Thomas Mulcair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thomas Mulcair
Thomas Mulcair en 2014
Thomas Mulcair en 2014
Fonctions
Chef de l'Opposition officielle
En fonction depuis le
(3 ans 5 mois et 7 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouverneur David Lloyd Johnston
Premier ministre Stephen Harper
Législature 41e
Prédécesseur Jack Layton
7e chef du Nouveau Parti démocratique
En fonction depuis le
Prédécesseur Jack Layton
Député d'Outremont à la Chambre des communes
En fonction depuis le
Élection
Réélection 14 octobre 2008
2 mai 2011
Législature 39e, 40e et 41e
Prédécesseur Jean Lapierre
Ministre de l'Environnement du Québec
Gouvernement Jean Charest
Prédécesseur André Boisclair
Successeur Claude Béchard
Député de Chomedey à l'Assemblée nationale
Élection 12 septembre 1994
Réélection 30 novembre 1998
14 avril 2003
Législature 35e, 36e et 37e
Prédécesseur Lise Bacon
Successeur Guy Ouellette
Biographie
Nom de naissance Thomas Joseph Mulcair
Date de naissance (60 ans)
Lieu de naissance Ottawa (Ontario, Canada)
Nationalité Canadienne, française
Parti politique Nouveau Parti démocratique
Parti libéral du Québec
Diplômé de Université McGill
Profession Avocat
Religion Catholicisme

Thomas Joseph Mulcair ou Tom Mulcair (né le à Ottawa[1]) est un homme politique canadien. Il est l'actuel chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) et le chef de l'opposition officielle à la Chambre des communes du Canada.

Avocat de profession, Thomas Mulcair a été député à l'Assemblée nationale du Québec puis, de 2003 à 2006, ministre provincial de l'Environnement dans le gouvernement libéral de Jean Charest.

En 2007, il est élu lors d'une élection partielle député fédéral pour le NPD dans la circonscription d'Outremont. Il est alors nommé par Jack Layton comme chef adjoint du parti. Après l'élection fédérale de 2011, il devient leader parlementaire de l'Opposition à la Chambre des communes. Il occupe également les fonctions de lieutenant québécois du NPD.

Après la mort de Jack Layton, Thomas Mulcair est élu chef du NPD en mars 2012 et devient ainsi chef de l'Opposition officielle.

Jeunesse, famille et études[modifier | modifier le code]

Thomas Mulcair est né en 1954 à l'Hôpital civique d'Ottawa. Sa mère, Jeanne Hurtubise, est canadienne française et son père, Harry Donnelly Mulcair, est irlando-canadien. Il est le deuxième de leur dix enfants et a été élevé de manière bilingue. Son arrière-arrière-grand-père était Honoré Mercier, le 9e premier ministre du Québec[2].

Thomas Mulcair a été élevé dans le quartier de Wrightville à Hull et à Laval. Il a étudié à l'École catholique de Laval et au CÉGEP Vanier College[3].

En 1977, il obtient un diplôme de common law et droit civil à l'université McGill. Pendant ses études, il est élu président de l'Association des étudiants en droit de McGill et siège au conseil de l'Association étudiante de l'université McGill. Il se marie en 1976 avec Catherine Pinhas, une psychologue française née dans une famille sépharade d'origine turque[4],[5]. Ils ont deux fils, l'un est policier et l'autre professeur de physique[6],[7].

Par son mariage, Mulcair a acquis la nationalité française en plus de sa citoyenneté canadienne[8].

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Le couple déménage à Québec en 1978 et Mulcair entre au barreau du Québec en 1979[9]. Il travaille au service des affaires législatives du ministère de la Justice puis au Conseil supérieur de la langue française[10].

En 1983, Mulcair devient directeur des affaires juridiques à Alliance Québec[11]. En 1985, il ouvre un cabinet et est chargé de la révision des lois du Manitoba après la décision de la Cour suprême sur la traduction des lois provinciales. Il donne également des cours de droit à l'université Concordia, au Collège régional Champlain et à l'université du Québec à Trois-Rivières.

Thomas Mulcair est président de l'Office des professions du Québec de 1987 à 1993. Il introduit des réformes afin de rendre les audiences disciplinaires plus efficaces et plus transparentes et travaille à la résolution des cas harcèlement sexuel de patients[12],[13]. Mulcair est également membre de l'exécutif du Conseil de la langue française et président du English speaking Catholic Council[14].

Politique provinciale[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection provinciale québécoise de 1994, Thomas Mulcair est élu député de la circonscription de Chomedey pour le Parti libéral du Québec (PLQ). Mulcair déclare qu'il s'est engagé au PLQ car il s'agissait du seul parti fédéraliste crédible à l'époque[15]. Il est réélu aux élections de 1998 et 2003[16].

En 2003, le PLQ bat le Parti québécois et le premier ministre Jean Charest nomme Mulcair ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs.

Ministre de l'Environnement du Québec[modifier | modifier le code]

Pendant son mandat, Mulcair soutient le protocole de Kyoto et fait adopter un amendement à la Charte des droits et libertés de la personne pour faire reconnaitre le droit de vivre dans un environnement sain[17],[16]. Le plan provincial pour le développement durable qu'il propose à l'époque est basé sur le modèle des plans similaires des pays d'Europe et est salué comme l'un des plus avant-gardiste d'Amérique du Nord[18].

Sous son mandat sont par ailleurs construites les autoroutes 30 et 50, l'élargissement des routes 175 et 185 et un pont à péage qui complète l'autoroute 25[19].

En 2005, Mulcair est condamné à payer 95 000 $ suite à une plainte pour diffamation de l'ancien ministre péquiste Yves Duhaime que Mulcair avait accusé de trafic d'influence[7]. En 2010, la police provinciale anti-corruption contacte Mulcair au sujet d'un pot-de-vin que lui aurait proposé le maire de Laval Gilles Vaillancourt en 1994. Mulcair déclare l'avoir refusé sans jamais avoir ouvert l'enveloppe proposée[20],[21].

Départ du Cabinet[modifier | modifier le code]

En 2006, Thomas Mulcair s'oppose à la construction d'immeubles de logements dans la station de ski du parc national du Mont-Orford[16]. Lors d'un remaniement en , Jean Charest retire à Mulcair son portefeuille de l'Environnement et lui propose de devenir ministre des Services gouvernementaux[16]. Certaines spéculations laissent entendre que ce changement est une punition pour son opposition au projet du Mont Orford[17][22] ce qui conduit Mulcair à démissionner du gouvernement plutôt que d'accepter ce qui semble une rétrogradation[23] .

Le , Thomas Mulcair annonce qu'il ne sera pas le candidat libéral lors de la prochaine élection provinciale[24].

Politique fédérale[modifier | modifier le code]

Thomas Mulcair pendant la campagne fédérale de 2008.

Après avoir quitté le Parti libéral provincial, Mulcair réfléchit à entrer en politique fédérale et discute avec le Parti libéral du Canada, le Nouveau Parti démocratique et le Parti conservateur du Canada[16]. Il envisage un moment d'intégrer la section environnementale d'un grand cabinet d'avocats[25]. Il ne trouve pas d'accord avec les conservateurs en raison de leur opposition au protocole de Kyoto[26] .

Bien que Mulcair ait indiqué que le libéral québécois Claude Ryan est son mentor en politique[27], il apparait en au premier rang d'un discours donné par le chef du NPD Jack Layton[28]. Layton le persuade d'être candidat pour le NPD au Québec, une province où le parti n'a alors aucun siège[16]. Le , Mulcair annonce qu'il sera candidat pour le NPD lors de la prochaine élection fédérale[29],[30]. Il devient également le lieutenant québécois de Jack Layton.

Victoire à l'élection partielle de 2007[modifier | modifier le code]

Tom Mulcair célèbre sa victoire avec Jack Layton.

Le , Thomas Mulcair est désigné candidat du NPD pour l'élection partielle dans la circonscription d'Outremont. Le , Muclair remporte l'élection en battant le candidat libéral Jocelyn Coulon 48 % to 29 % bien qu'Outremont ait été une forteresse libérale depuis 1935 (sauf en 1988).

Mulcair est alors seulement le second député NPD élu au Québec après Phil Edmonston en 1990.

Chef adjoint du NPD[modifier | modifier le code]

Muclair est assermenté député le [31]. Il est nommé par Jack Layton co-chef adjoint du NPD, avec Libby Davies[32].

Le , Mulcair est réélu député à Outremont lors de l'élection fédérale : c'est le premier député NPD élu au Québec lors d'une élection fédérale. Il remporte la circonscription avec 14 348 voix face au libéral Sébastien Dhavernas et ses 12 005 voix[33].

En 2011, le Parti libéral place face à lui l'ancien ministre de la Justice Martin Cauchon[34]. Mulcair est néanmoins réélu avec 56,4 % des voix[35] dans une élection qui voit le NPD remporter 59 des 75 sièges du Québec et devenir, pour la première fois, l'Opposition officielle à la Chambre des communes[16].

Course à la chefferie[modifier | modifier le code]

Thomas Mulcair donne un discours après son élection à la tête du NPD.

Le chef du NPD Jack Layton meurt le des suites d'un cancer. Mulcair déclare que la mort de Layton la particulièrement affecté et que, bien qu'il réfléchisse à une candidature, il lui faut plusieurs semaines pour se décider[36].

Le lors d'une conférence de presse dans la banlieue de Montréal, Mulcair annonce sa candidature à la chefferie du NPD. Il reçoit le soutient de 60 des 101 députés NPD[37].

Mulcair fait campagne sur l'idée de renforcer le NPD au Québec et d'attirer de nouveaux électeurs dans les autres parties du pays[16] mais il est critiqué par le candidat Brian Topp et l'ancien chef Ed Broadbent qui voit en sa candidature une tentative de déplacer le parti vers le centre[38][39].

Lors du congrès, Thomas Mulcair est élu chef du NPD au quatrième tour avec 57,2 % des voix aux 42,8 % de Brian Topp[40].

Chef de l'Opposition officielle[modifier | modifier le code]

Thomas Mulcair lors d'un meeting.

Le , Mulcair emménage à Stornoway, la résidence officielle du chef de l'Opposition[41]. Le , il est assermenté comme membre du Conseil privé de la reine pour le Canada[42].

Durant sa première année comme chef, le NPD connait plusieurs défections. Le député de Thunder Bay—Superior-Nord Bruce Hyer quitte le parti après avoir voté contre la ligne du NPD sur le registre des armes à feu[43], Claude Patry de Jonquière—Alma rejoint le Bloc québécois après un désaccord sur la position du NPD concernant la loi sur la clarté référendaire[44]. Le NPD réussit cependant à conserver le siège de Victoria lors d'une élection partielle serrée[45].

Mulcair déclare que son parti soutient les accords de libre-échange à condition qu'ils incluent des clauses opposables sur les droits du travail et la protection de l'environnement[46],[47]. Il s'oppose également aux pipelines Keystone XL et Northern Gateway[16] et promeut à la place la création d'un oléoduc pour transporter le pétrole de l'Ouest canadien vers l'est afin qu'il soit raffiné au Canada[48].

Thomas Mulcair et la candidate NPD Trish McAuliffe à Whitby-Oshawa.

Avec les scandales autour de Mike Duffy et de plusieurs sénateurs conservateurs et libéraux, Thomas Mulcair réaffirme la position du NPD en faveur de l'abolition du Sénat[49],[50].

Toutefois, après l'élection de Justin Trudeau à la tête des libéraux en , le NPD baisse dans les sondages[51]. Le parti perd l'élection partielle de à Trinity—Spadina, un siège détenu jusque là par Olivia Chow, la veuve de Jack Layton[52].

Toutefois, après la victoire surprise du NPD lors de l'élection provinciale en Alberta en , le NPD fédéral connait un regain de popularité[53],[54] et aborde le début de campagne en vue de l'élection fédérale d' au coude à coude avec les conservateurs pour la première place.

Positions politiques[modifier | modifier le code]

Droits des femmes[modifier | modifier le code]

En tant que critique en charge des finances au NPD, Mulcair est critique du budget conservateur de 2009 en raison des « réformes sur l'équité salariale qui supprimeraient le droit des femmes d'aller devant un tribunal pour demander un salaire égal pour un travail de valeur égale »[55]. Pour lui, le NPD « ne pourrait jamais soutenir un budget qui contient ce type de mesure »[55].

En 2014, comme chef du NPD, Mulcair annonce qu'un « gouvernement NPD lancerait dans ses 100 premiers jours une enquête publique nationale sur la question des femmes autochtones manquantes ou assassinées »[56] Mulcair believes that “only a full public inquiry would get to the root causes of violence against aboriginal women”[57].

Mulcair a déclaré lors d'une conférence au Québec que les personnes opposées à l'avortement ne sont pas bienvenues au NPD : « ce n'est pas discutable, ce n'est pas négociable, c'est le droit d'une femme de se déterminer sur sa santé et ses choix reproductifs[58]. »

Autochtones[modifier | modifier le code]

Mulcair et le Grand Chef Perry Bellegarde à l'assemblée générale de l'APN.

En réponse au mouvement Idle No More, Mulcair déclare qu'un gouvernement NPD intégrerait à ses décisions la nécessité de respecter les jugements des tribunaux et les obligations internationales envers les Premières Nations du Canada[59].

Mulcair souhaite que le gouvernement établisse des relations « de nation à nation » avec les Premières Nations, Inuits et Métis à la suite du rapport de la Commission vérité et réconciliation[60].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Mulcair est critique des politiques conservatrices en matière de sécurité, déclarant que les coupes budgétaires dans les services de sécurité alimentaire et aéronautique mettaient en danger les Canadiens[61]. Il a aussi critiqué les gouvernements précédents pour avoir laisser les compagnie de chemin de fer s'occuper seules des questions de sécurité et appelle le gouvernement fédéral à avoir un rôle plus actif après l'accident de Lac Mégantic[62].

Mulcair soutient la politique du NPD de décriminaliser — mais pas légaliser — la consommation personnelle de marijuana[63].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Mulcair croit que le Canada peut être « une force positive pour la paix, la justice et le respect des droits humains autour du monde[64]. » Dans un discours en mai 2015, il annonce qu'un gouvernement NPD augmenterait le financement de la politique d'aide internationale du Canada[65]. Mulcair est un opposant à l'implication du Canada dans des missions de combat en Irak[66].

En tant que chef du NPD, Mulcair soutient ce qu'il décrit comme « une approche équilibrée » sur la question du conflit israélo-palestinien et critique l'approche pro-Israël des conservateurs[64]. Cependant, il a condamné comme « inacceptable » le mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions[67] et s'est déclaré « un ardent supporter d'Israël » en 2008[68]. En 2014, une députée du NPD, Sana Hassainia, a quitté le parti en raison de la position selon elle pro-Israël[69],[70].

Économie[modifier | modifier le code]

Mulcair visite Innovative Steam Technologies.

Thomas Mulcair soutient une baisse du taux d'imposition de 11 % à 9 % pour les petites entreprises[71]. Il déclare que le NPD créera « un crédit d'impôt innovant pour encourager les manufacturiers à investir dans les machines, l'équipement et la propriété utilisée en recherche et développement[72]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas J. Mulcair, Biographie, notice biographique sur le site de l'Assemblée nationale du Québec, consulté le 15 février 2012.
  2. « Mulcair is back, Courrier Laval, April 20, 2007 », Courrierlaval.com,‎ (consulté le 5 juin 2010)
  3. « Thomas Mulcair », Thomasmulcair.ca (consulté le 16 octobre 2011)
  4. Yaffe, Barbara, « Questions surround Mulcair as NDP leadership vote looms », Postmedia News,‎ (consulté le 26 mars 2012)
  5. « New NDP leader strongly backs Israel | The Canadian Jewish News », Cjnews.com,‎ (consulté le 18 juillet 2014)
  6. « Thomas Mulcair », Thomasmulcair.ca (consulté le 16 octobre 2011)
  7. a et b Glen McGregor, « Thomas Mulcair has remortgaged his home 11 times since 1980s », National Post,‎ (lire en ligne)
  8. The Canadian Press, « Thomas Mulcair defends dual citizenship », CBC News,‎ (consulté le 18 juillet 2014)
  9. « À propos de Thomas », Thomasmulcair.ca,‎ (consulté le 16 octobre 2011)
  10. Gibb-Clark, Margo, Quebec's 'others': Life in a French world, The Globe and Mail, June 22, 1983, page A1
  11. Graeme Hamilton, « NDP’s Tom Mulcair plays down his past as anglo-rights defender with election on the line », National Post,‎
  12. « Professional Code of Quebec », publicationsduquebec.gouv.qc.ca (consulté le 1 septembre 2011)
  13. Lévesque, Kathleen, La Corporation professionnelle des médecins serait incapable de protéger le public, Le Devoir, August 5, 1993, page A2
  14. « About Thomas Mulcair », thomasmulcairmp.ndp.ca,‎ (consulté le 20 février 2013)
  15. "NDP Leadership: Thomas Mulcair draws on experience as Quebec environment minister" by Joanna Smith, Toronto Star, March 16, 2012. http://www.thestar.com/news/insight/2012/03/16/ndp_leadership_thomas_mulcair_draws_on_experience_as_quebec_environment_minister.html
  16. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Mulcair, the redeemer? », National Observer,‎ (consulté le 5 août 2015)
  17. a et b « About Tom « Thomas Mulcair », Thomasmulcair.ca (consulté le 26 décembre 2011)
  18. « Ch13-10.indd » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 5 juin 2010
  19. Meunier, Hugo, Prolongement de l'autoroute 25 : Les environnementalistes s'adressent à la Cour supérieure, La Presse, April 1, 2006, page A6
  20. « Thomas Mulcair was offered (and refused) envelope full of cash, NDP leader told police », National Post,‎ (lire en ligne)
  21. « Conservatives demand Thomas Mulcair ‘come clean’ on 1994 bribe probe », National Post,‎ (lire en ligne)
  22. Corbeil, Michel, Mulcair règle ses comptes: Malgré ses flèches à Charest, il reste député Le Soleil, Quebec, March 7, 2006, page A1
  23. The Gazette, « Mulcair quits in a huff, The Gazette, February 28, 2006 », Canada.com,‎ (consulté le 5 juin 2010)
  24. « Mulcair will not be a Liberal candidate in the next election (press release distributed by Canada NewsWire), February 20, 2007 », Newswire.ca,‎ (consulté le 5 juin 2010)
  25. Martin Patriquin, « Mulcair’s secret meetings with the Tories », Maclean's,‎ (lire en ligne)
  26. Peter O'Neil, « Top federal Conservatives back Tom Mulcair’s explanation for 2007 talks, contradicting Maclean’s report », National Post,‎ (lire en ligne)
  27. « À propos de Thomas « Thomas Mulcair », Thomasmulcair.ca,‎ (consulté le 16 octobre 2011)
  28. « En bref - Mulcair courtisé par quatre partis fédéraux », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  29. « NDP recruits ex-Quebec environment minister Thomas Mulcair for next election » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), EarthEast, 20 avril 2007
  30. « Mulcair sera candidat pour le NPD » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), La Presse, 20 avril 2007
  31. « NDP's Mulcair sworn in, takes swing at Bloc », CBC News,‎ (consulté le 18 juillet 2014)
  32. « Mulcair says NDP 'poised' to form government », CBC News,‎ (consulté le 18 juillet 2014)
  33. « Elections Canada - Electoral Districts », Enr.elections.ca (consulté le 2 mai 2011)
  34. « Races to watch » (consulté le 5 août 2011)
  35. « OFFICIAL VOTING RESULTS FORTY-FIRST GENERAL ELECTION 2011 » (consulté le 5 août 2011)
  36. Les Perreaux, « Thomas Mulcair concedes he's 'thinking' about NDP leadership bid »,‎ (consulté le 18 juillet 2014)
  37. « Those who are supporting Tom’s candidacy « Thomas Mulcair », Thomasmulcair.ca (consulté le 25 mars 2012)
  38. CTV News coverage. March 24, 2012, approx. 10:10am EDT.
  39. Michael Den Tandt, « Mulcair's plans to renew party irk NDP old guard », The Gazette (Montreal),‎ (lire en ligne)
  40. « Mulcair wins NDP leadership, vows to fight politics of fear | CTV News », Ctv.ca,‎ (consulté le 25 mars 2012)
  41. « Mulcair takes up residence at Stornoway », CBC.ca,‎ (consulté le 20 avril 2012)
  42. New Democratic Party. "Tom Mulcair sworn to the Privy Council." September 14, 2012.
  43. « Bruce Hyer quits NDP caucus to sit as an Independent », Cbc.ca (consulté le 23 mars 2013)
  44. « Mulcair calls on Patry to resign seat after defection to Bloc », Cbc.ca (consulté le 23 mars 2013)
  45. « NDP credits pipeline opposition for Victoria byelection win », Cbc.ca (consulté le 23 mars 2013)
  46. « Fair Trade, Sustainable Development Top of Mulcair's Economic Agenda », The Globe and Mail,‎ (lire en ligne)
  47. « Tom Mulcair's NDP takes 'vigorously pro-trade' position », Cbc.ca (consulté le 23 mars 2013)
  48. « Mulcair dismisses Tory charge he trash talked Canada, pipeline while in the U.S. », The Vancouver Sun (consulté le 23 mars 2013)
  49. « Senate scandal tested federal political leaders in 2013 »,‎
  50. « Justin Trudeau removes Senators from Liberal Caucus »,‎
  51. Paul Wells, « Remaking Thomas Mulcair », Maclean's,‎ (lire en ligne)
  52. Joshua Errett, « With Olivia Chow's jaw-dropping loss, can the left ever win back Toronto? », CBC News,‎ (consulté le 2 juin 2015)
  53. Éric Grenier, « NDP jumps into 3-way race with Conservatives, Liberals », CBC News,‎ (consulté le 3 juin 2015)
  54. « 3-way federal race would have unpredictable outcome », CBC News,‎ (consulté le 3 juin 2015)
  55. a et b « Early reviews mixed from Ignatieff; more expected Wednesday », CBC News,‎
  56. « Tom Mulcair vows aboriginal women inquiry within 100 days if NDP elected », CBC News,‎
  57. « Mulcair, premiers call for inquiry into missing aboriginal women », CTV News,‎
  58. Andrea Janus, « No anti-abortion candidates allowed to run for NDP: Mulcair », CTV News,‎ (consulté le 22 juin 2014)
  59. « Mulcair gives a glimpse of what NDP platform may look like », iPolitics
  60. http://www.ctvnews.ca/politics/mulcair-calls-for-nation-to-nation-approach-after-residential-schools-report-1.2404572
  61. http://www.cbc.ca/news/canada/hamilton/news/mulcair-says-tory-cuts-put-public-safety-at-risk-1.1287283
  62. http://www.cbc.ca/news/politics/rail-safety-needs-government-enforcement-not-luck-mulcair-says-1.2490324
  63. http://www.theglobeandmail.com/news/politics/mulcair-clarifies-stand-on-marijuana-in-time-for-420-pot-holiday/article4101804/
  64. a et b http://www.thestar.com/opinion/commentary/2014/08/10/tom_mulcair_canadians_want_balanced_and_principled_approach_to_mideast_conflict.html
  65. http://www.theglobeandmail.com/news/politics/mulcair-promises-abortion-funding-for-foreign-aid-projects/article24411500/
  66. http://www.ctvnews.ca/politics/mulcair-on-iraq-we-think-it-s-wrong-for-canada-to-be-involved-1.2291716
  67. http://www.theglobeandmail.com/globe-debate/what-gaza-tells-us-about-canadian-politics/article19946283/
  68. http://www.cjnews.com/canada/new-ndp-leader-strongly-backs-israel
  69. http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201408/20/01-4793202-une-deputee-quebecoise-claque-la-porte-du-npd.php
  70. http://hassainia.com/2014/08/20/sana-hassainia-finira-son-mandat-en-tant-que-deputee-independante/
  71. http://www.ctvnews.ca/politics/mulcair-unveils-more-platform-planks-tax-relief-for-small-biz-manufacturers-1.2207624
  72. http://www.cbc.ca/news/politics/mulcair-unveils-more-platform-planks-tax-relief-for-small-biz-manufacturers-1.2932982

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]