Giaveno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Giaveno
Image illustrative de l'article Giaveno
Noms
Nom français Javein
Nom francoprovençal Javën
Nom piémontais Giaven
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Piedmont.svg Piémont 
Ville métropolitaine Provincia di Torino-Stemma.svg Turin 
Code postal 10094
Code ISTAT 001115
Code cadastral E020
Préfixe tel. 011
Démographie
Gentilé giavenesi
Population 16 730 hab. (31-12-2010[1])
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 00″ N 7° 21′ 00″ E / 45.03333, 7.3545° 02′ 00″ Nord 7° 21′ 00″ Est / 45.03333, 7.35
Altitude Min. 506 m – Max. 506 m
Superficie 7 100 ha = 71 km2
Divers
Saint patron San Lorenzo
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Giaveno

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Giaveno

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Giaveno
Liens
Site web http://www.giaveno.it

Giaveno (en francoprovençal Javën, parfois « francisé » en Javein) est une commune italienne d'environ 16 700 habitants, située dans la ville métropolitaine de Turin, dans la région Piémont, dans le nord-ouest de l'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1920, Joseph Marzi[2] devient un des exploitants de carrières de meulière en France, la plus importante est celle de la Revanche dans le département des Yvelines[3]. Il fait venir entre 1920 et 1930 des hommes de Giaveno. Il paie le voyage et loge les ouvriers. La villa-château, qu'il fait construire en meulière, devient le siège de son entreprise, à Trappes. Le château est démoli en 1958[3]. En 1936, quatorze carriers et leurs familles, résident à Trappes, originaires du hameau de La Maddalena Di Giaveno et ses petites communes avoisinantes, y travaillent[4]. Joseph Marzi meurt en 1953. En 1959, l'entreprise Marzi ferme ses portes : le béton et les parpaings ont vaincu meulière[3]. On peut voir les tombes de certains de ces carriers dans le cimetière d’Élancourt (village ou la Vallée Favière)[3],[4]. Les descendants des premiers émigrés fondent l'amicale des originaires de la région de Giaveno en 1987 et renouent chaque année avec leurs racines au pays[3].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Monuments et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 juin 2004 en cours Daniela Ruffino Centro-Destra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Alpe Colombino, Buffa, Chiarmetta, Colpastore, Dalmassi, Maddalena, Mollar dei Franchi, Pontepietra, Provonda, Ruata Sangone, Sala, Selvaggio, Villa.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Avigliana, Valgioie, Coazze, Trana, Perosa Argentina, Cumiana, Pinasca.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Né en 1885 à Turin, puis adopté par la famille Usseglio-Polatera, Giuseppe (Joseph) fut élevé jusqu'à l'âge de 11 ans à Giaveno. En 1896 il part avec des hommes qui vont chercher du travail en France.
  3. a, b, c, d et e Club de généalogie de Maurepas Élancourt, Racines, no 55, mai 2010, page 5.
  4. a et b "Musée de la Ville de Saint-Quentin-en-Yvelines">Documentation du Musée de la Ville[réf. incomplète].