Abbaye Saint-Marcel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'ancienne abbaye de moines bénédictins, voir Abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon.
Abbaye Saint-Marcel
Diocèse Diocèse de Cahors
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCCXL (440)[1]
Fondation 1175
Dissolution 1596-1610 et 1790
Abbaye-mère Abbaye de Cadouin
Lignée de Abbaye de Pontigny
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style

Coordonnées 44° 07′ 00″ nord, 1° 28′ 10″ est
Pays Drapeau de la France France
Province Duché d'Aquitaine
Département Tarn-et-Garonne
Commune Réalville

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Abbaye Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

(Voir situation sur carte : Tarn-et-Garonne)
Abbaye Saint-Marcel

L’abbaye Saint-Marcel est une ancienne abbaye cistercienne située sur le territoire de l'actuelle commune de Réalville, en Tarn-et-Garonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

L'abbaye est fondée dans la seconde moitié du XIIe siècle par les moines de l’abbaye de Cadouin, dans l'actuelle commune de Septfonds. Elle est rapidement transférée sur le site de Réalville. L'abbaye s'implante alors dans la vallée de la Lère, à la base des premiers coteaux[2].

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Le développement de l'abbaye de Saint-Marcel reste modeste. En 1313, elle ne compte, outre l'abbé, que dix-sept religieux. Durant les guerres de religion, l'édifice est entièrement détruit ; mais l'abbé Rey le fait reconstruire au début du XVIIe siècle[2].

Destruction à la Révolution[modifier | modifier le code]

À la Révolution, l'abbaye est fermée et vendue ; mais la plupart des bâtiments sont conservés jusqu'en 1852, date à laquelle Calixte de Valada, nouveau propriétaire des lieux, la fait raser. Les seules traces restant des murs originels se trouvent dans des fondations[2].

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

  • Raimond, abbé de Septfonds (vers 1150)[3]

L'abbaye[modifier | modifier le code]

L'église abbatiale (qui servait aussi d'église paroissiale pour les habitants des environs) était située à l'ouest du cloître et des bâtiments conventuels ; elle était tournée vers le nord. À son chevet se situait le cimetière des moines. Au sud de l'abbaye, se trouvait une grange ainsi que deux autres bâtiments non identifiés, situés plus à l'est. La terrasse, le puits et le jardin entouré de canalisations étaient localisés à l'est des bâtiments, au plus proche de la rivière[2].

L'ensemble des bâtiments était construit en briques, matériau aisément disponible en fond de vallée. Ces briques médiévales étaient de taille plus grande que les briques actuelles : environ 7 centimètres de hauteur pour une largeur comprise entre 20 et 35 centimètres[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Puthod, , 491 p. (lire en ligne), p. 265.
  2. a, b, c, d et e Carole Stadnicki, « Abbaye cistercienne de Saint-Marcel », sur http://patrimoines.midipyrenees.fr, Le patrimoine de Midi-Pyrénées, (consulté le 30 mai 2013).
  3. Charles Portal et Edmond Cabié, Cartulaire des Templiers de Vaour (Tarn), , p. 3 (doc. IV), disponible sur Gallica

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]