Landelles-et-Coupigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Landelles-et-Coupigny
Landelles-et-Coupigny
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Vire
Intercommunalité Communauté de communes Intercom de la Vire au Noireau
Maire
Mandat
Denis Jouault
2020-2026
Code postal 14380
Code commune 14352
Démographie
Gentilé Landellais
Population
municipale
846 hab. (2018 en diminution de 3,42 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 16″ nord, 0° 59′ 52″ ouest
Altitude Min. 57 m
Max. 202 m
Superficie 24,67 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Vire Normandie
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vire
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Landelles-et-Coupigny
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Landelles-et-Coupigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landelles-et-Coupigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landelles-et-Coupigny

Landelles-et-Coupigny est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 846 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord-ouest du Bocage virois. L'atlas des paysages de la Basse-Normandie la place à l'ouest de l'unité du Bassin de Vire caractérisée par « un ancien bocage fortement dégradé par les mutations agricoles » et un « habitat dispersé […] de schiste aux toits d’ardoise »[1]. Son bourg est à 6,5 km au nord-est de Saint-Sever-Calvados, à 7 km au sud de Pont-Farcy, à 11 km au nord-ouest de Vire et à 64 km au sud-ouest de Caen[2].

Le territoire est traversé par la route départementale no 52 reliant Vire au sud-est à Pont-Farcy et Tessy-sur-Vire au nord. Du bourg, on y accède par la D 297a au nord et par une voie communale du Mesnil-Robert au sud-est. Au sud-ouest, la D 81 permet de rejoindre Sept-Frères, et à l'ouest la D 297 permet l'accès à Morigny. La D 185 relie Mesnil-Benoist au sud et Saint-Martin-Don et Pont-Bellanger. Accessible indirectement par cette départementale, le bourg d'Annebecq est traversé par la D 293 qui mène à Beaumesnil au sud et vers Saint-Martin-Don à l'est. L'accès à l'A84 est à Pont-Farcy (sortie 39) à 8 km au nord.

Landelles-et-Coupigny est dans le bassin de la Vire, par son affluent la Drôme qui délimite le territoire au nord-est. Son propre affluent, la Cunes, l'y rejoint après avoir traversé et bordé le territoire au sud-est et à l'est. D'autres courts affluents de ces deux rivières collectent les eaux de la commune, dont le ruisseau des Landes qui rejoint la Cunes après avoir délimité le sud d'Annebecq.

Le point culminant (202 m) se situe sur les monts de Mérol, en limite de commune, au nord-est, près du lieu-dit Livet. Le point le plus bas (57 m) correspond à la sortie de la Drôme du territoire, au nord. La commune reste bocagère, même si le remembrement réalisé vers 1970 a abouti à une nette débocagisation.

Les lieux-dits de Landelles-et-Coupigny sont, du nord-ouest à l'ouest, dans le sens horaire : la Revenière, la Croix Botrel, la Boscherie, le Moulin de Cunes, l'Orangère, la Hersonnière, la Gosselinière, la Jourdanière, la Cornière, le Fossé, la Hametière Querul, le Val Martin, la Bergerie, la Charpenterie, la Basse Postellerie, la Vermondière, la Herlyère, la Nouette, la Marlinière, l'Acre (au nord), Livet, les Buissons, la Haute Postellerie, le Voy, l'Enguehardière, la Croûte, la Guilberdière, Beauhamel, la Rigaudière, la Quérantillière, le Hamel Blangarnon, la Paquerie, le Loup Pendu, la Rotière, les Hogues, la Tabourie, les Domaines, la Guibraye (à l'est), le Bourg, les Riaux, le Hamel Renard, la Gosserie, la Ferme, les Mélinières, la Paillardière, la Causserie, la Lesière, Coupigny, la Bioneriela Marchanderie, la Besnerie, la Fournerie, le Hamel Foulon, Tillaux, la Vallée (au sud), la Huberdière, la Glouyère, la Plaine, la Rénière, la Forterie, la Petitière, la Boullaie, la Forge, la Hairie de Haut, le Bois Nantier, le Hamel Besne, la Hairie de Bas, la Besnardière, le Hamel Bouillet, Villeneuve, la Foresterie, la Huberdière (à l'ouest), la Vaboutière, la Quérullière, la Feuillie, la Baconnière et les Loges[3].

Les lieux-dits d'Annebecq sont : la Masure, Corbion, la Bergerie (au nord), le Vaudinet, le Fossé, la Petite Chauvinière, les Vallées (à l'est), la Haye, la Bellière (au sud), le Bourg, la Besnardière (à l'ouest), et la Mairerie[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[8]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[6]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 955 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 13,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[10] complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Germain-de-Tallevende », sur la commune de Vire Normandie, mise en service en 1971[12] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[13],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,5 °C et la hauteur de précipitations de 995,7 mm pour la période 1981-2010[14]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Granville – pointe du Roc », sur la commune de Granville, mise en service en 1973 et à 43 km[15], la température moyenne annuelle évolue de 11,6 °C pour la période 1971-2000[16] à 11,9 °C pour 1981-2010[17], puis à 12,4 °C pour 1991-2020[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Landelles-et-Coupigny est une commune rurale[Note 6],[19]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vire Normandie, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 20 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (97,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (97,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (40,8 %), terres arables (38,7 %), zones agricoles hétérogènes (18 %), zones urbanisées (1,4 %), forêts (1 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme Landellae en 1278[26]. Il dérive du gaulois landa, « lande », et du suffixe latin de présence -ella. L'endroit devait donc se caractériser par la présence de landes[27].

Le gentilé est « Landellais ».

Coupigny semble s'être formé à partir d'un anthroponyme roman, peut-être Cuppinius, et du suffixe latin de propriété -acus[27].

Annebecq est attesté sous la forme Asnebec en 1198[26]. Le toponyme serait issu de l'anthroponyme germanique Anna et du norrois bekkr, « ruisseau »[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

La baronnie de Landelles et l’abbaye de Saint-Sever seraient issues du démembrement de la baronnie de Saint-Sever par les comtes de Cestre.

La baronnie de Landelles outre la paroisse de Landelles avait ses extensions dans celles de Beaumesnil, Coupigny, Mesnil-Caussois, Sept-Frères, Morigny, Courson, Mombray, Saint-Sever, Tallevende et Saint-Martin-de-Tallevende.

Dans les années 1780 ou 1790, la paroisse de Landelles et celle de Coupigny s’unifient.

Lors de la bataille de Normandie, le bourg de Landelles est libéré le par le 116e régiment de la 29e division d'infanterie américaine[28].

Le 1er janvier 1973, la commune d’Annebecq (195 habitants en 1968) est associée à celle de Landelles-et-Coupigny (813 habitants)[29],[30]. La fusion devient totale le 1er juillet 2015[31].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Candidats ou listes ayant obtenu plus 5 % des suffrages exprimés lors des dernières élections politiquement significatives :

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
? 1809 Pierre Perrard    
? 1838 Pierre Lehericey    
?   Édouard Arthur Beslon   Notaire
?   Henri Delormes   Notaire
?   Alfred Enguehard    
?   Bernard Leroy    
1981 1988 Henri Lamperière   Chef d'entreprise
mars 1989 mars 2008 Rémy Anfray UDF Chef d'entreprise et conseiller général de 2001 à 2008
mars 2008 décembre 2012 Sophie Piquenot SE Agricultrice
février 2013[36] mai 2020 Blaise Micard[37] SE Chef de service au conseil général de la Manche
mai 2020[38] En cours Denis Jouault SE Dessinateur en bureau d’études
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres, dont le maire et trois adjoints[38].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Landelles-et-Coupigny dispose d'une école élémentaire publique. Pour l'enseignement secondaire, la commune est dans le secteur d'affectation du collège Jean Vilar à Saint-Sever-Calvados[39].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[40]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[41].

En 2018, la commune comptait 846 habitants[Note 8], en diminution de 3,42 % par rapport à 2013 (Calvados : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,36 %). Landelles-et-Coupigny a compté jusqu'à 1 711 habitants en 1851, Annebecq en comptant 380 à ce même recensement (elle comptait 464 habitants au premier recensement républicain, en 1793, population jamais atteinte depuis).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4241 2611 5511 6221 6411 5021 6461 6431 711
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6661 5731 5361 5141 5771 5721 5641 5461 345
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2361 2541 1981 0521 0221 0441 0721 0921 014
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
908813903875802838823821819
2013 2018 - - - - - - -
876846-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[42].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2017, le territoire de l'ancienne commune d'Annebecq comptait 123 habitants (inclus dans le nombre d'habitants de Landelles-et-Coupigny : 861)[43].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église sera détruite en 1821 par un incendie et une seconde fois, le , par les combats de la bataille de Normandie[47]. La foudre atteint le clocher en 1827[47].

En 1989, Landelles voit son église Saint-Pierre brûler à la suite d'un court-circuit (problème de chauffage), le soir du vers 21 h pendant une répétition de chorale[48]. Quinze pompiers de Landelles ainsi que quelques sapeurs pompiers des alentours ont mis des heures à éteindre le feu qui a ravagé l'église. Elle est reconstruite à l'identique. Estimés à 17 000 000 francs, les travaux ont nécessité des subventions du conseil général et du ministère de la Culture ainsi que des dons totalisant 530 000 francs. L'inauguration de l'église a lieu le .

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale et communale chaque week-end de la Pentecôte.
  • En 2006, il a été créé un festival du véhicule ancien et de la BD. Grâce à la complicité du dessinateur Moloch, ami du pharmacien Guillaume Bourrel. Ce dernier a sponsorisé le salon de la BD entièrement en 2006 et 2007 et supervisé la partie Voitures anciennes en invitant en 2007 David White, président de Porsche en Angleterre, et Phill Jones, photographe officiel du Royal Automobile Club. Les parcours en voitures anciennes afin de découvrir le patrimoine local étaient la réalisation de Georges Quentin de Coupigny, président de l'Association pour la valorisation du patrimoine en Pays séverin. En 2008, celui que les dessinateurs ont appelé amicalement « frère Guillaume » a passé la main du salon de la BD à Élodie Guillouet, arrêtant aussi sa participation financière.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Saint Ortaire (v. 482-580), religieux, abbé du monastère de Landelles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[9].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les unités de paysage : Unité 4.4.1 - Le Bassin de Vire dans son écrin de hauteurs boisées » [PDF], sur basse-normandie.developpement-durable.gouv.fr, Dreal Basse-Normandie (consulté le 11 juin 2015).
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Landelles-et-Coupigny » sur Géoportail.
  4. « Annebecq » sur Géoportail.
  5. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 23 juillet 2021)
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 23 juillet 2021)
  8. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 23 juillet 2021)
  9. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  11. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le 23 juillet 2021)
  12. « Station Météo-France Saint-Germain-de-Tallevende - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 23 juillet 2021)
  13. « Orthodromie entre Landelles-et-Coupigny et Vire Normandie », sur fr.distance.to (consulté le 23 juillet 2021).
  14. « Station Météo-France Saint-Germain-de-Tallevende - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 23 juillet 2021).
  15. « Orthodromie entre Landelles-et-Coupigny et Granville », sur fr.distance.to (consulté le 23 juillet 2021).
  16. « Station météorologique de Granville – pointe du Roc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 23 juillet 2021)
  17. « Station météorologique de Granville – pointe du Roc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 23 juillet 2021)
  18. « Station météorologique de Granville – pointe du Roc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 23 juillet 2021)
  19. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  20. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  25. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  26. a b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  27. a et b René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Condé-sur-Noireau, Éd. Charles Corlet, (ISBN 2-95480-455-4 (édité erroné), notice BnF no FRBNF36174448), p. 156
  28. « Saint-Sever-Calvados (14 Calvados) La Libération », sur normandie44lamemoire.com (consulté le 11 juin 2015)
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Annebecq », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 15 juillet 2021).
  31. « Recueil des actes administratifs no 60 du 6 juillet 2015 » [PDF], sur calvados.gouv.fr, préfecture du Calvados (consulté le 8 juillet 2015) : page 58, arrêté préfectoral du 1er juillet 2015 portant transformation de la fusion-association des communes de Landelles-et-Coupigny et Annebecq en fusion simple.
  32. « Résultats des élections régionales 2015 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 28 février 2016)
  33. « Résultats des élections européennes 2014 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 28 février 2016)
  34. « Résultats des élections législatives 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 28 février 2016)
  35. « Résultats de l'élection présidentielle 2012 », sur www.interieur.gouv.fr, ministère de l'Intérieur (consulté le 28 février 2016)
  36. « Ouest-france.fr - Blaise Micard, maire, et trois adjoints, ont été élus - Landelles-et-Coupigny » (consulté le 3 août 2013)
  37. Réélection 2014 : « Blaise Micard élu pour un premier mandat plein », sur Ouest-france.fr (consulté le 5 avril 2014)
  38. a et b « Municipales à Landelles-et-Coupigny. Denis Jouault, élu maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 24 mai 2020)
  39. « Site de l'Inspection académique du Calvados - Espace élèves et parents d'élèves : Landelles-et-Coupigny » (consulté le 17 avril 2008)
  40. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  41. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  42. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  43. [PDF] Populations légales 2017sur le site de l'Insee.
  44. « Église de Landelles », notice no PA00111463, base Mérimée, ministère français de la Culture
  45. « Œuvres mobilières à Landelles-et-Coupigny », base Palissy, ministère français de la Culture
  46. Le patrimoine des communes du Calvados, vol. 2, Paris, Flohic Éditions, , 1715 p. (ISBN 2-84234-111-2), p. 1395
  47. a et b Ouest-France du 9 janvier 1990, « L'église incendiée de Landelles (Calvados) : deux ans de reconstruction ».
  48. Ouest-France du 20 novembre 1989, « Court-circuit alors que la chorale répétait : une église brûle près de Vire ».
  49. « Journal officiel 12 juillet 2003 » (consulté le 9 novembre 2009)
  50. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – RC de Landelles » (consulté le 11 juin 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]