Rangiroa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Rangiroa (commune)
Rangiroa
Image satellite de Rangiroa
Image satellite de Rangiroa
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 15° 07′ 30″ S, 147° 38′ 42″ O
Superficie 79 km2
Point culminant non nommé (12 m)
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Rangiroa
Démographie
Population 2 567 hab. (2012[1])
Densité 32,49 hab./km2
Plus grande ville Tiputa
Autres informations
Découverte 18 avril 1616
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Rangiroa
Rangiroa

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Rangiroa
Rangiroa
Atolls en France

Rangiroa (Ciel immense ou Vaste ciel en paumotu) est un atoll de l'archipel des Tuamotu en Polynésie française faisant partie du groupement d'îles dites Palliser. Les premiers explorateurs européens l'ayant découvert l'appelèrent l'Île aux Mouches ou Bonne Espérance, mais son nom tahitien est Ra'i roa (Long ciel).

Géographie[modifier | modifier le code]

Village de Tiputa

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'une des excroissances coralliennes (de seulement quelques mètres) du sommet du mont volcanique sous-marin homonyme, qui mesure 1 185 mètres depuis le plancher océanique et formé il y a 61,4 à 64,5 millions d'années[2].

Rangiroa est le deuxième plus grand atoll au monde par la superficie de son lagon, véritable mer intérieure derrière Kwajalein (Îles Marshall). Il est constitué de 240 motu séparés par plus de 100 ho'a (petits chenaux) qui forment son récif corallien, d'un peu moins de 300 mètres de large mais qui s'étend sur plus de 200 kilomètres. Dans ses dimensions maximales, le lagon est long de 80 km pour une largeur de 32 km ; sa profondeur maximale ne dépasse pas les 35 mètres mais sa superficie atteint 1 446 km2. La superficie des terres émergées est quant à elle de 7 900 hectares (79 km2), répartis en 415 groupes de motu. Du fait de la faible profondeur du lagon, en fonction de la houle et des échanges entre la mer et le lagon par les passes (Passe de Tiputa et d'Avatoru), il arrive que des tempêtes intérieures s'y produisent. Seules deux îles sur les 418 qui composent l'atoll sont habitées en permanence.

Rangiroa est mondialement reconnu pour sa faune sous-marine exceptionnelle. Dauphins, requins, poissons de récif et pélagiques ainsi qu'en saison des baleines y sont observables.

Au recensement de 2012, l'atoll compte 2 567 habitants, répartis entre les villages de Tiputa (971 hab.), Avatoru (817 hab.), Ohotu (546 hab.), Taeo'o, Fenuaroa, Otepipi et Tevaro.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peuplement polynésien[modifier | modifier le code]

Des séries de fouilles archéologiques ont mis au jour sur Rangiroa la présence sur 18 000 m2 d'au moins 104 « fosses de culture » – creusées dans le substrat corallien par des unités familiales de trois à quatre personnes, afin de récupérer par capillarité l'humidité latente de la lentille des eaux de pluie infiltrées[3] retenues dans le socle corallien où étaient déposés branchages et composts[4] – destinées à la culture de différentes variétés de taros dont les tubercules, sources de féculents, étaient récoltés tous les six mois par les Polynésiens ayant peuplé l'atoll[5].

Découverte par les Européens[modifier | modifier le code]

La première mention attestée de l'atoll date du [6], lorsque les explorateurs hollandais Willem Schouten et Jacob Le Maire le baptisent Vlieghen Eiland[7] (l'Île aux Mouches). L'atoll est visité le 30 mai 1722 par leur compatriote Jakob Roggeveen[7], puis le 7 septembre 1839 par l'Américain Charles Wilkes lors de son expédition australe, qui lui attribue le nom de Deans Island[7],[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme est l'activité économique principale de l'île. Rangiroa est desservie quotidiennement depuis Papeete par les ATR 42 et ATR 72 d'Air Tahiti sur l'aéroport. L'hébergement des touristes est assuré par des hôtels et des pensions, avec des possibilités de camping. Rangiroa dispose d'une centrale thermique l'approvisionnant en électricité ainsi que d'une antenne satellite couvrant les communications téléphoniques, et les principales commodités de l'atoll sont à trouver à Tiputa, qui comporte commerces, supérettes et un dispensaire.

Faune sous-marine[modifier | modifier le code]

Le lagon et les passes constituent des sites privilégiés de plongée sous-marine, dont les sessions sont organisées par six clubs de plongée. Dans les nombreuses cavernes sous-marines (les Cavernes, la Grotte aux Requins, le Tombant, l'Éolienne...) et à leurs abords se croisent chirurgiens, rougets, napoléons, raies manta, requins gris « raira » où à pointe blanche, requins-marteau, raies léopard, barracudas en bancs, tortues, requins pélagiques et dauphins, entre autres espèces. De novembre à février, les grands requins-marteau se retrouvent ainsi dans la Passe de Tiputa : lorsque le courant est entrant, un mur de requins d'environ cent spécimens se forme habituellement à l'entrée de la passe, à une cinquantaine de mètres de profondeur. Portés par ce fort courant, les requins peuvent rester immobiles, permettant alors aux plongeurs de les observer sans difficulté, au même titre que des raies aigle (dont les requins se nourrissent) et de grandes raies manta (Manta birostris, ou raie manta océanique). Régulièrement, des dauphins sédentaires (Tursiops Truncatus) se retrouvent également en groupe dans la passe, qui leur fait office de terrain de jeu.

Sites exceptionnels[modifier | modifier le code]

Le Lagon Bleu est un lagon à l'intérieur du lagon, de très faible profondeur. L'Île aux Récifs a la singularité de présenter des formations coralliennes fossiles, appelées « feo ». Les Sables Roses sont des bancs de sable situés à l'extrême Sud de l'atoll.

Perliculture[modifier | modifier le code]

Perle de Tahiti à la ferme perlière de Rangiroa

Présente sur plus de trente sites de Polynésie française, la perliculture fait vivre de nombreuses familles autochtones. Sur l'atoll de Rangiroa, l'élevage d’huîtres perlières dans le lagon permet de produire des perles de Tahiti – un terme qui désigne en réalité les perles de culture marines produites à partir de l'espèce Pinctada margaritifera, abondante dans les atolls polynésiens. Les perles obtenues, dont la couleur de base peut aller de très clair à très foncé en passant par toute la gamme des gris (d'où l'appellation impropre de perles noires), sont les seules perles cultivées au monde à présenter une telle diversité de couleurs naturelles, avec une dominante caractéristique vert-rose dite « aile de mouche » ou « peacock » (plume de paon)[9].

Processus[modifier | modifier le code]

La technique de production des perles de culture marine a originellement été mise au point au Japon et, excepté quelques détails, les protocoles utilisés en Polynésie française sont similaires. Le processus consiste à introduire dans l'animal un nucléus (une bille en nacre) et un greffon, soit le morceau du manteau d'une autre huître. Le greffon va alors rapidement reconstituer un épithélium autour du nucléus, puis déposer des cristaux de nacre dans le cas d'une greffe réussie. Les cas de rejets du nucléus demeurent toutefois importants et peuvent atteindre 30 à 40 %, la raison principale étant un mauvais placement du greffon, qui doit absolument être accolé au nucléus lors de l'opération initiale. Malgré un support original parfaitement sphérique, seules 20 % des perles seront rondes à la récolte, soit environ deux ans après la greffe.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

À Rangiroa, dont la surface du lagon est considérable, plusieurs fermes occupaient il y a quelques années encore une superficie de plus de 500 hectares de concessions maritimes octroyées par le gouvernement de la Polynésie française. À ce jour, il n'en reste plus qu'une, Gauguin's Pearl[10], qui employait plus de 50 personnes à son apogée et n'embauche désormais plus qu'une dizaine de personnes originaires de l'atoll. D'autre part, la seule école au monde intégralement dédiée aux techniques de la perliculture est implantée sur l'île, le Centre des Métiers de la Nacre et de la Perliculture (CMNP)[11], conjointement avec un centre de recherche sur les huîtres perlières, l'Écloserie Territoriale de Rangiroa[12]. Malgré les aléas économiques du secteur et une production annuelle de perles non-communiquée[13], Rangiroa demeure ainsi une plateforme incontournable pour la perliculture.

Pêche[modifier | modifier le code]

Essentiellement vivrière, une partie de la production est cependant exportée vers l'île de Tahiti.

Viticulture[modifier | modifier le code]

L'atoll de Rangiroa est également connu pour un vignoble[14], unique au monde. Les vignes y poussent au bord du lagon à côté d’une cocoteraie et produisent deux récoltes par an. Le chai est situé près du village d'Avatoru ; les raisins sont transportés au chai par bateau. La création de ce vignoble requit de longues analyses préalables afin de déterminer quel site polynésien était le mieux à même d’accueillir des vignes. Les premiers ceps furent importés en 1992 et subirent des tests d'acclimatation et de sélection dans les principaux archipels de Polynésie, avec l’incertitude de leur adaptation au climat. Au total, une trentaine de cépages fut importée de diverses régions d'Europe.

Les essais eurent lieu :

C'est finalement l’atoll de Rangiroa qui fut retenu pour héberger le nouveau domaine, notamment en raison de l'absence locale de maladies cryptogamiques et d'insectes défoliateurs, et pour sa relative proximité avec Tahiti. Les cépages retenus et actuellement en production sont : l’italia B, le carignan N et le muscat de Hambourg N.

Problèmes hydriques et environnementaux[modifier | modifier le code]

À l'image d'un grand nombre d'atolls[15], il n'y a pas d'eau courante à Rangiroa. Chaque foyer doit récupérer et stocker l'eau de pluie dans des citernes. Du fait d'un pompage excessif, les lentilles d'eau douce qui se forment dans les récifs coralliens sont pour la majorité d'entre elles désormais constituées d'eau saumâtre[16]. Un atoll étant formé à la surface de l'océan, les réserves d'eau douce s'avèrent également polluées par le quasi-impossible enfouissement des déchets, qui s'amoncellent en dépotoirs sauvages ou à seulement quelques mètres sous terre[17]. Le problème de l'eau sur Rangiroa est donc inhérent aux conditions de vie contemporaines, et structurel. D'autre part, le réchauffement climatique et la montée des eaux qui l'accompagne menace l'île, pour laquelle les raz-de-marées seraient particulièrement dévastateurs. Comme pour tout atoll, l'équilibre écologique et la viabilité de Rangiroa pour l'Homme repose de ce fait sur un écosystème particulièrement vulnérable nécessitant une gestion des ressources des plus délicates.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des communes de Polynésie française en 2012 sur le site de l'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF).
  2. (en) Rangiroa Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  3. Jean-Michel Chazine, « Les fosses de culture dans les Tuamotu. Travaux en cours et perspectives. », Journal de la Société des Océanistes, vol. 41, no 80,‎ , p. 25–32 (DOI 10.3406/jso.1985.2798, lire en ligne)
  4. Obtenus à partir des feuillages de Pisonia grandis, Scaevola frutescens et Messerschmidtia argenteade.
  5. Les fosses de culture dans les Tuamotu par Jean-Michel Chazine, Journal de la Société des océanistes, no 80, tome 41, 1985. p. 25-32.
  6. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61.
  7. a, b et c Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp. 275-282.
  8. (en) Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known par J.L. Young dans The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  9. « La perle de Tahiti », Edendiam,‎ (lire en ligne)
  10. « Gauguin's Pearl - Boutique de la ferme perlière de Rangiroa », sur www.gauguinspearl.com (consulté le 14 mai 2017)
  11. « Formation - CMNP - Direction des ressources marines et minières », sur www.peche.pf (consulté le 14 mai 2017)
  12. « Ecloserie Territoriale de Rangiroa - Direction des ressources marines et minières », sur www.peche.pf (consulté le 14 mai 2017)
  13. Noémie Debot-Ducloyer, « Perles : des chiffres en hausse mais contestés », Tahiti-Infos, les informations de Tahiti,‎ (lire en ligne)
  14. Digital, « Vin de Tahiti - Domaine Dominique Auroy », sur www.vindetahiti.com (consulté le 14 mai 2017)
  15. E. Tang, E. Raapoto, T. Stampfler, « À peine plus de la moitié des Polynésiens ont de l'eau potable », Polynésie 1ère,‎ (lire en ligne)
  16. Mireille Loubet, « En Polynésie, l'eau potable ne coule pas de source », Tahiti-Infos, les informations de Tahiti,‎ (lire en ligne)
  17. « Eau potable et traitement des déchets pour Jean Jacques Urvoas à Rangiroa », Polynésie 1ère,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :