Manta (genre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Raie manta)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Manta.

Manta est un genre de grandes raies qui comporte deux espèces. La plus grande, M. birostris, atteint 7 m de large tandis que la plus petite, M. alfredi, atteint 5,5 m. Les raies de ce genre se caractérisent par des nageoires pectorales triangulaires, des nageoires céphaliques qui font penser à des cornes et une grande gueule orientée vers l’avant du corps. Elles sont classées parmi les Elasmobranchii (qui regroupent les requins et les raies), au sein de la famille des Myliobatidae.

Les raies mantas vivent dans les eaux tempérées, subtropicales et tropicales. Elles sont pélagiques ; M. birostris migre à travers les eaux libres des océans, seule ou en groupe, tandis que M. alfredi vit plus près des côtes et peut rester toute l'année sur un même site. Ce sont des suspensivores et elles ingèrent de grandes quantités de zooplancton, qu’elles avalent avec leur large gueule ouverte lorsqu’elles nagent. La gestation dure plus d’un an, et la raie donne naissance à des nourrissons vivants. Les raies mantas peuvent se rendre dans des stations de nettoyage pour se débarrasser de leurs parasites. Comme les baleines, elles sautent parfois hors de l'eau, pour des raisons inconnues.

L’ensemble des espèces de raies mantas sont classées comme vulnérables par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Parmi les menaces liées à l’Homme on recense la pollution, l’étouffement d’animaux dans les filets de pêche, et leur pêche, notamment pour leurs branchiospines utilisées par la médecine chinoise. Leur taux de reproduction lent exacerbe l'impact de ces menaces. Elles sont protégées dans les eaux internationales par la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, mais sont plus vulnérables aux abords des côtes. Les zones où les raies mantas se regroupent en nombre attirent les touristes. Seuls quelques aquariums sont suffisamment grands pour abriter ces animaux. En règle générale, ils sont difficiles à étudier dans leur milieu car relativement rarement observés.

Description[modifier | modifier le code]

Morphologie générale[modifier | modifier le code]

Vue de côté de M. birostris.

Les raies mantas ont une large tête, un corps en forme de disque aux nageoires pectorales triangulaires, avec des nageoires céphaliques en forme de cornes de chaque côté de leur gueule, qui sont en fait des extensions des nageoires pectorales[1],[2]. Les yeux sont sur les côtés de la tête, derrière les nageoires céphaliques. Les raies mantas disposent de cinq paires d’ouïes situées sur la face ventrale[1],[3],[4]. Leur queue est dépourvue de squelette interne, et plus courte que leur corps[3]. Les nageoires dorsales sont petites et placées à la base de la queue. Les plus grands spécimens atteignent 1 350 kg[1]. Pour les deux espèces l'envergure représente approximativement 2,2 fois la longueur du corps. M. birostris atteint généralement 7 m de large contre 5,5 m pour M. alfredi[5]. Le record est détenu par une Manta birostris de 9,1 m d'envergure[6]. Le dos des raies mantas est généralement noir ou bleu très foncé, avec des marques plus pâles au niveau des « épaules ». La face ventrale est blanche ou pâle, avec quelques marques sombres permettant de distinguer les individus[7],[4]. Des spécimens intégralement noirs ont également été observés[3]. La peau est couverte d'un mucus qui protège l’animal des infections[8]:2.

M. alfredi avec les nageoires céphaliques enroulées (Yap, Micronésie).

Les deux espèces de raies mantas diffèrent par leur coloration, leurs denticules dermiques et leur dentition. M. birostris a des marques plus angulaires sur les épaules, des marques ventrales plus grandes sur la partie abdominale, de grandes lignes couleur charbon sous les nageoires pectorales et une gueule plus sombre. Les marques aux épaules de M. alfredi sont plus arrondies, ses marques ventrales sont situées près de son extrémité postérieure et entre les branchies, et la gueule est de couleur blanche ou pâle. Les denticules ont de multiples cuspides et se superposent chez M. birostris, tandis que celles de M. alfredi sont plus espacées et sans cuspide. Les deux espèces ont de petites dents carrées sur la mâchoire inférieure dont la fonction exacte demeure méconnue[4], et M. birostris a également des dents élargies sur la mâchoire supérieure. À la différence de M. alfredi, M. birostris a une petite épine caudale dans une masse ossifiée située à la base de sa nageoire caudale[9],[7].

Les raies mantas se déplacent grâce aux mouvements simultanés de leurs nageoires pectorales, semblables à des ailes qui propulsent l’eau vers l’arrière. Leur grande gueule est rectangulaire, dirigée vers l’avant du corps, contrairement à la plupart des espèces de raies qui ont la gueule orientée vers le dessous du corps. Les spiracles typiques des raies sont vestigiaux ; elles doivent nager continuellement pour permettre à l’eau oxygénée de passer à travers leurs branchies[8]:2–3. Les nageoires céphaliques sont deux fois plus longues que larges[2]. Elles sont enroulées en spirale lorsque l'animal nage, pour une meilleure pénétration dans l'eau[2], mais sont déroulées lorsque l’animal se nourrit. Les arcs branchiaux ont des bandes de tissu spongieux brun-rosâtre qui collectent les particules de nourriture[1]. Les raies mantas repèrent leurs proies en utilisant leur vue et leur odorat[10]. Elles ont un des plus grands ratios cerveau/corps (brain-to-body mass ratios) de tous les poissons[11]. Leur cerveau a un rete mirabile qui pourrait servir à les garder à une bonne température[12]. M. alfredi a été observé plongeant à plus de 400 m de profondeur[13], tandis que son apparenté Mobula tarapacana, qui a une structure de cerveau similaire, atteint presque 2 000 m[14]. Le rete mirabile sert probablement à éviter à leur cerveau de trop se refroidir en plongée profonde[15].

Espèces ressemblantes[modifier | modifier le code]

Raie avec une face dorsale noire et une face ventrale blanche, en train de nager et vue de côté.
Raie Mobula.

Les raies du genre Manta peuvent confondues, notamment les jeunes spécimens, avec les raies du genre Mobula. Elles s'en différencient principalement par la position de la bouche, ventrale chez les raies Mobula, l'absence de dents sur la mâchoire supérieure, une queue beaucoup plus courte et l'absence d'une épine caudale développée (celle de M. birostris est très courte)[9]. Les raies Mobula sont nettement plus petites que les raies mantas, et il est donc plus facile de différencier les individus adultes.

Écologie[modifier | modifier le code]

Comportement[modifier | modifier le code]

Une raie manta s’alimentant
Manta alfredi se nourrissant avec la gueule grande ouverte et les nageoires céphaliques déployées.

Les raies mantas nagent différemment suivant l'habitat dans lequel elles évoluent : quand elles voyagent en eaux profondes, elles nagent à une vitesse constante en ligne droite, tandis qu'aux abords des côtes à faible profondeur elles nagent lentement, profitant du soleil pour les réchauffer. Les raies mantas peuvent nager seules ou en groupes pouvant atteindre une cinquantaine d'individus. Ces rassemblements de raies peuvent aussi comporter d'autres espèces de poissons, mais aussi être associés à des oiseaux de mer ou des mammifères marins[3]. Les raies mantas peuvent parfois sauter entièrement ou partiellement hors de l'eau. Ainsi, au sein d'un groupe, on peut parfois observer les individus sauter hors de l’eau les uns après les autres[1]. Ces sauts peuvent prendre trois formes : des sauts vers l’avant, avec la tête qui retombe la première dans l’eau, des sauts similaires mais avec la queue qui retombe en premier dans l’eau, ou des sauts périlleux[1]. On ne connaît pas la raison de ce comportement, et ces sauts hors de l’eau ont donc plusieurs explications possibles, dont les rites d’accouplement, la communication ou pour se débarrasser des parasites et des animaux commensaux comme les remoras[8]:15.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Plusieurs raies mantas nageant en cercle au dessus de coraux, vues de dessous.
Groupe de Manta alfredi dans les Maldives.

La reproduction peut avode l’année suivant la zone dans l’aire de répartition. La parade est difficile à observer chez ce poisson qui nage vite, même si on voit parfois des individus nageant très près l’un de l’autre en eau peu profonde. L’accouplement pourrait être déclenché par la pleine lune et semble être initié par le mâle, qui suit de près la femelle tandis qu’elle nage à environ 10 km/h. Il fait des efforts répétés pour saisir la nageoire pectorale de celle-ci avec sa gueule, ce qui peut prendre 20 à 30 minutes. Une fois qu’il y est parvenu, il se retourne sur lui-même et presse sa face ventrale contre la femelle. Il insère ensuite un de ses ptérygopodes dans le cloaque de sa partenaire et le laisse durant 60 à 90 secondes[16]. Le ptérygopode forme un tube qui transporte le sperme à partir de la papille génitale ; un siphon propulse le liquide séminal dans l’oviducte[17]. Le mâle continue de maintenir la nageoire pectorale de la femelle avec ses dents quelques minutes après, tandis que les deux nagent toujours, souvent suivis par jusqu’à 20 autres mâles, puis le couple se sépare[16]. Pour diverses raisons, le mâle saisit presque toujours la nageoire pectorale gauche, et les femelles portent des cicatrices qui illustrent ceci[8]:8–9.

Les œufs ainsi fertilisés se développent dans l’oviducte de la femelle. Ils sont d’abord englobés dans un sac tandis que l’embryons en développement absorbe le vitellus. Après l’éclosion, le jeune reste dans l’oviducte et reçoit une nutrition complémentaire par des sécrétions lactées[18]. Sans cordon ombilical ou placenta, le jeune qui n’est pas encore né utilise la pompe buccale pour s’approvisionner en oxygène[19]. La taille de la portée est généralement de un ou deux. La gestation dure 12 à 13 mois. Quand il est bien développé, le jeune ressemble parfaitement à l’adulte, et est expulsé de l’oviducte et ne reçoit plus de soins parentaux. Dans les populations sauvages, les naissances sont normalement espacées de deux ans, mais quelques individus peuvent entrer en gestation plusieurs années consécutives, développant un cycle annuel[18]. L'aquarium Churaumi d'Okinawa a obtenu des résultats intéressants dans la reproduction de M. alfredi, une femelle donnant naissance à des petits trois années consécutives. Pour l’une de ses naissances, la gestation a duré 372 jours pour donner naissance à un jeune mesurant 192 cm pour un poids de 70 kg[20]. En Afrique du Sud M. birostris les mâles atteignent leur maturité sexuelle quand ils atteignent 4 m, et les femelles à une taille légèrement supérieure[21]:57. En Indonésie, les mâles M. birostris sont matures à une taille de 3,75 m et les femelles vers 4 m[22]. En Afrique du Sud, M. alfredi atteint sa maturité à une taille de 3 m, pour les mâles et 3,9 m pour les femelles[21]:42. Dans les Maldives, le mâle M. alfredi est mature à une taille de 2,5 m tandis que la femelle l’est vers 3 m[23]. À Hawaï, le mâle M. alfredi est mature quand il atteint 2,8 m et la femelle quand elle atteint 3,4 m[24]. Chez les femelles raies mantas, cette maturité correspond à un âge compris entre 8 et 10 ans[23],[25]. Les raies mantas peuvent vivre jusqu’à 50 ans[5].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Manta alfredi dans la station de nettoyage d’un récif de coraux, avec des poissons attrapant ses parasites.

Les raies mantas se nourrissent en filtrant l’eau de mer, et ingèrent de grandes quantités de zooplancton sous la forme de crevettes, krill et crabes planctonique. Une manta mange environ l’équivalent de 13 % de sa propre masse corporelle tous les mois. Quand elle s’alimente, elle nage lentement nageant autour de ses proies pour les rassembler en une sorte de « balle » dense et fonce sur les organismes ainsi rassemblés avec la gueule grande ouverte[3]. Quand elles s’alimentent, les raies mantas aplatissent leurs nageoires céphaliques, de façon à ce que celles-ci participent à conduire l’alimentation dans la gueule de l’animal, et les petites particules sont collectées par les tissus situés entre les arcs branchiaux[1]. On peut trouver jusqu’à 50 animaux rassemblés sur un seul site d’alimentation riche en plancton[1]. Les raies mantas peuvent elles-mêmes être la proie de grands requins ou d’orques. Elles sont parfois mordues par les Squalelets féroces[8]:17, et portent des copépodes parasites[8]:14.

Les mantas se rendent dans des stations de nettoyage dans les récifs de coraux pour se débarrasser de leurs parasites externes. La raie adopte une position presque stationnaire près de la surface du corail pendant plusieurs minutes tandis que les poissons nettoyeurs consomment les organismes qui sont attachés à elle. Elles s’y rendent plus fréquemment quand la marée est haute[26]. À Hawaï, les labres assurent la tâche de débarrasser les raies des parasites ; certaines espèces se nourrissent autour de la gueule et des branchies de la raie tandis que d’autres inspectent le reste de la surface du corps[8]. Au large du Mexique, le Poisson-ange doré (Holacanthus clarionensis) participe à la tâche de nettoyage des raies[27]. Au Mozambique, Abudefduf saxatilis nettoie la gueule de la raie tandis que les poissons-papillons se concentrent au niveau des blessures[21]:160. M. alfredi visite plus souvent les stations de nettoyage que M. birostris[21]:233. Certains individus revisitent la même station de nettoyage ou aire d’alimentation régulièrement[28] et semblent avoir des cartes cognitives de leur environnement[10].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Aire de répartition des raies mantas.

Les raies mantas vivent dans les eaux tropicales et subtropicales dans les principaux océans du monde, et s’aventurent parfois dans des eaux tempérées. Au plus loin de l’équateur, on a vu des raies mantas en Caroline du Nord, aux États-Unis, au nord (31ºN), et au large de l'île du Nord en Nouvelle-Zélande (36ºS) au sud. Elles préfèrent des températures de l’eau de plus de 20 °C[3] et M. alfredi vit principalement dans des eaux tropicales[7]. Les deux espèces sont pélagiques. M. birostris vit principalement en eau libre dans les océans, voyageant avec les courants et migrant vers les zones où les remontées d’eaux riches en nutriments accroissent la concentration des proies[29].

Des individus qui ont été équipés de radio transmetteurs ont parcouru jusqu’à 1 000 km à partir de leur lieu de capture et sont descendus à des profondeurs atteignant 1 000 m[30]. M. alfredi est une espèce qui voyage moins et vit plus près des côtes. Des migrations saisonnières sont observées, mais sont plus courtes que celles de M. birostris[23]. Les raies mantas sont communes près des côtes du printemps à l’automne mais s’en éloignent durant l’hiver. Elles restent près de la surface dans des eaux peu profondes la journée, et nage à de plus grandes profondeurs pendant la nuit[3].

Taxonomie et étymologie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « manta » est d’origine portugaise et espagnole et signifie « couverture ». Ce terme désigne également un piège en forme de grande cape utilisée traditionnellement pour attraper les raies[31]. Les raies mantas sont connues sous le nom de « diable de mer » du fait de leurs nageoires céphaliques en forme de corne, qui rappelle le démon[32].

L’attribution du nom scientifique des raies mantas a une histoire mouvementée, au cours de laquelle plusieurs noms ont été utilisés à la fois pour désigner le genre (Ceratoptera, Brachioptilon Daemomanta et Diabolicthys) et les espèces (comme vampyrus, americana, johnii et hamiltoni). Toutes ont finalement été placées comme des synonymes d’une seule espèce, Manta birostris[33],[1],[34]. Le nom générique manta a été publié pour la première fois en 1829 par le docteur Edward Nathaniel Bancroft en Jamaïque[33]. Le nom spécifique birostris est attribué à Johann Julius Walbaum (1792) par certains auteurs et à Johann August Donndorff (1798) par d’autres[34]. Le nom alfredi a été utilisé pour la première fois par le zoologiste australien Gerard Krefft, qui a nommé cette raie en l’honneur du Prince Alfred[1],[35].

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Ces raies appartiennent au clade des Chondrichthyes, des poissons qui présentent un épais cartilage plutôt que des os dans leurs squelettes[36]. Les raies mantas font partie des Elasmobranchii (requins et raies), du superordre des Batoidea et de l’ordre des Myliobatiformes[37]. Le genre Manta appartient à la famille des Myliobatidae, elle-même appartenant à la sous-famille des Mobulinae[38]. Phylogénie des Myliobatiformes[37] :




Hexatrygon




Plesiobatis




Urobatis




Pteroplatytrygon




Potamotrygon



Elipesurus




Dasyatis





Gymnura



Aetoplatea





Myliobatis





Aetobatus



Aetomylaeus





Rhinoptera




Mobula



Manta












Les raies mantas ont évolué à partir des Myliobatoidei, vivant sur le fond de l’eau, et ont développé des nageoires pectorales ressemblant plus à des ailes[39]. M. birostris présente encore des vestiges de l'ardillon des Myliobatoidei sous la forme d’une épine caudale[7]. La gueule de la plupart des raies est placée sur la partie inférieure de la tête, tandis que celle des raies mantas est placée sur le devant[40]. Les raies mantas et les raies du genre Mobula sont les seules espèces de raies qui ont développé une alimentation en filtrant l’eau[37].

Espèces[modifier | modifier le code]

Selon FishBase (7 mai 2012)[41] & Catalogue of Life (7 mai 2012)[42] :

Selon World Register of Marine Species (7 mai 2012)[43] :

Selon ITIS (7 mai 2012)[44] :

Dans le passé, il était admis qu'il y avait plusieurs espèces de Manta, mais plus récemment, grâce aux analyses ADN, un consensus s'est créé autour de la reconnaissance d'une seule espèce.

Il aura fallu attendre 2008 pour qu'une spécialiste, Andrea Marshall[45], propose de scinder l'espèce en deux. La première, la raie manta résidentielle (Manta alfredi), plus petite, qui ne s'éloigne pas du rivage ; et la deuxième, la raie manta géante (Manta birostris), pélagiques et avec une distribution chevauchant la première[45], beaucoup plus rarement observées, leur anatomie comportant la trace résiduelle d'un aiguillon primitif[45] mettant en lumière leur parenté avec les raies pastenagues, des taches plus grandes[45], leur couleur[45], une texture de peau différente[45], plus contrastées et surtout une envergure plus grande de deux à trois mètres que leurs cousines des récifs, ce qui porte leur taille maximale observée à huit mètres d'envergure. Cette dernière éviterait beaucoup plus le contact avec l'homme[45]. Toujours sur la base des recherches d'Andrea Marshall, il pourrait y avoir une troisième espèce[46].

Vue ventrale
Manta alfredi avec la gueule fermée, les nageoires céphaliques enroulées et la surface ventrale présentant des marques distinctives.

Les scientifiques ne sont pas tous d’accord pour déterminer si le phénotype de coloration noire était une espèce différente de la forme blanche dominante. Mais cette proposition a été discréditée par une étude sur l’ADN mitochondrial de ces deux types en 2001[47]. Une étude de 2009 a analysé les différences morphologiques, dont la couleur, les variations méristiques, les épines, les denticules dermiques (écailles en forme de dents) et les dents de différentes populations. Deux espèces différentes ont été identifiées : la plus petite, M. alfredi, que l’on trouve dans l’Indo-Pacifique et la partie tropicale de l’Est de l’Atlantique, et la plus grande, M. birostris, que l’on trouve dans la partie tropicale, subtropicale et tempérée suffisamment chaude des océans[7]. La première vit plus près des côtes[23] tandis que la première vit dans les eaux libres des océans, et migre parfois[25].

Une troisième espèce potentielle, appelée pour le moment Manta sp. cf. birostris, atteint au moins 6 m de large, et vit dans la partie tropicale de l’Ouest de l’Atlantique, dont les Caraïbes. Elle vit en sympatrie avec M. birostris[7]. Cette population présente quelques différences de coloration et de dentition par rapport à M. birostris. Son dos est noir mais peut prendre chez certains individus des teintes rougeâtres ou marron, et les taches sur les épaules ne sont pas toujours présentes[9]. La face ventrale est crème et présente une marge postérieure grise au niveau des pectorales, mais celle-ci n'est pas en forme de V, comme chez M. birostris[9]. Elle se caractérise une tache de taille réduite sous la dernière rangée de fentes branchiales[9]. Une étude de 2010 sur les raies mantas au Japon a confirmé les différences morphologiques et génétiques entre cette population et M. birostris et M. alfredi[48]. En cas de reconnaissance officielle, cette espèce pourrait être nommée Manta giorna[9].

Fossiles[modifier | modifier le code]

Tandis que quelques petites dents ont été retrouvées, peu de squelettes fossilisés de raies mantas ont été découverts. Leur squelette cartilagineux se conserve mal, car il ne présente pas la calcification des poissons osseux. Seuls trois lits sédimentaires comprenant des fossiles de raies mantas sont connus, un datant de l’Oligocène en Caroline du Sud et deux autres datant du Miocène et du Pliocène en Caroline du Nord[49]. Des restes d’une espèce éteinte ont été trouvés dans la Chandler Bridge Formation en Caroline du Sud. Ils ont été décrits dans un premier temps sous l'appellation Manta fragilis, mais ensuite reclassés comme Paramobula fragilis[50].

Sauvegarde[modifier | modifier le code]

Menaces[modifier | modifier le code]

Vue de face de M. birostris en train de se nourrir.

La plus grande menace qui pèse sur les raies mantas est la surpêche. M. birostris n’est pas uniformément répartie dans les océans, mais se concentre dans les zones qui lui pourvoient les plus grandes quantités de nourriture, tandis que M. alfredi est encore plus localisé à des zones précises. Leurs distributions sont ainsi fragmentées, avec peu de preuve d’entremêlement de sous-populations distinctes. Du fait de leur longue espérance de vie et de leur faible taux de reproduction, la surpêche peut très fortement impacter localement certaines populations, d’autant plus qu’il y a très peu de chances que des individus venant d’ailleurs remplacent ceux qui ont disparu[25].

La pêche commerciale comme la pêche artisanale capture des raies mantas pour la viande et leurs produits. Elles sont typiquement attrapées avec des filets, des chaluts ou des harpons[25]. Les raies mantas étaient autrefois capturées par des pêcheurs en Californie et en Australie pour leur huile de foie et leur peau ; cette dernière était utilisée comme abrasives[1]. Leur viande est comestible et consommée dans divers pays, mais moins appréciée que celle d’autres poissons[51]. La demande pour leurs brachiospines, la structure cartilagineuse qui protège les branchies, a récemment augmenté pour approvisionner la médecine chinoise[52]. Pour pourvoir la demande croissante pour en brachiospines, des pêcheurs se sont spécialisés pour attraper les raies mantas dans les Philippines, en Indonésie, au Mozambique, à Madagascar, en Inde, au Pakistan, au Sri Lanka, au Brésil et en Tanzanie[51]. Chaque année des milliers de raies mantas, principalement M. birostris, sont capturées et tuées uniquement pour leurs brachiospines. Une étude au Sri Lanka et en Inde a estimé que plus de 1 000 spécimens étaient vendus dans les marchés de ces pays chaque année[53]. Pour comparaison, les populations de M. birostris dans la plupart de leurs sites de regroupement sont estimées à moins de 1 000 individus chacune[54]. Des pêcheurs spécialisés dans la pêche aux raies mantas dans le golfe de Californie, la côte ouest du Mexique, l’Inde, le Sri Lanka, l’Indonésie et les Philippines ont conduit à une très importante baisse des effectifs dans ces régions[25].

Les raies mantas sont sujettes à d’autres menaces liées à l’Homme. Du fait que les mantas sont obligées de nager constamment pour amener de l’eau riche en oxygène vers leurs branchies, et sont vulnérables à l’enchevêtrement dans les filets et la suffocation qui en découle. Les raies mantas ne peuvent pas nager vers l’arrière et, à cause de leurs nageoires céphaliques proéminentes, sont sujettes à être prises par les lignes de pêche, les filets et même les lignes d’amarre isolées. Quand elles sont prises, les raies mantas tentent souvent de se libérer en faisant des sauts périlleux, se prenant encore plus au piège. Abandonnée, une ligne de pêche peut s’enrouler et entailler la chaire de l’animal, lui causant une blessure irréversible. De même, les raies mantas sont parfois des prises accidentelles de filets prévus pour des poissons plus petits[55]. Certaines raies mantas sont blessées par des collisions avec des bateaux, spécialement dans des zones où elles se regroupent et ont facilement observables. D’autres menaces peuvent peser sur les raies mantas, comme le changement climatique, le tourisme, la pollution par marées noires, et l’ingestion de microplastiques[25].

Statut de sauvegarde[modifier | modifier le code]

Manta birostris à Hin Daeng, près des îles Phi Phi, Thaïlande.

En 2011, les raies mantas sont devenues strictement protégées dans les eaux internationales du fait de leur inclusion dans la Convention de Bonn. La CMS est une organisation régie par un traité international qui est chargé de la sauvegarde des espèces migratrices et des habitats à une large échelle. Bien que des nations protégeassent déjà les raies mantas, les poissons migrent souvent vers des zones non réglementées, ce qui pose un problème supplémentaire en cas de surpêche[56]. L’UICN classe M. birostris comme vulnérable avec un risque élevé d’extinction en novembre 2011[57].

La même année, M. alfredi a également été classée Vulnérable avec des populations représentant localement moins de 1 000 individus et aucun ou très peu d’échanges entre sous-populations[23]. Le Manta Trust est une organisation caritative britannique consacrée à la recherche et la sauvegarde des raies mantas. Le site internet de l’organisation est également une importante ressource pour se documenter sur la biologie et la sauvegarde de ces animaux[58].

Au-delà de ces initiatives internationales, certains pays entreprennent des actions propres. La Nouvelle-Zélande a ainsi interdit la pêche de la raie manta dès le Wildlife Act de 1953. En juin 1995, les Maldives interdisent la vente à l’export des raies mantas et de leurs sous-produits, stoppant ainsi la pêche des raies car il n’y avait pas de pêche pour la consommation locale. Le gouvernement renforce cette réglementation en 2009 avec l’introduction de deux aires marines protégées. Aux Philippines, la capture des raies mantas est interdite en 1998, mais cette loi est ajournée en 1999 sous la pression des pêcheurs locaux. Les stocks de poissons sont surveillés en 2002 et l’interdiction est remise en place depuis cette date. Il est interdit de capturer ou de tuer des raies mantas dans les eaux mexicaines depuis 2007. Cette interdiction n’a pas forcément été durcie, mais mieux appliquée à Holbox, une île de la péninsule du Yucatán, où les raies mantas sont également une attraction pour les touristes.

En 2009, Hawaï devient le premier État des États-Unis à interdire de tuer ou de capturer des raies mantas. Il n’y avait pas de pêche spécialisée dans cet État, mais les poissons qui passent dans les eaux locales sont désormais protégés. En 2010, l’équateur interdit la pêche de l’ensemble des raies, ainsi que leur rétention comme prise accessoire et leur vente[25].

Relations avec l’Homme[modifier | modifier le code]

Photo d'un vaisseau en céramique ayant la forme d'une raie, avec une autre peinte sur sa surface.
Céramique d’une raie manta réalisée par les Moche, 200 AD. Musée Larco Lima, Pérou

Les anciens Péruviens Moche représentaient souvent les animaux marins. Leur art dépeint régulièrement les raies mantas[59]. Historiquement, les raies mantas étaient craintes pour leur taille et leur supposé pouvoir. Les marins croyaient qu’elles mangeaient les poissons et pouvaient couler des bateaux en tirant sur les ancres. Mais ces croyances ont disparu vers 1978 quand des plongeurs dans le golfe de Californie se sont rendus compte qu’il s’agissait d’animaux placides avec lesquelles ils pouvaient interagir. Plusieurs plongeurs se sont photographiés eux-mêmes avec des raies mantas, dont l’auteur du livre Les dents de la mer, Peter Benchley[60].

Aquariums[modifier | modifier le code]

Manta alfredi à l'Aquarium Churaumi d'Okinawa.

Du fait de leur taille, il est rare que les raies mantas soient gardées en captivité et peu d’aquariums en présentent des spécimens. Un individu notable parmi ceux détenus en captivité est « Nandi », une raie manta qui a été accidentellement prise dans des filets contre les requins au large de Durban, en Afrique du Sud, en 2007. Elle a été conduite et élevée au uShaka Marine World, puis elle a été déplacée vers l'aquarium de Géorgie, plus grand, en août 2008, où elle réside dans son exhibition, « Ocean Voyager », de 23 848 m3[61]. Une seconde raie manta a rejoint cet aquarium en septembre 2009[62], puis une troisième en 2010[63].

L'Atlantis resort sur Paradise Island, aux Bahamas, a abrité une raie manta nommée « Zeus » qui a été étudié durant trois ans avant d’être relâchée en 2008[64]. L'Aquarium Churaumi d'Okinawa présente également des raies mantas dans le réservoir « Kuroshio Sea », un des plus grands aquariums du monde. La première naissance d’une raie manta en captivité a eu lieu dans cet aquarium en 2007. Bien que le petit n’ait pas survécu, l’aquarium a depuis vu la naissance de trois petites raies, en 2008, 2009, et 2010[65].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Raie manta avec un plongeur
Manta alfredi et un plongeur.

Les lieux dans lesquels les raies mantas se regroupent attirent les touristes, et l’observation des raies mantas peut apporter des revenus intéressants aux populations locales[8]:19. De tels sites touristiques existent aux Bahamas, aux îles Caïmans, en Espagne, aux Fidji, en Thaïlande, en Indonésie, à Hawaï, en Australie occidentale[66] et aux Maldives[67]. Les raies mantas sont populaires du fait de leur énorme taille et du fait qu’elles s’habituent facilement à la présence de l’Homme. Les plongeurs peuvent avoir la chance de voir les raies mantas se rendre dans des stations de nettoyage et les plongées de nuit offrent l’opportunité à leurs pratiquants de voir les raies mantas en train de se nourrir du plancton attiré par les lumières[68].

Manta alfredi au cours d’une plongée à Hawaï.

Ce tourisme permet de sensibiliser les gens sur les raies et les problèmes de conservation qui les entourent[66]. Il permet aussi de pourvoir des fonds pour la recherche et la sauvegarde de l’espèce[67]. Des interactions trop fréquentes et non maîtrisées avec des touristes peuvent affecter négativement l’espèce en altérant les relations écologiques et augmentant la transmission des maladies[66]. À Bora Bora, un nombre trop important de plongeurs, bateaux de plaisance et de jet ski ont conduit à faire fuir les raies mantas de la zone[8]:19.

En 2014, l’Indonésie a interdit la pêche et l’export des raies mantas, et réalisé qu’il était plus intéressant économiquement de favoriser le tourisme par la présence de ces animaux que d’autoriser leur pêche. Une raie manta, une fois morte, vaut 35 à 450 €, tandis que le tourisme lié aux raies peut apporter 910 000 € durant la vie d’une seule raie manta. L’Indonésie dispose de 5,7 millions de km2 d’océans qui constituent aujourd’hui le plus grand sanctuaire au monde pour ces animaux[69].

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) « Manta », Florida Museum of Natural History (consulté le 11 novembre 2009)
  2. a, b et c « Raie manta (Walbaum 1792) - Manta birostris » (consulté le 25 octobre 2016)
  3. a, b, c, d, e, f et g (en) David A. Ebert, Sharks, Rays, and Chimaeras of California, University of California Press, (ISBN 978-0-520-23484-0, lire en ligne)
  4. a, b et c Fabienne Rossier, Sharks My Feelings les ailerons du cœur, Lulu.com, , 102 p. (ISBN 1326203029 et 9781326203023), p. 88-89
  5. a et b (en) « Mantas at a glance », The Manta Trust, (consulté le 16 février 2013)
  6. (en) « Largest ray », sur guinnessworldrecords.com.
  7. a, b, c, d, e et f (en) Marshall, A. D., Compagno, L. J. V. et Bennett, M. B., « Redescription of the genus Manta with resurrection of Manta alfredi (Krefft, 1868) (Chondrichthyes; Myliobatoidei; Mobulidae) », Zootaxa, vol. 2301,‎ , p. 1–28 (ISSN 1175-5326)
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Mark R. Deakos, Ecology and social behavior of a resident manta ray (Manta alfredi) population off Maui, Hawai'i, ResearchGate, (lire en ligne)
  9. a, b, c, d, e et f « Manta géante », DORIS (consulté le 25 octobre 2016)
  10. a et b (en) Ari, C. et Correia, J., « Role of sensory cues on food searching behavior of a captive Manta birostris (Chondrichtyes, Mobulidae) », Zoo Biology, vol. 27, no 4,‎ , p. 294–304 (PMID 19360625, DOI 10.1002/zoo.20189)
  11. (en) Ari, C., « Encephalization and brain organization of mobulid rays (Myliobatiformes, Elasmobranchii) with ecological perspectives », Open Anatomy Journal, vol. 3,‎ , p. 1–13 (DOI 10.2174/1877609401103010001, lire en ligne)
  12. (en) Alexander, R. L., « Evidence of brain-warming in the mobulid rays, Mobula tarapacana and Manta birostris (Chondrichthyes: Elasmobranchii: Batoidea: Myliobatiformes) », Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 118, no 2,‎ , p. 151–164 (DOI 10.1111/j.1096-3642.1996.tb00224.x)
  13. (en) C. D. Braun, G. B. Skomal, S. R. Thorrold et M. L. Berumen, « Diving behavior of the reef manta ray links coral reefs with adjacent deep pelagic habitats », PLOS ONE, vol. 9, no 2,‎ , e88170 (DOI 10.1371/journal.pone.0088170)
  14. (en) S. R. Thorrold, P. Afonso, J. Fontes, C. D. Braun, R. S. Santos, G. B. Skomal et M. L. Berumen, « Extreme diving behaviour in devil rays links surface waters and the deep ocean », Nature Communications, vol. 5, no 4274,‎ , p. 4274 (DOI 10.1038/ncomms5274, Bibcode 2014NatCo...5E4274T)
  15. (en) J. Webb, « Deep dives of devil rays solve 'mystery' of warm brain », BBC,‎ (lire en ligne)
  16. a et b (en) K. Yano, F. Sato et T. Takahashi, « Observations of mating behavior of the manta ray, Manta birostris, at the Ogasawara Islands, Japan », Ichthyological Research, vol. 46, no 3,‎ , p. 289–296 (DOI 10.1007/BF02678515)
  17. (en) Compagno, Leonard J. V., Ebert, David A. et Smale, Malcolm J, « Reproduction in cartilaginous fish », Biodiversity Explorer, Iziko Museums of Cape Town, (consulté le 12 février 2013)
  18. a et b (en) A. D. Marshall et M. B. Bennett, « Reproductive ecology of the reef manta ray Manta alfredi in southern Mozambique », Journal of Fish Biology, vol. 77, no 1,‎ , p. 185–186 (PMID 20646146, DOI 10.1111/j.1095-8649.2010.02669.x)
  19. (en) T. Tomita, M. =Toda, K. Ueda, S. Uchida et K. Nakaya, « Live-bearing manta ray: how the embryo acquires oxygen without placenta and umbilical cord », Biology Letters, vol. 8, no 5,‎ , p. 721–724 (PMID 22675137, PMCID 3440971, DOI 10.1098/rsbl.2012.0288)
  20. (en) « Okinawa Churaumi Aquarium », News release, (consulté le 12 février 2013)
  21. a, b, c et d (en) Marshall, Biology and Population Ecology of Manta Birostris in Southern Mozambique, University of Queensland, (lire en ligne)
  22. (en) W. T. White, J. Giles, Dharmadi et I. Potter, « Data on the bycatch fishery and reproductive biology of mobulid rays (Myliobatiformes) in Indonesia », Fisheries Research, vol. 82, no 1–3,‎ , p. 65–73 (DOI 10.1016/j.fishres.2006.08.008)
  23. a, b, c, d et e Modèle:IUCN2011.2
  24. (en) Deakos, M., « Paired-laser photogrammetry as a simple and accurate system for measuring the body size of free-ranging manta rays Manta alfredi », Aquatic Biology, vol. 10,‎ , p. 1–10 (DOI 10.3354/ab00258)
  25. a, b, c, d, e, f et g Modèle:IUCN2011.2
  26. (en) Jaine, Fabrice R. A.; Couturier, Lydie I. E.; Weeks, Scarla J.; Townsend, Kathy A.; Bennett, Michael B.; Fiora, Kym; Richardson, Anthony J., « When giants turn up: sighting trends, environmental influences and habitat use of the manta ray Manta alfredi at a coral reef », PLoS ONE, vol. 7, no 10,‎ , e46170 (PMID 23056255, PMCID 3463571, DOI 10.1371/journal.pone.0046170) Libre accès
  27. (en) S.W. Michael, Reef sharks and rays of the world. A guide to their identification, Behaviour, and ecology, Monterey, Sea Challengers, 107 p.
  28. (en) Dewar, H., Mous, P., Domeier, M., Muljadi, A., Pet, J. et Whitty, J., « Movements and site fidelity of the giant manta ray, Manta birostris, in the Komodo Marine Park, Indonesia », Marine Biology, vol. 155, no 2,‎ , p. 121–133 (DOI 10.1007/s00227-008-0988-x)
  29. (en) Luiz Jr, O. J., Balboni, A. P., Kodja, G., Andrade, M. et Marum, H., « Seasonal occurrences of Manta birostris (Chondrichthyes: Mobulidae) in southeastern Brazil », Ichthyological Research, vol. 56, no 1,‎ , p. 96–99 (ISSN 1616-3915, DOI 10.1007/s10228-008-0060-3)
  30. (en) « Support inclusion of the Giant Manta (M. birostris) in CMS Appendix I & II as proposed by the Government of Ecuador (I/5) », sharkadvocates.org (consulté le 11 janvier 2013)
  31. (en) « Manta », sur HarperCollins Publishers, Collins English Dictionary – Complete & Unabridged (consulté le 19 octobre 2016)
  32. (en) Ray Parsons, Sharks, Skates, and Rays of the Gulf of Mexico: A Field Guide, Univ. Press of Mississippi, (ISBN 978-1-60473-766-0, lire en ligne)
  33. a et b (en) Bailly, N., « Manta Bancroft, 1829 », World Register of Marine Species FishBase, (consulté le 16 avril 2013); see E.N. Bancroft On the fish known in Jamaica as the sea-devil, 1829
  34. a et b (en) « Database of Fishes », California Academy of Sciences (consulté le 23 avril 2013) Check genus and type "Manta" in search box.
  35. (en) Whitley G. P., « The Australian devil ray, Daemomanta alfredi (Krefft), with remarks on the superfamily Mobuloidea (order Batoidei) », Australian Zoologist, vol. 8, no 3,‎ , p. 164–188
  36. (en) Janvier, P., « Gnathostomata », Tree of Life Web Project, (consulté le 9 février 2013)
  37. a, b et c (en) Dean, M. N., Bizzarro, J. J. et Summers, A. P., « The evolution of cranial design, diet, and feeding mechanisms in batoid fishes », Integrative and Comparative Biology, vol. 47, no 1,‎ , p. 70–81 (PMID 21672821, DOI 10.1093/icb/icm034, lire en ligne)
  38. (en) Froese, R.; Pauly, D.l (eds), « Family Myliobatidae – Eagle and manta rays », FishBase, (consulté le 9 février 2013)
  39. (en) Martin, R. A., « Manta Ray (Manta birostris) FAQ », ReefQuest Centre for Shark Research (consulté le 23 avril 2013)
  40. (en) Froese, R.; Pauly, D. (eds), « Genus: Mobula », FishBase, (consulté le 9 février 2013)
  41. FishBase, consulté le 7 mai 2012
  42. Catalogue of Life, consulté le 7 mai 2012
  43. World Register of Marine Species, consulté le 7 mai 2012
  44. ITIS, consulté le 7 mai 2012
  45. a, b, c, d, e, f et g (en) « Manta Rays: A new species? », sur saveourseas.com, Save Our Seas (consulté le 7 avril 2010).
  46. (en) « Manta Rays, Mozambique », sur saveourseas.com, Save Our Seas (consulté le 7 avril 2010).
  47. (en) Timothy Brian Clark, Population Structure of Manta Birostris (Chondrichthyes:Mobulidae) from the Pacific and Atlantic Oceans, Texas A & M University, (lire en ligne)
  48. (en) Ito, T. et Kashiwagi, T., « Morphological and genetic identification of two species of manta ray occurring in Japanese waters: Manta birostris and M. alfredi », Report of Japanese Society for Elasmobranch Studies, vol. 46,‎ , p. 8–10
  49. (en) « Manta Bancroft 1829 (manta) », Paleobiology Database (consulté le 13 mai 2013) Click on "Age range and collections".
  50. (en) Cicimurri, D. J. et Knight, J. L., « Late Oligocene sharks and rays from the Chandler Bridge Formation, Dorchester County, South Carolina, USA », Acta Palaeontologica Polonica, vol. 54, no 4,‎ , p. 627–647 (DOI 10.4202/app.2008.0077)
  51. a et b (en) « Manta Fisheries », Manta Trust, (consulté le 21 février 2013)
  52. (en) Radford, B., « Unproven Chinese Medicine Killing Manta Rays », Discovery News, (consulté le 13 avril 2013)
  53. (en) « Sri Lanka Manta Project », The Manta Trust, (consulté le 21 février 2013)
  54. (en) « Manta Hotspots », The Manta Trust, (consulté le 21 février 2013)
  55. (en) « Bycatch », The Manta Trust, (consulté le 21 février 2013)
  56. (en) « COP10 Outcome: Migratory Manta Ray under CMS Protection », Convention on Migratory Species, UNEP; CMS, (consulté le 19 février 2013)
  57. (en) Buczynski, B., « Giant Manta Ray Earns Protection Under International Treaty », Care 2,‎ (lire en ligne)
  58. (en) « The Manta Trust Homepage », The Manta Trust (consulté le 9 mars 2011)
  59. (en) Kathleen Berrin, The Spirit of Ancient Peru: Treasures from the Museo Arqueológico Rafael Larco Herrera, Thames and Hudson, (ISBN 978-0-88401-092-0, lire en ligne)
  60. (en) Richard Ellis, Monsters of the Sea, Lyons Press, (ISBN 978-1-59228-967-7, lire en ligne)
  61. (en) « The Georgia Aquarium is excited to welcome Nandi, the manta ray! », George Aquarium.org (consulté le 13 mai 2013)
  62. (en) « Georgia Aquarium Welcomes Second New Manta Ray », Georgia Aquarium.org, (consulté le 3 septembre 2009)
  63. (en) « Georgia Aquarium Welcomes Third Manta Ray », George Aquarium.org, (consulté le 3 septembre 2009)
  64. (en) « Giant manta ray released after years of research », USAToday.com, (consulté le 16 mai 2013)
  65. (en) « We have just recently had our 4th successful manta ray (Manta birostris) birth in captivity at Okinawa Churaumi Aquarium. », Okinawa Churaumi Aquarium (consulté le 12 décembre 2012)
  66. a, b et c (en) Michael Lück, The Encyclopedia of Tourism and Recreation in Marine Environments, CABI, (ISBN 978-1-84593-350-0, lire en ligne)
  67. a et b (en) Anderson, R. C., Adam, M. S., Kitchen-Wheeler, A-M. et Stevens, G., « Extent and economic value of manta ray watching in Maldives », Tourism in Marine Environments, vol. 7, no 1,‎ , p. 15–27 (DOI 10.3727/154427310X12826772784793)
  68. (en) « Kona, Hawaii Scuba Diving », Kona Honu Diving (consulté le 14 mars 2013)
  69. (en) Mason, Margie, « Indonesia hopes to cash in on manta ray tourism »,