Avenue Victoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1er, 4e arrts
Avenue Victoria
Voir la plaque.
Voir la photo.
L’avenue Victoria vers l'ouest. Au fond, la rue des Lavandières-Sainte-Opportune.
Situation
Arrondissements 1er
4e
Quartiers Saint-Germain-l’Auxerrois
Saint-Merri
Début 5, place de l’Hôtel-de-Ville
Fin 2, rue des Lavandières-Sainte-Opportune et 4, rue Édouard-Colonne
Morphologie
Longueur 400 m
Largeur 30 m
Historique
Création 1854
Dénomination Décret du
Ancien nom Boulevard de l’Hôtel-de-Ville
Géocodification
Ville de Paris 9764
DGI 9765
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue Victoria
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L’avenue Victoria est une voie des 1er et 4e arrondissements de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Parallèle à la Seine, longue de 400 mètres, elle commence au 5, place de l’Hôtel-de-Ville et se termine au 2, rue des Lavandières-Sainte-Opportune et au 4, rue Édouard-Colonne.

Elle est accessible par le métro aux stations Hôtel de Ville, desservie par les lignes 1 et 11, et Châtelet, où circulent les trains des lignes 1, 4, 7, 11 et 14. Les lignes 38, 58, 75, 76 et 96 du réseau de bus RATP desservent l'avenue.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La reine Victoria.

La voie porte ce nom en souvenir de la réception de la reine d'Angleterre Victoria à l'hôtel de ville de Paris le . Elle était venue en France pour assister à l'exposition universelle qui se déroulait la même année dans la capitale parisienne[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'avenue a été ouverte dans le cadre des travaux de transformations de Paris sous le Second Empire en même temps que la rue de Rivoli dans le voisinage du Châtelet et que le boulevard de Sébastopol[2]. Le percement de ce nouvel axe dans le tissu urbain très dense du quartier des anciennes boucheries entraîna la disparition de plusieurs rues.

Appelée d’abord « boulevard de l'Hôtel-de-Ville », cette voie prend le nom d’« avenue Victoria », par décret du , en souvenir de la réception de la reine Victoria du Royaume-Uni à l’hôtel de ville de Paris le [3], durant la guerre de Crimée (le Royaume-Uni et la France étant des alliés) et l’exposition universelle de 1855.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Garrigues, « "L'entente cordiale" entre Victoria et Napoléon III. 16 avril et 18 août 1855 », francearchives.fr, portail national des archives, 2005, consulté le 13 décembre 2021.
  2. Eugène Andriveau-Goujon, Plan d'ensemble des travaux de Paris à l'échelle de 0,001 pour 10 mètres (1/10000) indiquant les voies exécutées et projetées de 1851 à 1868, Paris, E. Andriveau-Goujon, 1868 [lire en ligne].
  3. Nomenclature officielle des voies publiques et privées [de Paris], édité par la Mairie de Paris, 9e édition, mars 1997, (ISBN 2-9511599-0-0).
  4. Catalogue de la 27e Exposition d'Amiens de 1885, organisée par la Société des amis des arts de la Somme, p. 22.
  5. « Le Centre Quaker à Paris », sur quakersenfrance.org (consulté le ).

Article connexe[modifier | modifier le code]