Saint-Germain-du-Crioult

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-du-Crioult
La chapelle en mémoire des soldats morts pendant la Première Guerre mondiale.
La chapelle en mémoire des soldats morts pendant la Première Guerre mondiale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Canton Condé-sur-Noireau
Intercommunalité Communauté de communes Condé Intercom
Maire
Mandat
Bernard Prestavoine
2014-2020
Code postal 14110
Code commune 14585
Démographie
Gentilé Germinois
Population
municipale
935 hab. (2012)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 28″ N 0° 36′ 15″ O / 48.8577777778, -0.60416666666748° 51′ 28″ Nord 0° 36′ 15″ Ouest / 48.8577777778, -0.604166666667  
Altitude Min. 82 m – Max. 202 m
Superficie 14,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Crioult

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Crioult

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Crioult

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain-du-Crioult

Saint-Germain-du-Crioult est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 935 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune limitrophe à l'ouest de Condé-sur-Noireau, son paysage est déjà plus typique du Bocage virois, sauf peut-être pour sa partie septentrionale qui borde la Druance et côtoie la Suisse normande. Le bourg est à 4,5 km à l'ouest de Condé-sur-Noireau, à 14 km au nord de Flers et à 21 km à l'est de Vire.

Le bourg est traversé par la route départementale no 512 (ancienne route nationale 812). Elle y croise la D 184 qui permet au nord de rejoindre Pontécoulant et au sud Montsecret et Tinchebray. Se greffant sur la D 184, la D 184a rejoint Caligny au sud-est. L'accès au grands axes se fait par Condé-sur-Noireau à l'est et par Vire à l'ouest.

Saint-Germain-du-Crioult est dans le bassin de l'Orne, par son sous-affluent la Druance qui délimite le territoire au nord-est. Trois de ses affluents parcourent le territoire communal : le Tortillon qui marque la limite avec Vassy au nord-ouest, la Cressonnière, modeste ruisseau dont le vallon s'amorce au niveau du bourg et qui fait fonction de limite avec Condé-sur-Noireau à l'est, et l'Odon, homonyme de l'affluent direct de l'Orne, qui collecte les eaux du sud de la commune.

Le point culminant (202 m) se situe sur une colline au sud, en limite départementale, près du lieu-dit le Coudray. Le point le plus bas (82 m) correspond à la sortie de la Druance du territoire, au nord-est. La commune est bocagère.

Le climat est océanique, comme dans tout l'Ouest de la France. La station météorologique la plus proche est Caen-Carpiquet, à 38 km, mais Alençon-Valframbert et Granville-Pointe du Roc sont à moins de 75 km[1]. Le Bocage virois et, dans une moindre mesure, la Suisse normande s'en différencient toutefois pour la pluviométrie annuelle qui, à Saint-Germain-du-Crioult, avoisine les 900 mm[2].


Communes limitrophes de Saint-Germain-du-Crioult[3]
Vassy La Chapelle-Engerbold, Pontécoulant Proussy
Vassy Saint-Germain-du-Crioult[3] Condé-sur-Noireau
Moncy (Orne)
Saint-Pierre-d'Entremont (Orne, par un angle)
Caligny (Orne) Montilly-sur-Noireau (Orne)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-du-Crioult, Crioil en 1198, S. Germanus de Criolo au XIVe siècle[4] : la paroisse est dédiée à saint Germain. L'origine de Crioult n'est pas éclaircie[5].

Le gentilé est Germinois.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse était autrefois partagée, à partir du XIIe siècle, en deux fiefs : le fief de Gouvy (à l'origine des Gouvix) et le fief de Saint-Germain (à l'origine propriété des Marmion de Fontenay). Durant la guerre de Cent Ans, le seigneur Robert Bertrand transforme son manoir en fort du Criot, qui cèdera face aux anglais, mais sera repris deux ans plus tard. La seigneurie de Saint-Germain est ensuite propriété des seigneurs de Rosel (devenu Rosel de Saint-Germain), dont les descendants sont toujours propriétaires du château[6],[7].

Au XIXe siècle, le hameau des Isles voit naître une importante filature qui permet alors à la population de la commune de s'accroître.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[8]
Période Identité Étiquette Qualité
1914 1961 Roger Bazin    
1961 1971 Jacques Leboucher    
1971 1971 Gérald Pierson    
1971 2005 Christian Gascouin SE  
2005[9] en cours Bernard Prestavoine[10] SE  
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[10].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 935 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Saint-Germain-du-Crioult[11]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2]. Saint-Germain-du-Crioult a compté jusqu'à 1 590 habitants en 1851.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 295 1 014 1 092 1 452 1 521 1 501 1 471 1 546 1 590
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 536 1 504 1 508 1 337 1 306 1 223 1 149 1 079 1 057
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
964 937 892 739 762 723 697 803 753
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
691 701 665 718 819 848 812 793 894
2012 - - - - - - - -
935 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Germain du début du XXe siècle.
  • Château du Rosel (XVIIIe siècle), des seigneurs de Saint-Germain.
  • Château des Ramiers (XIXe siècle), château « industriel », puisque construit par le propriétaire de la filature des Isles.
  • Chapelle en mémoire des soldats morts pendant la Première Guerre mondiale.
  • Ancien château de la famille "de La Rivière" et sa chapelle Notre-Dame, à Gouvy.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Des travaux de terrassement réalisés en 2006 à Rivières près de Namur en Belgique, ont permis de découvrir des effets personnels d'un soldat français de la Seconde Guerre mondiale (comme sa plaque d'identité, entre autres) ainsi que de nombreux ossements. Après de nombreuses recherches, il apparut que cette dépouille était celle de René Declais, originaire de la commune, porté disparu le 14 mai 1940 alors qu'il n'avait que 22 ans. Sa famille qui n'avait cessé de le rechercher, et ce dès 1945, a inhumé son corps dans la commune[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques selon le site Lion 1906
  2. « Pluviométrie interannuelle. Normale 1970-2000 » (consulté le 8 décembre 2014) (archive Wikiwix du site www.basse-normandie.ecologie.gouv.fr)
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet,‎ (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 224
  6. Le patrimoine des communes du Calvados, vol. 1, Paris, Flohic Éditions,‎ (ISBN 2-84234-111-2), p. 597
  7. Recoupement de source : « Normandie Web : Saint-Germain-du-Crioult »,‎ (consulté le 7 août 2007)
  8. Source partielle : François Lefaivre, Condé-sur-Noireau et sa communauté de communes, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet,‎ (ISBN 978-2-84706-323-3), p. X
  9. « Le maire Bernard Prestavoine se représente », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 décembre 2014)
  10. a et b Réélection 2014 : « Saint-Germain-du-Crioult (14110) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 1 mai 2014)
  11. Date du prochain recensement à Saint-Germain-du-Crioult, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  14. « La Voix du Nord.fr - Le rapatriement du corps de René Declais, mort près de Namur en mai 1940, fera étape à Armentières » (consulté le 26 mars 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :