Bussolin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bussolin
Bussolin
La ville et la Doire ripaire
Noms
Nom italien Bussoleno
Nom français Bussolin
Nom francoprovençal Busoulin
Nom piémontais Bussolin
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Piémont Piémont 
Ville métropolitaine Città metropolitana di Torino - Stemma.svg Turin 
Maire Anna Maria Allasio
2014-2019
Code postal 10053
Code ISTAT 001044
Code cadastral B297
Préfixe tel. 0122
Démographie
Gentilé bussolenesi
Population 6 521 hab. (31-12-2010[1])
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 00″ nord, 7° 09′ 00″ est
Altitude Min. 440 m
Max. 440 m
Superficie 3 738 ha = 37,38 km2
Divers
Saint patron Santa Maria Assunta
Fête patronale 15 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Bussolin

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Bussolin

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Bussolin
Liens
Site web http://www.comune.bussoleno.to.it/

Bussolin (en italien, Bussoleno) est une commune italienne de la ville métropolitaine de Turin dans le Piémont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue sur la ville depuis le col de la Croix de fer

La commune se trouve dans le Val de Suse irrigué par la Doire ripaire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bussolin
Mompantier Oulx Chanoux
Suse Bussolin
Mattie Roure Saint-Joire

Hameaux[modifier | modifier le code]

Amprimo, Foresto, Baroni, Bessetti, Meitre, Ballai, Arbrea, Grangie, Falcemagna, Tignai, San Lorenzo, Argiassera, Ricchettera, Pietra Bianca, Santa Petronilla, Prapontin, San Basilio

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Bussolin commence au début du Moyen Âge, période à laquelle remontent beaucoup d'éléments à l'intérieur de la ville. C'est le cas par exemple de la casa Aschieri, qui se trouve dans l'ancien bourg historique. Pendant toute la période qui va de l'an mil à la seconde moitié du XIXe siècle, il n'y a pas de grands changements et le village reste tel quel jusqu'au moment où le gouvernement piémontais décide d'y faire passer la ligne de chemin de fer qui le relie d'abord à Suse et ensuite à la France par le tunnel ferroviaire du Fréjus, ouvert en 1870. La position du village à l'intersection des deux lignes en fait une gare stratégique pour le trafic ferroviaire.

À partir de ce moment le village grandit parallèlement à la gare et à l'usine. Le développement se poursuit aussi avec l'industrie cotonnière qui en fait un pôle textile pour une longue période.

La situation change vers la fin du XXe siècle. Avec la crise de l'industrie textile et la récession dans les chemins de fer, avec une forte réduction des effectifs, le village perd beaucoup de son importance et la fermeture des activités principales entraîne un lent déclin qui se poursuit encore. Désormais, la partie ferroviaire appartenant au passé, la commune tente de se relancer dans de nouvelles activités, notamment en renforçant l'industrie extractive.

Elle se trouve sur le tracé de la future liaison ferroviaire à grande vitesse entre la France et l'Italie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2004 2009 Giuseppe Joannas Centre-gauche  
2009 2009 Anna Maria Allasio    
Les données manquantes sont à compléter.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]