Ruisseau de Ménilmontant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Grand Égout (Paris))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ruisseau de Ménilmontant
(Ru de Ménilmontant, Grand Égout)
Illustration
Le Grand Égout à Chaillot au XVIIe siècle. À gauche, la manufacture de la Savonnerie, à l'emplacement du Palais de Tokyo
Caractéristiques
Longueur km
Bassin collecteur La Seine
Cours
Source Collines dans le nord-est de Paris
· Localisation Paris
· Coordonnées 48° 52′ 33″ N, 2° 23′ 55″ E
Embouchure La Seine
· Localisation Paris
· Coordonnées 48° 51′ 26″ N, 2° 17′ 09″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Seine
Paris
Régions traversées Île-de-France

Le ruisseau de Ménilmontant est un ancien cours d'eau de Paris.

Le ruisseau[modifier | modifier le code]

À l'origine, le ruisseau prenait sa source de plusieurs petits cours d'eau descendant des collines de Ménilmontant, de Belleville, Montmartre et du Pré-Saint-Gervais. Il contournait la colline de Ménilmontant avant de se jeter dans la Seine au niveau de l'actuel port de l'Arsenal[1].

Il est fait mention de ce ruisseau pour la première fois dans une charte donnée par Dagobert Ier, en 629, pour l'établissement d'une foire dans un lieu nommé pasellus Sancti-Martini, c'est-à-dire le « Pas » ou le « Petit-Pont de Saint-Martin[2] ».

Ce ruisseau est certainement le même qui, dans un diplôme de Childebert Ier, est nommé Savara[3].

Le Grand Égout[modifier | modifier le code]

Avec l'augmentation de la population de Paris, l'évacuation des eaux usées prend de plus en plus d'importance.

À partir du XVIe siècle le ruisseau de Ménilmontant est canalisé et transformé en égout, connu sous le nom de « Grand Égout ». Son cours est modifié : il décrit alors une grande boucle autour des limites de la ville, à proximité, au nord, de ce qui est actuellement les Grands Boulevards.

Ce parcours correspondait au cours préhistorique de la Seine avant la captation du fleuve de l'ancien lit de la Bièvre, approximativement de l'emplacement du pont d'Austerlitz à celui du pont de l'Alma. Cette zone fut inondée lors de la crue de 1910.

Son tracé fut légèrement modifié en 1740 par creusement d'un nouvel égout très proche de l'ancien, les passages sous les ponts étant maintenus. Les propriétaires des terrains sur lesquels passaient le nouvel égout furent indemnisés par cession de celui de l'ancien ou par un versement. L'ancien égout fut comblé. Le nouvel égout d'une largeur d'environ 2 mètres était maçonné avec des murs longés par des talus et des chemins de service. Le terrain qui appartenait à la ville devait rester libre de constructions.

Ce nouvel égout débutait à l'emplacement de l'actuelle place de la République puis se dirigeait vers l'ouest par la rue du Château-d'Eau, la rue des Petites-Écuries, la rue Richer, la rue de Provence, la rue Roquépine, la rue de Penthièvre, la rue du Colisée et la rue Marbeuf pour se jeter enfin dans la Seine, entre le pont de l'Alma et le Trocadéro, à proximité de la rue Gaston-de-Saint-Paul en bas du village de Chaillot[2],[4].

Un réservoir de chasse de 6 000 m3 alimenté par des eaux impropres à la consommation amenées par des conduites des hauteurs de Belleville fut construit à cette date sur une légère éminence en bordure du boulevard du Temple à l'emplacement de l'actuel Cirque d'hiver pour nettoyer l'égout.

Dans les années 1760, la ville autorisa les riverains à recouvrir le Grand Égout pour des raisons de salubrité publique à condition de se charger du nettoyage devant chaque propriété et de ne pas y déverser d'immondices, prescriptions qui furent peu respectées. Sur la couverture qui progressa rapidement de nouvelles rues furent ouvertes, notamment la rue de Provence qui fit disparaitre le pont d'Arcans enjambant l'égout au niveau approximatif de la rue de la Chaussée d'Antin actuelle, la rue des Petites-Écuries, la rue Richer dans un tracé est-ouest.

Jean-Joseph de Laborde obtient le droit de lotir et de vendre les terrains dont il était propriétaire au bord de la rue de Provence et de la rue d'Artois, aujourd'hui rue Laffitte[5]. Sur le Plan de Verniquet de 1790, la plus grande partie apparaît recouverte, seule la partie au sud de l'avenue des Champs-Élysées restant à ciel ouvert. En 1823, l'égout avait complètement disparu.

L'égout souterrain resta en place au cours de la première moitié du XIXe siècle, mal entretenu, en partie bouché, le réservoir de chasse ayant été supprimé en 1779. Depuis les travaux du Second-Empire créant un nouveau réseau, il est complètement à sec. On le retrouve cependant dans la toponymie parisienne dans le nom du passage du Ruisseau-de-Ménilmontant, situé dans le 20e arrondissement.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plan de Paris sous François Ier, avec le tracé du ruisseau de Ménilmontant.
  2. a et b Alexandre-Jean-Baptiste Parent-Duchâtelet, Essai sur les cloaques ou égouts de la ville de Paris.
  3. Jacques-Antoine Dulaure, Histoire physique, civile, et morale de Paris, t. 6, p. 164.
  4. Plan de Paris sous Louis XIII, avec le tracé du Grand Égout.
  5. « La rue de Provence », Paris-pittoresque.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Lemoine, « Le Grand Égout de Paris », Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, 1952-1954, p. 37-42. Lire en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]