Sainte-Colombe (Ille-et-Vilaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Colombe
Sainte-Colombe (Ille-et-Vilaine)
L'église Sainte-Colombe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Intercommunalité Roche aux Fées Communauté
Maire
Mandat
Nelly Malnoë
2020-2026
Code postal 35134
Code commune 35262
Démographie
Population
municipale
351 hab. (2018 en augmentation de 11,08 % par rapport à 2013)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 16″ nord, 1° 27′ 22″ ouest
Altitude Min. 47 m
Max. 106 m
Superficie 7,58 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rennes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Guerche-de-Bretagne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Sainte-Colombe
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Sainte-Colombe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe

Sainte-Colombe est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 351 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Colombe est bordée au sud et au sud-est par la commune de Coësmes, dont le bourg est très proche (1,4 kilomètres). Au nord, elle jouxte le territoire de Janzé et du Theil-de-Bretagne. À l'est, elle est limitrophe de La Couyère.

La commune est traversée d'ouest en est par la route départementale 47, qui la relie à Coësmes et poursuit jusqu'à Retiers à l'est, et à l'ouest vers Tresbœuf et jusqu'à Poligné. La départementale 46 relie Sainte-Colombe à Janzé au nord, et la départementale relie la commune au Theil-de-Bretagne. Le bourg est concentré au point de jonction de ces trois axes routiers. Plusieurs hameaux sont situés dans les terres plus au nord. La départementale 99 traverse brièvement l'est du territoire de Sainte-Colombe, entre Coësmes et Le Theil de Bretagne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Colombe est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rennes, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 183 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (96,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,5 %), zones agricoles hétérogènes (18 %), prairies (6,7 %), zones urbanisées (3,6 %), forêts (0,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes parochia de Sancta Columba en 1240, Sancta Columba en 1241[8], ecclesia Sanctœ Columbœ en 1516.

Le nom de la commune est une référence à Colombe de Sens, martyre décapitée sur ordre de l'empereur Aurélien le à Sens dans l'actuel département de l'Yonne. Plusieurs villes de France ont glorifié la sainte en lui donnant son nom[9]. En Ille-et-Vilaine, un village de ce nom existe depuis le XIIIe siècle.

Le nom de la commune est Saentt-Cólonbb-an-la-Méy en gallo et Santez-Koulm en breton[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un lac artificiel a été créé dans la commune avec un affouillement de trois hectares.

La paroisse est supprimée en 1792 et rattachée à Coësmes, puis de nouveau rendue indépendante par ordonnance royale en 1826.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2008 René Castellier[11]   Agriculteur
mars 2008 mars 2014 Daniel Launay   Retraité de l'agroalimentaire
mars 2014 octobre 2016[12]
(démission)
Étienne Petibon[13] SE Retraité de l'industrie agroalimentaire
3 octobre 2016 25 mai 2020 Gilbert Pilard[14] SE Retraité de l'agriculture
25 mai 2020 En cours Nelly Malnoë[15] SE Retraitée, ancienne 3e adjointe
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[17].

En 2018, la commune comptait 351 habitants[Note 4], en augmentation de 11,08 % par rapport à 2013 (Ille-et-Vilaine : +4,83 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450446397207512519528531597
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
550538532488504560506495478
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
427440424345358351343320303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
307296277276262272300304311
2017 2018 - - - - - - -
351351-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille depuis 1996 la brasserie Sainte-Colombe, qui produit des bières réputées[20]. En 2020, la brasserie déménage à Corps-Nuds dans des locaux plus grands[21].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Colombe.

L'église de Sainte-Colombe est reconstruite au XVIIe siècle sur le plan d'une croix latine et est consacrée le . Sa porte est de style gothique, ornée de fleurons et de moulures. Le maître-autel a été réalisé entre 1663 et 1664 par Jean Simonneau et Pierre Robin. Il est constitué de tuffeau et de bois polychrome. Elle a été modifiée et dotée de son clocher actuel en 1888 par Arthur Regnault[22].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018, légale en 2021.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 3 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 3 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 112, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 » (consulté le 15 janvier 2017).
  9. Charles Barthélémy, Annales hagiologiques de la France: Deuxième et troisième siècles, Bureau des Annales hagiologiques de la France, (lire en ligne), p. 387-388.
  10. « Nom des villes bretonnes en gallo », sur Geobreizh (consulté le 16 février 2021).
  11. Ouest-France du 21 mars 1977.
  12. Démissionnaire pour raisons de santé.
  13. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  14. « Pays de la Roche-aux-Fées. Sainte-Colombe a un nouveau maire », sur ouest-france.fr, (consulté le 4 octobre 2016).
  15. Nicole CONQUER, « Municipales. Nelly Malnoë, première femme, maire de Sainte-Colombe », sur Ouest-France.fr, (consulté le 30 mai 2020).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « La bière de Sainte-Colombe va déménager », Le Journal de Vitré, 16 juillet 2019.
  21. « Près de Rennes. La brasserie Sainte-Colombe s'agrandit aux Grands sillons », Ouest-France, 23 juillet 2019.
  22. Notice no IA00007365, base Mérimée, ministère français de la Culture.