Paraoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Paraoa
Photo satellite de la NASA
Photo satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 19° 08′ 00″ S, 140° 40′ 01″ O
Superficie 4 km2
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune commune de Hao
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte 1767
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Paraoa
Paraoa
Atolls de France

Paraoa également appelé Tohora ou Hariri[1], est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paraoa est un petit atoll ovale de 8,5 km de longueur et 5,5 km de largeur maximales pour 4 km2 de terres émergées et avec un lagon 14 km2 dépourvu de passe communiquant avec l'océan. Il est situé à 53 km à l'est de Manuhangi l'île la plus proche, à 185 km au sud d'Hao, et à 900 km à l'est de Tahiti.

Paraoa est administrativement rattaché à la commune de Hao. L'atoll est inhabité de manière permanente.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention faite par un Européen de l'atoll a été faite par le marin anglais Samuel Wallis qui l'aborde le [2] et le nomme Gloucester[1]. C'est ensuite le navigateur britannique Frederick Beechey qui le visite le 22 janvier 1826[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known par J.L. Young dans The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, p. 264-8.
  2. a et b Les Atolls des Tuamotu par Jacques Bonvallot, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), p. 275-282.