivier d'Argenlieu, Le Prodigieux pouvoir des citoyens du monde, p. 133.
  58. « Stéphane Hessel, l'inlassable militant indigné des droits de l'Homme », sur geopolis.francetvinfo.fr, Géopolis,‎ 27 février 2013 (consulté le 4 mars 2013).
  59. JORF no 134 du 11 juin 1992 page 7669 – Arrêté du 10 juin 1992 modifiant l'arrêté du 19 mars 1991 modifié portant nomination à la Commission nationale consultative des droits de l'homme, legifrance.gouv.fr.
  60. La réforme de la coopération, Rapport d'information no 46 (2001-2002) de MM. Guy Penne, André Dulait et Mme Paulette Brisepierre, fait au nom de la commission des Affaires étrangères du Sénat, déposé le 30 octobre 2001, Annexe II.
  61. Hessel 1997, p. 140
  62. Il l'a suivi lors de son aventure à l'Élysée et celui-ci fut son parrain lorsqu'Hessel est décoré commandeur de la légion d'honneur
  63. Club Jean Moulin, sur le site de l'IEP
  64. Hessel, 1997, édition de poche, p. 198
  65. Hessel 1997, p. 153
  66. Hessel 1997, p. 262-263
  67. Hessel 1997, p. 230
  68. 5 critères pour l’Europe sociale, article paru dans le monde du 9 juin 2004 et signé par Stéphane Hessel, Pierre Larrouturou et Michel Rocard
  69. soutien à Europe Écologie, sur Dailymotion
  70. « Régionales : Stéphane Hessel s'engage au côté d'Europe Écologie », Le Télégramme, 10 décembre 2009.
  71. Site web du Collectif Roosevelt
  72. Hessel 1997, p. 242
  73. Hessel 1997, p. 250
  74. Association France-Algérie, Historique
  75. Préface du Guide du coopérant français en Algérie 1973, édition du 10e anniversaire qui lui rend hommage
  76. Hessel 1997, p. 270
  77. Hessel 1997, p. 287;294
  78. Hessel 1997, p. 270
  79. Hessel 1997, p. 272
  80. Source: Historique - Aftam
  81. Lire aussi sur la défense des sans-papiers, les commentaires d'Henri Coindé, curé de Saint-Bernard à l'époque, cité par Libération.
  82. Hessel 1997, p. 309
  83. Voir sur humanite.fr.
  84. Dans un entretien accordé à la radio SuissInfo, le 5 janvier 2009 : ContreInfo : Stéphane Hessel : « un véritable crime contre l’humanité » à Gaza et version audio sur www.swissinfo.ch.
  85. « Création d'un "Tribunal Russell" pour la Palestine », Le Nouvel Observateur,‎ 4 mars 2009 (lire en ligne).
  86. Comité de soutien à Salah Hamouri, 19 novembre 2009, « Salah a-t-il plaidé coupable ? » - Le blog pour Salah Hamouri
  87. Audrey Pelé, Libéré, Salah Hamouri a toujours clamé son innocence, in Le Figaro, 18/12/2011, article en ligne
  88. Stéphane Hessel sur France Culture
  89. tribune de Stéphane Hessel au Huffington Post
  90. L’autre jour au fond d’un vallon,
    Un serpent piqua Jean Fréron ;
    Que croyez-vous qu’il arriva ?
    Ce fut le serpent qui creva.
    Voir l'article Élie Fréron.
  91. « Pierre-André Taguieff : insultes inadmissibles en toute impunité contre Stéphane Hessel », blog du Nouvel Observateur, 26 octobre 2010.
  92. « Quand Pierre-André Taguieff (et d'autres) se lâchent… ad hominem », Mediapart, 26 octobre 2010.
  93. « Lu, vu, entendu », Politis, 28 octobre 2010.
  94. « Pierre-André Taguieff : “Le comble de l’odieux a été atteint par le MRAP” », site du CRIF, 29 octobre 2010.
  95. « À propos de Stéphane Hessel : la réponse de Taguieff à Rue89 » sur Rue89.
  96. « Heute können wir konstatieren: Die durchlässige deutsche Besatzungspolitik gestattete noch am Ende des Krieges eine offene Kulturpolitik. Man durfte in Paris Stücke von Jean-Paul Sartre aufführen oder Juliette Gréco hören. Wenn ich einen kühnen Vergleich als Betroffener wagen darf, so behaupte ich: Die deutsche Besatzung war, wenn man sie vergleicht zum Beispiel mit der heutigen Besatzung von Palästina durch die Israelis, eine relativ harmlose, von Ausnahmen abgesehen wie den Verhaftungen, Internierungen und Erschießungen, auch vom Raub der Kunstschätze. Das war alles schrecklich. Aber es handelte sich um eine Besatzungspolitik, die positiv wirken wollte und deshalb uns Widerstandskämpfern die Arbeit so schwer machte. »
  97. (de) Frankfurter Allgemeine Zeitung, « Wie ich Buchenwald und andere Lager überlebte », sur Faz.net, Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ 20 janvier 2011 (consulté le 3 mars 2013).
  98. « Occupation nazie "inoffensive": critiquer Israël, est-ce de l'antisémitisme ? », Le Nouvel Observateur, 11 juillet 2012.
  99. (en) "Hollande leads tributes to ‘a great figure’ and resistance fighter", European Jewish Press, 1er mars 2013
  100. Colloque à l'École normale supérieure, Communiqué de Richard Pasquier, président du Crif, 13 janvier 2011.
  101. « Le CRIF revendique la censure de Stéphane Hessel et l'atteinte à la liberté d'expression à l'ENS », Mediapart, 14 janvier 2011.
  102. a et b « L'ENS annule un débat avec Stéphane Hessel sur le Proche-Orient », LeMonde.fr, 18 janvier 2011.
  103. « Israël-Palestine : le Crif bafoue la liberté d'expression et s'en vante » par Esther Benbassa, Rue89, 15 janvier 2011.
  104. « Pourquoi j'ai annulé un meeting propalestinien », tribune de Monique Canto-Sperber, Le Monde, 27 janvier 2011.
  105. Dépêche de l'AFP reprise par la presse : Dépêches - LExpress.fr
  106. Une pétition internationale pour la liberté d'expression
  107. « Indignez-vous : 4 millions d'exemplaires vendus dans le monde », sur ladepeche.fr du 6 décembre 2011.
  108. « Journée historique pour les mouvements des indignés et Occupy Wall Street », sur euronews.net du 15 oct. 2011
  109. Chloé Leprince, « Hessel : après l'emballement, place aux sceptiques », sur Rue89,‎ 8 janvier 2011.
  110. « Il avait une curiosité vis-à-vis de la mort », sur Le Matin,‎ 27 février 2013.
  111. « Décès de Stéphane Hessel », Le Point, 27 février 2013.
  112. « Le Crif s'indigne de la canonisation de Hessel », site du CRIF, consulté le 27 février 2013
  113. Fondation Un monde par tous, sur fondationdefrance.org.
  114. Voir le site de Bibliothèques Sans Frontières « Ils soutiennent Bibliothèques sans frontières ».
  115. Sophie Lechevalier et Thierry Neuville, Stéphane Hessel, sisyphe heureux, film français en couleur, 2010.
  116. Jean-Marie Guénois, « Le dalaï-lama pense « sans urgence » à sa succession », 15 août 2011, Le Figaro.
  117. « Stéphane Hessel et le dalaï lama débattent de l'esprit ».
  118. Stéphane Hessel et Aung San Suu Kyi dialoguent en exclusivité sur RFI, 7 mai 2011, retransmis le 5 février 2012.
  119. « Climat : la réussite d'Alternatiba ouvre la voie aux mobilisations futures », sur mediapart.fr, Mediapart,‎ 7 octobre 2013 (consulté le 23 novembre 2013).
  120. « Christiane Hessel invitée symbole d’Alternatiba », sur sudouest.fr, Sud Ouest,‎ 7 octobre 2013 (consulté le 22 novembre 2013).
  121. Propos recueillis par Hervé Kempf et Eduardo Febbro, « Écologie – Notre-Dame-des-Landes : Stéphane Hessel demande à Jean-Marc Ayrault de reconsidérer sa position », sur reporterre.net,‎ 27 février 2013 (consulté le 4 mars 2013).
  122. « Stéphane Hessel, ancien résistant et auteur du livre Indignez-vous !, est décédé à 95 ans », France Info, 27 février 2013.
  123. « Stéphane Hessel est mort », sur liberation.fr, Libération avec AFP,‎ 27 février 2013 (consulté le 27 février 2013).
  124. Vidéo sur FranceTvInfo
  125. (en) « Stephane Hessel, who inspired Occupy movement, dies at 95 », Associated Press/CBC, 27 février 2013.
  126. « À gauche comme à droite, on salue en Stéphane Hessel un homme « d’exception », La Croix, 28 février 2013.
  127. a et b « Hessel au Panthéon ? », Le Point, 27 février 2013.
  128. Paul Ronga, « Pluie d’hommages à Stéphane Hessel », Le Temps, 28 février 2013.
  129. « Plusieurs personnalités rendent hommage à Hessel », Le Figaro, 27 février 2013.
  130. Patrick Mennucci (Bouches du Rhône), Jean-Louis Touraine (Rhône), Alexis Bachelay (Hauts-de-Seine), Yann Galut (Cher), Pouria Amirshahi (Français de l’étranger) et Jérôme Lambert (Charente)
  131. Éric Hacquemand, « Décès de Stéphane Hessel : un hommage national réclamé », Le Parisien, 27 février 2013.
  132. « L'indignation doit entrer au Panthéon », Libération, 27 février 2013.
  133. « Mort de Stéphane Hessel – « La France perd un immense patriote humaniste », Le Monde, 27 février 2013.
  134. Il déclare sur I-Télé que faire entrer Stéphane Hessel au Panthéon « serait une imposture [...] La vie de cet homme remarquable, mais seulement à certains égards, n’est pas de celles qui méritent d’être portées au Panthéon » ; cf. « Richard Prasquier interviewé à I-Télé « Il y avait de l’indignation avant Stéphane Hessel et il y aura de l’indignation après », site du CRIF, consulté le 28 février 2013.
  135. Hervé Bentégeat, « Stéphane Hessel : le bal des hypocrites », Slate, 28 février 2013, cité par Paul Ronga dans Le Temps, op. cit.
  136. Abel Mestre, « L'hommage de la nation à « l'homme libre » Stéphane Hessel », sur lemonde.fr, Le Monde avec AFP,‎ 7 mars 2013 (consulté le 7 mars 2013).
  137. « Institut régional d’administration de Metz – Analyse de la promotion Stephane Hessel (2013-2014) », sur ira-metz.gouv.fr (consulté le 11 septembre 2013) [PDF].
  138. Bulletin quotidien de l’ONU, no PPQ/5682, Service d'information des Nation Unies, New York, 16 novembre 2010, p. 3 [PDF].
  139. « La Directrice générale exprime sa profonde tristesse à la suite du décès de l'Ambassadeur Stéphane Hessel », sur unesco.org, UNESCO, Service de presse,‎ 27 février 2013 (consulté le 27 février 2013).
  140. Grégory Paoli, « Stéphane Hessel, albertivillarien de cœur », sur aubervilliers.fr, site de la ville d'Aubervilliers,‎ 26 mai 2009, avec vidéo.
  141. « Colloque du jeudi 2 avril 2009 « Un nouveau souffle pour le Triangle de Weimar » – À l'ambassade de Pologne à Paris », sur weimarer-dreieck.eu,‎ 2 avril 2009 (consulté le 3 mars 2014) [PDF].
  142. Autobiographie.
  143. Indignez-vous, sur courrierpicard.fr
  144. Site de l'éditeur
  145. Site de l'éditeur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Stéphane Hessel, Danse avec le siècle, Paris, Seuil,‎ 1997, 312 p. (ISBN 2-02-023556-0).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • « Stéphane Hessel, engagé et militant », dans magazine À Paris, juin 2006 consultable en ligne.
  • Bruce Marshall, Le Lapin blanc, traduction de l'anglais par Pierre Frédéric, préface de Gilberte Pierre-Brossolette, Gallimard, 1953.
Cette biographie de Forest Yeo-Thomas évoque la période de la déportation à Buchenwald.
  • Compte rendu de son livre Citoyen sans frontières sur « Monde(s) du XXIe siècle » Citoyen sans frontières.
  • Jean Szlamowicz, Détrompez-vous ! Les étranges indignations de Stéphane Hessel décryptées, éditions Intervalles, mai 2011.
  • Gilles Vanderpooten, Christiane Hessel, Stéphane Hessel, irrésistible optimiste, éditions de L'Aube, 20 octobre 2013.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Mechtild Lehning, Stéphane Hessel, série Mein Leben, Radio Bremen Film, Brème, 2008, 43 min, première diffusion en France sur Arte le à 15:35.
  • Stéphane Hessel est l'une des personnes choisies pour témoigner de leur engagement dans la Résistance, dans :
    • Timothy Miller, Libres Français de Londres, juin 1940-juin 1944, Cinétévé, ECPAD, 2010 ; ce documentaire a été diffusé sur France 2 le .
    • Walter, retour en résistance, 2009.
  • Bernard Mounier, En toute humanité, 2005, 52 min. Portrait de Stéphane Hessel produit par la fondation Un monde par tous.
  • David Mauas, Qui a tué Walter Benjamin… (Espagne, Pays-Bas, Allemagne, 2005). Un film documentaire dans lequel Stéphane Hessel remémore sa relation avec Walter Benjamin.
  • Dans le téléfilm Alias Caracalla, réalisé par Alain Tasma en 2013, Stéphane Hessel est interprété par Milan Mauger.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Interviews audio et vidéo :