Élections fédérales canadiennes de 2015

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2011 Drapeau du Canada
Élections fédérales canadiennes de 2015
Type  Élections législatives fédérales
Postes à élire  338 sièges de la Chambre des communes
Mandat  4 ans
Électorat et résultats
Votants 17 315 462
  
67,54 % Green Arrow Up.svg 10,5 %
Justin Trudeau G20 2015.jpg
Parti libéral – Justin Trudeau
Voix 6 833 090 Green Arrow Up.svg 146,8 %
  
39,47 %
Sièges obtenus 184 Green Arrow Up.svg 150
Stephen Harper 2014 (cropped).jpg
Parti conservateur – Stephen Harper
Voix 5 532 685 Red Arrow Down.svg 4,8 %
  
31,89 %
Sièges obtenus 99 Red Arrow Down.svg 67
Tom-Mulcair-Cropped-2014-05-08.jpg
NPD – Tom Mulcair
Voix 3 406 500 Red Arrow Down.svg 24,2 %
  
19,71 %
Sièges obtenus 44 Red Arrow Down.svg 59
Gilles Duceppe 2011-04-01.jpg
Bloc québécois – Gilles Duceppe
Voix 816 669 Red Arrow Down.svg 8,2 %
  
4,66 %
Sièges obtenus 10 Green Arrow Up.svg 6
Emay photo.jpg
Parti vert – Elizabeth May
Voix 590 913 Green Arrow Up.svg 3 %
  
3,45 %
Sièges obtenus 1 Equal blue arrow.png 0
Résultats par province et territoire
Carte
Composition de la Chambre des communes
Diagramme
Premier ministre
Sortant
Élu

Les élections fédérales canadiennes de 2015 ont lieu le afin d'élire la 42e législature du Parlement du Canada.

Le scrutin voit le Parti libéral de Justin Trudeau, le fils de l'ancien Premier ministre Pierre Elliott Trudeau, remporter une majorité des sièges de la Chambre des communes. Les libéraux ont gagné en popularité tout au long de la campagne électorale en concurrençant notamment le Nouveau Parti démocratique de Tom Mulcair, qui formait l'Opposition officielle depuis 2011 et a commencé la campagne en tête des intentions de vote. Le Premier ministre conservateur Stephen Harper, qui tentait de remporter un quatrième mandat consécutif malgré une popularité affectée par un ralentissement de l'économie et plusieurs scandales pendant son mandat, est défait après plus de neuf années au pouvoir. Son parti forme l'Opposition officielle.

Contexte[modifier | modifier le code]

Parlement sortant[modifier | modifier le code]

Parti Chef Sièges
2011 Diss.[1]
Parti conservateur Stephen Harper 166 159
Nouveau Parti démocratique Thomas Mulcair 103 95
Parti libéral Justin Trudeau 34 36
Indépendant 0 8
Bloc québécois Gilles Duceppe 4 2
Parti vert Elizabeth May 1 2
Forces et Démocratie Jean-François Fortin 2
Vacants 4
Total 308 308

Calendrier électoral[modifier | modifier le code]

En 2006, le Parlement a adopté un amendement à la Loi électorale qui oblige les élections à avoir lieu le troisième lundi d'octobre dans la quatrième année civile qui suit les précédentes élections[2]. En vertu de cette disposition, les élections sont normalement prévues le . Toutefois, la loi prévoit deux exceptions :

  • si la date prévue entre en conflit avec des élections provinciales, territoriales ou municipales ou bien une fête culturelle ou religieuse, le directeur général des élections peut recommander au gouverneur général de reporter la date d'un jour ou d'une semaine ; dans ce cas, le gouverneur général en conseil doit le faire au plus tard le
  • la loi ne restreint pas le pouvoir du gouverneur général de dissoudre la Chambre lorsqu'il le juge opportun[3] ; ainsi, des élections anticipées peuvent donc toujours être déclenchées à la demande du premier ministre, soit de sa seule volonté (par exemple pour les élections de 2008) soit parce qu'il a perdu la confiance de la Chambre (par exemple pour les élections de 2011).

Ainsi, en 2014, des rumeurs circulent disant que le premier ministre s'apprêterait à déclencher des élections anticipées au printemps 2015[4]. Finalement, Stephen Harper convoque bien des élections pour le mais choisit de demander au gouverneur général David Johnston de dissoudre le Parlement dès le , provoquant une campagne électorale de 78 jours, soit la plus longue jamais organisée[5].

La date limite pour le dépôt des candidatures est le [6].

Le vote par anticipation a lieu du au . Le jour du vote est le et les bureaux de vote sont ouverts :

  • de h 30 à 20 h 30 dans les fuseaux horaires de Terre-Neuve, de l’Atlantique ou du Centre ;
  • de h 30 à 21 h 30 dans le fuseau horaire de l’Est ;
  • de h 30 à 19 h 30 dans le fuseau horaire des Rocheuses ;
  • de h à 19 h dans le fuseau horaire du Pacifique.

Redécoupage électoral[modifier | modifier le code]

La Loi sur la représentation équitable adoptée en 2011 a augmenté le nombre de sièges de la Chambre des communes à 338 (30 sièges de plus que précédemment)[7].

Ces 30 nouveaux sièges ont été attribués afin de tenir compte des changements de population. Ainsi, 15 nouveaux sièges ont été attribués à l'Ontario (principalement autour de Toronto), 6 à l'Alberta, 6 à la Colombie-Britannique et 3 au Québec (dans la grande région de Montréal)[8].

En plus des sièges créés, les limites de 87 % des circonscriptions ont été modifiées, y compris dans les provinces qui n'ont pas de nouveaux sièges. Ainsi, l'ensemble des 14 circonscriptions de la Saskatchewan ont été modifiées[8].

Financement électoral[modifier | modifier le code]

Article connexe : Loi électorale du Canada.

La Loi électorale du Canada impose des limites aux sommes que peuvent dépenser un parti politique et ses candidats lors des campagnes électorales. Ce plafond ne s'impose qu'à partir du moment où la campagne est ouverte (dissolution du Parlement) et est calculé par circonscription proportionnellement à la population et à la durée de la campagne. Ainsi, pour les élections de 2015 un parti politique qui présente des candidats dans les 338 circonscriptions ne peut dépenser plus de 54 475 840 dollars et l'ensemble de ses candidats pas plus de 73 611 590 dollars[9],[10]. Les dépenses des candidats qui obtiennent au moins 10 % dans leur circonscription sont remboursées à 60 % et les dépenses des partis qui obtiennent au moins 2 % des voix nationalement (ou 5 % des voix dans les seules circonscriptions où ils se présentent) sont remboursées à 50 %[11].

La durée particulièrement longue de la campagne laisse présager que les élections de 2015 sont parmi les plus chères de l'histoire du Canada[12].

Dans le trimestre précédent le déclenchement de l'élection, le Parti conservateur a reçu 7,4 millions de dollars de dons, le NPD 4,5 millions de dollars et le Parti libéral 4,0 millions de dollars[13].

Partis politiques[modifier | modifier le code]

Parti conservateur[modifier | modifier le code]

Parti conservateur du Canada
Chef Stephen Harper
Députés en 2011 166
Candidats 338
Slogans « Un leadership qui a fait ses preuves pour une économie plus forte »
« A proven leadership for a strong Canada »[14]
Résultats
Députés élus 99
Voix 5 582 313
Pourcentage 31,9 %

Le Parti conservateur, sous la conduite du Premier ministre Stephen Harper, a remporté un mandat minoritaire en 2006 et 2008 puis majoritaire en 2011.

Pour remporter un nouveau mandat, les conservateurs comptent sur leur base, perçue comme plus fidèle que celle des autres partis, et tentent de mobiliser leurs électeurs de 2011, notamment sur les questions d'équilibre budgétaire et de sécurité[15]. Stephen Harper met également en avant la conclusion d'une entente sur le partenariat transpacifique et s'attaque à la position du NPD et des libéraux concernant le port du niqab[16],[17].

Toutefois, les conservateurs ont été confrontés à plusieurs scandales au cours de leur dernier mandat alors que l'économie canadienne ralentit et ils sont moins populaires dans les sondages d'opinion[18] alors que de nombreux électeurs souhaitent voir un changement à la tête du pays après plus de neuf années de pouvoir conservateur.

Finalement, les conservateurs ne remportent que 99 sièges et sont largement devancés par le Parti libéral. À la suite de l'élection, Stephen Harper démissionne de la direction du Parti conservateur[19].

Nouveau Parti démocratique[modifier | modifier le code]

Nouveau Parti démocratique
Chef Thomas Mulcair
Députés en 2011 103
Candidats 338
Slogans « Ensemble pour le changement »
« Ready for change »[14]
Résultats
Députés élus 44
Voix 3 449 907
Pourcentage 19,7 %

Face aux conservateurs, le Nouveau Parti démocratique (NPD) forme l'Opposition officielle depuis les élections de 2011. C'est la première fois que le NPD occupe cette position à la Chambre des communes, après avoir été constamment troisième ou quatrième parti depuis sa création.

Le chef néo-démocrate, Thomas (Tom) Mulcair, a été élu à la tête du parti en 2012 à la suite de la mort de Jack Layton.

Après la victoire surprise du NPD aux élections provinciales albertaines de , le NPD est régulièrement en tête des sondages au niveau fédéral ce qui fait des élections de 2015 les premières où le parti — le plus à gauche des trois grands partis nationaux — pourrait remporter la victoire.

Le NPD fait ainsi campagne sur le thème du changement tout en tentant de démontrer qu'il est crédible pour former un gouvernement fédéral[20]. Ce positionnement modéré permet cependant au Parti libéral de se positionner comme le « vrai changement » par des propositions plus audacieuses[21]. Le NPD est par ailleurs bousculé dans sa position dominante au Québec, où il est attaqué par les conservateurs et le Bloc québécois sur sa position sur le port du niqab lors des cérémonies de naturalisation[22].

En fin de campagne, les néo-démocrates mettent en avant leur opposition au partenariat transpacifique[16] mais cela ne suffit pas à enrayer la baisse des soutiens. Au soir du scrutin, le NPD ne fait élire que 44 députés, ramenant le parti à la troisième position, alors que de nombreuses têtes d'affiche sont défaites[23].

Malgré ce mauvais résultat, Thomas Mulcair souhaite se maintenir à la tête du parti[24] mais il perd en le soutien du congrès du NPD.

Parti libéral[modifier | modifier le code]

Parti libéral du Canada
Chef Justin Trudeau
Députés en 2011 34
Candidats 338
Slogans « Il est temps de changer ensemble »
« It's time for a real change »[14]
Résultats
Députés élus 184
Voix 6 908 032
Pourcentage 39,5 %

Depuis la défaite de Paul Martin en 2006, le score du Parti libéral a constamment baissé aux élections fédérales, jusqu'à terminer pour la première fois troisième derrière le NPD en 2011.

Les libéraux ont largement élu Justin Trudeau (le fils de l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau) à leur tête en 2013. Après son élection, le Parti libéral a connu un regain de popularité, arrivant régulièrement en tête des sondages mais, à partir du printemps 2015 il est surpassé de nouveau par les conservateurs et le NPD.

Face à cette situation, Trudeau, présenté comme jeune et inexpérimenté par ses concurrents, réussit une performance convaincante lors des débats. Les libéraux font, comme le NPD, campagne sur le thème du changement et tentent de se positionner comme le parti le plus opposé à Stephen Harper, quitte à apparaitre à la gauche des néo-démocrates. Trudeau promet ainsi de financer des infrastructures par un déficit, de taxer plus les riches ou d'annuler l'achat d'avions de chasse[21].

Ces positions permettent au Parti libéral de progresser tout au long de la campagne. Profitant de la dynamique, le parti réussit le jour du vote à remporter 184 sièges, soit 150 sièges de plus qu'en 2011, lui permettant de passer de la troisième position à un gouvernement majoritaire.

Autres partis[modifier | modifier le code]

Après avoir dominé le Québec lors de chaque élection fédérale de 1993 à 2008, le parti souverainiste du Bloc québécois a été balayé par le NPD en 2011, ne remportant que 4 sièges. Depuis, le Bloc québécois a perdu 2 députés et connu deux chefs différents (Daniel Paillé et Mario Beaulieu) avant que, face aux mauvais sondages, Gilles Duceppe qui avait démissionné en 2011 ne reprenne la tête du parti en . Le Bloc québécois espère ainsi durant la campagne reprendre le terrain perdu face au NPD en se positionnant comme seul capable de « défendre les intérêts des Québécois et des Québécoises » et jugeant la possible défaite du gouvernement conservateur comme « un faux débat »[25]. Duceppe fait ainsi de l'interdiction du port du niqab dans les cérémonies de naturalisation et les services publics une priorité de son parti en attaquant la position du NPD à ce sujet[26]. Cette campagne ne permet toutefois pas au Bloc de reprendre le terrain perdu : le parti remporte six sièges de plus — en profitant de la baisse du NPD — mais réalise un score en voix encore plus faible qu'en 2011. Gilles Duceppe lui-même est de nouveau battu dans Laurier—Sainte-Marie par le NPD. Duceppe démissionne quelques jours plus tard du poste de chef du Bloc québécois, pour la seconde fois.

Le Parti vert avait remporté son premier siège lors d'élections générales en 2011 : celui de sa chef Elizabeth May à Saanich—Gulf Islands. Le parti a gagné un second député en 2013, lorsqu'il a été rejoint par Bruce Hyer, précédemment élu sous la bannière du NPD en 2011. Celui-ci n'est toutefois pas réélu dans Thunder Bay—Superior-Nord et May demeure la seule députée du parti.

Enfin, Forces et Démocratie dispose au moment de la dissolution de la chambre de deux sièges, ceux de Jean-François Fortin et de Jean-François Larose, respectivement élus sous la bannière du Bloc québécois et du NPD et qui ont fondé un nouveau parti en 2014. Ils ne présentent toutefois que 17 candidats qui sont tous battus.

Bloc québécois Parti vert du Canada Forces et Démocratie
Chef Gilles Duceppe Elizabeth May Jean-François Fortin
Députés en 2011 4 1 0
Candidats 78 336 17
Slogans « On a tout à gagner » « Un Canada qui travaille. Ensemble »
« A Canada that works. Together »
« Allier les forces de nos régions »
Résultats
Députés élus 10 1 0
Voix 818 557 601 461 8 298
Pourcentage 4,7 % 3,4 % 0,0 %

En tout, 18 partis sont enregistrés auprès d'Élections Canada[27].

Candidats[modifier | modifier le code]

Députés qui ne se représentent pas[modifier | modifier le code]

Environ un cinquième des députés sortants ne se représentant pas, soit plus que dans toutes les élections fédérales depuis 2004. Des députés conservateurs particulièrement connus, comme James Moore, John Baird ou Peter MacKay, ont notamment choisi de ne pas être de nouveaux candidats[28].

Conservateurs
Néo-démocrates
Libéraux
Bloquistes
Indépendants

Campagne[modifier | modifier le code]

Enjeux[modifier | modifier le code]

Durée de la campagne[modifier | modifier le code]

En demandant la dissolution du Parlement dès le , Stephen Harper ouvre une campagne électorale de 78 jours, soit la plus longue de l'histoire du Canada. Le Premier ministre justifie ce choix par le fait que la date des élections est connue et que les autres partis sont déjà en campagne. Il dit souhaiter que les partis mènent l'élection avec leurs propres fonds et « pas des fonds gouvernementaux, pas des fonds parlementaires »[5].

Ce choix est critiqué par les chefs de l'opposition qui y voient du cynisme et de la partisanerie. Les conservateurs sont notamment accusés de vouloir une campagne plus longue afin de profiter du fait qu'ils ont plus d'argent à dépenser que les autres partis[84]. La justification donnée par Harper pour cette campagne est également contestée car la moitié des dépenses électorales des partis sont remboursés et qu'une campagne plus longue coutera donc plus cher aux contribuables : les 41 jours de campagne supplémentaires pourraient coûter 114 millions de dollars supplémentaires en remboursement de frais de campagne, auxquels s'ajoutent les frais supplémentaires d'organisation des élections par Élections Canada[85].

Économie et déficit public[modifier | modifier le code]

 Selon Stephen Harper, le ralentissement économique est dû à la chute du prix du pétrole.
Selon Stephen Harper, le ralentissement économique est due à la chute du prix du pétrole.

La situation économique est un des principaux enjeux de la campagne : après la crise de 2008, l'économie canadienne a renoué temporairement avec la croissance mais est en contraction depuis le début de l'année 2015, notamment sous l'effet de la chute du prix du pétrole[86].

En lançant la campagne le , Stephen Harper déclare que « La gestion de l'économie reste la priorité première » des conservateurs[5]. Il souligne le bon bilan de son gouvernement et notamment que, depuis le creux de la crise économique de 2008, l'économie canadienne a créé 1,3 million d'emplois et qu'« il n'y a jamais eu plus de Canadiens et de Canadiennes au travail qu'aujourd'hui »[87]. Selon Harper, les difficultés économiques depuis le début de l'année sont sans lien avec la politique conservatrice et sont à imputer à « l'instabilité politique dans le monde » et au « ralentissement en Chine, aux États-Unis ». Il propose de « continue[r] avec un programme discipliné […] qui comprend des baisses de taxes et des impôts »[86].

Ce bilan est toutefois contesté par l'opposition. Thomas Mulcair, qui fait de l'économie un des axes principaux de sa campagne[88], insiste sur le fait que le Canada compte 200 000 chômeurs de plus qu'avant la crise[87]. Selon lui, Harper « a le pire bilan de croissance économique de tout premier ministre depuis les années 1960 ». Le NPD propose de « relancer l’économie et aider les Canadiens à retrouver du travail » notamment dans le secteur manufacturier, d'augmenter les retraites et de porter le salaire minimum fédéral à 15 dollars l'heure[88].

Les libéraux soutiennent quant à eux que le projet du NPD n'est pas crédible. Ils promettent de réduire les impôts de la classe moyenne et d'augmenter ceux des plus aisés tout en réduisant les allocations pour enfants pour les familles riches[88].

Le Parti libéral souhaite par ailleurs investir 65 à 125 milliards de dollars en infrastructures et annonce pour cela un déficit public de 10 milliards de dollars à résorber en trois ans[89]. Cette proposition est critiquée par le NPD, qui accuse Justin Trudeau d'avoir changé d'avis sur le déficit. Tom Mulcair propose lui d'équilibrer le budget dès l'année prochaine. Quant à Stephen Harper, il juge que Justin Trudeau « ne sait pas de quoi il parle » quand il parle de finances publiques[90].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Après la fusillade du à Ottawa, le gouvernement conservateur a fait adopter la loi antiterroriste (C-51) qui renforce notamment les pouvoirs des services de renseignement. Dans sa campagne, Harper souligne que « des gens et des groupes violents veulent tuer des Canadiens », se référent notamment aux actions de l'État islamique. Pour lui, la loi C-51 donne « aux agences de sécurité les moyens et les outils dont elles ont besoin pour contrer cette menace » et il critique l'opposition qui voudrait « affaiblir nos services de sécurité » et « retirer nos troupes [d'Irak] »[91].

Le Parti libéral a soutenu la loi C-51, malgré quelques critiques et la promesse de l'amender s'ils sont élus. Pour Justin Trudeau, la loi met en péril certaines libertés mais comporte plus d'aspects positifs que négatifs[92],[93].

À l'inverse, le NPD s'oppose à cette loi et promet de l'abroger. Selon les néo-démocrates, le texte n'est pas équilibré entre le besoin de protéger les Canadiens et la nécessité de préserver les libertés civiles. Ils jugent également que les mécanismes de surveillance des services de sécurité sont insuffisants[94],[93].

Le Parti vert est également opposé à la loi C-51 alors que le Bloc québécois a voté pour[95].

Relations entre le gouvernement fédéral et les provinces[modifier | modifier le code]

La première ministre libérale de l'Ontario fait activement campagne contre les conservateurs.

Le début de campagne est marqué par les relations tendues entre le premier ministre fédéral conservateur Stephen Harper et la première ministre libérale ontarienne Kathleen Wynne. Celle-ci s'offusque notamment que le gouvernement fédéral refuse de l'aider à mettre en place un régime de retraite provincial comme il en existe un au Québec, parlant d'une « relation dysfonctionnelle » avec le gouvernement Harper. Kathleen Wynne s'engage en apportant un soutien actif à la campagne du chef libéral fédéral Justin Trudeau[96],[97].

Harper réplique en sous-entendant que Wynne fait un mauvais travail et déclare que son plan de régime de retraite est une hausse d'impôt[96],[97]. Il s'attaque par ailleurs au gouvernement NPD de l'Alberta, qualifiant sa politique de hausse des impôts sur les sociétés de « désastre ». La première ministre Rachel Notley défend son choix en rappelant que les Albertains ont voté à peine quelque mois plus tôt contre le gouvernement conservateur sortant et en qualifiant les attaques du premier ministre fédéral contre un gouvernement provincial d'« unusuelles ». Elle indique son soutien pour le NPD mais elle ne s'implique pas directement dans la campagne fédérale[98],[99].

Autochtones[modifier | modifier le code]

Manifestants d’Idle No More.

Selon l'Assemblée des Premières Nations, le vote des Autochtones pourrait faire basculer le résultat dans 51 circonscriptions alors que les partis d'opposition espèrent une participation accrue des électeurs autochtones pour défaire le Parti conservateur[100].

En effet, le gouvernement de Stephen Harper a eu des relations particulièrement difficiles avec les Premières Nations au cours de son mandat[101]. En 2012/2013, il a notamment été confronté au mouvement Idle No More qui l'accusait notamment de violer les traités ancestraux.

Le gouvernement Harper a par ailleurs refusé la création d'une commission d’enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées, malgré les demandes des représentants autochtones[102],[103], préférant donner des moyens aux enquêtes policières[104].

À l'inverse, Thomas Mulcair dénonce une « attitude de racisme rampant » et promet d'être « un premier ministre qui se soucie vraiment » des femmes autochtones et qu'un gouvernement NPD mettrait en place une telle commission dans ses 100 premier jours[104]. Le NPD souhaite également créer un comité au sein du cabinet pour le respect des traités avec les Premières Nations et engager des dépenses d'infrastructure et d'éducation[101].

Les promesses du Parti libéral incluent également des fonds pour l'éducation des Premières Nations et les autochtones qui font des études supérieures et la création d'une commission sur les femmes autochtones disparues[101].

Procès de Mike Duffy[modifier | modifier le code]

Le procès de Mike Duffy s'ouvre au mois d', en pleine campagne électorale. Duffy est accusé de fraude, abus de pouvoir et corruption pour avoir notamment facturé au Sénat des dépenses liées à la campagne de Stephen Harper de 2011 et d'avoir ensuite remboursé le Sénat grâce à un chèque de 90 172 $ que lui a fait le chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright.

Durant le procès, les différents témoignages et la diffusion par la GRC des courriels des membres du cabinet du Premier ministre laissent apparaitre que des proches conseillers de Stephen Harper étaient informés de ces agissements et ont tenté, après qu'ils ont été rendus public, de les présenter sous un jour positif[105],[106].

Stephen Harper maintient que, malgré l'implication de son entourage direct, il n'a pas été informé du remboursement des frais par un chèque de Nigel Wright[107]. En campagne, le premier ministre refuse de répondre aux questions sur le procès de Mike Duffy[108].

Possible coalition[modifier | modifier le code]

Au cours de la campagne, alors que la plupart des sondages laisse entrevoir qu'aucun parti ne disposera d'assez de sièges pour une majorité, la question d'une coalition est posée aux chefs de parti.

Stephen Harper se déclare tout à fait opposé à une coalition : selon lui, « le parti qui gagne le plus de sièges dans notre système est le parti qui forme le gouvernement ». En 2011, il avait fait campagne en insistant sur la nécessité d'obtenir une majorité pour son parti et en dénonçant le fait que les autres partis pourraient former une coalition pour prendre le pouvoir[109]. Harper déclare que si le Parti conservateur est devancé par un autre parti, même d'un seul siège, il renoncerait au gouvernement[110].

Ce refus d'une coalition est critiqué par la journaliste Kady O'Malley ou l'universitaire Philippe Lagassé qui signalent que le fait pour plusieurs partis de s'allier pour former une majorité est une procédure possible dans le cadre du parlementarisme canadien[110].

Justin Trudeau s'est déclaré par le passé ouvert à une coalition libérale-NPD à condition que Thomas Mulcair n'y participe pas[111] mais déclare pendant la campagne que « les Canadiens ne sont pas intéressés par des coalitions formelles »[109] et qu'il ne s'engagerait dans une négociation avec les néo-démocrates[112].

À l'inverse, Thomas Mulcair se déclare prêt à travailler avec les autres partis pour remplacer le gouvernement conservateur et reproche aux libéraux d'y être fermés[109].

Mulcair et Trudeau indiquent tous les deux que leur parti respectif ne soutiendrait en aucun cas un gouvernement conservateur minoritaire[112],[113]. Mulcair indique même qu'il ferait « tout ce qu'il y a à faire » pour que Harper ne soit plus premier ministre après l'élection[114].

Elizabeth May déclare que, dans le cas où les conservateurs auraient le plus de sièges sans avoir de majorité, elle ne souhaite pas qu'ils restent au pouvoir « simplement parce que le NPD et les libéraux seraient paralysés par leur inimité partisane » et souhaite que les verts jouent les médiateurs pour une coalition[109]. Pour Gilles Duceppe, « Harper ne sera pas premier ministre, même s'il termine avec le plus de sièges, dans un parlement minoritaire, »[114].

Port du niqab lors des cérémonies de naturalisation[modifier | modifier le code]

Après l’annulation par la Cour fédérale d'un règlement du gouvernement conservateur, interdisant le port du niqab lors des prestations de serment de naturalisation, un débat éclate à ce sujet. Le gouvernement Harper entend porter le cas devant la Cour suprême et annonce vouloir inscrire l'interdiction dans une loi s'il est réélu[115]. Pour Stephen Harper, « Quand les nouveaux citoyens prêtent serment, ils doivent le faire à visage découvert, c'est une question de respect pour nos valeurs fondamentales d'égalité et d'ouverture[17]. » Selon des études d'opinion, cette interdiction du niqab est largement majoritaire chez les Canadiens (82 % s'y disent favorables), et plus encore au Québec (93 %)[116] où ce débat fait écho à celui sur la Charte des valeurs.

Gilles Duceppe décide de faire de la question du niqab un des points centraux de la campagne du Bloc québécois. Il va plus loin que les conservateurs et annonce lors du premier débat en français que le premier acte du Bloc québécois dans le nouveau Parlement sera de déposer un projet de loi interdisant le port du niqab lors de ces cérémonies, mais également lors du vote et dans les services publics[117]. Il se déclare en faveur de l'invocation de la clause nonobstant si une telle loi contrevenait à la Charte canadienne des droits et libertés[118] et attaque frontalement la position du NPD à ce sujet.

En effet, à l'inverse, le NPD considère que ce débat est « une arme de distraction de masse » : pour Thomas Mulcair, « personne ne devrait dire à une femme quoi porter ou quoi ne pas porter ». Selon lui, interdire le niqab est une mauvaise solution car « Si certaines de ces femmes sont opprimées, on doit les aider. Ce n'est pas en les privant de leur citoyenneté canadienne et de leurs droits qu'on va y arriver »[119],[120]. Dans le même sens, Justin Trudeau pense que ce débat fait partie d'« une politique de peur et de division » : pour le chef libéral, le Canada est « un pays qui protège les droits des minorités », ce qui inclut le droit de porter le niqab[121].

Selon le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration, sur les quatre dernières années, seules deux femmes ont refusé de se dévoiler soit « 0,0003 % des nouveaux Canadiens qui ont participé à une cérémonie de prestation de serment[122]. »

Partenariat transpacifique[modifier | modifier le code]

Le , une entente sur le partenariat transpacifique (PTP) est annoncée. Stephen Harper qualifie l'annonce de ce traité de libre-échange de « jour historique pour le Canada » tout en assurant que les secteurs ouverts à la concurrence internationale, notamment les agriculteurs, recevront des éléments de compensation pour 4,3 milliards de dollars tout en reconnaissant que certaines industries « devraient s'adapter »[16].

À l'inverse, le NPD est très critique de cet accord. Pour Thomas Mulcair, « Il sacrifie nos fermes familiales, il abandonne les travailleurs automobiles, il va faire grimper le coût des médicaments ». Il critique par ailleurs le fait que le gouvernement ait signé une entente donc le contenu n'est pas entièrement public en pleine campagne électorale. Les syndicats partagent le scepticisme du NPD, estimant que le traité pourrait entrainer la perte de 2 000 emplois[16].

Justin Trudeau n'indique pas formellement qu'il soutient le PTP tout en affichant le soutien de principe du Parti libéral au libre-échange et aux accords commerciaux[16].

Débats[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les chefs des principaux partis participent à deux débats lors d'une campagne fédérale — un en anglais et l'autre en français. Ces débats sont organisés par un consortium de radio-télédiffuseurs comprenant la CBC, Radio-Canada, CTV et Global[123]. Toutefois, en , les conservateurs ont annoncé ne pas vouloir participer à ces débats pour prendre part à jusqu'à cinq débats organisés de manière indépendante[123]. Le NPD a indiqué que Thomas Mulcair participerait à tous les débats où le premier ministre serait présent[124]. Le chef libéral Justin Trudeau a été invité aux cinq débats confirmés. Le Bloc québécois a confirmé sa participation au deux débats en français et les verts à ceux organisé par Radio-Canada et Maclean's[125],[126]. Forces et Démocratie n'a été invité à aucun débat.

Débats confirmés :

Sujet Participants Date Organisateur (lieu) Animateur/Modérateur Notes
Général Harper, Mulcair, Trudeau, May [127] Maclean's, Rogers, et Citytv[128] (Toronto) Paul Wells Débat en anglais avec traduction en direct en français, italien, mandarin, cantonais et pendjabi. Diffusé sur City, OMNI.1, OMNI.2 et CPAC ; diffusion en ligne sur Macleans.ca, Citytv.com, CityNews.ca, OMNItv.ca, CPAC.ca, Facebook, YouTube et les stations de radio de Rogers.
Économie Harper, Mulcair, Trudeau[129] The Globe and Mail et Google Canada[130] (Calgary) David Walmsley Débat en anglais. Diffusion en ligne sur le site du Globe and Mail et YouTube avec traduction en direct en français sur CPAC.
Général Harper, Mulcair, Trudeau, Duceppe, May[131] Radio-Canada et La Presse[131] (Montréal) Anne-Marie Dussault, Patrice Roy et Yves Boivert Débat en français. Diffusé sur Radio-Canada, Télé-Québec et CPAC. Diffusion avec traduction en direct en anglais sur CBC News, CTV News et Global News. En ligne sur le site de Radio-Canada.
Politique étrangère Harper, Mulcair, Trudeau [132] Munk School of Global Affairs[132] (Toronto) Rudyard Griffiths Débat bilingue diffusé sur CPAC.
Général Harper, Mulcair, Trudeau, Duceppe [133] TVA (Montréal) Pierre Bruneau Débat en français diffusé sur TVA, LCN et CPAC[125].

Sondages d'opinion[modifier | modifier le code]

De au déclenchement de la campagne électorale, les sondages indiquent une course à trois entre les conservateurs, les néo-démocrates et les libéraux, chaque parti se situant autour de 30 %.

Dans la première partie de la campagne, le NPD est généralement donné en tête alors que les conservateurs connaissent un décrochage, suite notamment au procès Duffy, mais il est par la suite rattrapé par les autres partis et notamment les libéraux qui gagnent du terrain après les débats des chefs. À la mi-campagne, moins de 5 points séparent les trois partis selon les différents instituts de sondage.

À partir de mi-septembre, le Parti conservateur et le Parti libéral continuent de gagner du terrain sur le NPD, qui chute à la troisième place. Puis, dans les deux semaines qui précèdent le scrutin, les libéraux prennent l'ascendant sur les conservateurs jusqu'à apparaitre nettement en tête à la veille du vote.

Sondages d'opinion depuis le 2 août 2015.

Résultats[modifier | modifier le code]

Alors que les sondages prédisaient un parlement minoritaire, les résultats sont meilleurs qu'attendus pour Parti libéral, qui remporte 184 sièges, soit 14 de plus que la majorité absolue et le nombre le plus important de députés pour un parti depuis les élections de 1984. C'est seulement la seconde fois depuis 1925 qu'un parti politique passe de la troisième position au gouvernement. Les libéraux sont en tête dans toutes les provinces sauf l'Alberta et la Saskatchewan, réalisant même un balayage complet des provinces de l'Atlantique. C'est la première fois depuis 1980 que le Parti libéral remporte le plus de sièges au Québec qui fut son bastion tout au long du XXe siècle. Les libéraux remportent par ailleurs la totalité des sièges de Toronto et sont le seul parti ayant des députés dans toutes les provinces.

À l'inverse, avec 99 sièges, le Parti conservateur devient l'Opposition officielle après neuf années au pouvoir. S'ils réussissent, grâce à la baisse du NPD, à gagner 12 sièges au Québec, les conservateurs baissent partout ailleurs.

Avec 44 députés, le NPD réalise le second meilleur résultat de son histoire mais il s'agit d'une forte déception après le résultat de 2011. Le parti perd plus de la moitié de son caucus, y compris dans des circonscriptions réputés sûres où se présentaient des têtes d'affiche du parti, tels Toronto—Danforth ou Halifax. Les néo-démocrates redeviennent le troisième parti à la Chambre des députés après une décennie de progression constante. Le NPD remporte 16 sièges au Québec, une baisse forte par rapport à 2011 mais qui démontre l'implantation de certains députés dans une province où le parti a longtemps été inexistant. Par ailleurs, avec 3 députés en Saskatchewan, le NPD se réimplante dans la province qui fut son bastion historique.

Avec 10 sièges, le Bloc québécois profite de la baisse du NPD au Québec mais il ne recueille que 19,3 % des voix dans la province, encore moins qu'en 2011. Il s'agit de la pire performance réalisé par un parti souverainiste.

Enfin, le Parti vert reste représenté par sa seule chef Elizabeth May, largement réélue dans Saanich—Gulf Islands.

Avec 68,5 %, la participation bondit de plus de 7 points.

Résultats nationaux[modifier | modifier le code]

Parti Chef Candidats Sièges Voix
2011 Dissol. 2015 diff.
(dep. 2011)
 % sièges Voix Voix diff.  % diff. (pts)
     Parti libéral Justin Trudeau 338 34 36 184 +150 54,44 % 6 930 136 +4 146 961 39,47 % +20,56 %
     Parti conservateur Stephen Harper 338 166 159 99 -67 29,29 % 5 600 496 -231 905 31,89 % -7,73 %
     Nouveau Parti démocratique Thomas Mulcair 338 103 95 44 -59 13,02 % 3 461 262 -1 047 212 19,71 % -10,92 %
     Bloc québécois Gilles Duceppe 78 4 2 10 +6 2,96 % 818 652 -71 136 4,66 % -1,38 %
     Parti vert Elizabeth May 336 1 2 1 ±0 0,3 % 605 864 +29 643 3,45 % -0,46 %
     Indépendant et sans étiquette 80 8 0 49 905 -22 826 0,28 % -0,21 %
     Parti libertarien Timothy P. Moen 72 0 - 37 407 +31 390 0,21 % +0,17 %
     Parti de l'héritage chrétien Rodney L. Taylor 30 15 284 -3 934 0,08 % -0,05 %
     Parti marxiste-léniniste Anna Di Carlo 70 0 9 105 -1 055 0,05 % -0,02 %
     Forces et Démocratie Jean-François Fortin 17 0 2 0 8 298 - 0,05 % -
     Parti Rhinocéros Sébastien Corriveau 27 7 349 +3 530 0,04 % +0,01 %
     Parti progressiste Sinclair M. Stevens 8 4 472 -1 366 0,03 % -0,01 %
     Parti communiste Miguel Figueroa 26 4 382 +1 457 0,02 % 0 %
     Animal Alliance Liz White 8 1 761 +310 0,01 % 0 %
     Parti marijuana Blair T. Longley 8 1 626 -238 0,01 % 0 %
     Parti pour l'avancement de la démocratie Stephen J. Garvey 4 1 187 0,1 %
     Parti pirate Roderick Lim 5 906 -2 292 0,01 % -0,01 %
     Action canadienne Jeremy E. Arney 3 429 -1 601 0,00 % -0,01 %
     Parti Canada James K. Pankiw 1 270 0,00 %
     Alliance du Nord François Bélanger 1 136 0,00 %
     Parti des aînés du Canada Daniel J. Patton 1 158 0,00 %
     Parti pour nouer des liens David Berlin 1 121 0,00 %
     Parti pour la responsabilisation Michael Nicula 1 90 0,00 %
     Parti uni Bob Kesic 1 57 -237 0,00% -0,00 %
     Vacant 4
Total 1 792 308 308 338 ±9,74 % 100,0 % 17 559 353 +2 838 773 100 %
Source : Liste des candidats confirmés, Résultats du soir d'élection - National
Gains et pertes entre partis
Parti 2011
(redist.)
Gains et pertes 2015
LIB CON NPD BQ VRT
Libéral 36 96 51 1 184
Conservateur 188 -96 -3 99
NPD 109 -51 3 -7 44
Bloc québécois 4 -1 7 10
Vert 1 1
Total 338 148 -99 -55 6 338

Résultats provinciaux[modifier | modifier le code]

Parti CB AB SK MB ON QC NB ÎPÉ TNL YT NT NU Total
Libéral Sièges 17 4 1 7 80 40 10 11 4 7 1 1 1 184
Voix 35,2 24,6 23,9 44,6 44,8 35,7 51,6 61,9 58,3 64,5 53,6 48,3 47,2 39,5
Conservateur Sièges 10 29 10 5 33 12 0 0 0 0 0 0 0 99
Voix 30,0 59,5 48,5 37,3 35,0 16,7 25,3 17,9 19,3 10,3 24,0 18,0 24,8 31,9
NPD Sièges 14 1 3 2 8 16 0 0 0 0 0 0 0 44
Voix 25,9 11,6 25,1 13,8 16,6 25,4 18,3 16,4 16,0 21,0 19,5 30,8 26,5 19,7
Bloc québécois Sièges 10 10
Voix 19,3 4,7
Vert Sièges 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 1
Voix 8,2 2,5 2,1 3,2 2,9 2,3 4,6 3,4 6,0 1,1 2,9 2,8 1,5 3,4
Indépendants Voix 0,1 0,8 0,2 0,6 0,2 0,1 0,1 0,3 2,9 0,2
Total 42 34 14 14 121 78 10 11 4 7 1 1 1 338

Suites[modifier | modifier le code]

Après l'élection, le Premier ministre sortant Stephen Harper communique au gouverneur général son intention de démissionner. Cette démission intervient le , juste avant l'assermentation de Justin Trudeau comme 23e Premier ministre du Canada à Rideau Hall. Le conseil des ministres est assermenté le même jour[134]. Il comporte 25 membres à parité femmes-hommes[135].

De plus, le soir de l'élection, le Parti conservateur a annoncé que Stephen Harper démissionne de son poste de chef[19] mais demeure député d'arrière-ban[134]. Le caucus du parti élit Rona Ambrose comme chef intérimaire le [136] dans l'attente d'une course à la chefferie.

Le , Gilles Duceppe démissionne également de la tête du Bloc québécois. Rhéal Fortin assure l'intérim[137].

À l'inverse, Thomas Mulcair se maintient à la tête du NPD[24] mais, au congrès du parti d' une majorité des délégués vote en faveur d'un changement de chef[138].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Position des partis à la dissolution de la 41e législature », sur Parlement du Canada (consulté le 8 septembre 2015)
  2. . « Loi modifiant la Loi électorale du Canada », (C-16) [lire en ligne]
  3. . « Loi électorale du Canada », art. 56.1(1) [lire en ligne]
  4. « Élections fédérales à date fixe: une très longue campagne à l'horizon », sur La Presse,‎
  5. a, b et c « Les Canadiens en campagne électorale pour 78 jours », sur Radio-Canada,‎
  6. Service d'information à l'électeur, Élections Canada.
  7. « Loi sur la représentation équitable, S.C. 2011, c. 26 », sur laws.justice.gc.ca
  8. a et b « Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle carte électorale », sur Radio-Canada,‎
  9. « Plafonds préliminaires des dépenses électorales des partis politiques enregistrés », sur Élections Canada (consulté le 10 août 2015)
  10. « Plafonds préliminaires des dépenses électorales des candidats », sur Élections Canada (consulté le 10 août 2015)
  11. « Le système électoral du Canada », sur Élections Canada (consulté le 10 août 2015)
  12. (en) « Federal election sure to be nasty, expensive and long », sur The Toronto Star,‎
  13. « Rapport financier d'un parti enregistré », sur Électiosn Canada (consulté le 10 août 2015)
  14. a, b et c « Les stratégies des slogans de campagne électorale », sur Infopresse,‎
  15. (en) « Conservatives swing into lead, close in on majority government, new poll suggests », sur The Toronto Star,‎
  16. a, b, c, d et e « Conclusion du PTP : Harper très enthousiaste... ses adversaires beaucoup moins », sur Radio-Canada,‎
  17. a et b « Harper revient à la charge sur le niqab », sur TVA,‎
  18. (en) « Federal election sure to be nasty, expensive and long », sur Toronto Star,‎
  19. a et b « Stephen Harper démissionne de son poste de chef », sur TVA,‎
  20. « Une autre vague orange ? », sur LaPresse.ca,‎
  21. a et b (en) « Justin Trudeau stakes his claim to prove he's the true anti-Harper candidate », sur CBC,‎
  22. (en) « NDP losing momentum in Quebec in new Léger poll », sur The Globe and Mail,‎
  23. « Le NPD encaisse une dure défaite », sur Métro,‎
  24. a et b « Le NPD solidaire envers son chef dans la défaite », sur La Presse,‎
  25. « Le Bloc affirme qu'il est la seule voix des Québécois », sur TVA Nouvelles,‎
  26. « Le chef du Bloc québécois resserre son attaque sur le port du niqab », sur Radio Canada International,‎
  27. « Partis politiques enregistrés et partis politiques admissibles pour enregistrement », sur Élections Canada (consulté le 10 août 2015)
  28. (en) « Conservatives stand to suffer most from lack of incumbents », sur CBC,‎
  29. (en) « Calgary MP confirms retirement from federal politics »,‎
  30. a et b (en) Alice Funke, « UPDATED: Fifteen MP Retirements and Their Impact in 2015 »,‎ (consulté le 22 avril 2014)
  31. (en) « Which MPs could be in or out next year? », Toronto Star,‎ (consulté le 27 décembre 2014)
  32. (en) « Benoit not entering election race », Sherwood Park News,‎ (consulté le 17 juin 2015)
  33. (en) « MP Ray Boughen will not seek re-election », Global News,‎ (consulté le 30 avril 2014)
  34. (en) « GARRY BREITKREUZ NOT SEEKING 8TH TERM »,‎ (consulté le 17 avril 2014)
  35. (en) Mia Rabson, « Bruinooge says he won't run in next election », Winnipeg Free Press,‎ (consulté le 7 janvier 2015)
  36. (en) Paul Morden, « MP planning to step aside after what will be 35 years in politics », Sarnia Observer,‎ (consulté le 14 novembre 2014)
  37. (en) « Tory MP Barry Devolin won't seek re-election », Mississauga.com,‎ (consulté le 14 novembre 2013)
  38. a et b (en) « Christian Paradis, Shelly Glover, federal ministers, won't seek re-election »,‎ (consulté le 3 avril 2015)
  39. (en) « Longtime Edmonton MP Peter Goldring won’t seek re-election in 2015 », Edmonton Journal,‎ (consulté le 9 septembre 2014)
  40. (en) « Harris not seeking re-election, endorses Doherty », The Prince George Citizen,‎ (consulté le 28 octobre 2014)
  41. (en) « So long, Laurie Hawn: Edmonton MP says he won't run in 2015 election », CBC News,‎ (consulté le 10 mars 2014)
  42. (en) « Surrey Tory MP Russ Hiebert won't seek re-election », Surrey Now,‎ (consulté le 24 février 2014)
  43. (en) « B.C. Conservative MP Randy Kamp won’t seek re-election », The Globe and Mail (consulté le 1er février 2015)
  44. (en) « MP Gerald Keddy announces he will not seek 2015 re-election », CBC News,‎ (consulté le 26 mai 2014)
  45. (en) « Greg Kerr won’t re-offer in next federal election », Nova News Now,‎ (consulté le 28 avril 2014)
  46. (en) « Souris-Moose Mountain MP Komarnicki will not seek re-election in 2015 », Estevan Mercury,‎ (consulté le 10 mars 2013)
  47. (en) « Peter MacKay, justice minister, to leave federal politics », cbc.ca,‎ (consulté le 29 mai 2015)
  48. (en) « Okanagan-Shuswap MP won't seek re-election », Vernon Morning Star,‎ (consulté le 24 avril 2014)
  49. (en) « James Moore, Conservative cabinet minister, leaving federal politics », CBC News,‎ (consulté le 19 juin 2015)
  50. (en) « Rick Norlock will not be Candidate for 2015 election »,‎ (consulté le 18 août 2014)
  51. (en) Abbas Rana, « Conservative MP O’Connor won’t seek re-election, Sen. White might run »,‎ (consulté le 19 mai 2014)
  52. (en) Collin Gallant, « Payne will not run again »,‎ (consulté le 22 juillet 2014)
  53. (en) « Veteran MP Joe Preston won't run in 2015 federal election », CTV News London,‎ (consulté le 29 juin 2014)
  54. (en) « Edmonton-area MP announces plans to leave federal politics », CTV News Edmonton,‎ (consulté le 15 juin 2015)
  55. (en) « Perth-Wellington MP Schellenberger to retire, not seek re-election », CTV News Kitchener,‎ (consulté le 26 septembre 2014)
  56. (en) « Joy Smith leaving federal politics » (consulté le 13 janvier 2015)
  57. (en) Catherine Cullen, « Brian Storseth, critical of temporary foreign worker changes, won't run in 2015 », CBC News,‎ (consulté le 22 août 2014)
  58. (en) « Vellacott won’t run again », The StarPhoenix,‎ (consulté le 25 juillet 2013)
  59. (en) « Tory minister Lynne Yelich loses bid to run in new Sask riding », CTVNews,‎ (consulté le 22 juillet 2015)
  60. (en) « MP Alex Atamanenko will not run for another term », The Castlegar Source,‎ (consulté le 29 octobre 2013)
  61. (en) « Jeanne LeBer MP Tyrone Benskin loses nomination in Ville Marie-Le Sud Ouest-Ile-des-Sœurs »,‎ (consulté le 30 mars 2015)
  62. (en) « Number of MPs not seeking re-election continues to grow », Ottawa Citizen,‎ (consulté le 18 septembre 2014)
  63. (en) « Chris Charlton won't run for Hamilton Mountain MP again », CBC,‎ (consulté le 7 décembre 2014)
  64. (en) « NDP's Joe Comartin will not seek re-election », CBC News,‎ (consulté le 26 juin 2014)
  65. (en) « Jean Crowder, Veteran B.C. NDP MP, Says She Won't Run Again », The Huffington Post Canada,‎ (consulté le 23 janvier 2014)
  66. (en) « Libby Davies, NDP deputy leader, won't run in 2015 », CBC News,‎ (consulté le 12 décembre 2014)
  67. (en) « Genest se retire de la vie politique », La Voixde l'Est,‎ (consulté le 18 juin 2015)
  68. (en) Julianne Hazlewood, « NDP MP Yvon Godin won't run in the next election », CBC News,‎ (consulté le 9 janvier 2015)
  69. « Le député Pierre Jacob ne se représentera pas », Le Devoir,‎ (consulté le 20 mars 2015)
  70. Dominique La Haye, « Élections fédérales de 2015: Alexandrine Latendresse ne sera pas candidate », Le Journal de Montreal,‎ (consulté le 6 février 2015)
  71. « Le député Morin battu à l'investiture du NPD » (consulté le 1er mars 2015)
  72. « Pas de nouveau mandat pour Marie-Claude Morin », La Voix de l'Est,‎ (consulté le 25 juillet 2014)
  73. « Danielle Landreville, nouvelle candidate pour le NPD dans Joliette », laction.com (consulté le 28 mai 2015)
  74. (en) « Marco Mendicino beats Eve Adams for Liberal nomination in Eglinton-Lawrence », Globe and Mail,‎ (consulté le 26 juillet 2015)
  75. (en) « Gerry Byrne ready to pull the trigger on provincial politics », CBC,‎ (consulté le 23 septembre 2014)
  76. (en) « Irwin Cotler To Retire: Liberal MP Won't Run In Next Election », The Huffington Post Canada,‎ (consulté le 5 février 2014)
  77. (en) « Ted Hsu, Liberal Kingston MP, won't seek re-election », CBC News,‎ (consulté le 7 août 2014)
  78. (en) « Liberal MP Frank Valeriote won't run in next federal election », CTV News,‎ (consulté le 15 novembre 2014)
  79. (en) « Bloc Québecois to lose another MP », Sun News Network,‎ (consulté le 20 août 2014)
  80. (en) « MP André Bellavance leaves Bloc Québécois Will spend the rest of his term as an independent », Montreal Gazette,‎ (consulté le 25 août 2014)
  81. (en) « Québec NDP MP Sana Hassainia defects over Mideast position », sur cbc.ca,‎ (consulté le 20 octobre 2015)
  82. (en) « James Lunney Quits: Conservative MP Won't Seek Re-Election », The Huffington Post Canada,‎ (consulté le 12 octobre 2013)
  83. (en) « Suspended MP Massimo Pacetti won't seek re-election », CTV News,‎ (consulté le 18 mars 2015)
  84. « C'est de la partisanerie et du cynisme, dénoncent les partis d'opposition », sur Radio-Canada,‎
  85. « Une longue campagne qui va coûter cher aux contribuables », sur Radio-Canada,‎
  86. a et b « Les néo-démocrates du Québec, « les plus inefficaces de l'histoire », lance Harper », sur Radio-Canada,‎
  87. a et b « Taux de chômage et création d'emplois : qui dit vrai? L'épreuve des faits », sur Radio-Canada,‎ nil
  88. a, b et c « La joute la plus longue », sur Le Devoir,‎
  89. « Parti libéral : 125 milliards pour les infrastructures, 3 ans de déficit », sur Radio-Canada,‎
  90. « Le NPD dépeint Trudeau comme un vire-capot en matière de finances publiques », sur Radio-Canada,‎
  91. « Stephen Harper lance officiellement sa campagne à Montréal », sur 45enord.ca,‎
  92. « Les libéraux appuieront le projet de loi antiterroriste », sur La Presse,‎
  93. a et b « Le NPD votera contre le projet de loi antiterroriste C-51 », sur La Presse,‎
  94. « Le NPD votera contre le projet de loi antiterroriste C-51 », sur Le Devoir,‎
  95. « C-51 franchit une première étape », sur Le Devoir,‎
  96. a et b « Le gouvernement ontarien veut un changement de régime à Ottawa », sur Radio-Canada,‎
  97. a et b « Wynne en rajoute contre Harper », sur Radio-Canada,‎
  98. (en) « Stephen Harper fired 1st shot, now comes Rachel Notley's turn », sur CBC,‎
  99. (en) « Notley will vote for Mulcair, but vows to work with any PM », sur The Calgary Herald,‎
  100. (en) « Native Vote Could Make The Difference In Canada's Elections », sur Huffington Post Canada,‎
  101. a, b et c (en) « What the parties are promising on Aboriginal issues », sur The Toronto Star,‎
  102. « Violence envers les femmes autochtones : le gouvernement doit agir, estime Michèle Audette », sur Radio Canada,‎
  103. « Femmes autochtones: Harper rejette la tenue d'une enquête nationale », sur La Presse,‎
  104. a et b « Mulcair fait des promesses aux femmes autochtones », sur Journal Metro,‎
  105. « Le procès Duffy ajourné jusqu'en novembre », sur Radio-Canada,‎
  106. « Woodcock, le stratège qui ne lisait pas ses courriels jusqu'au bout... », sur Radio-Canada
  107. « Conservative government’s character revealed in Duffy affair: Hébert », sur The Toronto Star,‎
  108. « Stephen Harper esquive une autre question sur le procès Duffy », sur La Presse,‎
  109. a, b, c et d (en) « Coalition government could be possible, but party leaders are divided », sur CBC,‎
  110. a et b (en) « No, the party that wins the most seats does not automatically get to form government. », sur Ottawa Citizen,‎
  111. « Trudeau might be open to forming coalition with NDP, but not with Mulcair as leader », sur CBC,‎
  112. a et b « Trudeau n'appuierait pas Harper et ne veut pas parler de coalition avec Mulcair », sur La Presse,‎
  113. (en) « No chance NDP would support minority Harper government: Mulcair », sur The Toronto Star,‎
  114. a et b (en) « Mulcair and Trudeau have their differences, but can agree on need to turf Harper », sur CBC,‎
  115. « Ottawa porte la cause en appel », sur TVA,‎
  116. « Les Québécois et les Canadiens sont majoritairement contre le port du niqab aux cérémonies de citoyenneté, selon un sondage commandé par le gouvernement fédéral », sur Le Journal de Montréal,‎
  117. « Niqab, question nationale et économie : sujets variés pour un débat musclé », sur Radio-Canada,‎
  118. « Niqab: Duceppe en faveur du recours à la clause «nonobstant» », sur Le Soleil,‎
  119. « Stephen Harper essaie de cacher son bilan derrière le niqab », sur Le Journal de Montréal,‎
  120. « Niqab: Mulcair accuse ses adversaires d'aller trop loin », sur La Presse,‎
  121. « Le port du niqab est un droit pour Justin Trudeau », sur Radio-Canada,‎
  122. « Seules deux femmes ont refusé de se dévoiler pour obtenir leur citoyenneté », sur Radio-Canada
  123. a et b (en) « Broadcasters fight back against federal leaders’ debate changes », The Globe and Mail (consulté le 28 mai 2015)
  124. (en) « Canada election 2015: NDP threatens to pull out of broadcasters' debates », cbc.ca,‎
  125. a et b « Harper, Mulcair, Trudeau et Beaulieu croiseront le fer à TVA - ICI.Radio-Canada.ca », Radio-Canada.ca
  126. (en) « A viewer's guide to the Maclean's National Leaders Debate », Macleans.ca
  127. (en) « Maclean's Election Debate To Feature All 4 National Party Leaders », Huffington Post (consulté le 21 juin 2015)
  128. (en) « Conservatives turn down traditional TV debates for leaders », thestar.com,‎ (consulté le 28 mai 2015)
  129. (en) « Harper, Mulcair and Trudeau confirm Globe debate attendance », sur The Globe and Mail,‎
  130. (en) « Conservatives, NDP agree to Globe election debate on economy », The Globe and Mail (consulté le 28 mai 2015)
  131. a et b « La Presse et Radio-Canada tiendront un débat des chefs », sur La Presse,‎
  132. a et b « Le débat sur les débats est réglé: il y en aura cinq », sur Le Devoir,‎
  133. « Les quatre chefs s'affronteront le 2 octobre », sur TVA (consulté le 4 août 2015)
  134. a et b « Harper a bel et bien signalé son intention de démissionner », sur La Presse,‎
  135. « Justin Trudeau sera assermenté mercredi matin », sur Le Soleil,‎
  136. « Parti conservateur : un chef intérimaire le 5 novembre », sur Radio-Canad,‎
  137. « Gilles Duceppe part avec le sentiment du devoir accompli », sur Radio-Canada,‎
  138. « Mulcair désavoué, le NPD tiendra une course à la direction », sur Radio-Canada,‎

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]