Tikehau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tikehau
Photo par le satellite Landsat (2000).
Photo par le satellite Landsat (2000).
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 14° 59′ 00″ S, 148° 09′ 00″ O
Superficie 20 km2
Point culminant m
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Rangiroa
Démographie
Population 529 hab. (2012[1])
Densité 26,45 hab./km2
Plus grande ville Tuherahera
Autres informations
Découverte 1816
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Tikehau
Tikehau

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Tikehau
Tikehau
Atolls en France

Tikehau ou Tikahau ou Porutu-kai[2] est un atoll situé dans le sous-groupe des Îles Palliser dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Celui-ci fait administrativement partie de la commune de Rangiroa.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique de Tikehau.

Tikehau est situé à 15 km de Rangiroa et à 340 km au nord de Tahiti. C'est un atoll de forme ovale de 27 km de longueur et 19 km de largeur maximales pour une superficie de 20 km2 de terres émergées constituées d'une série de motus aux plages de sable blanc et rose très fin. Son lagon s'étend sur environ 461 km2 et est uniquement accessible par la passe de Tuheiava.

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'excroissance corallienne (de 10 mètres) du sommet du mont volcanique sous-marin homonyme qui mesure 1 750 mètres, depuis le plancher océanique, formé il y a environ 63,5 à 65,1 millions d'années[3].

La population de Tikehau est de 529 habitants en 2012. Le principal village est Tuherahera situé au sud de l'atoll près de l'aérodrome.

Histoire[modifier | modifier le code]

Représentation par Louis Choris de la découverte de Tikehau en 1816.

La première mention de l'atoll est faite le par le navigateur germano-balte Otto von Kotzebue lors de sa première expédition en Polynésie[4],[5]. Il le nomme Île Krusenstern[2] d'après l'explorateur russe Adam Johann von Krusenstern (ce nom sera donné à d'autres îles également). L'expédition Wilkes passe également par l'atoll le [4].

En 1987, Jacques-Yves Cousteau réalise l'une de ses grandes expéditions à Tikehau.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Lors de ses nombreuses expéditions, Jacques Cousteau a défini la mer qui entoure cette île comme la plus poissonneuse du monde[réf. nécessaire]. En effet le lagon de Tikehau abrite des raies aigle, des bancs de barracudas et de thons, requins marteau, requins gris, tortues, dauphins....

L'atoll abrite également de nombreuses colonies d'oiseaux comme le Rousserolle à long bec, le Ptilope des Tuamotu, et le rare Lori nonnette[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Vue du complexe hôtelier « Tikehau Pearl Beach ».

L'économie de l'atoll repose principalement sur le tourisme, développé autour du complexe de « Tikehau Pearl Beach », dont l'activité s'est accrue avec la construction d'un aérodrome long de 1 200 mètres et inauguré en 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des communes de Polynésie française en 2012 sur le site de l'Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF).
  2. a et b Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known par J.L. Young dans The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  3. (en) Tikehau Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  4. a et b Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp. 275-282.
  5. Tahiti et ses archipels par Pierre-Yves Toullelan, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61.
  6. (en) Review of the protected areas system in Oceania Arthur L. Dahl, IUCN Commission on National Parks and Protected Areas, United Nations Environment Programme, éd. IUCN, 1986, (ISBN 9782880325091), p. 200.

Liens externes[modifier | modifier le code]