Rurutu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Polynésie française image illustrant le monde insulaire
Cet article est une ébauche concernant la Polynésie française et le monde insulaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Rurutu
Image satellite de la NASA
Image satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Îles Australes
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 22° 27′ 10″ S 151° 20′ 25″ O / -22.452778, -151.340278
Superficie 32,75 km2
Point culminant Manureva (385 m)
Géologie Makatea[réf. nécessaire]
Administration
Statut Commune

Collectivité d'outre-mer Polynésie française
Démographie
Population 2 325 hab. (2012)
Densité 70,99 hab./km2
Plus grande ville Moerai
Autres informations
Découverte 1769
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Rurutu
Rurutu

Géolocalisation sur la carte : Îles Australes

(Voir situation sur carte : Îles Australes)
Rurutu
Rurutu
Îles en France

Rurutu est une île située dans l'archipel des Australes en Polynésie française. Elle est administrativement rattachée à la commune de Rurutu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Auparavant Rurutu a été appelée ’Eteroa[1] (« long panier »[réf. nécessaire]), ce qui, selon James Cook, décrivait la forme de l'île perçue par les premiers colonisateurs polynésiens. Plus tard, Cook débarqua sur l'île de Tubuai où un indigène lui indiqua qu'il arrivait de l'île voisine nommé « Rurutu ». Finalement, son nom d'origine depuis les temps anciens était « Rurutu tu noa » qui signifie « Rassembler et lever ensemble » (quand ils ont un projet en tête, ils aboutissent toujours et de manière unie).[réf. nécessaire]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Localisation de Rurutu dans les îles Australes.

L'île volcanique de Rurutu est située à 150 km à l'est de Rimatara, l'île la plus proche, et à 572 km au sud de Tahiti. Mesurant environ 10 km de longueur et 3 km en largeur maximales, elle présente une surface de 32,3 km2 entouré d'un récif frangeant (mais est dépourvue de lagon) et un point culminant, le Manureva, s'élevant à 385 mètres[2].

En 2007, l'ensemble de la commune compte 2 089 habitants résidant principalement dans les trois villages que sont Moerai (au nord-est ; 978 habitants), Avera (à l'ouest ; 740 habitants), et Hauti (à l'est ; 371 habitants) ainsi que dans les deux plus petits que sont Narui et Naairoa (tout deux situés à la pointe sud)[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

La géologie de Rurutu est originale. L'île est le produit, il y a 12 millions d'années, du point chaud du Mc Donald. Pendant plus de 10 millions d'années, l'érosion l'a presque transformée en atoll. Mais il y a un peu plus d'un million d'années, elle est passée sur un second point chaud, le mont Arago (Te Tuana'i), qui l'a exhaussée de 150 mètres supplémentaires. L'île est aujourd'hui cernée de manière discontinue par des falaises de corail soulevé (le makatea), qui sont criblées de grottes tapissées de concrétions.

Trois sommets sont issus de ces mouvements géologiques : le Taatio'e, le Manureva (385 m) et l'Erai.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peuplement polynésien[modifier | modifier le code]

Des récits légendaires[3] évoquent le peuplement de l'île par deux pirogues venues de Tahiti. Des fouilles archéologiques menées à Vitaria[4] indiquent un peuplement remontant au VIIIe siècle de notre ère. À la fin du XVIIIe siècle, la population de l'île était estimée à 3 000 habitants polynésiens avant que des luttes tribales fassent chuter la population de 80% entre 1815 et 1820[2].

Découverte par les Européens[modifier | modifier le code]

La première mention de l'île est due à l'explorateur britannique James Cook, qui en fait mention en 1769, sans y débarquer[2]. En 1821, des missionnaires de la Société missionnaire de Londres, déjà bien installés à Tahiti, s'implantent dans l'archipel des Australes et notamment à Rurutu. De 1852 à 1889, il existe un royaume de Rurutu[5]

Tandis que la France établit son protectorat sur le royaume de Tahiti (1842) après avoir pris le contrôle des îles Marquises, Rurutu reste indépendante jusqu'en 1889 qui marque l'entrée des Australes sous le protectorat français avant l'annexion officielle en 1900[2].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Entre 1951 et 1956, Rurutu est le lieu de résidence du navigateur Éric de Bisschop, chargé d'en établir le cadastre. Après sa mort dans les îles Cook lors de l'expédition des Tahiti Nui (1956-1958), il est rapatrié sur l'île et inhumé au cimetière de Moerai. Durant cette période, l'île voit un développement avec la construction d'une route de ceinture et de deux voies traversières reliant les trois villages sous l'effet de l'augmentation de sa population notamment avec l'arrivée de flux migratoires en provenance de Makatea dans les Tuamotu, Papeete, mais aussi Nouméa en Nouvelle-Calédonie[2].

Le président François Mitterrand fait une visite sur l'île en 1990, ce qui a eu un certain impact sur le développement du tourisme local.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue qui y est parlée est une variante des langues australes, le reo rurutu, assez différent du tahitien.

Économie[modifier | modifier le code]

La baie du village d'Avera depuis le mont Manureva

Rurutu est réputée en Polynésie française pour son artisanat, la vannerie et notamment le travail de la fibre du pandanus qui assure à de nombreuses familles de l'île des revenus non négligeables. Si l'agriculture et la pêche restent d'autosuffisance (notamment avec la culture du taro en plantations collectives[2]), le tourisme commence à se développer. Rurutu est en effet devenue en quelques années l'île aux baleines. De juillet à octobre, elles viennent se reproduire à quelques encablures du rivage, attirant une clientèle internationale. L'authenticité de l'île, sa culture préservée, ses plages de sable blanc, sa flore tropicale et ses grottes attirent aujourd'hui une clientèle à l'année.

L'île possède un aérodrome avec une piste longue de 1 400 mètres et participant aux échanges avec le reste de la Polynésie et à l'essor de l'activité touristique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le capitaine James Cook se dirigeant vers la Nouvelle-Zélande (Te Ao Tea Roa) croisa sur sa route l'île de Rurutu, qui n'apparaissait pas sur sa carte ; Cook interrogea son guide Maohi qui lui répondit « Tei te iti roa », ce qui voulait dire que l'île était au bord de la carte de Cook et a été retranscrit en anglais « Ete roa », prononcé « Itiroa » (selon la prononciation Maohi). Il estima à vue d'œil la population visible sur le flanc de l'île où il tenta de débarquer à 25 000 habitants. Il emprunta la passe de Opupu à Avera et fut contraint de faire demi-tour à cause de l'accueil armé des indigènes et des bruits de tambours qui rassemblaient les Rurutu.[réf. nécessaire]
  2. a, b, c, d, e, f et g [PDF] Données de la commune de Rurutu sur le site du gouvernement de la Polynésie française.
  3. Site de la commune de Rurutu
  4. Fouilles menées en 1962-63 par Pierre Vérin.
  5. Pourvu d'un drapeau. Cf. Worldstatesmen, French Polynesia.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :