Saint-Louis (Guadeloupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Louis
Saint-Louis (Guadeloupe)
Panorama de Saint-Louis de Marie-Galante.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Pointe-à-Pitre
Intercommunalité Communauté de communes de Marie-Galante
Maire
Mandat
François Navis
2020-2026
Code postal 97134
Code commune 97126
Démographie
Gentilé Saints-Louisiens
Population
municipale
2 421 hab. (2018 en diminution de 2,69 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 15° 57′ 00″ nord, 61° 19′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 181 m
Superficie 56,28 km2
Élections
Départementales Marie-Galante
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte administrative de Guadeloupe
City locator 14.svg
Saint-Louis
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Voir sur la carte topographique de Guadeloupe
City locator 14.svg
Saint-Louis

Saint-Louis ou parfois appelé Saint-Louis de Marie-Galante (en créole guadeloupéen : Senlwi ou Senlwi Marigalant’ ) est une commune française située sur l’île de Marie-Galante dans le département de la Guadeloupe. Ses habitants sont appelés Saints-Louisien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Saint-Louis.

S'étendant sur 56,3 km2 de superficie totale[1], la commune de Saint-Louis de Marie-Galante est située au nord de l'île de Marie-Galante, dont elle est la plus grande commune. Délimité au sud par la rivière de Saint-Louis et au nord par une haute falaise, son territoire est séparé en deux par une faille dite La Barre. La rivière du Vieux-Fort la traverse. La côte ouest est bordée de nombreuses plages et la commune compte parmi les plus beaux sentiers pédestres de l'île.

Le climat de l'île y est de type tropical, bien que plus sec que celui de la « Guadeloupe continentale ».

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Les principaux lieux-dits de la commune sont : l'Anse-du-Vent, Bagatelle, Barre-de-l'Île, Chalet, Chapelle-Sainte-Thérèse, Cocotier, Courbaril, Desmarais, Dorot, Giraud, Grandbassin, Grandpierre, Grelin, Guignes, Littoral, Maletie, Marie-Louise, Mayoumbé, Ménard, Merlet, Moustique, Pélisson, la Rase, Ribourgeon, la Rose-Verger, Saint-Charles, Saint-Germain, Saragot, les Sources, Vallon-Vrimouth, Vieux-Fort.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N
O    Saint-Louis    E
S
Grand-Bourg Capesterre-de-Marie-Galante

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le premier nom du site est Aulinagan en amérindien[2]. Le nom de Saint-Louis de Marie-Galante n’apparaît sur une carte qu’en 1760[précision nécessaire][réf. nécessaire] et fait référence au roi Louis IX communément appelé Saint-Louis[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des populations amérindiennes s'étaient installées de longue date sur le territoire de Saint-Louis de Marie-Galante avec des peuplements Arawaks puis Caraïbes. Beaucoup d'instruments servant à la culture sur brûlis de ces deux peuples ont été retrouvés. Au début de la colonisation, Caraïbes et Français cohabitaient pacifiquement. Mais, les Caraïbes ont perpétré des massacres sur ces colons. Les colons français bâtirent au lieu-dit Vieux-Fort leur première occupation sur l'île en 1648 qui devient le bourg principal. En représailles des violences commises par les Français en Dominique, les indiens caraïbes commettent à leur tour des violences contre les colons en 1653[réf. nécessaire]. Le bourg principal est alors reconstruit un peu plus loin.

La paroisse de Vieux-Fort est créée tardivement vers 1750. Après le tremblement de terre de 1843, Vieux-Fort détruit, les administrations s'installèrent dans la baie de Saint-Louis, et le bourg se développa autour de l'activité sucrière de l'île notamment après le cyclone de 1865.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2018, la commune comptait 2 421 habitants[Note 1], en diminution de 2,69 % par rapport à 2013 (Guadeloupe : −3,6 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 3314 2994 1553 6243 4042 9952 8332 5822 472
2018 - - - - - - - -
2 421--------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[6] puis à partir de 2006[7])
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Louis fut la première ville de Guadeloupe de moins de 3 000 habitants à s'inscrire dans les partenariats de type II promus par les Nations unies qui incluent l'émergence de la société civile, notamment avec l'ONG PLAC 21 qui constitue l'unique et première organisation non gouvernementale française des Caraïbes à détenir le « Statut consultatif spécial[Quoi ?] » conféré par le Conseil économique et social des Nations Unies[réf. nécessaire].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'arrondissement de Pointe-à-Pitre et au canton de Marie-Galante depuis le redécoupage cantonal de 2014. Avant cette date, elle était le chef-lieu du canton de Saint-Louis.

Pour l'élection des députés, Saint-Louis fait partie depuis 1988 de la première circonscription de la Guadeloupe.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Louis fait partie de la communauté de communes de Marie-Galante, dans laquelle elle est représentée par quatre conseillers. ECette assemblée été créée en 1994 et compte 10 867 habitants en 2016.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Albert Baclet PCF  
Les données manquantes sont à compléter.
Albertine Baclet UDR Directrice d'école
Députée de la 3e circonscription de la Guadeloupe (1967 → 1968)
Conseillère générale du canton de Saint-Louis (1958 → 1971)
Léopold Lubino DVGUDF Conseiller général du canton de Saint-Louis (1971 → 1982)
François Paméole[8] FGPSGUSR Professeur de mathémathiques
Conseiller général du canton de Saint-Louis (1982 → 2001)
Jacques Cornano DVG (app. FGPS) Professeur de génie électrique
Sénateur de la Guadeloupe (2011 → 2017)
Conseiller général du canton de Saint-Louis (2001 → 2011)
Suppléant du député Éric Jalton (2002 → 2012)
en cours François Navis[9],[10]    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La baie de Saint-Louis.

Le port de Saint-Louis assure la liaison avec l'archipel et accueille une activité de pêche. L'activité principale de la commune est toutefois la culture de la canne à sucre pour la production sucrière et la distillation en rhum de Guadeloupe réalisée par les distilleries des autres communes marie-galantaise. L'élevage bovins prend également une place notable dans l'agriculture, en raison notamment de l'utilisation du bétail pour le transport de la cannes.

La commune possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Pointe-à-Pitre, et développe un projet d'une centrale photovoltaïque expérimentale[réf. nécessaire].

Le tourisme constitue également une part de l'activité économique de la commune, notamment avec le passage de petits bateaux de croisière, ainsi que le développement d'un événement sportif nautique, la « MG Race », une course internationale de motomarines, dont la première édition s'est tenue à Saint-Louis en 2020[12]. Avec la disparition en mai 2013 de l'offre hôtelière portée par l'ex-hôtel Cohoba devenu Kawann – géré par la Compagnie hôtelière de Marie-Galante (CHMG)[13] –, l'hebergement classique est cependant en forte baisse depuis cette date alors qu'il s'agissait du principal hôtel de standing de l'île et un employeur exclusivement local[14].

Société et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Comme toutes les communes de l'archipel de la Guadeloupe, Saint-Louis est rattaché à l'Académie de la Guadeloupe. La ville possède sur son territoire deux écoles maternelles (Guyr-Dramort et Léopold-Lubino) et une école primaire (Léopold-Lubino). En ce qui concerne l'enseignement secondaire, la ville accueille le collège Albert-Baclet tandis que le lycée le plus proche est le lycée polyvalent Hyacinthe-Bastaraud de Grand-Bourg.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade municipal de Saint-Louis accueille les entraînements et les matchs du club de football du Saint-Louis Athlétic Club (SLAC). Depuis se tient, sur trois jours sur le plan d'eau de Saint-Louis, la course par étapes de jet-skis créée par Éric Paulin, l'organisateur du « Karujet »[12].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La « Gueule Grand-Gouffre », un cratère de 50 m de diamètre et arche naturelle de 30 m de haut creusée par l'océan dans la falaise[15].
  • Le « Trou à Diable », un site spéléologique.
  • Les sentiers Écolambda pour découvrir la faune et la flore caraïbe dans un amphithéâtre naturel.
  • Les moulins de Ménard, d'Agapy, de Mayolette, et le site de Fréchy-Dorot.
  • La mairie de Saint-Louis est l'œuvre de l'architecte Ali Tur construite entre 1931 et 1932[16].
  • Les plages de la commune sont celles d'Anse de Mays, Anse Moustique, Anse Canot et de Vieux-Fort, ainsi que l'îlet de Vieux Fort. La plage de Saint-Louis se trouve administrativement sur le territoire de la commune de Grand-Bourg au sud des marais Saint-Charles et de Folle-Anse.

Manifestation culturelle[modifier | modifier le code]

Chaque année la commune organise la fête de la Charrette, le 7 août, pour célébrer la tradition et l'utilisation du bétail pour le transport de la canne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Chiffres clés de la commune de Saint-Louis (97126), INSEE, 21 avril 2021.
  2. « Mission académique Maitrise des langues:Territoire Kalinas des Caraïbes, MNESR » [PDF] (consulté le )
  3. Patrick Boucheron, Quand l'histoire fait dates : 25 août 1270, la mort de Saint Louis, Arte, 2020.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  7. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018
  8. « François Paméole est décédé », Guadeloupe La 1re,
  9. « Résultats Municipales 2020 : François Navis nouveau maire de Saint Louis de Marie-Galante », Guadeloupe La 1re, 28 juin 2020.
  10. « Les conseils municipaux élus le 28 juin dernier choisissent leurs édiles », Guadeloupe La 1re, 4 juillet 2020.
  11. « Bienvenue à Saint-Louis de Marie Galante », (consulté le )
  12. a et b Carole Petit, « MG Race 1ère édition : le cœur de Marie-Galante s'emballe pour le jet ski », Guadeloupe La 1re, 23 janvier 2020.
  13. « Le personnel du Kawann lutte contre l'oubli », France-Antilles, 1er octobre 2013.
  14. « La nouvelle vie de l'ex-hôtel Cohoba à Marie-Galante », Guadeloupe La 1re, 6 février 2021.
  15. 16° 00′ 08,2″ N, 61° 16′ 01,9″ O.
  16. Michèle Robin-Clerc, Note descriptive de l’œuvre d’Ali Tur, Basse-Terre, Conseil régional de Guadeloupe, (lire en ligne), p. 7-8.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]