Élection fédérale canadienne de 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2011 Drapeau du Canada
Élection fédérale
canadienne de 2015
Type d’élection  Élection législative fédérale
Postes à élire  338 sièges de la Chambre des communes
Mandat  4 ans
Stephen Harper by Remy Steinegger - grey.jpg
Parti conservateur – Stephen Harper
Sièges sortants 159
Tom-Mulcair-Cropped-2014-05-08.jpg
NPD – Tom Mulcair
Sièges sortants 95
Justin Trudeau 2014-1.jpg
Parti libéral – Justin Trudeau
Sièges sortants 36
Gilles Duceppe2.jpg
Bloc québécois – Gilles Duceppe
Sièges sortants 2
Emay photo.jpg
Parti vert – Elizabeth May
Sièges sortants 2
Green - replace this image male.svg
Forces et Démocratie – Jean-François Fortin
Sièges sortants 2
Premier ministre
Sortant

L'élection fédérale canadienne de 2015 est prévue le afin d'élire la 42e législature du Parlement canadien. À occasion de cette élection, le nombre de sièges de la Chambre des communes passera de 308 à 338.

Lors de la précédente élection, les électeurs ont porté au pouvoir un gouvernement majoritaire dirigé par le Parti conservateur de Stephen Harper. Le Nouveau Parti démocratique forme quant à lui l'Opposition officielle.

Contexte[modifier | modifier le code]

Calendrier électoral[modifier | modifier le code]

En 2006, le Parlement a adopté un amendement à la Loi électorale qui oblige les élections à avoir lieu le troisième lundi d'octobre dans la quatrième année civile qui suit les précédentes élections[1]. En vertu de cette disposition, les élections sont donc normalement prévues le . Toutefois, la loi prévoit deux exceptions :

  • si la date prévue entre en conflit avec une élection provinciale, territoriale ou municipale ou bien une fête culturelle ou religieuse, le directeur général des élections peut recommander au gouverneur général de reporter la date d'un jour ou d'une semaine ; dans ce cas, le gouverneur général en conseil doit le faire au plus tard le
  • la loi ne restreint pas le pouvoir du gouverneur général de dissoudre la Chambre lorsqu'il le juge opportun[2] ; ainsi, des élections anticipées peuvent donc toujours être déclenchées à la demande du premier ministre, soit de sa seul volonté (par exemple pour les élections de 2008) soit parce qu'il a perdu la confiance de la Chambre (par exemple pour les élections de 2011).

Redécoupage électoral[modifier | modifier le code]

La Loi sur la représentation équitable adoptée en 2011 a augmenté le nombre de sièges de la Chambre des communes à 338 (30 sièges de plus que précédemment)[3].

Parlement sortant[modifier | modifier le code]

Parti Chef Sièges
2011 Actuel
Parti conservateur Stephen Harper 166 159
Nouveau Parti démocratique Thomas Mulcair 103 95
Parti libéral Justin Trudeau 34 36
Indépendant 0 8
Bloc québécois Gilles Duceppe 4 2
Parti vert Elizabeth May 1 2
Forces et Démocratie Jean-François Fortin 2
Vacants 4
Total 308 308

Chronologie[modifier | modifier le code]

2011[modifier | modifier le code]

2012[modifier | modifier le code]

2013[modifier | modifier le code]

2014[modifier | modifier le code]

2015[modifier | modifier le code]

  • 10 juin 2015 : Face aux sondages Mario Beaulieu quitte la chefferie du Bloc québécois et est remplacé par Gilles Duceppe[5].
  • 2 août 2015: Dissolution de la Chambre des communes et début d'une campagne de 78 jours - une des plus longue de l'histoire moderne du Canada.

Candidats[modifier | modifier le code]

Députés qui ne se représenteront pas[modifier | modifier le code]

Conservateurs

Néo-démocrates

Libéraux

Bloc québécois

Indépendants

Sondages d'opinion[modifier | modifier le code]

Sondages d'opinion depuis le 2 mai 2011


Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]