Pontécoulant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pontécoulant
Pontécoulant
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Maire
Mandat
Jean-Pierre Mourice
2020-2026
Code postal 14110
Code commune 14512
Démographie
Population
municipale
76 hab. (2018 en diminution de 13,64 % par rapport à 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ 42″ nord, 0° 35′ 17″ ouest
Altitude Min. 98 m
Max. 245 m
Superficie 2,38 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Condé-en-Normandie
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Condé-sur-Noireau
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Pontécoulant
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Pontécoulant
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontécoulant
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontécoulant

Pontécoulant est une commune française située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 76 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est à l'est du Bocage virois, à proximité de la Suisse normande. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la place, dans sa grande majorité, au sud-est de l'unité du Synclinal bocain caractérisée par « une alternance de lambeaux boisés sur les crêtes et de paysages semi-ouverts »[1]. La vallée de la Druance, au sud, est en limite de l'unité du Bassin de Vire. Son petit bourg est à 6 km au nord-ouest de Condé-sur-Noireau et à 7,5 km au nord-est de Vassy[2]. Couvrant 238 hectares, le territoire de Pontécoulant est le moins étendu du canton de Condé-sur-Noireau.

La commune est à l'écart des grands axes routiers. La modeste route départementale no 184 relie le bourg à Saint-Germain-du-Crioult au sud-ouest et permet de rejoindre Caen par Hamars au nord-est. La D 105 permet de retrouver Condé-sur-Noireau au sud-est et la D 298 rejoint Saint-Jean-le-Blanc par la vallée de la Druance et le château de Pontécoulant au nord-ouest.

Pontécoulant est dans le bassin de l'Orne, par son sous-affluent la Druance qui délimite le territoire du nord-ouest au sud-ouest. Deux courts affluents lui joignent leurs eaux collectées sur le territoire communal. Un troisième affluent, la Jeannette, marque la limite avec Proussy au sud.

Le point culminant (245 m) se situe en limite de commune au nord, près du lieu-dit la Huardière, sur une pente dont le sommet atteint 252 m sur la commune de Saint-Pierre-la-Vieille. Le point le plus bas (98 m) correspond à la sortie de la Druance du territoire, au sud. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 36 km[3]. Situé plus en terre, Pontécoulant s'en différencie toutefois notamment pour la pluviométrie annuelle qui y avoisine les 900 mm[4].

Les lieux-dits sont, du nord au sud : le Château, la Huardière, le Domaine, le Val, Launay, le Moulin Asselin et le Bourg[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pontécoulant est une commune rurale[Note 2],[7]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Condé-en-Normandie, dont elle est une commune du pôle principal[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (57,6 %), zones agricoles hétérogènes (27,9 %), forêts (14,4 %), terres arables (0,1 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pons Escoullandi au XIe siècle et Pons Escollent en 1202[14].

Le toponyme provient du latin Pons, « pont », et de l'anthroponyme germanique Scolant[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu se serait donc peuplé autour du pont de Scolant.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant obtenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[20]
Période Identité Étiquette Qualité
1933 1946 Albert Brunet    
1946 1949 Émile Brisset    
1949 1950 Daniel Sébire    
1950 1951 Léon Lautour    
1951 1989 Victor Jumel    
1989 1994 Eugène Lengliné    
1994 Mars 2008 Marie-Paule Labey    
Mars 2008[21] En cours Jean-Pierre Mourice[22] SE Employé de banque
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de sept membres dont le maire et deux adjoints[22].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2018, la commune comptait 76 habitants[Note 4], en diminution de 13,64 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Pontécoulant a compté jusqu'à 186 habitants en 1872.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
177174171160154175183160139
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
134137142186179170164167167
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1631601581341361211309984
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
108125109106105108959283
2018 - - - - - - - -
76--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Louis-Gustave Doulcet de Pontécoulant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 7.4.1 : Le synclynal bocain, montagne aux stigmates de l'abandon » [PDF], sur www.basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 20 octobre 2014)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. Distance orthodromique selon le site Lion 1906
  4. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 21 août 2012) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  5. « Pontécoulant » sur Géoportail.
  6. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  7. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  8. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  15. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-905461-80-2, notice BnF no FRBNF36174448), p. 200
  16. « Résultats des élections régionales 2015 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 1er novembre 2016)
  17. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 1er novembre 2016)
  18. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 1er novembre 2016)
  19. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 1er novembre 2016)
  20. Source partielle : François Lefaivre, Condé-sur-Noireau et sa communauté de communes, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, , 195 p. (ISBN 978-2-84706-323-3), p. VIII
  21. « Jean-Pierre Mourice se représente en mars », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 octobre 2014)
  22. a et b Réélection 2014 : « Pontécoulant (14110) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1er mai 2014)
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  27. « Château », notice no IA14000754, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Arrêté », sur ign.fr, (consulté le 25 janvier 2020)
  29. « Pontécoulant - Parc du Château », sur developpement-durable.gouv.fr (consulté le 25 janvier 2020)
  30. « vire.com » (consulté le 17 janvier 2011) (archives Le Bocage libre)
  31. Pierre Bouet, Henry Dacaëns, Juliane Hervieu, Vincent Juhel, Gaële de La Brosse et Thérèse Le Jeune, Les Chemins du Mont-Saint-Michel : En marche vers l'Archange, Paris, Desclée de Brouwer, , 160 p. (ISBN 978-2-220-06198-6), p. 136-138
  32. Décret du 14 mai 1994 portant promotion et nomination

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :