Coësmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Coësmes
Coësmes
L'église paroissiale Saint-Pierre.
Blason de Coësmes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Intercommunalité Roche aux Fées Communauté
Maire
Mandat
Luc Gallard
2020-2026
Code postal 35134
Code commune 35082
Démographie
Gentilé Coësmois
Population
municipale
1 474 hab. (2017 en augmentation de 2,5 % par rapport à 2012)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 52′ 59″ nord, 1° 26′ 27″ ouest
Altitude Min. 47 m
Max. 107 m
Superficie 23,24 km2
Élections
Départementales Canton de La Guerche-de-Bretagne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Coësmes
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Coësmes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coësmes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coësmes
Liens
Site web www.coesmes.fr

Coësmes est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 1 474 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

La commune s'étend sur 2 324 hectares.

Son sol se compose pour l’essentiel de grès armoricains, formant la partie la plus élevée au nord, à une centaine de mètres d’altitude. Ils dominent les bassins schisteux situés aux environs de 70 mètres. Ces bassins sont délimités par les niveaux gréseux du Châtellier qui culminent à90 mètres. Globalement, le relief de la commune est peu accentué mais les phénomènes de solifluxion, quaternaires, peuvent être observés sur les pentes marquant le contact grès-schiste.

Le réseau hydrographique est dominé par deux rivières, le ruisseau de Courgeon au sud-ouest de Coësmes et surtout par le ruisseau des Gadouilles, au nord. Le nord et le nord-est de la commune est limité par la forêt du Theil.

L'ancien canton de Retiers, et à une plus large échelle, le sud-est de l’Ille-et-Vilaine, est une région de transition entre la péninsule bretonne, fortement influencée par la mer, et l’intérieur des terres au climat plus contrasté. Le climat y est peu pluvieux, humide mais rarement froid ou chaud, souvent frais ou tiède. Il connaît peu les tempêtes : c’est un climat de nuances et de modération.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Cosmoe en 1199 ; Coismis en 1205 ; Quoismes en 1311 ; Couaismes et Couasmes en 1420 ; [ecclesia de] Coesmis en 1516 ; Couaismes au XVIIe siècle ; Coüesme en 1731[1],[2],[3].

Il convient sans doute de rapprocher Coësmes de Couesmes (Indre-et-Loire, Cosma XIIe siècle, Coesme XVe siècle) et Couesmes (Mayenne, Coismes 1241)[4],[5], car les formes anciennes sont analogues.

Il s'agit peut-être d'un radical gaulois *Cot- de sens inconnu[4], suivi du suffixe gaulois superlatif -isama[4] (cf. Belisama). Ernest Nègre, qui ne connait pas de formes anciennes, préfère l'emploi d'un nom de personne germanique pris absolument Godisma[5], alors que l'on ne trouve aucune trace d'un [d] et que l'utilisation de noms de personnes germaniques sans appellatifs, ni suffixes est rare dans ces régions du nord ouest.

Remarque : la nature des formes anciennes (absence de trace d'un [t]) et l'homonymie vraisemblable avec le nom de différentes communes hors de Bretagne ne permettent pas de proposer une étymologie à partir du breton koet « bois », ni même à partir du gaulois *caito- « bois » (de même origine celtique *caito), car ce dernier aurait dû évoluer en ceto-[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 2002, des fouilles archéologiques sur le site de l’actuel lotissement des Rochettes ont mis au jour les fondations d’un enclos en forme de fer à cheval, ouvert face au nord et dont l’occupation pourrait remonter au Ve siècle. Le site aurait connu des extensions successives jusqu’à l’an mil[7].

Vers 1070, Bovus ou Bovo de Coësmes, fils de Guidenoc et vassal des seigneurs de Châteaubriant, fait ériger une motte dans le bois de Sainte-Christine. Ce chevalier possède des biens à Ercé-en-Lamée, Juigné, Fercé, dans la paroisse Saint-Jean-de-Béré et à Châteaubriant[8]. Les de Coësmes possèdent également un manoir au lieu-dit le Plessix-en-Coësmes et à la Borderie, sur l’actuelle commune de Retiers[9]. En 1191, Herbert, évêque de Rennes et André II, baron de Vitré, confirment la donation de Brient de Coësmes qui aliène la moitié de sa dîme de Retiers au profit des moines de l'abbaye de Savigny. En 1201, il fait don aux religieuses de l’abbaye de Saint-Sulpice des Bois de l’autre moitié de cette dîme. Aux hosts du duc de Bretagne Jean II, tenus à Ploërmel en 1294, les de Coësmes reconnaissent devoir à l'armée ducale un chevalier et un écuyer[3],[10].

Guillotin de Corson signale qu’aux terres formant la seigneurie de Coësmes était joint un autre fief, celui des Mottes-en-Coësmes (duquel subsiste encore le manoir des Mottes, sur la commune voisine de Sainte-Colombe), relevant directement du roi[10]. Le tout formait une haute justice, exercée au bourg de Coësmes. En 1833, le maire Jean-Baptiste Després, ancien notaire de juridiction, indique que les ruines du bâtiment formé de la halle, de la prison et de l'auditoire seigneurial sont toujours visibles au milieu de la Haute-Rue[11].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Par succession, la terre de Coësmes passe à la famille Le Vayer puis aux barons de Maillé. Au XVe siècle, la seigneurie est vendue à Bertrand de Chevaigné. En 1541, Nicolas de Chevaigné se présente à la montre des nobles « en robe, mais fournissant un homme armé en estat d’homme d’armes, accompagné de quatre hommes et quatre chevaux, scavoir deux archers bien armés, un coustilleux bien armé et un page ; il déclara avoir de 700 à 800 livres de revenu noble »[10]. En 1555, Jean Ier Du Refuge, baron de Galardon, entre en possession de la seigneurie. Son fils prend le titre de comte de Coësmes. Les Du Refuge servent à la Cour, en qualité de gentilhomme de la chambre du roi Henri II, puis de chambellan du duc d’Alençon et du duc d’Anjou[12]. Pendant les guerres de Religion, le manoir du Plessix-en-Coësmes est occupé par une troupe de ligueurs, envoyés à Coësmes par les capitaines de la Pilletière et de Bellefontaine qui tiennent le château de Châteaubriant pour le compte du duc de Mercoeur. Ils sèment la terreur dans la campagne environnante, pillant les riches cultivateurs et rançonnant les habitants du bourg[13].

En 1652, les Du Refuge font ériger le maître-autel de l’église paroissiale, sur lequel ils font graver leurs armoiries : d’argent à deux fasces de gueules, deux bisses affrontées d’azur en pal, languées de gueules, brochantes sur le tout[14]. La famille s’éteint en 1726. Mise en vente, la seigneurie de Coësmes est achetée par René-Georges Saget de la Jonchère, maître de forges à Martigné, puis passe par alliance aux Goyon de Vaudurant. À la Révolution, Renée-Modeste de Goyon ayant fui la France avec son époux François-Jean-Donatien comte de Sesmaisons, ses biens sont confisqués et la seigneurie de Coësmes est vendue nationalement en 1795[15].

Révolution[modifier | modifier le code]

Coësmes adhère sans réserve à la Révolution. La commune est choisie pour accueillir, le 27 juin 1790, sur les landes de la Grasserie, la fédération des gardes nationales du district de la Guerche, soit plus de 2 500 hommes[16]. Une pyramide de 12 mètres de haut y est élevée pour commémorer le rassemblement (démolie en 1815 et remplacée par un chêne)[17]. Le clergé est constitutionnel : le culte est maintenu jusqu’en 1794. À sa démission, le curé Jean-Baptiste Gendrot est nommé agent municipal de la commune[18].

Le 1er juillet 1795, à quatre heures du matin, une troupe de mille chouans environ, commandés par Jean Terrien dit Cœur de Lion, surprennent le bourg de Coësmes. Déjà, dans le courant du mois de juin, plusieurs vols de chevaux, de grain et de cidre avaient été signalés à Coësmes, Thourie et Retiers. Encerclant immédiatement l’église servant de caserne, les chouans tentent en vain d’en déloger les gardes nationaux tandis que le gros de troupes pille systématiquement les maisons du bourg. À l’appel du tocsin, les gardes des communes voisines accourent, et les chouans se retirent sur Thourie puis Fercé[15].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le bourg se densifie au XIXe siècle. Les alignements de la Haute-Rue sont régularisés, notamment avec le transfert du cimetière à son emplacement actuel en 1848 (auparavant autour de l’église) et de nouvelles constructions : une école primaire de garçons et la mairie en 1845, agrandie en 1884 ; une école libre de filles en 1858 et un hospice en 1883 (prenant la succession de l’atelier de charité fondé en 1854)[19]. Fait notable, une compagnie de sapeurs-pompiers est créée en 1864, et compte parmi les plus anciennes du département[20].

L’ancienne église, devenue trop étroite, est démolie et remplacée par l’édifice actuel en 1905[21]. La commune connaît en effet une croissance continue de sa population, en raison notamment de l’activité minière aux Ardoisières du Plessix qui comptent, entre 1878 et 1889, 180 ouvriers[22]. Dans un climat de tension resté vif entre enseignement public et enseignement libre, une école chrétienne de garçons est construite en 1905 tandis qu’une nouvelle école publique de filles est construite en 1911, route de Sainte-Colombe, sous l’impulsion du maire et conseiller général radical, Evariste Lasne[23]. En 1921, la commune compte pas moins de 34 cafés, 2 hôtels, 12 épiceries, 4 charcuteries et 2 boulangeries[24].

Après la Seconde Guerre mondiale, Coësmes perd de nombreux habitants et ses commerces, en raison de l’exode rural. Sous le mandat de Paul David (1934-2019), la commune connaît un certain dynamisme : construction du lotissement de la Fontaine en 1978, aménagement du plan d'eau-base de loisirs aux Rochettes en 1984[25]. Depuis les années 2000, les municipalités successives cherchent à accueillir de nouveaux habitants et améliorent les équipements : construction d’une salle omnisports en 2009, ouverture de la ludothèque et du local jeune en 2010, agrandissement de l'école maternelle publique en 2011 et réaménagement du centre-bourg en 2014[26].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason ville fr Coësmes (Ille-et-Vilaine).svg

De gueules fretté d'hermine.

Armoiries de la famille de Coësmes (sceau de 1270). L'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1790 Jean-Baptiste-Marie Hanet   Chirurgien
1790 1791 Jean-Baptiste Després   Notaire
1791 1793 Gilles Taillaudier    
1793 179- Julien Demé    
1800 1836 Jean Bercegeay   Géographe
1836 1840 Jean-Baptiste Després   Notaire
1840 1872 Jean-Marie Guyot, père   Agriculteur
1872 1888 Jean-Marie Guyot, fils   Médecin
1888 1903 Simon Châtellier   Notaire
1903 1929 Evariste Lasne   Rentier
1929 1943 Pierre Perrin    
1943 1944 Augustin Havard    
1944 1965 Marcel Girard    
1965 mars 1977 Henri Cherruault   Chevalier des Palmes académiques (1976)
mars 1977 mai 2005
(démission)
Paul David DVD Chef d'entreprise
Conseiller général du canton de Retiers (1992 → 2004)
mai 2005 mars 2008 Michel Heude   Retraité de la banque
mars 2008 En cours Luc Gallard[27] MoDem Responsable de formation
Président de Roche aux Fées Communauté (2014 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1667. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2017, la commune comptait 1 474 habitants[Note 2], en augmentation de 2,5 % par rapport à 2012 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).


Évolution de la population  [ modifier ]
1667 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
1 2001 4061 5031 4471 5871 5371 5361 5121 533
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
1 6271 6071 6161 6871 5491 5981 7281 8951 828
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 8591 6661 7531 6541 4491 5191 5281 3751 319
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
1 2561 2511 1911 0871 0351 0781 0731 3111 345
2008 2013 2017 - - - - - -
1 3791 4621 474------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

D’après l’INSEE, les secteurs d’activités prépondérants à Coësmes sont le commerce, les transports et les services (39,8%) et l’agriculture (28,9%). La part des établissements de 10 salariés ou plus n’est que de 6%. En 2016, le taux de chômage y est inférieur à la moyenne nationale[32].

Historiquement, Coësmes est le berceau des transports Perrin, fondés en 1941. Spécialisée dans le transport de voyageurs, l’entreprise a son siège social à Coësmes jusqu’en 1991, avant de s’installer à Janzé[33].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

L’église actuelle occupe l’emplacement d’un édifice plus ancien ; Roger Blot[34] suggère que la base du chœur serait romane, Coësmes étant cité dès le XIIe siècle. Au XVIIe siècle, on adjoint au vaisseau principal deux chapelles, lui donnant ainsi la forme de croix. Trois grands retables en marbre et en tuffeau viennent prendre place dans le chœur et dans les chapelles latérales : celui du maître-autel (1652) est l'œuvre de Jean et Michel Langlois et porte les armes des Du Refuge, comtes de Coësmes[35] ; celui du transept nord (1647) est de Pierre Corbineau et celui du transept sud (1657) de Jean Simmoneau et Pierre Robin[Note 3]. En 1859, un nouveau clocher-proche, construit sur les plans de l'architecte Jacques Mellet, nécessite l’allongement de la nef d’au moins trois mètres[34].

Au début du XIXe siècle, l’église, devenue trop étroite au regard de la population communale, est démolie ; seuls sont conservés à l’est, l’ensemble formé par les trois retables du XVIIe siècle et à l’ouest, le clocher de 1859. Le nouvel édifice, inauguré en 1905, est l’œuvre de l'architecte Arthur Regnault, qui choisit de le construire dans un style assez rare dans le département : le néo-renaissance[36]. L’iconographie des retables est en grande partie renouvelée : seul subsiste le tableau du Rosaire (Chevalier, 1864) sur le retable nord[34]. Dix-sept verrières sont également réalisées par les ateliers Charles Lorin, de Chartres[37],[38]. Les retables et les verrières sont protégés au titre des Monuments historiques.

Sous le plancher du chœur se trouverait l'enfeu des comtes de Coësmes. Paul Banéat signale en effet que près de la balustrade du chœur, se trouvait une pierre tombale à effigie de femme du XVe siècle[39].

Oratoire Notre-Dame des Bois[modifier | modifier le code]

Cet oratoire, restauré en 2011 et situé à un kilomètre du bourg, est un ancien lieu de pèlerinage. Au XVIIe siècle, une messe y était célébrée tous les dimanches[40]. C'est l'unique vestige des cinq chapelles que comptait Coësmes à la veille de la Révolution[Note 4].

Chemin des Saulniers[modifier | modifier le code]

Une randonnée de 11 kilomètres, le Chemin des Saulniers, en forme de boucle depuis l’étang des Rochettes et passant par les anciennes ardoisières du Plessix, emprunte en partie l’ancien chemin des Saulniers. Situé à la lisière de la forêt du Theil pour la portion traversant Coësmes, ce vieux chemin rural s’étend d’est en ouest sur 20 kilomètres, depuis la forêt de La Guerche jusqu’au nord de Saulnières[41]. Jalonné de mégalithes (Pierre de Richebourg à Retiers, Pierre de Rumfort au Theil, Pierre aux Fées à Janzé), il était emprunté par des contrebandiers qui, profitant de l’exemption de la gabelle en Bretagne, s’adonnaient à un véritable trafic de sel sur la frontière du Maine et de l’Anjou[42].

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Calendrier des manifestations annuelles[25][modifier | modifier le code]

  • Janvier : Fest Noz "Soleil en hiver"
  • Février : course La Gadouille
  • Mars-avril : festival des Autochtones
  • Avril : carnaval[43]
  • Juin : fête de la musique
  • Août : vide-grenier (700 exposants et 253 bénévoles en 2019)[44]
  • Septembre : forum des associations
  • Octobre : "Cabaret d'automne", spectacles pour le Noël d'enfants défavorisés
  • Novembre : course La Grimpette ; marche nordique guidée (7km), marche nordique chronométrée (13km), courses 3.5, 5 et 10 km
  • Décembre : Téléthon ; marché de Noël

En outre, sur les 6 étangs que compte la commune, l'association la Gaule coësmoise organise quatre concours par an[45].

Associations[modifier | modifier le code]

Coësmes comptait 26 associations en 2019[46]. Parmi elles :

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Hanet (1er mars 1751-25 juin 1815), maire de Coësmes en 1790. Il préside au rassemblement des gardes nationales du district de la Guerche sur les landes de la Grasserie, à Coësmes, le 21 juin 1790. Il est ensuite nommé juge au tribunal du district, puis, à partir de 1795, commissaire du Directoire exécutif.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geneviève et Jean-Jacques Anjot, Huit siècles d'histoire à Coësmes, Manchecourt : Maury, 2002.
  • Périg Bouju, "L’église paroissiale Saint-Pierre de Coësmes. La puissance suggestive de l’architecture, ou l’art de détourner les sens", in J.-Y. Andrieux dir., Arthur Regnault, architecte (1839-1932). La quintessence de l’art sacré, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011, chap. 8, p. 126-133.

Archives[modifier | modifier le code]

  • Fonds de la Société ardoisière du Plessix en Coësmes (1855-1930), AD35, fonds 83 J, (25 mètres linéaires).
  • Les archives de la mairie conservent les actes et délibérations des conseils municipaux de 1871 à aujourd'hui.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2017, légale en 2020
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  3. La notice « 2 retables », notice no PM35000149, base Palissy, ministère français de la Culture qui attribue ces deux retables aux frères Jean et Michel Langlois est erronée ; l'attribution exacte est donnée par Victor-Lucien Tapié, Retables baroques de Bretagne et spiritualité du XVIIe siècle, Paris, Presses universitaires de France, et confirmée par Jacques Salbert, Les ateliers de retabliers lavallois aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, C. Klincksieck, coll. « Institut armoricain de recherches historiques de Rennes ; 20 », .
  4. Guillotin de Corson les cite dans son Pouillé historique : Sainte-Marguerite (dans le bourg), Notre-Dame des Bois, Sainte-Christine (près du manoir de la Georgerie), de la Chevronnière (au comte du Breil de Rays, près du manoir du même nom) et du Plessix (aux seigneurs de Coësmes). Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes-Paris, Fougeray-Haton, 1888 [réédition 1997], p. 444-448, tome 4.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne : édition revue et augmentée par A. Marteville et P . Varin, Rennes, Molliex, (lire en ligne), p. 190, tome 1.
  2. Site de KerOfis : formes anciennes de Coësmes (lire en ligne) [1]
  3. a et b Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes-Paris, Fougeray-Haton, 1888 [réédition 1997], p. 444-448, tome 4.
  4. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 199a.
  5. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Genève, Librairie Droz, (ISBN 2600001336, lire en ligne), p. 836, vol. 2, n° 14553.
  6. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux celtique continental, Paris, Errance, coll. « Hespérides », (ISBN 2877722376), p. 97.
  7. Gilles Leroux, L'habitat du haut Moyen-Âge des Rochettes, Coesmes, (Ille-et-Vilaine) : rapport de fouilles, Cesson-Sévigné, Inrap GO, , 55 p. (lire en ligne).
  8. Michel Brand’Honneur, « La motte et le clocher : l'affrontement des symboles ? », Cahiers de Civilisation Médiévale, vol. 43, no 169,‎ , p. 3-31 (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020).
  9. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1F432.
  10. a b et c Amédée Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries de Haute-Bretagne, Rennes, Plihon et Hervé, 1897-1898, p. 181-186, tome 1.
  11. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E dépôt Administratif Coësmes art. 2, registre des délibérations municipales, 1830-1839.
  12. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Recueil de généalogies pour servir de suite ou de supplément au dictionnaire de la noblesse, Paris, Badier, , p. 409-410, tome 15.
  13. Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, (lire en ligne), p. 108, tome 5.
  14. Pol Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, EDR/Editions des régionalismes, 2012/2015 [réédition] (ISBN 9782824002972), p. 141-142, tome 3.
  15. a et b Yves Breton, Le district de la Guerche 1789-1795, 32 communes dans la tourmente révolutionnaire, Bréteil, chez l’auteur, (ISBN 9782903851835), p. 182.
  16. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1F1707.
  17. Adolphe Orain, Géographie pittoresque du département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, Imp. Alphonse Le Roy fils, , p. 297-298.
  18. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E dépôt Administratif Coësmes art. 1, registre des délibérations municipales, 1790-1830.
  19. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 2O83 Coësmes, art. 11-12 : mairie, 14 : cimetière, 15 : écoles ; E dépôt ADM Coësmes, art. 39 : mairie-école, 42 : cimetière, 69 : école de filles, 82-83 : bureau de bienfaisance.
  20. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, E dépôt ADM Coësmes, art. 35 : sapeurs-pompiers.
  21. Périg Bouju, « L’église paroissiale Saint-Pierre de Coësmes. La puissance suggestive de l’architecture, ou l’art de détourner les sens », dans Jean-Yves Andrieux, Arthur Regnault, architecte (1839-1932). La quintessence de l’art sacré, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753513808), p. 126-133.
  22. Jérôme Cucarull, « L'industrie ardoisière en Ille-et-Vilaine dans la seconde moitié du XXe siècle. Les limites d'une industrialisation en milieu rural », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 3, t. 104,‎ , p. 101-122 (lire en ligne, consulté le 9 mai 2020).
  23. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 2O83 Coësmes, art. 15 : écoles ; E dépôt ADM Coësmes, art. 69 : école de filles.
  24. Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 11 NUM 35082 17 Coësmes, recensement de population : liste nominative, 1921.
  25. a et b Bulletin communal de Coësmes, Commune de Coësmes, (lire en ligne)
  26. Coësmes : brochures et documentation communale.
  27. « Ils ont été élus maires », Dimanche Ouest-France (éd. Ille-et-Vilaine), no 535,‎ , p. 10-13 (ISSN 1285-7688)
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  32. « Comparateur de territoire : commune de Coësmes (35082) », sur INSEE, (consulté le 9 mai 2020)
  33. « Quarante ans de carrière dans les autocars Perrin », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mai 2020).
  34. a b et c « Église St-Pierre de Coësmes », Actualités de notre temps, Doyenné des Marches de Bretagne, no 4,‎ , p. 30-31.
  35. « Retable du maître-autel », notice no PM35000148, base Palissy, ministère français de la Culture.
  36. « Église paroissiale Saint-Pierre », notice no IA00007316, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Dix-sept verrières », notice no PM35002631, base Palissy, ministère français de la Culture.
  38. « 4 verrières : Remise des clefs à Saint-Pierre, Adoration des Mages, Laissez venir à moi les petits enfants, Assomption de la Vierge », notice no IM35000900, base Palissy, ministère français de la Culture.
  39. Paul Banéat, Le département d'Ille-et-Vilaine : Histoire, archéologie, monuments, Rennes, J. Larcher, , p. 422, tome 1.
  40. Journal Ouest-France du 13 août 2016 [article en ligne]
  41. « Autre Chemin des Saulniers, est-ouest, canton de Retiers » (consulté le 9 mai 2020).
  42. Gildas Buron, « Contrebande du sel, faux-saunage et faux-sauniers », sur Bécédia, (consulté le 9 mai 2020).
  43. « À Coësmes. Samedi, c’est carnaval dans le bourg », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020).
  44. « Coësmes. Le grand vide-greniers revient dimanche », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020).
  45. « La Gaule coësmoise fait nager ses poissons dans six étangs », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2020).
  46. « Annuaire des associations » (consulté le 8 mai 2020).