Tuanake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tuanake
Tuanake en 2014, photo de la NASA.
Tuanake en 2014, photo de la NASA.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 16° 39′ 00″ S, 144° 13′ 01″ O
Superficie km2
Nombre d'îles 1
Géologie Atoll
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Makemo
Démographie
Population hab. (2017[1])
Densité 1 hab./km2
Autres informations
Découverte 1820
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Tuanake
Tuanake

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Tuanake
Tuanake
Atolls en France

Tuanake ou Mata-rua-puna[2] est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Il compose le sous-groupe des Îles Raevski avec Tepoto Sud et Hiti. Il est administrativement rattaché à la commune de Makemo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tuanake est situé à 7,5 km à l'ouest de Hiti, l'île la plus proche, et à 545 km à l'est de Tahiti. C'est un petit atoll semi-circulaire de 9,5 km de longueur et 6,5 km de largeur maximales pour une surface émergée de 6 km2. Son lagon de 26 km2 est accessible par une passe très peu profonde située au sud.

Tuanake a été longtemps inhabité de manière permanente, mais le recensement de 2017 y dénombre six habitants[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première notification de cet atoll a été faite par l'explorateur russe Fabian Gottlieb von Bellingshausen le qui le nomme « Île Raevski[3],[4] ». Lors de son expédition, le navigateur américain Charles Wilkes l'aborde le , notifie le nom de « Tunaki » et le dénomme Reid Island[3].

Au XIXe siècle, Tuanake devient un territoire français peuplé alors de quelques habitants autochtones qui obéissent au chef de Katiu tout comme les atoll Tepoto Sud et Hiti[5].

Économie[modifier | modifier le code]

La pêche traditionnelle est pratiquée avec l'utilisation de deux parcs à poissons localisés sur des hoas au Sud de l'atoll[6]. Depuis quelques années, Tuanake est exploité par les habitants de Katiu pour la pêche aux holothuries à des fins d'exportation vers l'Asie[7].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

La présence d'individus des espèces Acrocephalus atyphus et de Gallicolumba erythroptera – espèce extrêmement menacée avec seulement environ cent individus recensés dans le Pacifique – a été rapportée à Tuanake ainsi qu'une population endémique de Chevaliers des Tuamotu[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Répartition de la population de la Polynésie française par île en 2017, Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  2. (en) J.L. Young, « Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known », The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  3. a et b Jacques Bonvallot, Les Atolls des Tuamotu, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp. 275-282.
  4. Pierre-Yves Toullelan, Tahiti et ses archipels, éditions Karthala, 1991, (ISBN 2-86537-291-X), p. 61.
  5. Étienne Avalle, Notices sur les colonies françaises, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p. 638.
  6. Atlas de Polynésie : Tuanake, Direction des ressources marines du Gouvernement de la Polynésie française, consulté le 11 avril 2019.
  7. « Ouverture de la pêche aux holothuries pour 2019 dans les îles de Katiu, Hiti, Tepoto-Sud et Tuanake », DRM du Gouvernement de la Polynésie française, 3 avril 2019.
  8. (en) Arthur L. Dahl, « Review of the protected areas system in Oceania », IUCN Commission on National Parks and Protected Areas, United Nations Environment Programme, éd. IUCN, 1986, (ISBN 9782880325091), p. 206.